Les deux vies de Romy Schneider – Bernard Pascuito

A la mort de son fils, David, le 5 juillet 1981, Romy Schneider entre dans une longue et parfois imperceptible agonie. Elle n’y survit pas plus d’un an : le 29 mai 1982, elle succombe à une crise cardiaque dont les causes demeurent inconnues.
Bernard Pascuito raconte la dernière année de Romy, comme si toute sa vie s’y trouvait condensée, avec de nombreux flashbacks. Il accorde au tournage de La Passante du Sans-Souci une place de choix, parce qu’il montre combien le cinéma pouvait apaiser cette femme, tout en lui rappelant sa tragique destinée. De son enfance entre ses parents comédiens à ses derniers instants avec sa fille Sarah et son compagnon Laurent, de sa difficulté à trouver le bonheur à la culpabilité incessante de ses échecs, tout Romy est là.

Avec beaucoup de pudeur, sans omettre les doutes et dérives de la star, Pascuito dresse un portrait sensible de Romy : ses mariages ratés avec Daniel Biasini et Harry Meyen, la mort de ce dernier et de leur fils David, ses rapports à l’Allemagne, sa fascination d’actrice, sa force de vivre « malgré tout ». Tabloïds et biographies avaient déjà tout dit : Bernard Pascuito redonne corps au fantôme de Romy Schneider.

« Toute vie est un processus de démolition », a écrit Fitzgerald. Digne et solitaire, parfois cruellement abandonnée, solide et révoltée, fragile et insoumise, Romy Schneider a souffert et fait souffrir, aimé et quitté comme elle a été aimée et quittée à son tour.

Les-deux-vies-de-Romy-Schneider-bernard-pascuito

Romy Schneider est une part de mon enfance, celle où petite fille, je rêvais au prince charmant devant la trilogie des Sissi Impératrice. Je m’émerveillais devant sa beauté et celles de ses costumes, qu’elle portait pour ses rôles de Sissi, Christine ou Victoria dans Les jeunes années d’une reine. En grandissant, je l’ai aimé dans les films de Sautet ou de Visconti, dans La Banquière, La passante du sans souci et bien évidemment dans La Piscine, où le temps d’un film, elle retrouvait son ancien amant Alain Delon, elle y était si belle, si libre.

Je me souviens aussi de la mort de son fils David, je n’étais encore qu’une gamine et bien sûr de sa mort il y a 30 ans déjà. De sa vie de femme, c’est tout ce que j’en savais, aussi lorsque je suis tombée sur ce livre, je me suis empressée de l’acheter.

Bernard Pascuito a choisi la dernière année de sa vie pour nous narrer Romy Schneider, une dernière année bien triste puisqu’elle inconsolable de la mort de David et qu’elle est malade, sous l’emprise de l’alcool et des médicaments, une trajectoire qui n’est pas sans rappeler celle de Marilyn Monroe.  L’auteur en profite aussi pour revenir sur les moments les plus marquants de sa vie, qui sont tous tragiques. Car si au cours de sa dernière année la vie ne fut pas tendre avec elle, elle ne l’a guère épargnée non plus pendant les 42 années précédentes. Je ne pensais pas que sa vie avait été autant remplie de malheurs, de tristesse et de désespoir. J’avais le souvenir d’une Romy souriante, heureuse, pleine de vie.

J’ai eu beaucoup de peine à lire ces pages qui me rendaient infiniment tristes. Peut être le parti pris de l’auteur n’était-il que de raconter une facette de Romy, je l’espère vraiment, sinon quelle vie peu enviable !

Je ne vous le recommande pas, en moins de 300 pages, Besnard Pascuito est forcément contraint aux raccourcis et cette biographie m’a laissé un goût bien trop amer pour vous la conseiller.

Lu dans le cadre du Challenge Biographie

Publicités

4 réflexions sur “Les deux vies de Romy Schneider – Bernard Pascuito

  1. Aline dit :

    merci pour ta participation , je note le lien. Je n’ai jamais rien lu sur cette actrice que poutant j’apprecié beaucoup.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s