Le roman de monsieur de Molière – Mikhaïl Boulgakov

« Une accoucheuse qui avait appris son art à la maternité de l’Hôtel-Dieu de Paris sous la direction de la fameuse Louise Bourgeois délivra le 13 janvier 1622 la très aimable madame Poquelin, née Cressé, d’un premier enfant prématuré de sexe masculin. Je peux dire sans crainte de me tromper que si j’avais pu expliquer à l’honorable sage-femme qui était celui qu’elle mettait au monde, elle eût pu d’émotion causer quelque dommage au nourrisson, et du même coup à la France. »

Mikhaïl Boulgakov est un passionné de théâtre et de Molière, c’est aussi un fin connaisseur du théâtre français du 17è siècle et de ses comédiens : la rivalité entre les différentes troupes et les théâtres de Paris est ici très bien rendue.

Le roman de Monsieur de Molière est une biographie romancée certes mais avant tout une biographie, tout ce qui y est relaté est vrai, Mikhaïl Boulgakov a simplement préféré rendre hommage à Molière de façon très vivante et il y réussit fort bien.

Le style est enlevé, les propos amusants, et pour celles et ceux qui ne connaissent pas du tout la vie de Molière, ils y découvriront, comme moi, un acteur devenu auteur par la force des choses et qui n’avait qu’un rêve : briller en tragédien alors que ce genre ne lui a apporté que douleurs et désastres. Les acteurs déclament à cette époque les vers avec force emphase, de façon exagérée, alors que Molière avait une approche très moderne pour l’époque, plus proche de nos comédiens actuels. Son jeu d’acteur ne plaisait donc pas et il s’enfonçait dans la pauvreté et la ruine en persistant dans un genre dans lequel on ne lui reconnaissait aucun talent.

La petite troupe qu’il formait avec Madeleine Béjart, Marquise du Parc et tant d’autres a connu bien des écueils avant de se couvrir de gloire. Et les échecs furent très nombreux puisque Molière s’obstinait dans la tragédie, essentiellement celles de Pierre Corneille, très à la mode, jusqu’au jour où il a commencé à écrire des farces et des courtes pièces, car à cours d’argent, il ne pouvait plus acheter de pièces. Son but était en effet de devenir un grand comédien et non un auteur, si Molière l’acteur avait connu le succès, Molière l’écrivain n’aurait jamais vu le jour !

S’inspirant de pièces espagnoles et surtout de la Comedia dell’arte, élève du célèbre Polichinelle, Molière reprend à son compte des pièces qui ont connu le succès en Espagne et en Italie. Il a de grandes facilités pour écrire, il écrit vite, sa troupe répète tout aussi vite, toujours dans l’urgence, car il leur faut à tout prix de gagner de l’argent et surtout, attirer à eux les puissants, très convoités, et rechercher leurs protections, en échange de quelques dédicaces. Certaines pièces sont mises sur pied en trois jours seulement, écriture comprise.

Mikhaïl Boulgakov revient également sur les querelles qu’ont provoquées les pièces de Molière : des Précieuses Ridicules au Tartuffe, en passant par le Bourgeois Gentilhomme, entre autres, Molière doit se battre avec la censure mais aussi avec les bourgeois et nobles qui se reconnaissent dans les personnages de ses pièces, et qui veulent les interdire.

Si vous souhaitez vous familiariser avec le théâtre du 17è siècle ou avec Molière, le roman de Monsieur de Molière est pour vous, vous y passerez un très bon moment de lecture, tout comme moi.

Lu dans le cadre du Challenge Le règne de Louis XIV et du Challenge Biographie

    

Publicités

10 réflexions sur “Le roman de monsieur de Molière – Mikhaïl Boulgakov

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s