L’étrange disparition d’Esme Lennox – Maggie O’Farrell

Entre l’Inde et l’Écosse, des années 1930 à nos jours, l’histoire déchirante d’une femme enfermée, rejetée de la société et oubliée des siens. Un roman d’une beauté troublante, où s’entremêlent des voix aussi profondes qu’élégantes pour évoquer le poids des conventions sociales et la complexité des liens familiaux, de l’amour à la trahison. A Édimbourg, l’asile de Cauldstone ferme ses portes. Après soixante ans d’enfermement, Esme Lennox va retrouver le monde extérieur. Avec comme seule guide Iris, sa petite-nièce, qui n’avait jamais entendu parler d’elle jusque-là. Pour quelle étrange raison Esme a-t-elle disparu de la mémoire familiale ? Quelle tragédie a pu conduire à son internement, à seize ans à peine ? Toutes ces années, les mêmes souvenirs ont hanté Esme : la douceur de son enfance en Inde, le choc de son arrivée en Écosse, le froid, les règles de la haute bourgeoisie et, soudain, l’exclusion… Comment sa propre sœur, Kitty, a-t-elle pu cacher son existence à ses proches? Et pourquoi Iris se reconnaît-elle tant dans Esme ? Peu à peu, de paroles confuses en pensées refoulées, vont ressurgir les terribles drames d’une vie volée…

l-étrange-disparition-d-esme-lennox

auteur-éditeur-pagesEncore un roman qui attendait dans ma PAL depuis un bout de temps et c’est grâce au challenge Irlande et littérature irlandaise que je l’en ai sorti, et j’ai vraiment bien fait ! Comme pour Certaines n’avaient jamais vu la mer, L’étrange disparition d’Esme Lennox est un roman magnifique et bouleversant, qui m’a ému aux larmes. J’ai eu beaucoup de mal à lâcher ce livre que j’ai lu très rapidement tant j’avais envie d’en connaître le fin mot.

Ce récit à trois voix : Esme enfermée dans un asile depuis 60 ans, Iris sa petite-nièce qui ne connaissait pas son existence et Kitty, la sœur de la première et grand-mère de la seconde, dont les souvenirs sont décousus par la maladie d’Alzheimer, dévoile le destin des deux ainées, femmes coincées dans leur statut de femme bourgeoise, broyées par la société pudibonde et corsetée de la première moitié du XXème siècle.

Esme Lennox a 16 ans quand elle est enfermée dans un asile psychiatrique, tout simplement parce qu’elle est un peu étrange, elle n’est pas conforme à ce qu’on attend d’elle et refuse d’entrer dans le moule. Elle en sortira 60 ans plus tard, de nos jours, parce que l’établissement  psychiatrique ferme ses postes. Sa famille ne lui a jamais rendu visite, ne l’a jamais réclamé : avoir une fille ou une sœur dans un asile, ça fait tâche sur le tableau de famille.

Sa petite-nièce Iris va donc se découvrir une grande tante dont, jusqu’à présent, tout le monde lui a caché l’existence, elle va donc mener sa petite enquête pour découvrir pourquoi.

Maggie O’Farrell alterne donc magnifiquement son récit à trois voix entre le présent et plusieurs époques du passé. Un mécanisme aussi emprunté par Kate Morton dans Le jardin des secrets, que j’ai aussi beaucoup aimé.  Et ce qui est très émouvant ici, c’est que comme Julie Otsuka, l’auteure se base sur des faits réels, à savoir l’internement de femmes qui avaient osé vivre leur vie. Des femmes modernes pour leur époque, trop pour leurs familles, qui d’un mot, parvenaient à les faire enfermer leur vie durant. Un enfermement « salutaire » pour leurs familles, que je trouve tout simplement révoltant et une pratique très courante en Angleterre et surtout en Irlande. Privées de liberté et subissant toutes les expériences de la psychiatrie moderne, qui font froid dans le dos, comme j’avais déjà pu le constater dans Du bout des doigts de Sara Waters.

J’ai suivi, le cœur serré, les rebondissements de l’histoire jusqu’à la toute dernière page, jusqu’au dénouement, imprévisible et horrible. Un livre marquant et essentiel, qui ne vous laissera pas indifférente. A lire de toute urgence.

heart_5

Lu dans le cadre du challenge La plume au féminin God save the livreABC Babelio 2012-2013 et Challenge Irlande et Littérature irlandaise

            challenge-irlandais

Publicités

25 réflexions sur “L’étrange disparition d’Esme Lennox – Maggie O’Farrell

  1. leslivresdeceline dit :

    Des histoires comme je les aime! D’ailleurs mon article sur Le jardin des secrets va se publier aujourd’hui 🙂
    Evidemment je note ce titre d’autant plus que je pourrais l’inclure dans mon challenge sur l’Irlande! Merci pour la découverte!

  2. evilys2angel dit :

    J’en avais lu beaucoup d’avis positifs et ce titres est sur ma wish-list depuis. Ton billet donne encore plus envie! 😉 D’ailleurs cette histoire me fait penser à un film avec Winona Ryder qui traite un peu du même sujet de l’internement forcé… Par contre, pas moyen de me souvenir du titre de ce film…

    • Bianca dit :

      D’accord avec toi Adalana, j’aurais bien aimé qu’il soit plus long aussi , car ce fut un très beau moment de lecture et je n’aurais pas été contre une centaine de pages en plus;)

  3. magicetincelle dit :

    Un roman qui n’a pas l’air très gai mais qui semble très intéressant. Ca me rappelle un peu le film « Magdaleine Sisters », où les jeunes filles sont internés dans une institution religieuse pour « dépravées ».En plus, il sera parfait pour mon challenge littérature irlandaise 😛

  4. Barnum Nilsen dit :

    Je viens à l’instant de le terminer, et c’est un énorme coup de coeur. Les personnages sont magnifiques de profondeur, l’histoire splendide jusqu’au bout (même si je me doutais un peu du dénouement). A plusieurs moments j’ai pensé qu’une adaptation au cinéma serait envisageable.
    Superbe découverte en ce qui me concerne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s