Derrière la haine – Barbara Abel

D’un côté, il y a Tiphaine et Sylvain ; de l’autre, il y a Laetitia et David. Deux couples voisins et amis, ayant chacun un enfant du même âge. Deux couples fusionnels et solidaires qui vivent côté à côte dans une harmonie parfaite. Jusqu’au jour du drame. Un tragique accident fait voler en éclats leur entente idyllique, et la cloison qui sépare leurs maisons tout comme la haie qui sépare leurs jardins ne seront pas de trop pour les protéger les uns des autres. Désormais, les seuls convives invités à la table des anciens amis s’appellent Culpabilité, Suspicion, Paranoïa et Haine… Derrière la haine est un roman psychologique à glacer les sangs, d’une noirceur implacable.

derrière-la-haine-barbara-abelauteur-éditeur-pages

Je dois vous avouer que j’ai longtemps tourné autour de ce livre avant de me décider à le lire. Malgré tous les billets élogieux lus sur les blogs, le sujet me faisait peur, et lorsque j’ai pris mon courage à deux mains et que j’ai commencé ma lecture, j’ai eu du mal à le lâcher tant ce roman noir est prenant. Le sujet est grave mais l’auteure ne tombe jamais dans le pathos même si j’ai versé ma petite larme à la mort de Maxime. Ne vous fiez pas à la mention thriller sur la couverture, pour moi ça n’en est pas un, c’est plutôt un roman psychologique qui se déroule à huit-clos, un peu comme Petits meurtres entre voisins.

De voisins, il va en être beaucoup question. Deux couples de trentenaires de la classe moyenne habitent deux maisons mitoyennes dans une banlieue française imaginaire. Tiphaine et Sylvain sont horticultrice et architecte et locataires de leur maison. Lætitia et David, assistante social et chauffeur de taxi, sont propriétaires. La jeune femme, qui a perdu ses parents dans un accident de voiture, a en fait hérité de la maison familiale. Le premier couple a une famille mais les relations sont distantes et tendues tandis que le second couple n’en a plus. Ils vont rapidement devenir très amis au point de se sentir en famille ensemble. Ils ont une amitié très fusionnelle au point que les deux couples vont devenir parents à 3 mois d’intervalle, chacun d’un garçon. Milo tout d’abord, le fils de Lætitia et David, puis Maxime, celui de Tiphaine et Sylvain. Même âge et même initiale.

Tout va bien dans le meilleur des mondes jusqu’à la mort de Maxime qui meurt accidentellement. Le garçonnet âgé de 6 ans tombe de la fenêtre de sa chambre. Sa mère, qui prenait un bain, l’avait laissée grande ouverte car l’enfant était brûlant de fièvre et ce regrettable oubli va causer la mort de l’enfant. Lætitia, qui prend le soleil dans son jardin repère l’enfant, le presse de rentrer dans la chambre et tente en vain d’alerter Tiphaine qui ne l’entend pas. Elle ne pourra empêcher le drame et va bientôt se voir accuser de n’avoir rien fait pour sauver Maxime.

Ce deuil impossible va faire voler en éclat leur amitié, les accusations fusent et les suspicions s’accumulent et les rancœurs à tel point que Lætitia a rapidement l’impression que Tiphaine veut tuer Milo. Je ne peux rien dire de plus, il faut le lire car Derrière la haine est un psychologique très bien construit et mené de main de maitre ! L’histoire s’installe tout tout doucement et monte crescendo pour s’emballer totalement. Ce huis clos oppressant se dévore même si l’angoisse prend souvent le dessus, on a peur d’avoir raison et la fin dont je me doutais va bel et bien arriver et elle est effroyable !! Barbara Abel ose une fin qui justifie les moyens, loin des mièvreries et des happy ends qui trop souvent mettent un point final à un thriller, et ça c’est vraiment bien vu, même si ça fait froid dans le dos.

Un livre que je vous recommande et qui donne envie de lire les autres romans de Barbara Abel. Et pour être tout à fait complète, il sort en poche le 14 mars prochain, chez Pocket !

heart_4

Lu dans le cadre du challenge La plume au féminin

Publicités

27 réflexions sur “Derrière la haine – Barbara Abel

  1. Ingrid Fasquelle dit :

    Comme souvent dans ce genre de roman, c’est la fin qui ne m’a pas convaincue ! Sinon, mon ressenti est plutôt conforme au tien ! J’ai moi aussi adoré la tension implacable, le suspense haletant de ce livre !

    • Bianca dit :

      C’est souvent le cas avec les thrillers contemporains je trouve, je suis plus facilement bernée par Agatha Christie, je viens de terminer Avant d’aller dormir, un thriller psychologique très prenant mais la fin est décevante aussi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s