La Douce – Féodor Dostoïevski

« Figurez-vous un mari dont la femme, une suicidée qui s’est jetée par la fenêtre il y a quelques heures, gît devant lui sur une table. Il est bouleversé et n’a pas encore eu le temps de rassembler ses pensées. Il marche de pièce en pièce et tente de donner un sens à ce qui vient de se produire. »

Dostoïevski lui-même définit ainsi ce conte dont la violence imprécatoire est emblématique de son œuvre.

la-douce-feodor-dostoïevskiauteur-éditeur-pages

Dostoïevski est l’auteur russe que j’ai le plus lu pendant mes études de lettres, il faut dire que tous mes UV de littérature étrangère, je les ai passés en littérature russe. A cette occasion, j’ai découvert Gogol, Pouchkine, Zamiatine et surtout Dostoïevski. Mais depuis ma sortie de la fac, j’avoue que j’ai laissés de côté tous ces auteurs, à tort, et j’ai eu envie de profiter du challenge Un hiver en Russie pour me replonger dans la littérature russe. Mon choix s’est porté évidemment sur Dostoïevski et sur La Douce, une nouvelle parue en 1876.

Cette nouvelle est en fait un long monologue du mari face au cadavre de sa femme. L’auteur est un habitué des monologues, notamment dans Les carnets du sous-sol que je vous recommande au passage. Comme point de départ, je vous concède qu’il y a plus gai comme sujet, mais les romans russes du 19è sont rarement drôles. Ce long monologue, enfiévré et délirant, nous raconte l’histoire de cet homme et de sa jeune femme suicidée. Le narrateur est un soldat exclu de l’arme car il n’a pas voulu se prêter à un duel. Il va connaitre la faim et la misère et décide de faire contre mauvaise fortune bon coeur en devenant prêteur sur gage. L’homme n’a qu’un but : amasser 30 000 roubles dans les 3 ans afin de laisser sa caisse d’usurier pour un état plus convenable. Avare, il l’est assurément, mais ça ne l’empêche pas de tomber amoureux d’une de ses voisines, une jeune fille d’à peine 16 ans, orpheline et sans ressource, maltraitée et asservie par deux vieilles tantes. Il achète sa liberté contre monnaie sonnante et trébuchante car il souhaite l’épouser et surtout faire son bonheur. Malheureusement, tout ne se passera pas comme prévu, et la jeune fille profitera d’une de ses absences, pour se jeter par la fenêtre.

L’homme tente de se justifier face à ce drame mais nous démontre aussi que l’argent ne fait pas tout. Au fil des pages, il nous raconte sa douleur de l’avoir perdu alors qu’il voulait tant faire son bonheur, il est en état de choc devant le drame qu’il n’a pas su éviter et qu’il regrette amèrement. C’est son incompréhension aussi devant le corps de sa femme et sa peur de rester seul avec sa douleur, une fois le corps emporté, dans quelques heures. Si l’homme est malheureux, il n’en reste pas moins vénal, médiocre, ridicule et lâche.

La défunte, elle, apparait lumineuse et solaire. C’est une jeune fille de 16 ans, enthousiaste, généreuse et sensible qui se retrouve face à un homme mûr et pingre, qui veut la tenir en cage. Elle n’a aucun droit, notamment celui de sortir sans lui, elle n’a rien, et il le lui dit très clairement. Il se révèle autoritaire, froid et taciturne avec elle et lui reproche sa générosité avec une cliente dans leur établissement de prêts sur gages. Elle rencontre alors un autre homme ayant appartenu au même régiment que son mari, celui-là même avec qui il avait refusé de se battre en duel. Elle devient alors humiliante, il la rejette, elle tombe malade mais il comprend à ce moment-là qu’il est fou d’elle. Il veut changer, lui montrer qu’il l’aime, se promet de se montrer plus généreux mais c’est trop tard.

Fédor Dostoïevski nous décrit ici un mariage voué à l’échec, totalement contre nature. Raconté du point de vue de l’époux, le récit est une confession enfiévrée et tragique. Cette nouvelle, quoique tragique, vaut la peine d’être lue, même si je ne suis pas sûre de vous avoir donné envie de le faire !

heart_4

Lu dans le cadre du challenge Un hiver en Russie :

80283930_p

Publicités

9 réflexions sur “La Douce – Féodor Dostoïevski

  1. Onee-Chan dit :

    Je dois dire que je ne sais jamais quoi faire face à une oeuvre de cet auteur : Ton article me donne envie, et on m’en a conseillé un autre de lui, mais j’ai toujours l’impression que je n’arriverai pas à le lire, c’est peut être bête. Le meilleur moyen de le savoir c’est d’aller à la bibli, donc ce we je me lance ! merci 😉

    • Bianca dit :

      Je suis contente de t’avoir donné envie. C’est une bonne idée d’emprunter l’une de ses oeuvres comme ça si tu n’aimes pas tu n’auras pas de regrets.

  2. Laure dit :

    Je vois que celui-ci n’est pas trop long contrairement à d’autres de cet auteur. Je ne l’ai pas encore découvert et je ne sais pas trop par lequel commencer. Tu me conseillerais quel titre ?
    Bonne journée Bianca bisous 😀

    • Bianca dit :

      Je te conseille Les nuits blanches et L’éternel mari. Le premier est aussi court que La douce si j’ai bonne mémoire, le second est plus long. Dostoievski est célèbre pour ses grands romans qui sont longs et pas si faciles à lire mais il a aussi écrits beaucoup de nouvelles et monologues nettement plus courts

  3. leslivresdeceline dit :

    Je n’ai jamais lu cet auteur. Certes le point de départ de l’histoire n’est pas bien gai, mais ton avis me donne envie de découvrir cette oeuvre. J’espère être autant séduite que toi !

    • Bianca dit :

      Je t’avoue que j’ai du mal à ne pas être enthousiaste lorsque je lis cet auteur mais La douce te donnera un bon aperçu de son style, si tu n’aimes pas, tu n’aimeras probablement pas le reste de son oeuvre

  4. Claire dit :

    Très beau billet Bianca!
    Je ne connaissais pas du tout ce titre de Dostoievsky. Je note donc ce titre mais je ne pense pas que je m’y plongerai pour l’instant. Le sujet me paraît trop grave pour correspondre à mes envies du moment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s