Jane Eyre – Charlotte Brontë

Le destin dramatique de Charlotte Brontë transparaît dans l’histoire de son héroïne Jane Eyre, en rupture avec le puritanisme victorien de son époque. Orpheline maltraitée, sans fortune et sans beauté, Jane entre comme gouvernante au manoir de Thornfield, pour s’éprendre du ténébreux Rochester, le maître des lieux. Entraînés par une passion sensuelle et une égale exigence morale, ils envisagent bientôt le mariage. Mais une présence mystérieuse hante ce domaine perdu entre landes et bruyères. Qui est cette femme, cette « folle » recluse dans une mansarde de Thornfield, qui menace leur union ? En plein XIXe siècle, dans l’Angleterre victorienne qui voit s’éteindre les sombres lumières du roman gothique et s’étioler les vapeurs du spleen romantique, Charlotte Brontë incarne l’audacieux combat des femmes prêtes à se battre pour leur indépendance et leur liberté.

jane-eyre-charlotte-brontë

auteur-éditeur-pages

Voilà un roman culte, arrivé dans notre peloton de tête des 100 livres à avoir lus, qui était aussi le dernier roman à lire pour mon défi palesque. Un pavé énorme qui ne m’a malheureusement pas autant emballé que je ne l’aurais voulu. Vous m’en aviez tellement de bien les filles que je pensais être emportée dans la lande anglaise et lire les presque 800 pages en un temps record. Il n’en fut rien, j’ai tout de même mis 6 jours pour en venir à bout. Non pas que je ne l’ai pas aimé, j’ai même adoré les 3/4 du livre, à dire vrai, pour moi il aurait été parfait avec 200 pages de moins, car dès que Jane quitte Thornfield, je me suis pratiquement tout le temps ennuyée à un point mais à un point, que je n’ai pas compris pourquoi Charlotte Brontë nous infligeait Saint John. Mais avant d’aller plus loin, reprenons depuis le début.

La petite Jane Eyre, laide au possible, l’auteure et son héroïne ne cessent de nous le répéter encore et encore, est orpheline. Comme tout bon roman victorien qui se respecte, ça commence mal ! Recueillie par son oncle, frère de sa mère, pasteur comme son père, elle est pauvre et sa tante, bientôt veuve, le lui fait sentir. Son seul refuge, elle le trouve dans la lecture. La petite Jane, âgée de 10 ans, subit punitions et brimades de la part des domestiques qui craignent de déplaire à leur maitresse, de ses cousins et de Mrs Reed, sa tante, qui finit par se débarrasser d’elle en l’envoyant en pension. Jane quitte sans regret Gateshead pour Lowood. Cet établissement représente bien les orphelinats et pensions destinés aux enfants à l’époque victorienne. Tenu par l’infâme Mr Brocklehurst, d’une pingrerie rare, il affame littéralement pensionnaires et enseignantes. Jane est malgré tout heureuse car elle est curieuse d’apprendre et surtout elle peut compter sur la solidarité entre les jeunes filles, toutes logées à la même enseigne, même si faisant partie des petites, elle doit laisser aux plus grandes une bonne partie de ses repas, et sur les enseignantes, mises à part une, vraiment détestable dont je n’ai pas retenu le nom. Elle s’y fait une amie sincère, Helen Burns, qui décède de la tuberculose, contractée à cause des très mauvaises conditions de vie dans l’internat. La jeune fille ne sera pas la seule à succomber, près de la moitié d’entre elles vont en mourir. Charlotte Brontë s’est sans doute inspirée de son histoire familiale pour ce passage puisque deux de ses soeurs sont mortes en pension.

Il y a aura une conséquence heureuse à l’épidémie, les conditions de vie de l’internat changent et celui-ci devient un établissement de qualité. Après huit années passées à Lowood – six en tant qu’étudiante et deux en tant que professeur – Jane veut changer de vie et passe une annonce dans un journal pour trouver un poste de préceptrice. Mme Fairfax lui répond afin qu’elle vienne faire l’éducation d’Adèle, la pupille de M. Rochester, 40 ans, riche propriétaire de Thornfield-Hall.

Elle s’attache très vite à son élève, qui lui rappelle sur bien des points, sa propre enfance et découvre son ténébreux maître, Edouard Rochester, dont elle tombe très vite amoureuse. Consciente de son statut social et de celui de son maître, elle pense cet amour sans lendemain et sans retour, Rochester étant courtisée par les jeunes femmes bien nées de la région, en quête d’un riche mari. Jane Eyre sera-t-elle payée en retour de son amour pur et chaste ? Vous le saurez en lisant Jane Eyre. Notre Janette, comme la surnomme son maitre, va toutefois quitter Thornfield Hill un matin, et à partir de là, je me suis ennuyée ferme, j’aurais vraiment préféré qu’elle reste auprès de Rochester, même si cette fuite lui permet de retrouver ses origines et une partie de sa famille. Toutes ces digressions autour de la religion m’ont déplu et j’ai même sauté des passages car j’étais à deux doigts de l’abandonner.

Reste que Jane Eyre est un grand roman même si j’ai trouvé qu’il y avait trop de longueurs et d’atermoiements. Charlotte Brontë nous dresse ici un beau portrait de femme, qui veut être libre et indépendante, au milieu du 19è siècle, ça n’est pas si courant. Ce roman culte a bien évidemment inspiré plusieurs romancières, notamment à travers les personnages de gouvernantes pauvres et sans beauté, comme De pierre et de cendre de Linda Newbery que j’ai lu il y a peu, et bien évidemment Rebecca de Daphne du Maurier, un roman que j’ai préféré à Jane Eyre. Mrs de Winter prend vraiment racine dans Jane Eyre, si vous ne l’avez pas encore lu et que vous avez aimé Jane Eyre, vous ne pourrez qu’aimer Rebecca.

heart_4

Lu dans le cadre d’une lecture commune avec Claire et des challenges God save the livre édition 2013, Au service de, Cartable et tableau noirLa plume au féminin édition 2013, Les 100 livres à avoir lu, Thursday Next Challenge, Romans Cultes, ABC Babelio 2012-2013 et Challenge Victorien

   3225364373.2   challenge-cartable-et-tableau-noir     challenge-des-100-livres-chez-bianca    707219090    challenge-romans-cultes     critiquesABC2013     

Publicités

53 réflexions sur “Jane Eyre – Charlotte Brontë

    • Bianca dit :

      Non Syl à mon grand regret d’ailleurs, j’ai adoré bon nombre de passages mais beaucoup d’autres ont été trop ennuyeux à mon goût. ça me rassure que toi aussi tu sautes des passages 🙂

  1. bea dit :

    Je n’ai pas lu « Jane Eyre » mais j’ai vu le film qui « traînait » en longueur ! Je pensais quand même le lire mais après ton avis cela ne me donne plus envie ! bises.

    • Hajer dit :

      Chère Bea, bonjour,
      j’ai lu « Les oiseaux se cachent pour mourir » , « l’exorciste » , »Papillon », « Jane Eyre » « Les voix du coeur »… et je peux vous assurer que je n’ai pas aimé les films après avoir lu les romans.

  2. Onee-Chan (la bibli d'Onee) dit :

    La 4eme de couv était attirante mais après t’avoir lu je passe mon tour : j’attends d’en trouver un sur cette époque que je vais adorer – d’ailleurs du coup je vais aller chercher ceux que tu recommande, puisque de pierre et de cendre j’ai lu le suivant 😉

  3. Céline dit :

    Pour moi, c’était resté un coup de coeur même si les chapitres chez les St John m’ont moins plu… Je les ai vite lu pour savoir si Jane aurait le dénouement que je voulais ! J’espère lire Rebecca dans les deux mois qui viennent ! 🙂

    • Bianca dit :

      J’ai vraiment détesté les passages avec st john, passés les premiers, j’ai sauté tous les autres, je m’ennuyais trop, impossible pour moi d’avoir un coup de coeur à cause de ça. J’espère que tu aimeras Rebecca, moi j’ai littéralement adoré !!

  4. Laure dit :

    Je le lirai surement un jour pour en faire mon avis mais je crois que je risque aussi de m’ennuyer, je n’aime pas les longueurs. Enfin on verra 🙂
    Bonne journée bisous Bianca 😀

    • Bianca dit :

      Je ne suis pas trop adepte des longueurs, c’est vraiment ça qui m’a gêné et toutes les discutions avec st john que j’ai trouvé d’un ennui ! bonne journée bisous Laure

  5. latetedansleslivres dit :

    J’en garde un bon souvenir et je ne me souviens pas m’être ennuyée mais je l’ai lu il y a très longtemps.. Tu me donnes envie de le relire du coup ^^ (je ne me souvenais même pas que c’était un pavé hahah!) ^^

  6. Lili dit :

    Je ne rajouterai pas ce que je t’ai dit à propos de cette lecture sur laquelle nous nous rejoignons mais j’ajoute par contre que je t’ai taguée sur mon blog si le coeur t’en dit ^^
    Bisouxx Bianca ! ¨¨*

  7. belette2911 dit :

    Oh, mon coeur saigne ! Voilà un roman que j’avais expédié en trois coups de cuillère à pot tellement je l’avais aimé. Ok, le passage chez le dingue est moins gai, mais je trépignait parce que je voulais savoir si elle retournerait chez Rochester (j’avais triché et regardé la fin, malgré tout, j’avais toujours la trouille qu’elle ne revienne pas, cherchez pas à comprendre…).

    • Bianca dit :

      Oh il ne faut pas ! Moi aussi je trépignais, j’avais envie qu’elle retourne avec Rochester mais je trouve que l’auteure n’aurait pas du faire cette partie avec st john aussi longue, c’est dommage !

  8. Claire dit :

    Je viens de publier mon roman.
    J’ai de nouveau beaucoup aimé l’histoire d’amour (certains passages sont magnifiques), le portrait de la condition de la femme à l’époque victorienne…
    En revanche, certains passages m’ont semblé datés. Et surtout quel raseur ce glaçon de Saint-John! Comme toi, je me suis ennuyée en sa compagnie!
    Ce que tu dis de l’influence sur Rebecca me donne encore plus envie de me replonger dedans…
    Biz

    • Bianca dit :

      Nous avons exactement le même sentiment et le même ressenti sur Jane Eyre, ça me fait plaisir, je me sentais un peu seule à égratigner le mythe 🙂 Rebecca, il faut que tu le lises, je suis sûre qu’il va te plaire ! Bises

  9. metaphorebookaddict dit :

    4 étoiles pour un livre que tu as moyennement aimé tu es généreuse, pour ma part ça a été un coup de cœur, mais j’ai l’art et la manière de ne pas toujours aimer les livres comme tout le monde. Je te comprends donc…

    • Bianca dit :

      4 étoiles pour sa qualité littéraire, pour ses personnages et pour l’histoire d’amour magnifique. J’ai adoré tout sauf les passages avec st john, sinon c’était 5 étoiles

  10. magicetincelle dit :

    « Notre Janette, comme la surnomme son maitre, va toutefois quitter Thornfield Hill un matin, et à partir de là, je me suis ennuyée ferme, » Ah, tu ne t’es ennuyée qu’à ce moment là ? chanceuse ! non je rigole ! Perso, j’ai été très peu séduite par ce roman. Même si je reconnait la qualité de l’écriture et le portrait dressée par l’auteur sru cette époque, je me suis bcp ennuyé durant la lecture. J’ai détesté le début, et ce jusuq’à ce qu’elle quitte le pensionnat. Une fois chez Rochester ça allait mais même là, je trouvais certaines longueurs des fois (que je n’ai jms trouvé chez Jane Austen par exemple) et j’ai trouvé que l’intrigue sur « la personne mystère au manoir » n’apparaissait que trop tard. Je suis tout de même contente que le roman t’ai plus séduite que moi.

    • Bianca dit :

      Enfin, un commentaire d’une lectrice qui n’a pas aimé Jane Eyre ! Il y a un tel engouement autour de ce livre que ton commentaire me fait plaisir. J’ai trouvé que mis à part les passages st john, il y avait des longueurs, je l’ai d’ailleurs dit dans ma chronique. Je découvre depuis peu la littérature anglaise du 19è, je n’ai lu qu’un Jane Austen, et je ne suis pas autant dans l’ambiance que les autres, c’est peut être pour ça que Jane Eyre n’a pas été un coup de coeur

      • magicetincelle dit :

        Hihi, moi aussi je me sentais seule vis à vis de mon avis sur ce roman. Je n’ai lu que 2 Jane Austen et aussi Les Hauts de Hurlevent. J’ai beaucoup aimé les trois. Non vraiment, il n’y a que celui la qui n’est pas super bien passé. Après je ne suis pas une fan du XIX anglais comme beaucoup mais en général j’aime bien. Suzanna Clarke dans Jonathan Strange et Mr Norrell a aussi imité le style de cette époque, j’ai beaucoup aimé ! D’ailleurs je te le conseille, même si c’est assez particulier car c’est une sorte de mixte entre un Jane Austen et un livre fantastique avec magiciens 🙂

      • Bianca dit :

        Je n’ai pas encore lu Les hauts de Hurle-Vent et j’ai dans ma PAL Jonathan Strange et Mr Norrell, j’avoue que je ne sais pas quand je le lirais car il est énorme mais j’espère qu’il me plaira aussi, j’ai lu pas mal d’avis négatifs sur ce roman, du coup ça m’avait refroidi 🙂

  11. lectureetcie dit :

    je te rejoins, j’ai été déçu par ce livre dont on dit tellement de bien, peut être que j’en attendais trop, j’ai trouvé qu’il y avait trop de longueur, trop atermoiement, pour tant j’adore les livres de jane austen… J’ai aussi les hauts de hurle vent dans ma PAL mais du coup je suis moins motivée…

  12. Bluemoon dit :

    J’ai tellement aimé ce livre !! Ça a vraiment été un coup de cœur ! Je l’ai préféré aux Hauts de Hurle-Vent que je te conseille si tu ne les as pas lus (peut-être que tu les aimeras plus que celui-là ^^)

    • Bianca dit :

      Je n’ai pas encore Les hauts de Hurlevant mais j’ai prévu de le lire aussi, ici ce sont les passages avec le révérend qui m’ont surtout déplu, le reste était fort à mon goût !

  13. chapitreonze dit :

    Je viens de le lire dans le cadre de mon club de lecture ! J’ai adoré ! Je regrette même de ne pas l’avoir lu plus tôt. Certains passages m’ont paru aussi un peu longs, mais c’était surtout parce que je voulais connaître la suite 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s