Room – Emma Donoghue

Sur le point de fêter ses cinq ans, Jack a les préoccupations des enfants de son âge. Ou presque. Il ne pense qu’à jouer et à essayer de comprendre le monde qui l’entoure, comptant sur sa mère pour répondre à ses questions. Celle-ci occupe dans sa vie une place immense, d’autant plus qu’il vit seul avec elle dans la même pièce, depuis sa naissance. Il y a bien les visites du Grand Méchant Nick, mais la mère fait tout pour éviter à Jack le moindre contact avec lui. Jusqu’au jour où elle comprend qu’elle ne peut pas continuer à entretenir l’illusion d’une vie ordinaire. Elle va alors tout risquer pour permettre à Jack de s’enfuir.

room-emma-donoghueauteur-éditeur-pages J’aime décidément emprunter des livres à la médiathèque, j’ai parfois des déceptions mais le plus souvent, de belles surprises et c’est le cas ici de Room d’Emma Donoghue, un roman que j’ai failli prendre plusieurs fois, car estampillé « coup de cœur » de la médiathèque et de bon nombre de blogueuses, mais le sujet me faisait un peu peur. Aussi, si vous êtes comme moi, genre mère poule qui couve un peu trop ses poussins, abandonnez vos craintes et lisez Room. Ce livre m’a happée et je peux vous dire que les 400 pages ont été lues en 24h, ce qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps, c’est bien simple, je n’ai rien fait dimanche dernier, j’ai lu, lu, lu et encore lu, pressée de savoir le fin mot de l’histoire et prise dans les filets du petit Jack, tellement attendrissant. Plusieurs jours après avoir fini cette lecture d’ailleurs, je l’ai toujours en tête !

Le plus dur est maintenant pour moi de vous donner envie de lire cet excellent roman mais sans rien vous dévoiler de l’intrigue car il y a un vrai suspens et une tension autour de ce petit garçon et de sa maman, otages d’un prédateur.

On fait la connaissance de Jack, notre narrateur, le jour de ses 5 ans. Il vit avec sa maman dans une toute petite pièce qui fait à la fois office de cuisine, pièce de vie, chambre, salle de bains et toilette. L’enfant et sa mère ne sont pas victimes de la crise mais vivent en captivité, retenus prisonniers par Grand Méchant Nick qui a enlevé la jeune femme alors que celle-ci était encore étudiante. Depuis lors, elle vit dans ce réduit, à l’abri des regards. C’est dans cette unique pièce qu’elle subit jour après jour la violence de son ravisseur depuis 7 ans et qu’elle a donné naissance à Jack qui ne connaît rien d’autre que cet endroit. Ils sont seuls au monde, vivants l’un pour l’autre dans des conditions effrayantes : rationnement de la nourriture, peur de Nick, impossibilité de s’évader, routine insupportable, vie dans la terreur qu’un jour Nick les abandonne à leur sort, les condamnant ainsi à une mort certaine, et j’en passe. Mais tout cela, Jack ne le voit pas, pour lui sa vie est normale et se résume à cette pièce, aux meubles qui l’entourent et surtout à sa maman qui est tout pour lui.  Les seules fenêtres ouvertes sur le monde sont les quelques livres à leur disposition et la télévision où il regarde notamment Dora l’exploratrice, un personnage qu’il adore, mais la jeune femme préfère lui cacher qu’un monde existe à l’extérieur de leur prison, pour Jack, seuls eux deux et leur ravisseur existent sur terre. C’est ce que croit Jack jusqu’à ce que sa mère, n’en pouvant plus de cette captivité et de la peur qu’elle subit depuis trop longtemps, avoue enfin à son fils qu’ils sont prisonniers et que lui seul peut les sortir de là. Arriveront-ils à s’enfuir ? Qu’adviendra-t-il alors ? Il vous faudra le lire pour le découvrir !

Les premières pages sont déroutantes puisque c’est Jack qui en est le narrateur :  l’enfant raconte par le menu leur quotidien, toujours le même, et les meubles qui les entourent et auxquels il a donné des noms (Madame Table, Madame Porte, Petit Dressing, Madame Couette…). Il parle aussi beaucoup du rituel qui le rend davantage fusionnel avec sa mère, le Doudou-Lait (l’allaitement) qu’il prend chaque soir au coucher et avant chaque sieste.

Le roman ne se limite pas à décrire cet enfermement, il va bien au-delà, il éclaire notamment le développement d’un enfant vivant en vase clos, la relation mère-fils, la médiatisation… mais je ne souhaite pas en dire davantage, il faut juste le lire ! Les personnages sont très attendrissants et émouvants et Emma Donoghue réussit le tour de force de nous livrer un roman très juste, à la fois sensible et drôle, sur un sujet grave, inspiré d’un fait réel, sans jamais tomber dans le voyeurisme, le sordide ou le glauque.

Room est une histoire bouleversante et inoubliable que je vous recommande chaudement.

heart_4Lu dans le cadre du challenge La plume au féminin édition 2013God save the livre édition 2013 et Challenge Irlande et Littérature irlandaise

     challenge-irlandais

Publicités

28 réflexions sur “Room – Emma Donoghue

  1. labiblidonee dit :

    Je dois dire qu’il m’avait attirée avant que j’en lise des articles, mais j’avais aussi très peur de le trouver trop pour moi (trop glauque, ou violent, ou triste, ou je ne sais pas quoi exactement). Bon du coup je suis ton avis et celui d’une autre blogueuse : je le note, en croisant les doigts…!

    • Bianca dit :

      Je suis maman d’un garçon qui a presque l’âge du petit Jack et j’avais peur que ce roman soit trop triste ou glauque, il n’en est rien, vraiment je te le conseille !

  2. accalia dit :

    Même si ta critique donne envie, je crois que je vais faire l’impasse sur ce roman. Le thème me rebute trop, cela ne va pas être possible…

  3. Emma dit :

    Ce livre est dans ma PAL depuis cet hiver (je l’avais trouvé en grand format pour un euro, comme neuf, dans ma super librairie, je ne pouvais pas le laisser m’échapper, tu es d’accord ?!) mais j’ai très peur de l’affronter tant le sujet me semble difficile. Mais je ne lis que des éloges et je sais que tu es Maman (d’un Empereur et d’un Sami-Chameau, ce qui n’est quand même pas rien ^^), donc ton avis me paraît encore plus précieux et fiable, rassurant aussi, très encourageant. Voilà, j’ai enfin trouvé le mot ! Aussi, je vais ravaler mes craintes et me lancer dès que possible.
    A la bibliothèque, j’ai croisé deux autres ouvrages de l’auteure, mais les sujets ne me tentaient pas tellement.

    Bises ma petite Bianca 🙂

    • Bianca dit :

      Tu as bien fait de le prendre, à ce prix-là je l’aurais pris aussi 🙂 Le sujet est sensible mais comme tu le dis si bien, moi-même maman d’un Empereur et d’un Sami-Chameau (ce n’est pas rien en effet) j’ai pu venir à bout de ce roman car il est aussi plein d’espoir, et ce petit Jack est tellement attendrissant que j’ai aimé le suivre au gré de cette histoire. Bises ma petite Emma !

    • Bianca dit :

      Si tu peux l’emprunter ou l’acheter d’occasion, je te le conseille, ce n’est pas du tout un polar mais il y a une belle intensité tout de même !

      • belette2911 dit :

        Là, je ne dirai pas « merci Bianca » ! Comme si ma PAL me permettait ce genre de folie… et je suis si faible que j’ai du mal à résister.

  4. lauralitdeslivres dit :

    Comme vous j’ai emprunté ce livre à la médiathèque, et comme vous je l’ai lu en une journée, tellement j’étais captivée. L’écriture est fluide et l’auteur a réussi avec brio à retranscrire la vision d’un enfant de 5 ans. Je mets 4 coeurs également!

    • Bianca dit :

      Les premières pages sont un peu déconcertantes mais après, il m’a été impossible de le lâcher jusqu’au point final ! Peut-être que ta seconde tentative sera la bonne, je te le souhaite en tout cas !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s