Bestseller – Jesse Kellerman

Arthur Pfefferkorn est un prof de fac aux ambitions littéraires avortées (il aurait commencé 77 romans différents). Son plus vieil ami est le fameux William de Nerval, auteur de thrillers sanglants au succès international, qui compte Stephen King parmi ses fans. Pourtant, Arthur, qui s est toujours considéré comme l Écrivain, est très jaloux de la réussite de William. En outre, ce dernier a épousé la belle Carlotta, dont Arthur est épris depuis leur jeunesse. Un jour, William disparaît en mer. Arthur se rapproche alors de la veuve éplorée, et la tentation est grande de faire aussi main basse sur le dernier manuscrit de son ami. Plongé dans un monde truffé de clichés et d intrigues rocambolesques, Arthur se lance en quête de l’ultime secret : comment concocter un best-seller.

bestseller-jesse-kellermanauteur-éditeur-pagesJ’ai eu l’opportunité de découvrir le mois dernier le tout nouveau roman de Jesse Kellerman en avant-première, Bestseller, et je remercie les Editions des Deux Terres pour cette découverte. Je ne connaissais l’auteur que de nom bien que Les visages, son premier thriller soit dans ma PAL depuis un an !

Arthur Pfefferkorn, le héros de Jesse Kellerman, est un professeur de littérature dans une fac américaine et l’auteur d’un premier livre publié dans les années 60, qui n’a pas rencontré son public comme on dit pudiquement, ce qui est une source de frustration pour lui. Son ami d’enfance, William de Nerval, qui n’avait pourtant, contrairement à lui aucune fibre littéraire, est devenu l’un des plus grands auteurs de bestseller du moment et un véritable phénomène d’édition. Auteur de romans d’espionnage et créateur d’un héros ressemblant à s’y méprendre à James Bond, il publie chaque année des livres calibrés pour être des bestsellers, bestsellers qui ont fait sa fortune comme il se doit. Cerise sur le gâteau : William a épousé Carlotta, l’amour de jeunesse d’Arthur. Autant dire que les deux hommes se sont un peu perdus de vue, Arthur jalousant la réussite insolente de son ami dont les livres n’ont aucune valeur littéraire à ses yeux.

Aussi lorsque William disparaît en mer, Arthur s’empresse de consoler Carlotta, une veuve qui n’a pas l’intention de pleurer son défunt mari, ce qui tombe fort bien. Lors d’une de ses visites, Carlotta fait visiter le bureau de William à Arthur, sur lequel est posé son dernier manuscrit inachevé, la tentation de le lire est trop forte et Arthur le vole à la nuit tombée ! Il le lit et décide de retravailler le texte qu’il trouve fort mauvais dans l’état. Et le roman aussitôt achevé est publié et caracole en tête des meilleures ventes !

Tout cette première partie est savoureuse et donne l’occasion à Kellerman de nous faire découvrir l’envers du décor et les relations avec l’éditeur en quête de bestseller : peu importe la qualité du texte, ce qui compte c’est de proposer aux lecteurs ce qu’ils attendent. Le roman n’est qu’un produit commercial au même titre qu’un paquet de céréales et il bénéficie du même traitement marketing et publicitaire : communiqué de presse, budget, plan média, argumentaire de vente, tournée promotionnelle, etc.

Arthur est heureux, il est un auteur reconnu et aimé du public, il gagne beaucoup d’argent ce qui lui permet de gâter sa fille mais en plagiant le roman de William de Nerval, il met le doigt dans un engrenage qui va le conduire à sa perte. Kellerman s’en donne alors à cœur joie et nous livre ici une comédie policière totalement farfelue avec une hypothèse sur les bestsellers qui l’est toute autant, théorie du complot particulièrement tirée par les cheveux à la clé.  C’est souvent drôle mais aussi trop excessif pour moi.

La lectrice que je suis ne peut qu’être séduite par toute la première partie du livre, qui m’a littéralement emballé mais la tournure que prend ensuite l’histoire m’a déçue.  L’auteur pousse sa théorie à l’extrême et ce qui est drôle au début devient grotesque et terriblement lassant. Les actions s’enchaînent avec outrance et excès et j’ai trouvé que l’auteur s’y prenait bien mal : les situations sont surréalistes et la théorie devient une vaste farce. Jesse Kellerman a-t-il voulu pasticher les romans d’espionnage ? Je ne saurai le dire mais j’aurai préféré que l’auteur de best-seller qu’il est (et fils d’auteurs de best-sellers) aille plus loin dans l’exploration du premier thème : la fabrication d’un bestseller. La seconde partie est pour moi totalement ratée !

heart_3

Publicités

26 réflexions sur “Bestseller – Jesse Kellerman

    • Bianca dit :

      Toute la partie sur les livres, les bestsellers est excellente, j’ai vraiment aimé, après ça se gâte ! Les visages a l’air de faire l’unanimité, je le sortirai de ma PAL mais pas tout de suite !

  1. Natiora dit :

    J’ai « Les visages » dans ma PAL, je vais plutôt me contenter de celui-ci. Ton avis ne me donne pas trop envie de lire « Bestseller », j’ai peur d’être moi aussi déçue.

  2. maghily dit :

    Je suis justement occupée à lire Les Visages (et j’ai beaucoup de mal à rentrer dedans – ca doit faire 2 semaines que je suis dessus, c’est pour dire).
    Ton résumé m’a donné envie de lire Bestseller et ta critique m’a aussitôt refroidie ! Ca, combiné au peu d’enthousiasme que suscite chez moi Les Visages, je pense que je ne vais pas tenter celui-ci tout de suite !
    J’espère que ta prochaine lecture te plaira davantage !

  3. Syl. dit :

    J’ai toujours un pile de thrillers à lire et le temps me manque. Pour l’instant, je ne note pas… j’ouvre mon carnet que pour les coups de coeur des copines.

  4. Céline dit :

    Je ne suis pas sure de le lire. Je l’emprunterai peut-etre à l’occasion à la médiathèque mais ce n’est pas certains vu ton avis mitigé..
    J’espère que tes prochaines lectures seront plus convaincantes car tu enchaines les déceptions en ce moment.
    Bises

    • Bianca dit :

      Si tu as l’occasion de le lire grâce à la médiathèque tu te feras ton propre avis. Ce mois-ci, j’ai beaucoup de déceptions en effet, heureusement que je lis des livres sympas avec les garçons ! Bises et bon dimanche !

  5. Claire dit :

    J’avais lu les visages qui ne m’avait pas fait une forte impression.
    Ce que tu dis de ce nouveau roman de Jesse Kellerman ne me fait pas envie…Dommage car l’idée de départ était pas mal. Je crois que je vais passer mon tour….
    Biz

  6. Philippe D dit :

    Eh bien, je suis tout à fait d’accord. J’ai aimé la première partie du récit et je me suis profondément ennuyé avec la deuxième partie. Je me suis même surpris à sauter des pages pour avoir plus vite fini.
    J’ai eu comme l’impression que j’avais affaire à deux auteurs différents!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s