Les quatre de Baker street tome 2 : Le dossier Raboukine

Londres, 1890. Billy, l’apprenti détective, Charlie, la petite fille grimée en garçon, et Black Tom le monte-en-l’air sont trois gamins des rues unis par une solide amitié. Accompagnés du matou Watson, ils arpentent les bas-fonds de l’East End, menant enquêtes, filatures et autres missions de confiance pour le compte d’un certain… Sherlock Holmes. Ce nouvel opus voit nos héros se mêler d’une ténébreuse affaire impliquant des révolutionnaires russes exilés à Londres et la police secrète du Tsar… Nos protagonistes vont avoir fort à faire pour déjouer machinations, trahisons et mauvais coups…

les-quatre-de-baker-street-2-le-dossier-raboukineauteur-éditeur-pagesAprès le très bon premier tome L’affaire du rideau bleu, j’avais hâte de poursuivre la lecture des aventures des Quatre de Baker Street et c’est tout naturellement que je me suis tournée vers le second volume de la série, Le dossier Raboukine. Si j’ai trouvé cette seconde histoire un tout petit peu moins bonne que la précédente (mais en ce moment je trouve tout moins bien !), je remarque que les auteurs connaissent bien cette époque et son contexte politique et que les dessins et couleurs sont toujours aussi beaux.

Ce second récit qui se déroule en 1890 permet de nous familiariser avec la population de Londres et le contexte social de l’époque victorienne. L’intrigue est mieux ficelée et résolument plus politique ici que dans le précédent opus. Black Tom, Charlie et Billy, sans oublier Watson le chat, viennent en aide à Katia Ivanovna, dont le compagnon Anton est accusé d’avoir tué plusieurs prostituées à la manière de Jack L’éventreur. La jeune femme a fui la Russie et le régime impérial pour mieux préparer la révolution avec un groupe de russes communistes en exil à Londres. Ils sont poursuivis par l’okhrana, la police secrète du tsar, qui souhaite éliminer les anarchistes par tous les moyens. Une intrigue plus intéressante pour l’adulte que je suis mais qui parlera nettement moins au public visé : les enfants et les adolescents qui seront peut être un peu perdus dans cette histoire d’espionnage.

Comme dans L’affaire du rideau bleu, Holmes est absent de Londres, parti enquêter sur un violon à Vienne et nous le retrouverons à nouveau en fin de volume pour l’épilogue, avec l’apparition de Mycroft Holmes en cerise sur le gâteau. Nos trois jeunes amis vont s’empresser de jouer les détectives pour Katia, venue au 221B Baker Street pour y rencontrer le grand détective. Nos apprentis détectives vont-ils réussir à innocenter Anton et tenir l’okhana en échec ? Je ne vous le dirai pas bien sûr mais sachez que tout au long de la cinquantaine de pages, il va y avoir des rebondissements, des trahisons et du suspense, mais la fin, précipitée et un peu brouillonne, pêche un peu. Second bémol : les personnalités des Francs-tireurs ne sont pas suffisamment développées à mon goût mais seulement esquissées, nous sommes témoins de leur amitié et de leurs chamailleries mais leur vie quotidienne ne tient pas grand place dans ce volume.

Reste que cette série est vraiment très agréable à lire et à suivre et que je compte bien lire rapidement le tome 3, il me tarde d’ailleurs que les garçons s’intéressent à la bd car elle leur plaira sûrement, ils sont déjà fans de Sherlock Holmes !

heart_3

Lu dans le cadre des challenges Victorien 2013 et British mysteries  :

challenge-victorien-2013    2168108069.2

Publicités

23 réflexions sur “Les quatre de Baker street tome 2 : Le dossier Raboukine

  1. Céline dit :

    Comme toi, j’avais trouvé ce deuxième tome un peu en dessous du premier. J’ai préféré les deux derniers et j’espère qu’il en sera de même pour toi !
    Bises et bon week end Bianca

  2. myloubook dit :

    Je trouve que les deux derniers tomes sont les meilleurs (j’ai lu hier le 3e que ma médiathèque a racheté). Dans le 4e notamment on développe plus la personnalité des franc-tireurs et l’intrigue est excellente dans le tome 3.

  3. belette2911 dit :

    J’avais bien aimé, surtout pour le contexte de ce qui se passait à Londres à l’époque de mon détective préféré (mais bon, cette maladie incurable dure depuis tellement d’années).

    Le tome 3, avec l’asile de Bedlam est extra, mais plus sombre. Contente d’apprendre que tes garçons sont fans de Sherlock Holmes, c’est une bonne maladie ! 😉

    • Bianca dit :

      Je n’ai lu que les 2 premiers mais je continue la série pendant les vacances, les graphismes sont fabuleux, les histoires bien constuites, je te les conseille !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s