Annie Sullivan & Helen Keller – Jonathan Lambert

Née en 1880 dans l’Alabama, la petite Helen Keller devient aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, suite à une maladie. Elle se trouve alors dans l’incapacité de communiquer avec son entourage, si ce n’est avec quelques gestes maladroits. Sa vie va être bouleversée l’année de ses six ans, quand ses parents engagent Annie Sullivan comme préceptrice. Elle-même malvoyante, celle-ci a appris à enseigner la langue des signes à l’Institut Perkins pour les aveugles. Elle va prendre en charge l’éducation d’Helen Keller et, au fil des mois, réussir non seulement à établir un contact avec l’enfant, mais aussi à lui apprendre la langue des signes, puis l’écriture. Les deux femmes resteront amies à vie. Annie Sullivan et Helen Keller relate l’histoire de cette extraordinaire rencontre. Une véritable leçon d’humanité, magnifiquement dessinée par Joseph Lambert.

Annie-Sullivan-Helen-Keller-jacques-lambertauteur-éditeur-pages

Avant d’ouvrir cette bande dessinée, je ne connaissais pas du tout l’existence d’Annie Sullivan et d’Helen Keller. Cette dernière est en revanche une personnalité fameuse aux Etats-Unis que l’on célèbre chaque 27 juin lors du Helen Keller’s Day.

Cette grand figure du féminisme et du socialisme américains est née en 1880 dans l’Alabama, sans problème oculaire et entendante mais devient aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, sans doute des suites d’une scarlatine ou d’une méningite. Elle est alors incapable de communiquer avec son entourage. Sa vie va être bouleversée à l’âge de six ans quand ses parents engagent Annie Sullivan comme gouvernante…

Annie Sullivan quant à elle est une orpheline d’origine irlandaise très marquée par la mort prématurée de son petit frère Jimmie, emporté d’une tuberculose de la hanche six mois après leur entrée à l’hospice de Tewksbury, qui fournissait alors nourriture et abri aux migrants mais qui contenait également une aile pour les malades mentaux. A l’âge de cinq ans, Annie est victime d’un trachome qui lui fera presque perdre totalement la vue, heureusement elle pourra bénéficier d’opérations qui lui rendront une bonne acuité visuelle et intégrera l’institut Perkins pour aveugle où elle recevra le soutien de son directeur le docteur Anagnos qui lui confiera la petite Helen Keller.

C’est avec un certain enthousiasme que je me suis lancée dans la découverte de ces deux personnages mais j’ai rapidement été déçue. Déjà, le début de l’histoire, présenté sans paroles est incompréhensible lorsque l’on ne connaît pas comme moi l’essentiel du sujet, j’aurai aimé que Jonathan Lambert propose une courte présentation, car encore une fois si l’histoire d’Helen Keller est très connue en Amérique, elle ne l’est pas ailleurs ! Les dessins ne m’ont pas emballées non plus : le traitement des couleurs est intéressant mais le graphisme des visages, qui se ressemblent tous, m’a déconcertée, surtout lorsqu’Helen ou Annie sont en pleurs, leurs traits s’effondrent littéralement.

Autre point noir selon moi, les flash-backs mal insérés qui arrivent comme un cheveu sur la soupe.

J’ai aimé en revanche être plongée dans le quotidien d’Annie et Helen, découvrir la méthode d’Annie Sullivan : une langue des signes adaptée à Helen, elle épelle chaque mot doigt contre doigt, tout ceci est très bien expliqué, de façon pédagogique et précise, il faut quand même se concentrer sur les images pour la comprendre, c’est une bd qui demande des efforts de concentration, elle ne se lit pas si facilement.

Il y a beaucoup de passages très émouvants d’ailleurs car les débuts sont difficiles entre le professeur et l’élève, et la vie de ces deux femmes est une lutte incessante pour affronter les autres, s’affranchir et s’imposer en tant que femmes libres, heureusement elles ont toutes d’eux un sacré tempérament et deux caractères forts qui leur permettront de surmonter bien des obstacles.

Tout ceci est couronné par une double victoire, celle d’Anne Sullivan et celle d’Hellen Keller, victoire sur le handicap et sur l’entourage pas toujours compréhensif.

Une belle histoire à découvrir mais un graphisme laid et parfois incompréhensible qui m’ont gâchée ma lecture, d’où ce billet en demi teinte.

heart_3

Lu dans le cadre du challenge A tous prix (Eisner Award 2013)

logo-challenge-c3a0-tous-prix

Publicités

10 réflexions sur “Annie Sullivan & Helen Keller – Jonathan Lambert

  1. Gwen dit :

    Tu me donnes envie de relire mon livre sur l’histoire d’Helen Keller! C’est dommage que tu n’aies pas été entièrement satisfaite… C’est vrai que lorsqu’on attend d’en découvrir sur un personnage et que l’attente n’est pas comblée, c’est frustrant. Avec un autre livre peut-être?

    • Bianca dit :

      Je pense que cette bd convient aux lecteurs qui connaissent déjà l’histoire de ces deux femmes, d’autant que ça s’arrête à l’enfance d’Annie

  2. Mitidollz dit :

     » j’aurai aimé que Jonathan Lambert propose une courte présentation, car encore une fois si l’histoire d’Helen Keller est très connue en Amérique, elle ne l’est pas ailleurs !  »

    Ben il est américain justement, c’est peut-être davantage à Caetla de faire cette courte présentation pour son lectorat qui méconnaît l’histoire d’Helen Keller 😉

    • Bianca dit :

      Tu as tout à fait raison, l’éditeur aurait du faire ce travail mais cela aurait été intéressant de mon point de vue que l’auteur fasse une petite présentation de ses deux héroïnes

  3. Tasse de culture dit :

    Comme toi, je ne connais pas Helen Keller, du coup, j’imagine assez ta frustration sur l’absence de présentation de son histoire. Je ne me rappelle plus si elle fait partie de notre commande BD mais je la lirai peut-être en me renseignant d’abord sur Helen.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s