Etiquette & espionnage – Le pensionnat de Melle Géraldine tome 1 – Gail Carriger

Angleterre, début du XIXe siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mme Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady, aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Mlle Géraldine pour le perfectionnement des jeunes dames de qualité.

Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage – le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr.

Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante.

etiquette-et-espionnage-le-pensionnat-de-mlle-geraldine-gail-garrigerauteur-éditeur-pagesC’est avec une certaine impatience que j’ai ouvert Etiquette & espionnage, mon tout premier roman steampunk et dont je salue la magnifique couverture, pile dans l’ambiance du roman !

Nous sommes en Angleterre au début du 19è siècle. Sophronia Temminnick née dans une nombreuse fratrie, elle la 4è fille de la famille qui compte aussi plusieurs fils, et c’est un vrai garçon manqué. Elle est passionnée par les machines et leurs mécanismes et ne s’intéresse évidemment pas à ce qui passionne les jeunes filles de son époque, à savoir courir les bals, avoir de belles robes et trouver un bon parti pour l’épouser.

Sa mère, débordée par sa progéniture, décide de l’envoyer au pensionnat de Mademoiselle Géraldine afin qu’elle apprenne à devenir une véritable jeune fille, prête à marier. Ce que Madame Temminnick et Sophrona ignorent c’est que ce pensionnat est en fait un institut où les jeunes filles apprennent l’art d’espionner, de déjouer les complots et si besoin, de tuer. Diantre !!

Sophronia rejoint donc la vénérable institution escortée de Melle Géraldine, de Dimity qui va devenir sa meilleure amie et de Pillover, le jeune frère de Dimity. En chemin, la petite troupe est attaquée par une escouade de bandits de haut vol, à la recherche d’un mystérieux prototype. De quoi s’agit-il ? Qui l’a en sa possession ? Sophronia va devoir mettre en pratique ses leçons pour le découvrir.

L’univers steampunk et victorien, peuplé de loups garous, de vampires, de valets robotisés, de méchanimal… que je ne connaissais pourtant pas du tout, m’a d’emblée intéressée. Les nombreuses péripéties qui émaillent le récit aussi. Les personnages sont sympathiques mais manquent terriblement de profondeur et mon vif intérêt s’est émoussé une cinquante de pages avant la fin.

Étiquette & Espionnage est certes le premier tome d’une série jeunesse, il en pose les bases, développe bien le concept de l’école d’espionne à travers les leçons reçues par les élèves mais il finit par devenir un peu trop indigeste à mon goût.

Je m’attendais à une histoire pleine d’humour et de dérision, il n’en est finalement rien. L’histoire patiemment tissée pendant 300 pages se résout très brusquement et facilement et m’a laissé par conséquence un peu sur ma faim.

Reste que ce roman est un sympathique divertissement qui plaira surtout au jeune public, ce qui est l’essentiel et que j’ai tout de même lu avec un certain plaisir. Merci à Babelio et à Orbit pour cette lecture rafraichissante.

heart_3

Lu dans le cadre d’une lecture commune avec Fanny

Publicités

19 réflexions sur “Etiquette & espionnage – Le pensionnat de Melle Géraldine tome 1 – Gail Carriger

  1. Sandrine dit :

    Vu l’agréable surprise qu’a été sa précédente série et parce que j’aime le steampunk, je tenterai au moins le premier tome de celle-ci.

  2. Tesrathilde dit :

    C’est plus ou moins ce que j’allais dire, Sandrine ! :p J’ai trop aimé le Protectorat de l’Ombrelle pour ne pas laisser de nouvelle chance à l’auteur, surtout que vu l’intrigue et l’environnement il faudrait qu’elle me déçoive énormément par certains aspects pour que j’en reste au premier tome. (J’ai continué des séries pour moins que ça… !)

    • Bianca dit :

      Si j’en ai l’occasion, je pense que je continuerai cette série car j’ai bien aimé l’univers développé par Gail Garriger et peut-être me laisserai-je tentée par Le protectorat de l’Ombrelle ?

  3. Alison Mossharty dit :

    Je n’ai lu que le 1er tome de son autre saga Alexia (j’me souviens plus du nom de famille =D) qui était sympathique mais je n’avais pas perçu vraiment le « steampunk » dedans ! Alors, je ne sais pas si cette nouvelle saga me convaincras … Mais je suis contente que tu aies passé un bon moment avec quand même !

    • Bianca dit :

      J’ai aimé l’univers fait de machines et de quelques créatures extraordinaires mais je ne pense tout de même devenir adepte de ce genre, mais de temps en temps pourquoi pas !

  4. roxou06 dit :

    Il me tente bien, malgré la petite déception de ta chronique…. après, les sagas jeunesses me laissent un peu sur ma faim désormais également… peut être que je vieillis ,)

  5. lydieetseslivres dit :

    Steampunk kesako ? J’ai du regarder sur internet la définition de ce style littéraire, sans trop avoir compris, je dois l’avouer. Je me sens vraiment de la vieille école 😦

    Il ne me reste plus qu’à essayer pour voir si le genre me plait mais pas par celui ci visiblement.
    Merci pour la découverte.

  6. fannydumanoirauxlivres dit :

    Je suis d’accord avec toi pour l’ensemble de ta chronique sauf sur les personnages que j’ai davantage apprécié. Comme je l’ai noté dans mon billet j’aurais adoré que les cours et la vie de l’école soient davantage détaillés… En ce moment je relis le 1er Harry Potter, je crois que c’est à cause de ça que ces précisions m’ont manqué. 😉
    Dommage qu’il n’y ait pas 3,5 sur Babelio car 3 est trop faible et 4 est trop haut pour moi…
    Ravie d’avoir partagé cette LC. A très vite avec le billet de Pentecost Alley!

    • Bianca dit :

      Je suis d’accord 3 est trop faible et 4 trop fort, un 3,5 serait plus juste ! Contente d’avoir partagé cette lecture avec toi Fanny 🙂

  7. Tasse de culture dit :

    Je passe mon tour pour celui-ci vu ton avis réservé et vu que je n’avais pas accroché au protectorat de l’ombrelle…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s