Ashworth Hall – Anne Perry

En cette fin de XIXe siècle, les dissensions politiques et religieuses en Irlande n’en finissent pas d’empoisonner le gouvernement britannique ; la guerre civile menace. Une rencontre secrète est alors organisée entre protestants et catholiques irlandais dans le superbe manoir d’Ashworth Hall, et le commissaire Pitt se voit contraint d’assurer, en toute discrétion, la sécurité du lieu. Aidé de l’inspecteur Tellman et de sa femme Charlotte, Pitt surveille le déroulement de cet événement à hauts risques tandis que la tension monte entre les invités. Lorsque l’un des convives est assassiné, l’atmosphère du château pourrait bien tourner à l’explosion de violence et mettre en péril la paix de tout le royaume.

ashworth-hall-anne-perry auteur-éditeur-pagesAprès le décevant Traitors Gate et l’excellent Pentecost Alley, place à Ashworth Hall, le 17è tome de la série Thomas et Charlotte Pitt que j’avais hâte de retrouver comme chaque mois.

Le roman s’ouvre sur la mort de Denbigh, un policier anglais, infiltré chez les Fenians, les nationalistes irlandais. Pitt est immédiatement appelé sur les lieux mais le procureur Cornwallis lui confie non pas cette enquête, mais la protection d’Ainsley Greville, un haut fonctionnaire du ministère de l’intérieur à qui on a confié la délicate mission de présider une conférence entre irlandais, protestants d’un côté et catholiques de l’autre. Cette conférence doit avec lieu à Ashworth Hall, l’une des résidences de campagne d’Emily et Jack Radley, et c’est tout naturellement qu’incombe à Pitt cette mission de protection.

Charlotte et Thomas, accompagnés de Gracie promue camériste pour l’occasion et de l’inspecteur Tellmann, qui doit faire office de valet pour Pitt, ce qui ne l’enchante guère, prennent la route pour le manoir d’Ashworth Hall. Leur mission, connue uniquement des Ridley et de Greville, se veut discrète. Mais malheureusement pour Pitt, Greville est retrouvé mort dans son bain quelques jours plus tard. Le meurtre ne fait aucun doute mais l’enquête s’avère comme toujours délicate car les apparences sont trompeuses, Greville ayant pu être tué pour empêcher un accord de surgir sur la question irlandaise mais aussi en raison de ses mœurs.

De toute la série des Charlotte et Thomas Pitt, c’est à mon sens l’un des moins réussis. J’ai eu du mal à rentrer dans l’intrigue en raison du contexte politique et de l’abondance de noms qui m’ont un peu perdus, j’ai eu du mal à les distinguer les uns des autres, à cerner leurs personnalités qui sont nettement moins développées que dans les autres romans.

L’enquête policière n’est pas très aboutie, je l’ai même trouvé plutôt brouillonne et floue et la fin, très abrupte, arrive brutalement comme si Anne Perry avait voulu en finir, faute d’idées.

Ce 17è tome est comme toujours l’occasion de retrouver les différents protagonistes et de mettre l’un d’eux particulièrement en lumière : Gracie Philipps la petite bonne des Pitt qui fait montre encore une fois d’une bonne dose de jugeote et de courage, elle forme d’ailleurs un étonnant duo avec Tellmann qui est nettement plus développé ici. M’est avis qu’on va retrouver de nouveau ces deux-là et qu’une romance entre eux ne m’étonnerait pas !  Leurs échanges ne manquent en tout cas ni de sel ni de piquant.

Ce dix-septième opus est une déception mais Anne Perry n’a pas son pareil pour bien faire évoluer ses personnages, ce que j’apprécie beaucoup. Je retrouverai avec bonheur les Pitt dans le tome 18,  Brunswick Gardens !

heart_3

Lu dans le cadre d’une lecture commune avec Claire, Fanny, Sybille, Soie, Belette, Lara et Céline et des challenges Anne Perry, Challenge Victorien 2013 et British mysteries  :

anneperry2-copie-1    challenge-victorien-2013    2168108069.2

Et du Plan Orsec 2014 pour PAL en danger :

pal-orsec-20141

Publicités

24 réflexions sur “Ashworth Hall – Anne Perry

      • belette2911 dit :

        Il est terminé depuis hier soir et j’ai bien aimé le côté politique Irlande catho / protestant & Angleterre dans le rôle de la méchante.

        Sans parler du côté huis-clos. Bon, le fils qui autopsie son père, ça l’fait moins…

        J’avais déjà trouvé les deux qui me semblaient les plus suspects et j’avais raison, mais bon, une n’était pas si coupable que ça… 😉

  1. Soie dit :

    En fait les membres de la conférence eux mêmes sont souvent cités mais sont éclipsés par les autres personnages. J’ai aussi eu du mal à me rappeler qui appartenait à telle ou telle religion, sauf en faisant des rapprochements comme « lui, c’est le frère de Kezia donc il est protestant ».
    Je serai absente en août donc je vous retrouve en septembre.
    Bonne journée.

  2. Tasse de culture dit :

    Comme d’habitude nous avons le même avis sur ce tome. J’ai beaucoup aimé suivre Gracie qui est un personnage très attachant. J’aimerais bien qu’il y ai une romance avec Tellman, je crois que ça me rendrait ce dernier plus sympathique !!

    • Bianca dit :

      Comme d’habitude en effet ! Je pense qu’Anne Perry nous prépare une romance entre Tellman et Gracie, il apparait déjà nettement plus sympathique dans cet opus

  3. Lara dit :

    J’ai eu le même problème pour savoir qui des personnes est qui et ensemble avec qui. Pour le prochain livre d’ Anne Perry, je vais me faire des notes pendant la lecture de noms 🙂

    • Bianca dit :

      C’était trop confus, franchement c’est la première fois que je le ressens et c’est mon 17è ! dommage que tu nous rejoignes pour le moins bon mais je suis contente que tu continues en août 🙂

  4. belette2911 dit :

    Je peux lire vos chroniques, je l’ai terminé hier soir. Adoré le huis-clos, mais vu la profusion de personnages, j’avais pris des notes en début : leurs noms et leurs convictions religieuses, ce fut plus facile. J’ai bien aimé 😉

      • belette2911 dit :

        Moi ça a été, hormis l’autopsie pratiquée par le fils… :/

        Pas noté dans les annales comme celui avec le Congo, mais j’ai aimé, oui 😉

  5. Claire dit :

    Comme d’habitude, nos avis se rejoignent Bianca. Ce n’est pas le meilleur opus en termes d’enquête ou d’intrigue mais j’ai beaucoup aimé l’évolution de certains personnages et je sens que je vais guetter les prochains instants entre Gracie et Tellman.

    • Bianca dit :

      En effet, c’est presque toujours le cas d’ailleurs ! J’espère que le prochain volume sera meilleur, il faut que je ne tarde pas à l’acheter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s