Inferno – Dan Brown

Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard, se réveille en pleine nuit à l’hôpital. Désorienté, blessé à la tête, il n’a aucun souvenir des dernières trente-six heures. Pourquoi se retrouve-t-il à Florence ? D’où vient cet objet macabre que les médecins ont découvert dans ses affaires ? Quand son monde vire brutalement au cauchemar, Langdon décide de s’enfuir avec une jeune femme, Sienna Brooks. Rapidement, Langdon comprend qu’il est en possession d’un message codé, créé par un éminent scientifique qui a consacré sa vie à éviter la fin du monde, une obsession qui n’a d’égale que sa passion pour « Inferno », le grand poème épique de Dante. Pris dans une course contre la montre, Langdon et Sienna font tout pour retrouver l’ultime création du scientifique, véritable bombe à retardement, dont personne ne sait si elle va améliorer la vie sur terre ou la détruire…

inferno-dan-brownauteur-éditeur-pages

Florence. Robert Langdon, professeur en symbiologie, se réveille dans une chambre d’hôpital sans aucun souvenir des dernières heures qui viennent de s’écouler. Manifestement on en veut à sa vie, c’est tout du moins la conclusion évidente qu’il tire lorsqu’une tueuse surgit dans l’hôpital et abat de sang froid le médecin italien chargé de le soigner.

Langdon prend alors la fuite en compagnie du second médecin auprès de lui, Sienna Brooks. Elle n’oublie pas de prendre au passage la veste du professeur qui contient un mystérieux cylindre.

Serait-ce pour ce dernier qu’on en veut à la vie de Langdon ? Cet objet créé par un brillant scientifique, passionné par Dante Alighieri, l’auteur de La Divine Comédie et plus particulièrement par son Inferno, veut sauver l’humanité mais à sa manière. Adepte d’une solution radicale pour mettre fin à la croissance exponentielle de la terre et au tarissement de ses ressources, il a prévu de répandre un virus, à la manière de la peste, un fléau ayant pour but de réduire drastiquement le nombre de vies sur terre de 7 à 4 milliards.

S’ensuit alors 600 pages de courses poursuites, tentatives de meurtres, rebondissements en tous genres au coeur de Florence, dans ses ruelles et ses monuments et à la fin un détour par Istambul. Dan Brown nous propose une histoire intéressante, solidement documentée et une balade très agréable dans cette cité italienne qui a vu naître Dante et la Renaissance.

Je n’avais pas lu Dan Brown depuis le raz-de-marée Da Vinci Code, et oui parfois je suis un vrai mouton, qui m’avait je l’avoue bien plus intéressée que ce titre agréable à lire mais que j’ai trouvé trop long. Abondance de rebondissements, évasions… nuit plus qu’il ne sert ici, tout du moins à mon sens. Si l’intrigue principale et toutes les incursions sur Dante et L’Enfer sont vraiment intéressants, le roman a quelques travers notamment celui de se confondre parfois avec un guide touristique richement documenté et de s’éloigner du véritable thriller.

Le sujet principal du livre est malgré tout plutôt d’actualité et intéressant, il m’a beaucoup questionné mais il est noyé dans des descriptions et des longues narrations, il méritait mieux. Quant à la fin, elle ne m’a pas convaincue et lorsque j’ai refermé le roman je me suis dit « tout ça pour ça ? ».

Un roman qui comme tout bon best seller qui se respecte se lit bien mais s’oublie aussitôt.

heart_3Lu en lecture commune avec Céline et Onee dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

et du Plan Orsec 2014 pour PAL en danger :

pal-orsec-20141

Publicités

30 réflexions sur “Inferno – Dan Brown

  1. latetedansleslivres dit :

    La conclusion que tu donnes pour ce livre c’est un peu le même sentiment que j’ai eu pour les autres livres de Dan Brown, donc pas sûre que je tenterai celui-ci, en fout cas, ça ne sera pas une priorité!

  2. Syl. dit :

    Je n’ai rien lu avec ce cher Langdon mais j’ai vu les adaptations ciné qui étaient au final pas mal, un bon divertissement.
    Je le note pour Noël… j’ai dans ma PAL les 2 autres.

  3. Chantal dit :

    Tout à fait d’accord.Le livre est moins passionnant que Da Vinci Code.Reste le plaisir de se promener dans Florence.

  4. marion dit :

    J’ai vu le film Da vinci code, que j’avais assez moyennement apprécié, mais j’ai de plus en plus envie d’essayer de lire l un des livres de Dan Brown

  5. Asphodèle dit :

    Je l’ai offert à mon frère cet été qui a lu 300 pages en deux jours et…après a traîné, à la fin de la semaine il ne l’avait toujours pas fini donc il ne me l’a pas laissé (oui, je fais des cadeaux intéressés parfois 😆 ) !!! Le da Vinci Code m’avait plu, en son temps, je verrai pour celui-ci…

  6. belette2911 dit :

    Pourquoi notent-ils encore que Dan Brown est l’auteur de « Da Vinci Code » ?? Y’en a qui ne le savent pas encore ?? 😆

    Je passe directement ! J’ai pris du plaisir de lecture avec le Code, mais le reste, non merci ! J’ai donné.

  7. valou dit :

    la fin n’est pas fameuse, il me semble m’en souvenir. La richesse des infos fait la force de ses romans, qui sont très bien documentés. Alors que j’avais été à Florence quelques mois avant cette lecture, c’était sympa de courir dans ces rues avec Robert Langdon.
    Mais, le gros défaut, pour moi, est la similitude de narration et d’intrigues entre tous ses romans avec Robert Langdon, justement ! Toujours les mêmes idées qui en découlent et, au final, il est très aisé de comprendre qui est le vrai méchant de l’histoire !

    • Bianca dit :

      Le roman est très bien documenté je suis d’accord avec toi et la balade dans Florence est agréable mais ça ne suffit pas, en tout cas pour moi, pour en faire un bon thriller

  8. Chapitre Onze dit :

    J’avais hâte de lire ton billet sur ce livre, car on m’avait dit qu’il n’était pas si bien que ça. Tu confirmes donc cette information qu’on m’avait donnée. Je me rends souvent compte que les best sellers et moi ça fait 2.

  9. ludopuledt dit :

    Salut, Dan Brown est un de mes auteurs préféré et j’ai lu tout ces livres…
    Je le trouve tout simplement génial, oui oui un génie – n’ayons pas peur des mots 🙂
    Concernant Inferno, je suis tout à fait d’accord avec toi (Quel sacrilège pour moi de critiquer Dan – Pardonne moi 😮 ), l’histoire de fond est prenante, intéressante même mais que de longueurs…
    Je trouve que là est le plus grand défauts de Dan Brown, ce prendre de temps à autre pour le routard 🙂

    • Bianca dit :

      Je ne suis pas une inconditionnelle de Dan Brown, je n’ai lu que le Da vinci code qui m’avait captivé et Inferno que j’ai trouvé bien trop long, comme toi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s