Pour l’amour du chocolat – José Carlos Carmona

Lausanne, 1922. Adrian Troadec, dix-huit ans, livreur de lait de son état, tombe amoureux de la jeune violoncelliste Alma Trapolyi. Après s’être essayé sans succès à la musique et aux échecs, il pense pouvoir la conquérir avec du chocolat et ouvre sa boutique : Le Petit Chocolat Troadec. C’est le début d’un empire et le point de départ d’une saga familiale, savoureuse et mouvementée.

pour-l-amour-du-chocolat-jose-carlos-carmonaauteur-editeur-pagesSuisse, début des années 20, Adrian Troadec est un livreur de lait sans instruction lorsqu’il tombe fou amoureux d’Alma Trapolyi, fille d’un chef d’orchestre et violoncelliste de grand talent. Prêt à tout pour séduire la jeune femme qui reste insensible à son charme, il se met en tête d’apprendre la musique puis les échecs pour se rapprocher de son père et de l’objet de son amour.

En vain. Mais en découvrant son amour pour le chocolat, il décide d’ouvrir une chocolaterie, espérant qu’enfin la jeune femme éprouve les mêmes sentiments que lui.

Je vous avoue que c’est bien évidemment ce titre très gourmand qui m’a attiré en premier lieu, la quatrième de couverture promettait une saga familiale savoureuse et mouvementée. Mouvementée elle l’est car en seulement un peu plus de 160 pages très aérées, José Carlos Carmona que je découvre ici, fait pleuvoir les rebondissements.

Savoureuse, elle ne l’est pas et c’est bien dommage. Un titre tellement alléchant promettait des saveurs, des effluves de chocolat, des secrets de fabrication… en un mot de la gourmandise et il n’est est rien ! Adrian devient totalement par hasard le plus gros fabricant de chocolat sans avoir pour autant la passion du chocolat.

Le schéma narratif est quant à lui un peu particulier puisque le récit est découpé en cent chapitres d’une dizaine de lignes à deux pages chacun qui croquent les personnages, leurs évolutions et leurs péripéties avec une économie de phrases et de mots qui assèchent un peu trop le récit à mon goût mais ce n’est pas vraiment ça qui m’a gênée.

Cette brièveté de propos n’empêche pas l’auteur de plonger ses personnages dans la réalité historique de l’époque : montée du nazisme, seconde guerre mondiale, abolition de la ségrégation raciale aux Etats-Unis… tout est en filigrane sans pour autant jamais développer le récit. Carmona se contente de jouer sur les coïncidences de dates entre les moments de vie des personnages, les bouleversements et les évènements politiques et culturels mondiaux de l’époque.

La déception vient surtout comme je le disais plus haut du manque de gourmandise, de truculence auxquelles le récit se prêtait pourtant formidablement bien.

Un roman dont je ne garderai pas un grand souvenir !

heart_2Lu dans le cadre du Plan Orsec 2014 pour PAL en danger :

pal-orsec-20141

Publicités

17 réflexions sur “Pour l’amour du chocolat – José Carlos Carmona

  1. Alison Mossharty dit :

    Dommage, j’avais bien aimé cette lecture perso. Après, je comprends ton avis surtout que tu attendais quelque chose d’assez précis !
    Dans ces cas là il faut vite passer à une autre lecture histoire de ne pas rester sur un mauvais sentiment 😀

  2. céline dit :

    Je n’ai rien lu de cet auteur encore, je lis pourtant beaucoup de littérature espagnole. Quel dommage pour cette lecture décevante, le titre était pourtant prometteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s