Quai d’Orsay – Christophe Blain & Abel Lanzac

Dans les deux tomes de Quai d’Orsay, nous suivons Arthur, le nouveau conseiller en charge du langage du ministre Affaires étrangères, qui tente de se familiariser avec les mécanismes du pouvoir, les subtilités de la diplomatie et de la politique, et la personnalité singulière d’Alexandre Taillard de Vorms… Arthur, l’ensemble des conseillers et le directeur de cabinet essaient de garder le cap malgré le tourbillon des crises internationales et des coups de tête du ministre.

quai-d-orsay-lanzac-blainauteur-editeur-pages

Arthur Vlaminck vient d’être engagé au Quai d’Orsay, en tant que conseillé chargé des langages du ministre des affaires étrangères, Alexandre Taillard de Vorms. A lui d’écrire les discours, les fiches et les synthèses du ministre, une tâche délicate et loin d’être simple.

Le scénariste et dessinateur Christophe Blain assisté d’Abel Lanzac, nous emmènent dans les coulisses de la diplomatie à la française sous l’ère Dominique de Villepin que l’on reconnaît bien dans le personnage du ministre Alexandre Taillard de Vorms, à la fois truculent, cultivé, charmeur, éloquent et très énervant.

On assiste aux réunions de cabinet avec le directeur de cabinet Claude Maupas et la myriade de conseillers diplomatiques, ce qui donne lieu à des planches passionnantes et éminemment drôles.

Cette intégrale reprend les deux volumes déjà publiés : dans la première partie, on suit grâce à Arthur, les prémisses de l’offensive diplomatique des Etats-Unis pour attaquer le Lousdem (l’Irak), soupçonné de détenir des armes de destruction massive. Les à-côtés de la diplomatie française au Quai d’Orsay sont particulièrement croustillants.

Dans la deuxième partie, la France affronte les américains par le biais des discours prononcés à l’ONU et marque son opposition à la guerre. On se souvient tous du fameux discours de Dominique de Villepin à la tribune des Nations-Unies qui a marqué les esprits et a été chaudement applaudi.

L’intrigue est rythmée, sans temps mort, l’humour omniprésent, et c’est d’autant plus drôle que les situations et les dialogues sont réalistes. Le dessin en revanche m’a nettement moins emballée mais je m’y suis faite et cela n’a pas gêné ma lecture.

Quai d’Orsay est en ce qui me concerne une très bonne surprise que j’ai lu d’une traite tant le sujet est intéressant et bien traité, le tout avec une dose d’humour qui m’a vraiment fait rire, notamment les passages autour du stabilo du ministre totalement hilarants ou lorsque l’ordinateur d’Arthur se retrouve à court de batterie et que personne ne trouve de prise pour le brancher et ce quelques minutes avant de passer à la tribune de l’ONU !

Les dialogues sont aussi de grande qualité avec de brillantes réparties, je suis emballée ! Mon seul bémol concerne les dessins, sinon le coup de cœur était là !

Une bd que je vous recommande vivement, vous l’aurez compris non ?

heart_4

Publicités

13 réflexions sur “Quai d’Orsay – Christophe Blain & Abel Lanzac

  1. Alison Mossharty dit :

    J’ai adoré aussi cette BD ! Les 2 tomes ont été très sympa à lire (c’est le genre de BD qui me fait vraiment rire, je suis très sensible à cet humour ^^)
    Je suis contente que tu aies aimé malgré les dessins =)

  2. Midola dit :

    Tu me fais penser que j’ai passé le premier tome à mon mari et qu’il doit être enseveli quelque part sous sa table de nuit… Il avait beaucoup aimé lui aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s