Sous les couvertures – Bertrand Guillot

Un samedi soir, une librairie de quartier. Comme toutes les nuits, sitôt le rideau tombé, les livres s’éveillent et se racontent leurs histoires… Mais ce soir, l’heure est grave : les nouveautés viennent d’arriver, et les romans du fond de la librairie n’ont plus que quelques jours pour trouver un lecteur ! Pour sortir par la grande porte, il leur faudra s’unir et prendre la place des best-sellers solidement empilés près de la caisse. Autant dire qu’ils n’ont pratiquement aucune chance…

sous-les-couvertures-bertrand-guillotauteur-editeur-pagesUn samedi soir dans une librairie de quartier comme il y en a des milliers en France. Le libraire, proche de la retraite et totalement désabusé, et son assistante quittent les lieux sans avoir eu le temps de préparer le carton destiné au pilon. Pas grave, ils le feront lundi.

Mais une fois les lumières éteintes et le store baissé, les livres s’animent et deviennent et particulièrement vivants. Ils prennent possession de la vieille librairie, s’ébrouent, sortent de leurs étagères et se livrent à des joutes épiques pour ne pas finir dans le carton du pilon.

Avec un tel pitch, comment la lectrice allait-elle résister à l’envie de lire Sous les couvertures ? Et bien elle n’a pas lutté et a succombé et elle a bien fait (vous avez vu je parle de moi à la troisième personne, n’importe quoi !).

Bertrand Guillot signe ici un bel hommage aux livres, à la lecture mais aussi à tous les métiers du livre : éditeurs, libraires, auteurs et distributeurs mais aussi les salons du livre ou les rencontres avec les auteurs en librairie.

Et tout le monde y passe, à l’exception des bibliothèques puisqu’il est question icu de l’acte d’achat du livre par des lecteurs et non leur emprunt.

Tout au long du récit, l’auteur alterne entre personnages livres et personnages humains. Il décrit par le menu ce qui se passe dans la libraire et la bataille qui opposent les livres (best seller, classiques, politiques, romances, d’académiciens…) pour ne pas finir au pilon.

Mais il nous fait également côtoyer le libraire vieillissant, son fils avocat élevé dans l’amour des livres mais qui ne lit plus et en vient à travailler pour un géant en ligne sans oser l’avouer à son père. Sarah, sa jeune assistante pleine de projets qui veut redonner un second souffle à la librairie menacée de fermeture, sa colocataire journaliste, et les auteurs présents à un salon du livre en Province.

L’auteur en profite pour mener une réflexion de fond sur les (dys)fonctionnements du monde de l’édition et ce qu’était le livre hier, ce qu’il est aujourd’hui et ce qu’il sera demain. Il va aborder le livre papier bien sûr mais aussi les liseuses, la suprématie du commerce en ligne et la disparition des librairies indépendantes.

Des sujets très sérieux donc mais que Bertrand Guillot traite avec beaucoup d’esprit, de dérision, d’humour et de facétie.

Merci aux Editions rue Fromentin pour cette lecture qui a passionnée et divertit la lectrice que je suis !

heart_4

Publicités

30 réflexions sur “Sous les couvertures – Bertrand Guillot

  1. frenchbooklover dit :

    Décidément, tu es une tentatrice. Forcément, je note et j’essaierai de l’emprunter ou de le trouver très prochainement.

  2. Phinette dit :

    Bonjour Bianca, il s’agit d’un joli roman dont on sent qu’il est fait par un amoureux des livres pour les amoureux des livres, c’est cette passion que j’ai trouvé touchante au delà même du thème original et de l’écriture. Contente qu’il t’aie plu ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s