Le mystère de la chambre noire – Serge Rubin

L’arrivée d’un camion Peugeot jaune fonçant à plus de 20 km à l’heure ne passe pas inaperçue dans ma rue. De la grille du jardin, je peux voir d’étranges appareils à manivelle, soigneusement rangés dans des caisses en bois, et un chapiteau. C’est certainement le véhicule d’un forain. De grandes lettres rouges peintes sur le capot forment le mystérieux mot cinématographe À l’avant du camion, qui est abrité mais pas fermé, se tiennent fièrement deux adultes et un jeune garçon. Ce dernier a la même tignasse que le chauffeur et la même allure canaille.

le-mystere-de-la-chambre-noire-serge-rubinauteur-editeur-pages

Eté 1908, le cinématographe débarque dans la petite station balnéaire de La Barre des Monts en Vendée grâce à M. Baudry et son fils Clément, forains montreurs de cinématographe qui débarquent à bord d’un camion jaune.

Jeanne, la fille du médecin, assiste émerveillée à sa première séance, bravant ainsi l’interdit paternel, encore traumatisé par l’incendie du bazar de la charité causé par la combustion des vapeurs de l’éther utilisé pour alimenter la lampe du projecteur du cinématographe le 4 mai 1897, auquel il avait échappé miraculeusement.

Jeanne, fascinée par cette invention, se lie d’amitié avec Clément et accepte même d’être filmée sur la plage main dans la main avec le jeune garçon par M. Baudry, pionnier de la réalisation. Celui-ci ayant capté involontairement l’image de diplomates des Balkans en pleines négociations secrètes, il est retrouvé grièvement blessé dans sa chambre fermée à clé de l’intérieur et mise à sac.

Que s’est-il passé ? Clément et Jeanne, aidés de Joseph La Ficelle, un journaliste de Ouest-Éclair, qui flaire le scoop, vont mener l’enquête pour découvrir le mystère de la chambre noire…

Voilà un petit roman sélectionné pour le prix des Incorruptibles qui ne manque pas de charme et d’intérêt et qui plaira autant aux filles qu’aux garçons, puisque nos héros forment un sympathique duo qui n’a pas froid aux yeux et qui n’hésite pas à enfourcher vélos et motos pour échapper à leurs poursuivants.

Serge Rubin signe ici une charmante histoire pleine de fraîcheur qui a la bonne idée de plonger les jeunes lecteurs au début du 20è siècle, au temps où le cinématographe est muet, en noir et blanc et qu’il se regarde sous des chapiteaux.

Un temps où le cinéma n’est pas une industrie mais un vrai artisanat. L’auteur a le mérite de nous apprendre plein de choses sur cette technologie naissante et dangereuse mais également sur le climat historique de l’époque que je trouve bien rendu ici.

Clément est un petit titi gouailleur qui mène la vie de bohème des forains et Jeanne se révèle être une féministe en herbe qui n’hésite pas à damer les pions aux hommes, et à son père en particulier. L’atmosphère du roman est plutôt convaincante et même si l’intrigue est un peu convenue, elle réserve tout de même un peu de suspens et son lot de rebondissements.

Un sympathique roman policier, hommage à Gaston Leroux, qui plaira aux jeunes lecteurs à partir de 12 ans.

heart_3

Publicités

4 réflexions sur “Le mystère de la chambre noire – Serge Rubin

  1. Ariane dit :

    Il me semble très sympa ce livre. Mais je n’ai pas d’enfants de cet âge dans mon entourage à qui l’offrir, du moins pas qui aiment lire.

  2. frenchbooklover dit :

    Je suis passée à côté de ce roman. J’ai trouvé la thématique de la découverte du cinéma ambulant intéressante mais je n’ai pas du tout accroché à l’intrigue policière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s