Nigaudus Maximus : Ave César, Nigaudus te salue ! – Tim Collins

Moi, c’est Nigaudus Maximus. Un jour, je serai le plus grand héros romain de tous les temps ! Bon, pour l’instant, ce n’est pas gagné. Mon père ne veut pas que j’apprenne à me battre, et ma mère ne s’occupe que de ses poulets sacrés. Sans parler de mes amis qui passent leur temps à se moquer de moi. Mais je vais leur montrer ! Je sais qu’un féroce guerrier sommeille en moi. J’espère juste qu’il va bientôt se réveiller…

nigaudus-maximus-tim-collinsauteur-editeur-pages

Fils d’un sénateur romain, Nigaudus Maximus rêve de devenir un héros. Malheureusement pour lui, ses muscles se font attendre et il n’a pas l’intelligence très vive.

Ses modèles sont les gladiateurs stars des arènes et son frère aîné, Robustus, qui comme son nom l’indique est une montagne de muscles doublé d’un légionnaire romain de grand courage, tout ce que Nigaudus n’est pas.

Il vit dans une demeure cossue de Rome en compagnie de sa mère, qui voue un culte aux cochons et aux poulets sacrés, de son père et de leur nombreuse domesticité composée d’esclaves.

A douze ans, il estime qu’une grande carrière de héros lui est destinée, et à force de supplier son père, parvient à se faire donner des leçons par un maitre d’armes, chargé de lui apprendre à monter à cheval et à se battre.

Mais lors d’une de ses ballades dans les rues de Rome, il surprend une conversation entre deux individus qui veulent assassiner le grand Jules César et se met en tête de déjouer ce complot.

Tim Collins nous propose ici le journal intime d’un adolescent romain qui nous narre au fil des jours son quotidien d’une façon drôle et loufoque qui plaira aux garçons dès 9 ans, notamment grâce à son humour pipi-caca-vomis qui a fait le bonheur de mes fils qui hurlaient de rire en le lisant !

Outre son humour, qui est un bon point en tout cas pour mes garçons, Tim Collins fait découvrir à son lectorat, la vie au temps de la Rome antique et assène mine de rien une bonne leçon à ses lecteurs qui apprendront tout sur les sacrifices d’animaux, les gladiateurs, les esclaves, la lessive à la romaine qui blanchissaient le linge avec de l’urine, les banquets…

Les illustrations d’Andrew Pinder aèrent le texte, ce qui est idéal pour ceux qui n’aiment pas beaucoup lire comme mon grand et participent à l’humour potache de Nigaudus.

Personnellement, j’ai trouvé cet humour potache trop lourd c’est la raison pour laquelle je donne 3 sur 5, mes garçons en revanche ont adoré et délivrent un 5 sur 5 et c’est bien là le principal puisque ce livre leur ai destiné et a rempli vraiment son rôle.

L’empereur qui d’habitude rechigne à lire, prenait Nigaudus Maximus de lui-même pour découvrir la suite de l’histoire, mission donc remplie pour Tim Collins !

Un grand merci à Brigitte et aux éditions Flammarion pour cette incursion réussie dans la Rome antique.

heart_3

Publicités

5 réflexions sur “Nigaudus Maximus : Ave César, Nigaudus te salue ! – Tim Collins

  1. belette2911 dit :

    Non merci, pas pour moi ! 😀 Par contre, je serais toujours des vôtres pour la LC du 1er juin car j’ai trouvé le Thomas Pitt qui me manquait !!! Yes !

  2. frenchbooklover dit :

    Comme tu le sais, l’humour potache m’a vraiment déplu. En revanche,comme toi, je trouve que ce roman est parfait pour son cœur de cible et qu’il permet d’apprendre pas mal de choses sur l’histoire et la vie quotidienne des Romains.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s