Germania – Harald Gilbers

Berlin, été 1944. De jeunes femmes sont retrouvées mortes, nues et mutilées, devant des monuments aux morts de la Première Guerre mondiale. Contre toute attente, le SS-Hauptsturmführer Vogler fait appel à Richard Oppenheimer, l’ancien enquêteur star. Pourtant Oppenheimer est juif et donc officiellement interdit d’exercer… Tiraillé entre son quotidien misérable dans une  » maison juive  » et le confort que lui offre son nouveau statut, Oppenheimer est de plus en plus inquiet. Tous les indices pointent vers un assassin appartenant à l’élite nazie, si Oppenheimer échoue, son destin est scellé. Mais n’est-il pas encore plus dangereux de démasquer le coupable ? Pendant les derniers jours du Reich, les tensions sont à leur comble…

germania-harald-gilbersauteur-editeur-pages

La guerre dure depuis quatre années déjà lorsque démarre le récit le dimanche 7 mai 1944, presque un an jour pour jour avant la fin du conflit. La SS et la Gestapo maîtrisent le peuple, verrouillent la presse et le Reich pour les 1000 ans à venir doit triompher quel qu’en soit le prix.

Malheureusement pour le pouvoir en place, Germania, la cité rêvée par Adolphe Hitler pour devenir la capitale mondiale du IIIè reich, en lieu et place de Berlin, est devenue l’aire de jeu d’un tueur en série. L’homme s’en prend aux femmes d’une façon particulièrement cruelle : il leur enfonce un clou dans chaque oreille avant de les tuer et d’ôter leur vagin.

Le Haupsturmführer (capitaine de police) Vogler chargé de résoudre cette affaire piétine. Il demande alors de l’aide à Richard Oppenheimer, ex commissaire de police, révoqué pour sa juiverie, spécialiste des tueurs en série. Marié à Lisa, une aryenne, il vit dans une maison juive.

L’enquête est secrète car les autorités craignent l’implication d’un homme du parti et devoir engager un juif pour arrêter un SS n’est pas à leur goût. L’étrange duo va tout de même plutôt bien s’entendre et tout mettre en œuvre pour arrêter le tueur en série.

Germania est un polar historique magistral comme il y en a peu, véritablement passionnant et mené de main de maître de bout en bout par Harald Gilbers. L’auteur nous plonge au cœur de ce Berlin bombardé dans une ambiance de fin de règne et il est intéressant de voir l’envers du tableau, au moment où les alliés débarquent en Normandie.

On se rend compte au fil des pages que l’ensemble du peuple allemand n’est pas fasciste, qu’il y a aussi une résistance à Hitler et que des mains se tendent pour faire sortir les juifs du pays.

Outre l’aspect historique qui m’a passionné, l’enquête policière est elle aussi totalement captivante et le duo Vogler / Oppenheimer ne manque pas d’intérêt non plus.

Un roman policier digne des meilleurs polars et un grand roman historique qui m’a permis d’apprendre beaucoup de choses sur ce Berlin fin de règne et sur les arcanes du pouvoir SS.

Je ne peux que vous recommander Germania si vous aimez les polars historiques et que vous vous intéressez à la seconde guerre mondiale, il ne manquera pas de vous captiver comme il a su le faire avec moi.

Un grand merci aux éditions Kero pour ce coup de cœur !

 

heart_5

Lu dans le cadre des challenges 1 pavé par mois  et A tous prix (prix Glauser du meilleur premier roman policier 2013) :

challenge-un-pave-par-mois   logo-challenge-c3a0-tous-prix

Publicités

26 réflexions sur “Germania – Harald Gilbers

  1. lydieetseslivres dit :

    J’adore voir les choses de l’autre côté du miroir. La seconde guerre mondiale côté allemand est très peu exploitée. En plus cela fait plusieurs mois que je n’ai pas lu un roman policier. Je ne vais donc pas passer à côté de celui-ci.

  2. Cleanthe dit :

    Je note ce titre. Je trouve que le polar est un excellent genre pour aborder la période du nazisme. Je ne sais pas si tu connais l’excellente trilogie de Philip Kerr consacrée elle aussi à cette période sombre de l’histoire.

  3. Tasse de culture dit :

    Je suis tellement contente de lire que tu as apprécié ce roman et encore mieux : c’est un coup de coeur !
    J’ai également beaucoup aimé cette histoire et cette plongée dans le Berlin de 1944.

  4. Asphodèle dit :

    Je suis un peu lassée de cette époque (lue et relue) mais pourquoi ne pas tenter si tu en as fait un coup de coeur ? 😉 c’est bien aussi de voir comment les écrivains contemporains se réapproprient l’histoire…

  5. Lupa dit :

    J’avoue que je préfère nettement la formule polar historique au polar classique ! C’est un sacré plus qui nous permet d’apprendre plein de choses sur une période donnée ^^ Je le note donc sans hésiter, merci 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s