Le vol de la Joconde – Jean-Yves Le Naour & Didier Bontemps

21 août 1911. Vers sept heures du matin, un individu vêtu d’une blouse blanche dérobe le tableau le plus célèbre du monde au beau milieu du musée du Louvre. La Joconde a disparu !
Pour retrouver le chef d’oeuvre que son auteur Léonard de Vinci avait cédé par testament à la France en 1519, le célèbre préfet Lépine apporte son concours à l’enquête en la confiant au plus fin limier du pays, le commissaire Vaud.

le-vol-de-la-joconde-jean-yves-le-naourauteur-editeur-pages

21 août 1911, la Joconde disparaît du musée du Louvre. Qui a bien pu voler cette œuvre célébrissime et impossible à vendre ? Sans doute un collectionneur déclare le commissaire Vaud au préfet Lépine lorsque ce dernier lui confie l’enquête.

Car après un vol d’une telle ampleur et d’un retentissement international, le président du conseil fait appel à l’élite de la police française, les célèbres brigades mobiles, plus connues sous le nom de brigades du Tigre.

Vaud mal aidé de ses subordonnés Maigrait, Navareau et Colombeau va enquêter dans le milieu de l’art.

Cette BD en noir et blanc signée Jean-Yves Le Naour & Didier Bontemps est tirée d’une histoire vraie, celle du vol de la Joconde le 21 en août 1911. Durant deux années, la police française se cassera les dents sur toutes les pistes pour tenter de remettre la main sur le tableau de Léonard de Vinci.

Non seulement la police ne va jamais retrouver la piste du tableau et de son ravisseur mais elle va soupçonner tour à tour l’Allemagne, la Belgique, l’Argentine, l’Italie, les milliardaires américains, les juifs, les journalistes et surtout deux personnages qui vont devenir célèbres à leur tour : Pablo Picasso et Guillaume Appollinaire.

Comment la Joconde a-t-elle réintégrée le Louvre dans ces conditions ? Figurez-vous que ce n’est que la maladresse du voleur qui la fera réapparaître en décembre 1913 à Florence. La police retrouvera alors la Joconde sous le lit de Vincenzo Peruggia qui souhaitait la rendre à son pays d’origine, persuadé que Napoléon l’avait volé !

En s’inspirant de cette histoire vraie Le Naour et Bontemps insistent sur l’aspect rocambolesque de l’enquête et sur la méconnaissance de la police des milieux artistiques.

Les deux auteurs reprennent par le menu les pistes toutes plus ridicules les unes que les autres que la police a suivi pendant deux ans, sans succès.

Une fiction historique amusante qui joue sur les jeux de mots et les références parfois vraiment hilarantes, comme par exemple affubler les inspecteurs des noms de policiers célèbres du petit écran ou reprendre les paroles de L’été indien à la vue de Marie Laurenci, j’en passe et des meilleures.

Le vol de la Joconde a le mérite de revenir sur un épisode pas forcément très connu de nos jours, qui a ridiculisé la crème de la police de l’époque, les brigades créées par Clémenceau et que je vous conseille si vous souhaiter à la fois rire et vous instruire !

heart_3

Publicités

12 réflexions sur “Le vol de la Joconde – Jean-Yves Le Naour & Didier Bontemps

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s