La disparue du Père-Lachaise – Claude Izner

Paris, 1890. Quelle n’est pas la surprise de Victor Legris de voir débarquer Denise Le Louarm, la gouvernante de son ancienne maîtresse, Odette de Valois, dans sa librairie de la rue des Saints-Pères. La jeune femme est visiblement bouleversée. Elle lui apprend qu’Odette est devenue depuis peu adepte de ce spiritisme tant en vogue, a disparu à la suite d’un étrange rendez-vous au cimetière du Père-Lachaise. D’abord sceptique, Victor ne peut s’empêcher de s’interroger et le voilà lancer sur la piste de son ancienne maîtresse.

heart_3auteur-editeur-pagesla-disparue-du-pere-lachaise-claude-izner

Novembre 1889, dans la province du Cauca, non loin du canal de Panama, on retrouve le corps sans vie d’Armand de Valois, géologue à la compagnie du canal interocéanique. Peu avant son décès, il avait envoyé à sa femme Odette, restée à Paris, une petite peinture prénommée La vierge en bleu.

Pendant ce temps là à Paris, sa femme Odette prend du bon temps avec Victor Legris et semble se soucier comme d’une guigne de son cher mari, jusqu’au jour où un courrier lui apprend son décès. Là, elle prend le plus sérieusement du monde le deuil et cherche à entrer en contact avec son esprit grâce à Zénobie Turner, une voyante.

L’esprit de son mari lui demande d’apporter la peinture dans le caveau du Père-Lachaise et Odette entend suivre ses instructions à la lettre, là voilà donc partie pour le cimetière en compagnie de sa petite bonne bretonne, Denise.

Cette dernière prend peur et laisse sa maîtresse seule dans le caveau familial et l’attend à la sortie, les heures passent et le Père-Lachaise est sur le point de fermer et toujours pas d’Odette.

Sur les conseils du gardien, elle regagne le domicile des de Valois mais sa maîtresse ne revenant toujours pas, elle décide dès le lendemain de voir Victor Legris, l’ancien amant d’Odette qui, ne semble pas s’inquiéter outre mesure de cette disparition mais promet à la petite bonne de l’aider à retrouver son employeure.

Un an après Mystère rue des Saints-Pères, Victor Legris, co-directeur de la librairie Elzévir et son commis Joseph, sont une fois de plus mêlés à une enquête policière, au grand dam de l’inspecteur Lecacheur et de Tasha.

Ils ne seront pas de trop de deux pour démêler le vrai du faux dans ce volume où les faux semblants sont nombreux. Jojo, qui rêve de prendre la relève d’Emile Gaboriau, l’inventeur du roman policier, traque le moindre entrefilet parlant de disparition ou meurtre, glané dans le Passe-Partout, son quotidien favori.

Quant à Victor Legris, le libraire qui plait tant aux dames, il aime surtout filer hors de la librairie et se promener dans Paris, entre deux rendez-vous avec sa maîtresse Tasha, artiste peintre. Ce deuxième opus nous permet de retrouver les personnages rencontrés dans le premier : Joseph et Victor bien sûr mais aussi Kenji, le père adoptif de Victor et Mme Euphrosine Pignot, la mère de Jojo !

Comme dans le premier volume, j’ai beaucoup aimé la reconstitution du Paris de cette fin du 19è siècle que les deux auteurs cachés sous le pseudonyme de Claude Izner, connaissent sur le bout des doigts, c’est vraiment agréable de mettre ses pas dans ceux de Victor et de partir à la découverte des lieux tels qu’ils devaient être il y a maintenant plus d’un siècle.

L’enquête policière, qui ne démarre vraiment qu’après une centaine de pages, est à mon sens mieux ficelée et plus intéressante, elle m’a donné du fil à retordre même si j’ai finalement trouvé le coupable mais assez peu de temps avant notre duo d’enquêteurs amateurs !

Un opus intéressant et divertissant, plein d’humour, à l’atmosphère bien rendue qui me donne envie de poursuivre la série, je lirai donc avec plaisir Le Carrefour des Écrasés.

Lu dans le cadre d’une lecture commune avec Céline, Fanny, Le livre d’après, Camille, Laure et Claire  

Advertisements

27 réflexions sur “La disparue du Père-Lachaise – Claude Izner

  1. Le livre d'après dit :

    Comme toi, j’ai trouvé ce roman divertissant et intéressant, mais c’est surtout l’atmosphère de ce Paris de la fin du XIXème qui me plaît beaucoup. Je participerai donc volontiers à la 3ème LC !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s