Bordemarge – Emmanuelle Nuncq

Un mousquetaire rebelle quitte le château de Bordemarge au galop. Après avoir fomenté un coup d’État, Le duc Silas a lancé ses troupes de pirates sur les traces de Roxane, l’héritière légitime du trône, qui a réussi à s’enfuir. Violette, bibliothécaire déprimée, aurait adoré lire ce genre d aventures rocambolesques. Aussi, le jour où, pour échapper à ses ennemis, Roxane traverse un tableau magique qui donne sur le monde réel et envoie Violette à sa place à Bordemarge, cet échange est l’occasion rêvée pour la bibliothécaire de troquer son quotidien contre des péripéties incroyables. Saura-t-elle déjouer les plans de l’infâme Silas ? Une chose est sûre : à Bordemarge, tout est possible, il suffit de le vouloir !

heart_3auteur-editeur-pagesbordemarge-emmanuelle-nuncq

Août 1984. Violette est bibliothécaire à Allancourt, comme sa mère avant elle. Depuis la mort de cette dernière et sa rupture avec son fiancé qui l’a laissé tombée, elle vit seule avec son chat. Aigrie et malheureuse, elle fuit toute relation sociale et se réfugie dans les livres. Cachée derrière ses grosses lunettes et ses habits noirs, personne de fait attention à elle excepté son collègue Christian qui essaie de sympathiser avec elle, sans succès.

Roxanne, héritière du royaume de Bordemarge depuis la mort de son père le bon roi Louis, fuit les hommes du duc Silas, assassin du roi et ci-présent maître absolu de Bordemarge, puisqu’il lui a ravi sa place sur le trône.

En fuyant justement, Roxanne va traverser un tableau et tomber littéralement sur Violette. Sous la menace de son épée, elle va lui ravir ses vêtements afin de passer incognito. Sur ces entrefaites, les hommes de main de Silas vont emmener Violette à Bordemarge, la prenant pour Roxanne.

Roxanne va devoir traverser le tableau une nouvelle fois et rejoindre Bordemarge afin de sauver la pauvre Violette, menacée d’exécution.

Je ne connaissais pas ce titre avant de le voir dans les nouveautés de la médiathèque mais vous connaissez sans doute (ou pas) mon goût pour les histoires de cape et d’épée (films comme romans), ce qui explique que j’ai eu envie de lire ce roman jeunesse que je conseillerai aux jeunes collégiens.

L’histoire imaginée par Emmanuelle Nuncq est un peu folle et va à cent à l’heure, impossible de s’ennuyer tant l’auteure imprime à son récit un rythme vif, trop vif à mon goût, je me sentais perdue par moments.

Ce qui m’a beaucoup plu en revanche c’est que l’auteure s’amuse avec les codes des romans et des films de cape et d’épée, notamment avec la typologie des personnages : les russes et les bruns sont automatiquement des méchants, les blonds des gentils, etc.

Même si le dénouement est prévisible, Emmanuelle Nuncq réussit à quand même nous surprendre. Les personnages réels, Christian et Violette, réussissent à s’insérer dans les pages du roman, et donc dans cette aventure. Violette reprend goût à la vie grâce à Bordemarge. Quant aux héros de papier, ils font bouger les lignes et évoluent sacrément.

Il y a néanmoins un certain nombre de clichés qui m’ont un peu gênée, notamment la bibliothécaire aigrie qui s’habille en noir, n’a pas d’amis et vit avec son chat, entourée de livres rangés par classification, me paraît excessif même s’il faut sans doute le prendre au second degré.

Pour finir, l’idée de base du roman m’a plu et Bordemarge est un roman plutôt divertissant même s’il n’est pas exempt de défauts, il plaira à son jeune public.

Publicités

12 réflexions sur “Bordemarge – Emmanuelle Nuncq

  1. lafontmagali dit :

    J’avais découvert se livre après la lecture de la série cœur d’encre de Cornélia Funcke ….il ne m’a pas laissé un grand souvenir mais je me rappelle avoir pris plaisir au moment de la lecture….je le relirais peut-être au vu de ta critique 🙂

  2. Tesrathilde dit :

    L’auteur m’a beaucoup agacée car je ne savais pas bien à qui elle s’adressait : tantôt nous avons droit à des petits clins d’œil « entre adultes », tantôt elle y va avec de gros sabots et des blagues plus que potaches, tantôt elle étale ses références littéraires ou culturelles… La construction de certains dialogues et paragraphes m’avait aussi gênée. J’ai pensé en le refermant que quelques mois de travail en plus sur le livre n’auraient certainement pas été gâchés, parce qu’à côté il y a des idées vraiment sympathiques.

  3. Tasse de culture dit :

    On l’a au boulot et il plait pas mal. Il faudrait que je prenne le temps de le découvrir… Mais il y a trop de livres… Et pas assez de temps pour tous les lire… Je le note quand même !

    • Bianca dit :

      Ce n’est pas un livre indispensable, moi dans le genre cape et d’épée pour la jeunesse je te conseille Mademoiselle Scaramouche si tu ne l’as pas encore lu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s