Conversion – Katherine Howe

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Colleen, Deena, Emma et Anjali sont en terminale dans le prestigieux lycée St Joan. Colleen est sur le point d être acceptée à Harvard et ne pense plus qu à cela. Un jour de janvier, une de ses camarades est prise de convulsions. Très vite, d’autres élèves présentent d’étranges symptômes : perte de cheveux, paralysie, quintes de toux… La presse s empare de l affaire, un vent de panique souffle sur St Joan. Mais pas question pour Colleen de se laisser déstabiliser : elle doit travailler sur la pièce Les Sorcières de Salem, d’Arthur Miller. Et ses recherches la mènent en 1692, au moment du procès des sorcières de Salem, à la rencontre d’Ann Putman qui fit semblant d être ensorcelée… Les époques se croisent, les drames se nouent. Qu arrive-t-il aux élèves de St Joan ? Et si la réponse se trouvait dans le passé, trois siècles plus tôt… ?

heart_3 auteur-editeur-pagesconversion-katherine-howe

Colleen est élève en terminale dans la prestigieuse école privée St Joan à Danvers, en Nouvelle Angleterre en 2012. Elle est témoin de symptômes étranges dans sa classe, puis dans son lycée. Plusieurs de ses camarades, une au départ puis jusqu’à une quarantaine, sont prises de convulsions, de paralysie, de pertes de cheveux ou d’élocution…

La direction de l’école se veut rassurante mais personne n’est pour autant capable d’expliquer quel mal affecte les jeunes filles. Peu à peu, les rumeurs circulent et les médias s’en mêlent. Les lycéennes simulent-elles pour avoir leur quart d’heure de gloire ? Une malédiction plane-t-elle sur le lycée construit sur l’ancien village de Salem ?

Parallèlement à cette histoire contemporaine, Katherine Howe insère des interludes, qui nous ramènent à Salem en 1706, avec la confession d’Ann Putman au Révérend Green. Ann Putman était l’une des possédées ayant accusé plusieurs dizaines de malheureux et malheureuses de sorcellerie.

Avec elle, on assiste à ce qui a conduit au jugement des sorcières de Salem et à l’exécution des accusés. Vivre cette période à travers les confidences d’Ann est assez déstabilisant, puisqu’elle a eu un rôle majeur dans la condamnation d’innocentes et qu’elle nous en livre tous les détails.

On ne sait toujours pas ce qui a causé les convulsions du 17è siècle, plusieurs explications sont possibles, mais ce qu’on sait très bien en revanche, c’est qu’il n’y avait nulle sorcellerie et que les jeunes accusatrices ont tout inventé et que plusieurs personnes l’ont payé de leur vie.

Katherine Howe, qui est d’ailleurs une descendante de l’une de ces « sorcières de Salem » pendue haut et court, revient donc avec ce roman sur ce terrible événement mais aussi sur les phénomènes qui ont touché lycée Le Roy dans l’Etat de New York en 2012.

Elle s’est inspirée de ces faits réels et a fait un parallèle avec le procès des sorcières de Salem. Le point de départ est donc très intéressant et le récit captivant au départ mais il se révèle plutôt plat par la suite car Katherine Howe se contente de raconter ses évènements mais ne va pas plus loin.

Elle revient sur les conditions de vie des jeunes filles du XVIIème siècle qui dès l’âge de 11 ans, devenaient corvéables à merci, et fait le lien avec le stress et la pression scolaire que subissent les adolescentes de nos jours.

L’auteure sait instiller à son récit une ambiance étrange et inquiétante liée à tous ces symptômes mais là aussi ça tourne vite court. On envisage toutes les possibilités en cherchant une explication rationnelle ou même surnaturelle, on tourne alors les pages guettant la moindre réponse mais la réalité est bien ordinaire hélas.

J’attendais beaucoup de ce roman, visiblement trop, je ressors de cette lecture globalement déçue même si j’ai aimé en apprendre davantage sur les sorcières de Salem.

Advertisements

13 réflexions sur “Conversion – Katherine Howe

  1. maghily dit :

    Le pitch avait l’air prometteur, dommage que ça ait finalement abouti à une déception ! :-/

    La couverture est assez lugubre et ferait presque peur mais je pense qu’elle aurait pu m’attirer…

  2. Sybille dit :

    Oh dommage ! Le résumé me tentait bien mais moi aussi, j’ai lu plusieurs avis mitigés donc je vais également passer mon tour. Ton avis me conforte dans mon idée !

  3. Laurie dit :

    Je m’étais aussi lancée dans la lecture de ce roman. J’ai tenu 50 pages et j’ai laissé tomber. L’ide était top mais je n’ai pas du tout accrochée. 😔

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s