Le samedi, c’est bibli ! #57

Coucou tout le monde, on se retrouve aujourd’hui après mon traditionnel passage à la médiathèque, comme toutes les deux semaines et une fois encore, la moisson est riche et promet d’être belle.

Au menu de ce jour : un roman historique, un polar gourmand et deux BD :

Amours de Leonora de Recondo. Voilà une romancière que j’ai envie de lire depuis quelques temps déjà et le thème de son dernier roman me tentait tout particulièrement, je découvrirai donc sa plume avec lui !

 amours-leonora-de-recondo

Sujet : Nous sommes en 1908. Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant. Rien ne destinait cette jeune fille de son temps, précipitée dans un mariage arrangé avec un riche notaire et que les choses du sexe plongent dans l’effarement, à prendre en mains sa destinée. Surtout pas son trouble face à l’inévitable question de l’enfant qui ne vient pas. Sa détermination se montre pourtant sans faille lorsque la petite bonne de dix-sept ans, Céleste, tombe enceinte : cet enfant sera celui du couple, l’héritier Boisvaillant tant attendu.  

Petits meurtres à l’étouffée de Noël Balen et Vanessa Barrot. Vous connaissez mon goût pour les romans culinaires et les polars, ce titre a donc tout pour me plaire puisqu’il conjugue les deux.

petits-meurtres-a-l-etouffee-noel-balen-vanessa-barrot

Sujet : Laure Grenadier, rédactrice en chef du magazine Plaisirs de table, part en reportage avec son photographe Paco Alvarez pour dresser l’inventaire des bouchons lyonnais. Au coeur de la capitale des Gaules, tous deux envisagent de rendre hommage aux acteurs de l’excellence gastronomique : chefs illustres, adresses confidentielles, producteurs locaux…

Tout bascule lorsque le propriétaire d’un restaurant typique de la célèbre rue Saint-Jean est retrouvé assassiné au petit matin. La ville est en émoi et un vent de panique souffle sur les collines de Fourvière et de la Croix-Rousse quand, le lendemain, le tenancier d’un bouchon historique de la rue Mercière est à son tour tué selon le même procédé. Laure Grenadier connaissait ces personnages et cherche à comprendre  ce qui se cache derrière ces meurtres en série. Crimes crapuleux, jalousies corporatistes, vengeances sentimentales ? Elle tente de lever le voile qui masque un milieu peu enclin à se livrer.

Communardes ! : Les éléphants rouges de Wilfrid Lupano et Lucy Mazel. Je crois qu’on peut dire que Wilfrid Lupano, que je ne connaissais pas l’an dernier, a ponctué mon année 2015 et comme le monsieur est très prolifique, vous pouvez d’ores et déjà vous dire que vous le retrouverez sur mon blog en 2016 aussi.

communardes-les-elephants-rouges-wilfrid-lupano

Sujet : Hiver 1870. Prélude de la Commune. Alors que Paris, assiégée par l’armée prussienne, subit le froid et la famine, Victorine, onze ans, passe le plus clair de son temps à s’occuper de Castor et Pollux, les deux éléphants du Jardin des plantes. Cette passion pour les pachydermes a le don d’énerver sa mère, engagée dans le mouvement des femmes qui veulent s’impliquer dans la défense de la ville. Mais Victorine est bourrée d’imagination, et elle veut être à la hauteur des ambitions de sa mère. Nourrie par les exploits des célèbres éléphants d’Hannibal, elle élabore un plan pour libérer Paris. Un plan génial, démesuré, contre lequel Bismarck ne peut rien. Un plan de petite fille livrée à elle-même dans un monde d’adultes…

Communardes ! : L’aristocrate fantôme de Wilfrid Lupano et Anthony Jean

communardes-l-aristocrate-fantome-wilfrid-lupano

Sujet : 1871. Élisabeth Dmitrieff, une belle jeune femme russe de tout juste vingt ans arrivée à Paris depuis une semaine à peine, devient la présidente du premier mouvement officiellement féministe d’Europe : l’Union des femmes pour la défense de Paris et l’aide aux blessés. Véritable passionaria socialiste et va-t-en-guerre, elle est envoyée par Karl Marx lui-même ! Sa beauté et sa verve, qui la distinguent des autres insurgées, d’origines plus populaires, suscitent l’intérêt des « hommes » jusqu’ici peu sensibles aux revendications des communardes. Ainsi, paradoxalement, l’une des premières grandes figures du combat pour le droit des femmes en France était… une aristocrate russe.

Les avez-vous lus ? En attendant de vous en reparler, je vous souhaite un bon week-end et de belles lectures.

Publicités

16 réflexions sur “Le samedi, c’est bibli ! #57

  1. frenchbooklover dit :

    Super emprunts! J’ai hâte de connaître ton avis sur Amours de Leonor de Recondo qui me fait de l’œil depuis longtemps….Et sur Communardes que j’hésite à commander pour la médiathèque. Belles lectures à toi!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s