Victor Hugo vient de mourir – Judith Perrignon

« La nouvelle court les rues, les pas de porte et les métiers, on entend l’autre dire qu’il est mort le poète. Vient alors cette étrange collision des mots et de la vie, qui produit du silence puis des gestes ralentis au travail. L’homme qui leur a tendu un miroir n’est plus là. Tout s’amplifie, tout s’accélère. On dirait qu’en mourant, qu’en glissant vers l’abîme, il creuse un grand trou et y aspire son temps, sa ville… »
La mort de Victor Hugo puis les funérailles d’État qui s’annoncent déclenchent une véritable bataille. Paris est pris de fièvre. heart_3auteur-editeur-pagesvictor-hugo-vient-de-mourir-judith-perrignon

Mai 1885, depuis quelques jours déjà la rumeur enfle, Victor Hugo, le grand homme, l’immense poète est à l’agonie, terrassé par un mauvais rhume, il se meurt.

1er juin 1885, Victor Hugo a les honneurs de funérailles nationales. Il a donné son corps à la patrie, la patrie lui rend hommage et lui ouvre les portes du Panthéon.

J’avais découvert ce titre cet auteur chez ma copinaute Céline qui m’avait encouragé à le lire et que je remercie au passage !

Judith Perrignon nous raconte ici les jours précédent la mort du poète et ceux après son décès, jusqu’à son enterrement. Des jours où les tensions vont s’exacerber entre peuple et bourgeoisie, dans un contexte déjà surchauffé par les grèves.

Les politiques et la police craignent des échauffourées, alors on enterre Hugo un lundi, au grand dam du petit peuple qui a réclamé qu’on enterre leur poète un dimanche ou que l’on fasse du jour de ses funérailles un jour férié, en vain. Et surtout, le cortège qui mène de la maison d’Hugo au Panthéon, ne passera pas dans les quartiers populaires.

Ce livre est très intéressant car il m’a appris beaucoup de choses sur le contexte politique et social de cette année-là. Judith Perrignon retrace fidèlement les frémissements qui ont précédés la mort d’Hugo et l’onde de choc qui a suivi. Je ne m’imaginais pas que la mort d’Hugo avait été un tel cataclysme pour les petites gens.

Elle décrit chronologiquement tout ce qui se passe : les dépêches décrivant la santé d’Hugo au jour le jour, la réaction des badauds, des grands hommes, des confrères, des anciens camarades, des politiques, de ses proches… Puis la mort et l’organisation des funérailles et les funérailles elles-mêmes.

L’auteure nous raconte donc par le menu les syndicats, les anciens de la Commune, le monde des « travailleurs » qui veulent lui rendre hommage, voire frapper un grand coup en ce lundi où le patronat n’accorde aucune largesse, où les politiques refusent de faire de ce jour un jour de deuil national…

Mais Victor Hugo vient de mourir aborde aussi le Hugo intime à travers ses relations avec ses petits-enfants Jeanne Georges, sa belle-fille Alice remariée avec l’ami de toujours de ses fils, le député Lockroyd, et ses amis Meurice et Vacquerie qui seront ses exécuteurs testamentaires.

Un intérêt historique certain donc, mais qui ne m’a pour autant pas passionné. En clair, ma lecture de ce court document m’a pris une bonne semaine, je l’ai vraiment lu à petites doses car il a beau porter la mention « roman », il n’y a rien de romanesque ici.

Il a néanmoins eu le mérite de m’apprendre des choses, ce qui est déjà bien, et surtout il m’a conforté dans mon envie de lire Les misérables, moi qui n’ai jamais lu Hugo !

Publicités

15 réflexions sur “Victor Hugo vient de mourir – Judith Perrignon

  1. Laure Micmelo dit :

    Les avis sont assez partagés sur ce livre quand même. Si tu veux lire Hugo, je te recommanderais de commencer par Le dernier jour d’un condamné 🙂

  2. frenchbooklover dit :

    Je reconnais que ce document présente un intérêt historique mais, contrairement à toi, cela ne m’a pas suffi pour persévérer dans ma lecture et je l’ai abandonné.
    Et ton billet ne me donne pas spécialement envie de lui relaisser une chance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s