Hiver rouge – Dan Smith

Lu dans le cadre des challenges A year in England et 1 pavé par mois :

logo-a-year-in-england   challenge-un-pave-par-mois

1920, Russie centrale. La terreur s’est abattue sur le pays. À la mort de son frère, Nikolaï Levitski a déserté l’Armée rouge pour aller l’enterrer dans son village. Mais lorsqu’il arrive dans la petite communauté, perdue en pleine nature, c’est la stupéfaction. Les rues sont vides et silencieuses. Les hommes ont été massacrés dans la forêt alentour, les femmes et les enfants ont disparu. Nikolaï se met alors sur la piste des siens. C’est le début d’une quête aussi désespérée que périlleuse dans une nature hostile, au cœur d’un pays ravagé par la guerre civile. heart_4auteur-editeur-pageshiver-rouge-dan-smith

Novembre 1920, la Russie est en pleine guerre civile et les tchékistes font régner la terreur. Nikolaï et Alek Levitski, après avoir combattu l’Allemagne pendant la première guerre mondiale, se sont enrôlés depuis la fin des hostilités dans l’Armée rouge, persuadés d’être du bon côté de la barrière.

Mais en cet hiver où les hommes semblent devenus fous, ils ont fui leur bataillon pour retourner dans leur village. Hélas, pendant le voyage qui a duré de nombreux jours car il ne fait pas bon être déserteur, Alek a perdu la vie.

Kolia ne lâche pourtant pas son frère et entend l’enterrer auprès de leurs parents, près de l’église. Mais lorsqu’il arrive, le village est désert. Sa femme Marianna et ses fils Micha et Pavel ont disparu. Il part à leur recherche et tombe sur Galina, une vieille amie de sa mère qui erre dans la forêt à côté du cadavre de son mari, tué et atrocement mutilé.

Nikolaï la presse de questions mais la babouchka a semble-t-il perdu l’esprit. Où sont passés les habitants ? Elle affirme que c’est Kochtcheï l’immortel qui les a emmenés avec lui… un personnage de contes pour enfants, ben voyons ! Kolia enterre son frère et remonte vers le nord en quête de sa famille.

Vous connaissez mon intérêt pour l’histoire de la Russie et mon goût pour les polars, aussi je n’ai pas résisté à l’envie de lire Hiver rouge du britannique Dan Smith et je vous le dis d’emblée j’ai bien fait.

Littéralement passionnant de bout en bout, ce roman nous plonge avec brio dans la Russie post Nicolas II et en pleine guerre civile. Les russes s’entretuent allègrement et les tchékistes font régner la terreur rouge sur les civils, massacrés sous prétexte qu’ils ne sont pas de bons patriotes car ils ne veulent pas se faire spolier de leurs biens ou de leurs récoltes.

Ce roman m’a fait penser dès les premières pages à l’excellent L’œil du Tsar rouge de l’américain Sam Eastland qui se déroule lui un peu plus tard, en 1929 alors que Staline est le maitre de Moscou, et que j’avais adoré.

Pas de coup de cœur ici mais on passe pas loin et comme dans le roman de Sam Eastland, tout le roman repose sur le personnage de Nikolaï Levitski, commandant zélé de l’armée rouge qui décide d’abandonner le combat lorsqu’on lui demande de massacrer des civils innocents.

Traqué par des tchékistes qui veulent le punir de sa trahison, il cherche sa famille, espérant qu’elle ait survécu, ce dont il est loin d’être sûr. Dans sa quête, il va tomber sur un père et sa fille qui vont se joindre à lui mais aussi deux jeunes femmes de la noblesse dont les familles (époux et enfants) ont été tués.

C’est une plongée réussie et instructive au cœur de cette époque trouble, l’auteur met l’accent sur le chaos qui régnait alors et nous dévoile un contexte politique qui fait littéralement froid dans le dos.

Forcement le livre est très violent et il y a des scènes où l’horreur est bien présente mais elles ne sont pas là fortuitement mais bien au service du récit raconté, ce qui ne m’a donc pas gêné. Il y a en revanche des longueurs, je ne vous le cache pas !

Ce roman de Dan Smith est un très bon cru, plein de rebondissements et constitue un formidable page-turner que l’on a du mal à lâcher une fois qu’on l’a commencé, une réussite donc !

Advertisements

15 réflexions sur “Hiver rouge – Dan Smith

  1. labiblidonee dit :

    J’ai toujours un peu peur de ne pas aimer ces histoires de guerre dans le froid, mais pourtant j’ai dans ma PAL un roman qui semble lui ressembler (enfin, de ce que je me rappelle de la 4eme de couv) : Le village, du même auteur. Il m’a été conseillé par ma libraire, je te dirai ça !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s