Le bois et la source – Sylvie Anne

En 1920, Lucien Crozant, veuf de cinquante ans, parti de rien, a réussi à monter un fructueux commerce de bois au cœur du pays des feuillardiers dans le Limousin. Il forme Jacques, son fils aîné, à sa succession. Mais le mariage de ce dernier avec Elena bouleverse tout. A vingt-neuf ans, celle que l’on surnomme « l’Indienne » tient un stand de fleurs séchées sur le marché. Sa beauté exotique, ses origines obscures et son don de guérisseuse ne laissent personne indifférent, en particulier Lucien qui lui voue une haine farouche. Ce n’est que le début d’une lente désillusion pour Elena : son mari sombre dans la boisson, elle seule doit assurer les revenus du ménage… jusqu’à la mort accidentelle de Jacques. Elena n’a d’autre ressource que son incroyable détermination, l’amour de sa petite fille, sa science des plantes pour concrétiser un ambitieux projet. heart_3auteur-editeur-pagesle-bois-et-la-source-sylvie-anne

1920, dans un petit village du Limousin, la belle Elena, une sud-américaine divorcée, surnommée L’indienne, ne peut compter que sur le soutien du maire et du cantonnier, les femmes l’ont mis au banc, et sur l’amour de Jacques.

Jacques Crozant, affronte son père Lucien, à la tête d’un fructueux commerce de bois, car il souhaite épouser la jeune étrangère, ce que son père ne veut en aucun cas. Le père chasse son héritier et préfère mener son entreprise prospère à la ruine plutôt que d’accepter ce mariage.

Jacques passe outre, emménage avec Elena et lui passe la bague au doigt. Pour la jeune femme, ce second mariage sonne comme un nouveau départ puisque son mari lui a promis de l’aider à créer son entreprise de cosmétiques.

Hélas pour elle, leur bonheur ne dure pas et les ennuis commencent à pleuvoir sur le couple…

L’an dernier j’avais découvert Sylvie Anne et plutôt bien aimé La vie d’Agnès, aussi lorsque j’ai lu le pitch de son nouveau roman dans le catalogue Terres de France, je l’ai demandé et ce fut de nouveau une lecture agréable même si elle m’a laissé sur ma faim.

Ce roman se lit tout seul, la plume de Sylvie Anne est fluide et agréable, franchement entre deux lectures exigeantes, ce genre de roman constitue une parenthèse sympathique, d’autant que l’histoire d’Elena et son parcours ne manquent pas d’intérêt.

Etre une femme seule, divorcée et plutôt libre, étrangère de surcroit, dans la campagne française d’après première guerre mondiale ne devait pas être chose aisée, on s’en doute, mais dans ce contexte du début des années 20, ce type de situation était monnaie courante tant les veuves étaient nombreuses, le roman le montre très bien mais le divorce était encore tabou en France.

A travers Elena et sa seule amie Yvette, la boulangère, qui a du apprendre à faire le pain une fois son mari parti au front, on prend conscience de la difficulté d’être une femme seule à cette époque, en but au moindre commérage, sans cesse épiée par les veuves mais aussi par celles qui ont la chance d’avoir encore un mari et qui n’ont qu’une peur, qu’on leur prennent.

Le monde de la parfumerie et des cosmétiques est une thématique qui m’intéresse beaucoup et là je dois dire que je fais le même reproche à Le bois et la source qu’à La vie d’Agnès : Sylvie Anne met en place son sujet, l’effleure et au moment où ça promet de devenir très intéressant, elle met un point final à son histoire, à ce moment-là j’avoue que j’étais bien ferrée et que si l’auteure avait développé pendant une centaine de pages supplémentaires, je n’aurai pas été contre, loin de là.

Sylvie Anne préfère laisser la part belle aux sentiments (amour, haine, peur de l’étranger…), à l’entraide et au courage dont fait preuve Elena, c’est louable mais il m’en aurait fallu un peu plus pour être tout à fait conquise.

Il n’empêche que ce roman a de nombreux atouts, notamment son héroïne et qu’il plaira à de nombreuses lectrices comme il m’a plu même si j’ai quelques bémols !

Merci à Laëtitia et aux Editions Presse de la Cité (Terres de France) pour cette nouvelle incursion au cœur du Limousin !

Publicités

10 réflexions sur “Le bois et la source – Sylvie Anne

  1. anaverbaniablog dit :

    Comme je travaille dans le domaine du bois, ce livre pourrait m’intéresser, mais il ne me sortira pas de ma routine de bureau du coup.^^ Merci pour la découverte en tout cas. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s