12 rue Royale ou Les sept défis gourmands – Richez & Efix

Peut-on, par les seuls pouvoirs de la gastronomie, relever des challenges aussi fous qu’aider un convive atteint d’Alzheimer à retrouver la mémoire ou rendre amoureux deux êtres que tout oppose ? Tel est le défi que Mathieu Viannay, chef du célèbre restaurant lyonnais « La Mère Brazier », vient d’accepter. heart_3auteur-editeur-pages12-rue-royale-ou-les-sept-defis-gourmands

Mathieu Viannay, chef du célèbrissime restaurant lyonnais La Mère Brazier, 3 étoiles au guide Michelin, croule sous les réservations. Hélas, le lieu désormais trop exigu, ne peut accueillir l’ensemble des personnes qui souhaitent y déjeuner ou diner.

Il toque une nouvelle fois à la porte de son voisin, lui faisant un énième pont d’or pour que celui-ci lui vende son immeuble mais une fois de plus, le vieil homme refuse. Le ton monte entre le compositeur de plats et son grognon de voisin lorsque ce dernier lui propose de relever sept défis culinaires. Si Mathieu Viannay les réussit, alors l’immeuble sera à lui…

Le chef accepte mais le voisin particulièrement vicieux, va lui donner du fil à retordre en lui proposant d’aider un convive atteint d’Alzheimer à retrouver la mémoire, de redonner le sourire à des personnes en deuil, de faire tomber amoureux de parfaits inconnus…

Vous connaissez mon goût pour les romans culinaires, ce roman graphique ne pouvait donc pas m’échapper d’autant qu’il est écrit sous la direction des chefs Paul Bocuse et Mathieu Vianney eux-mêmes !

Le pitch simple mais fonctionne bien : un restaurateur détenteur du col tricolore des Meilleurs Ouvriers de France se voit mettre à l’épreuve façon travaux d’Astérix. Sur cette trame de départ, lLe scénario de Richez permet aussi et surtout de développer d’une façon plus générale les thèmes de la cuisine et de la restauration : plaisir gourmand, partage de la ripaille, créativité de la cuisine…

Mathieu Vianney, aux fourneau de l’institution lyonnaise qu’est La mère Brazier depuis 2008, première femme à décrocher 3 étoiles au guide dans les années 30, prête ses traits et son nom au héros de ce roman graphique gourmand qui met l’eau à la bouche dès que le chef parle d’une façon sans pareil de son métier ou lorsqu’il cuisine ses plats signature.

Véritable Mozart des fourneaux, ce chef ultra sympathique que je découvre ici, déploie toute son inventivité à travers chaque défi, en s’efforçant de ne jamais renoncer à ses principes, notamment celui de n’utiliser que des produits frais et de saison.

Les dessins signés Efix, tout en rondeurs et en simplicité, servent à merveille le scénario et apportent une touche de fraicheur, d’humour et de bonne humeur.

Si vous aimez la gastronomie et que vous avez envie de pénétrer dans la cuisine d’un chef, 12 rue Royale ou Les sept défis gourmands ne manquera pas de vous intéresser !

Publicités

12 réflexions sur “12 rue Royale ou Les sept défis gourmands – Richez & Efix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s