Quelqu’un comme toi

Lu dans le cadre du challenge  A tous prix (Prix Ramon Llull 2015) :

logo-challenge-c3a0-tous-prix

Gina préfère les frilosités d’une vie tranquille aux dangers du grand amour. Puis un jour, un inconnu sonne chez elle. Dans un livre acheté chez un bouquiniste, il a trouvé un message :  » Appelle-moi « , suivi d’un numéro de téléphone et d’une adresse. Curieux, il est venu voir. Gina reconnaît l’écriture de Paulina, sa mère, morte alors qu’elle même n’était qu’une enfant.

Surprise, elle part sur les traces de Paulina à Paris, ville mythique qui depuis toujours accueille les amants. Là, elle découvre la passion intense, d’une immense générosité, qui lia sa mère, jeune bourgeoise mariée, à un galeriste parisien.

heart_3auteur-editeur-pages quelqu-un-comme-toi-xavier-bosch

Gina est une jeune femme qui papillonne d’hommes en hommes depuis son adolescente. Au grand amour, elle préfère les histoires sans lendemain. La jeune femme porte en elle une grande blessure : la mort foudroyante de sa mère. Depuis ses neuf ans, elle vit seule avec son père, un avocat terne qui traine sa solitude et sa gouvernante.

Paulina, seulement âgée de 31 ans, va être victime d’une rupture d’anévrisme et laissera inconsolable son mari Manuel mais pas que car Gina va bientôt découvrir que sa mère a vécu un amour passionné à Paris en 1981 avec un galeriste rencontré lors du mariage de sa cousine.

Une histoire qu’elle va découvrir grâce à un anglais qui va un jour sonner à sa porte, muni d’un livre et d’une carte de visite de Paulina sur lequel il était écrit « Appelle-moi ».

Mes précédents rendez-vous avec la littérature espagnole contemporaine s’étaient révélés très décevants, c’est donc avec envie mais aussi une certaine appréhension que j’ai entamé ma lecture de Quelqu’un comme toi de Xavier Bosch et je dois dire que le démarrage fut laborieux et qu’il s’en ait fallu de peu que j’abandonne ce roman, pourtant auréolé du plus prestigieux prix littéraire catalan.

Je me suis accrochée et j’ai bien fait car dès que l’on quitt Gina et sa vie dissolue et pour le moins inintéressante et que l’on fait connaissance de Paulina et Jean-Pierre, la magie opère.

Xavier Bosch nous donne à lire ici une magnifique histoire d’amour, à la fois passionnée et romantique, qui m’,a je dois le dire, captivé.

A travers l’amour intense que se vouent Paulina et Jean-Pierre, amour en apparence bref puisqu’ils ne vont se voir que quatre petits jours, l’auteur nous prouve que malgré la distance et la mort, l’amour peut survivre et se révéler plus fort que tout.

Lorsque l’on lit Quelqu’un comme toi, on a envie de croire qu’un tel amour si beau, si intense et si pur puisse exister et peut-être même le vivre si on est chanceux.

La plume de Xavier Bosch contribue à nous faire croire en cette histoire qui sonne terriblement vraie et qui donne envie de croire de nouveau à l’amour. Son style est rafraîchissant et très agréable à lire, les dialogues tour à tour romantiques et drôles, donnent au récit beaucoup de vitalité.

Un roman qui, en ce qui me concerne, est une belle découverte même si la partie liée à Gina ne m’a pas intéressé, le reste vaut largement la peine d’être lu.

Merci à Cécile et aux éditions Robert Laffont pour cette pépite !

Publicités

14 réflexions sur “Quelqu’un comme toi

  1. Tasse de culture dit :

    Malgré tes commentaires positifs sur la partie du récit consacré à Paulina et Jean-Pierre, je ne le note pas car les romans espagnols que j’ai lu jusqu’à présent m’ont clairement laissé sur ma faim… Exception faite de L’ombre du vent

  2. frenchbooklover dit :

    Je me rends compte que j’ai de vraies lacunes en romans espagnols. Je n’en lis pour tout dire jamais! Et ce titre a l’air vraiment très intéressant! Je note la référence. Et j’essaierai de le trouver lors de mes pérégrinations en bibliothèque ou en librairie.

  3. Ingrid Fasquelle dit :

    Je partage tout à fait ton point de vue ! Je ne me suis pas du tout prise d’affection pour Gina mais le reste vaut largement le détour ! Au final, je ne regrette pas ma lecture !

  4. Asphodèle dit :

    Je ne l’ai pas demandé celui-ci, tu me le ferais regretter ! Mais j’ai trop de retard, et des piles qui tanguent !!! 😆 C’est intéressant de découvrir la littérature européenne contemporaine ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s