La pâtissière de Long Island – Sylvia Lott

Pour l’empêcher de fréquenter l’homme qu’elle aime, le père de Marie décide de l’envoyer aussi loin que possible de leur petit village de Frise orientale : à New York, chez ses deux frères. Avec pour seuls bagages son coeur brisé et la recette secrète de son gâteau au fromage blanc, elle débarque à Brooklyn en ce froid mois de novembre 1932, à la fois fascinée et terrifiée par ce qui l’entoure. Elle est bien loin de se douter de l’incroyable destin que lui réserve le Nouveau Monde.

Des décennies plus tard, Rona, sa petite-nièce en plein revers professionnel et sentimental, vient lui rendre visite. Marie lui raconte son histoire et lui confie la recette du cheesecake qui doit changer sa vie.heart_3auteur-editeur-pagesla-patissiere-de-long-island-sylvia-lott

Frise Orientale, 1932. Marie est la dernière fille de Heinrich et Tabea Wiemkes, de fervents catholiques. Tous leurs enfants, exceptés Marie et son jeune frère Jonhy, ont déjà émigré aux Etats-Unis pour avoir une vie meilleure, l’Allemagne étant rongée par la crise, le travail y est rare.

Johny va bientôt s’embarquer pour New-York car Marie est censée reprendre la ferme familiale et vivre de la tourbière. En attendant, elle est devenue l’une des institutrices de son village et accessoirement l’amoureuse de Arthur Meiners, son collègue.

Leur amour doit rester secret car Arthur est protestant et les amoureux craignent que les parents de Marie ne les forcent à rompre avant qu’ils n’aient pu convoler en justes noces. Mais leur secret finit par être éventé et Henrich envoie séance tenante Marie à New-York rejoindre Willy et Fritz, ses frères célibataires, qui tiennent un coffee shop.

Elle part le cœur lourd mais munie de la recette de tante Frieda, la sœur de son père qui a épousé un juif et a été mise au banc par sa famille, celle d’un cheesecake, un gâteau qui réconcilie les fâchés et apporte du bonheur.

Sur place, elle doit réadapter la recette familiale avec les ingrédients typiquement américains et au bout de plusieurs semaines d’échecs, le fabuleux cheesecake renaît de ses cendres et connaît immédiatement le succès.

Soixante-dix ans plus tard, Rona et son grand-père Johny séjournent à Long Island pour fêter les 90 ans de Marie, c’est alors qu’elle va léguer à son tour sa recette à Rona pour que la fabuleuse histoire du cheesecake lui survive.

Vous connaissez mon goût pour les romans culinaires et de ce point de vue là La pâtissière de Long Island ne m’a pas déçue, ce livre est un pur régal pour les becs sucrés et m’a donné envie pendant près de 400 pages de me gaver de cheesecake !

Un cheesecake peut-il changer la vie et même empêcher un suicide ? D’après Sylvia Lott, oui ! Vous avez du mal à le croire, je vous rassure moi aussi et j’ai trouvé ce récit un peu trop linéaire et idyllique, pour y croire vraiment.

Pourtant, Sylvia Lott nous propose un roman qui a un certain intérêt, mêlant destin de femme et histoire avec un grand H puisqu’il aborde la montée du nazisme, la haine des juifs au sein même de la propre famille de Marie, non par idéologie politique mais par obscurantisme religieux, la crise des années 30, l’émigration, etc.

On y voit Marie vivre le rêve américain : partie de rien, elle réussit à bâtir une entreprise autour de son fabuleux gâteau. Cette partie historique m’a plu mais j’ai moins accrochée avec le récit contemporain qui est trop beau pour être vrai, en tout cas moi ce genre de success story en deux temps trois mouvements, avec histoire d’amour et happy end général, je n’y crois plus.

J’ai eu aussi un peu de mal avec le style de Sylvia Lott que je n’ai pas trouvé fluide et entrainant, comme sait le faire Kate Morton par exemple.

Malgré ces bémols La pâtissière de Long Island est un roman à savourer sans modération si le sujet vous tente.

Un grand merci à Babelio et aux Editions Piranha pour cette lecture gourmande !

Publicités

14 réflexions sur “La pâtissière de Long Island – Sylvia Lott

  1. laroussebouquine dit :

    J’avais très envie de le lire pour l’été celui-là, mais ma PAL déborde déjà assez comme ça malheureusement…
    Au fait, sais-tu quand a lieu la prochaine Masse Critique de Babelio ? C’est toujours grâce à toi que je connais la date…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s