Belle – Robin McKinley

Vous croyez connaître l’histoire de la Belle et la Bête ? Pourtant, celle-ci ne commence pas par  » Il était une fois… « . Belle ne l’est pas, belle ; la grâce et le charme sont allés à ses deux sœurs. Son prénom, elle le doit à son esprit et à l’ironie de la vie. Mais peu lui importe, elle fuit les mondanités et n’a que faire des robes élégantes. Elle leur préfère les vieux livres et les longues cavalcades. L’atout de Belle, c’est son fort caractère, qui lui sera bien utile. Car son père est ruiné.
Bientôt, ils partent pour le Nord, cette étrange contrée où vivent lutins, sorciers et dragons. Et là-bas, la Bête se cache…heart_3auteur-editeur-pagesbelle-robin-mckinley

Grace, Espérance et Honneur sont les trois filles d’un riche et puissant armateur qui va se retrouver ruiné lorsque ses bateaux vont périr en mer. Grace, fiancée à l’un des capitaines, est inconsolable, Espérance épouse alors un menuisier et Honneur, rebaptisée Belle, va comme toujours retrouver du réconfort au fil des pages qu’elle lit.

Toute la famille part s’installer à la campagne où la vie sera moins difficile pour les pauvres qu’ils sont devenus. Pourtant, un jour, le père reçoit une missive : deux de ses bateaux sont à quai, il part à la ville pour vendre les cargaisons et demande à chacune de ses filles ce qu’elle souhaite.

Belle, qui pourtant ne l’était pas, demande alors des graines et une rose. Quelques mois plus tard, le père reprend le chemin de sa maison lorsqu’il s’égare. Il trouve refuge dans les écuries d’un château et au moment de son départ, cueille une magnifique rose, devant une telle beauté, il ne peut résister.

C’est alors qu’une bête surgit devant lui et l’agonit de reproches, quel ingrat est-il pour oser voler la bête alors qu’elle lui a offert l’hospitalité ! Le vieil homme explique les raisons de son geste et la bête lui propose alors de le laisser retourner chez lui mais d’ici trente jours il devra revenir accompagné de sa fille qui sera alors sa prisonnière à tout jamais.

Mes incursions dans le genre de la fantaisy sont infiniment rares mais vous savez sûrement que j’adore les contes de fée et celui-ci est incontestablement l’un des plus célèbres au monde, c’est pour cette raison que je me suis intéressée à cette réécriture de conte.

A l’origine, La belle et la bête, est un conte de Madame de Villeneuve paru en 1740 mais c’est Madame Leprince de Beaumont qui l’a popularisé en 1757 dans son Magasin des enfants dans une version expurgée.

Bien sûr, tout le monde a en tête la très belle et poétique adaptation de Jean Cocteau avec Jean Marais dans le rôle de la bête et Josette Day dans le rôle de Belle et of course la version animée de Disney.

Belle de Robin McKinley est une réécriture intéressante, qui marche dans les pas du conte de Madame Leprince de Beaumont, mais en y apportant quelques changements, forcément, sinon ce ne serait pas une réécriture.

Premier changement de taille : ici Belle n’est pas belle justement mais elle reste la préférée de son père, c’est un personnage attachant. Ses deux sœurs sont gentilles, elle n’a pas de frères et son père fait banqueroute. La Bête est ici plus sympathique que dans le conte de Madame Leprince de Beaumont mais il est toujours la victime d’une malédiction qui prendra fin si Belle tombe amoureuse de lui, malgré son aspect repoussant.

Les éléments fantastiques du récit sont présents : la malédiction de la Bête, les serviteurs invisibles, les meubles vivants, la végétation qui reste fraiche et ne fane jamais…

Mais pour le reste, tout est conforme à l’œuvre originelle et c’est là pour moi que le bât blesse, il y a peu de réécriture finalement même si l’auteure a eu une belle idée, celle des livres pas encore écrits mais pourtant présents dans la bibliothèque de la Bête.

Autre point négatif pour moi : tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil et vous le savez comme moi, les contes de fées sont cruels, ils ont une valeur d’enseignement, et c’est pour cette raison qu’on les aime, ici tout est trop lisse.

Enfin, le récit tarde à démarrer et devient vraiment intéressant lorsque Belle arrive au château et rencontre la Bête. Comme dans le conte original, Belle découvre, au-delà de sa laideur, non pas un monstre mais un être généreux qui fait tout pour lui être agréable et qui ne veut qu’une chose, se faire aimer d’elle.

C’est ma première réécriture de conte et bien qu’elle fut une lecture très agréable, elle ne m’a pas donné envie de lire de sitôt une autre réécriture, je préfère me plonger dans les contes de fées originels !

Advertisements

10 réflexions sur “Belle – Robin McKinley

  1. Tasse de culture dit :

    Je l’avais repéré mais je crois que je vais passer mon tour… En lisant ton avis, j’avais presque l’impression que tu parlais de la version originale à part que Belle ne l’est pas…

  2. entrelespages dit :

    Merci pour ton avis. Il est dans ma wl. J’attendrai de tomber dessus d’occasion sinon tant pis. Je te conseille quand même La terrible et sanglante histoire d’Hansel et Gretel (ou un titre ressemblant). Bonne journée !

  3. La tête dans les livres dit :

    Oh dommage! Ce livre me tentait bien. Si tu veux une autre réécriture dans un tout autre genre, j’avais bien aimé Loup, y es-tu? qui a ses défauts mais qui est très intéressant. Et là tu auras une vraie réécriture! Sinon j’avais beaucoup aimé la saga des Chroniques lunaires, mais je ne pense pas que la science fiction young adult soit trop ton genre 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s