Le temps est assassin – Michel Bussi

Lu dans le cadre du challenges 1 pavé par mois et Les 10 pavés que j’aimerai sortir de ma PAL cet été (4/10) :

challenge-un-pave-par-mois

Eté 1989

La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite… et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Eté 2016

Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé. A l’endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre. Une lettre signée de sa mère.

Vivante ?

heart_4auteur-editeur-pages

le-temps-est-assassin-michel-bussi

Août 1989, Clothilde est en Corse, comme tous les étés depuis sa naissance. Son père Paul est corse et l’unique héritier de Cesearu Idrissi, une figure locale de première importance. Sa mère Palma, une belle brune venue de l’est a ravi le cœur de son corse de père et l’a convaincu d’aller vivre en Normandie.

Quant à son grand frère Nicolas, c’est un jeune homme charismatique, chef de bande et bourreau des cœurs. Cet été-là, Clothilde va découvrir des secrets et les enfouir bien profondément dans sa mémoire. Cachée, derrière ses habits gothiques, le walkman vissé aux oreilles et son journal intime à portée de main, Clothilde observe en effet tout son monde, tombe amoureuse pour la première fois mais l’homme d’une dizaine d’années plus âgé qu’elle, ne semble ne voir que Palma et rêve de bâtir un sanctuaire pour les dauphins.

Le soir du 23 août 1989, les Idrissi prennent place dans la Fuego familiale et au détour d’une corniche, c’est l’accident. Seule Clothilde est rescapée mais profondément traumatisée.

Août 2016, cela fait 27 ans que Clothilde, désormais avocate, mariée à Franck et mère de Valentine, une adolescente de 15 ans, l’âge qu’elle avait au moment du drame qui a bouleversé sa vie, n’a pas remis les pieds sur l’île de beauté.

A son tour, elle a loué le bungalow C29 du camping des Euproctes, sur la presqu’île de la Revellata, comme ses parents en leur temps. Pour la première fois depuis l’accident, elle va retrouver tous les protagonistes de cet été 1989, et elle reçoit un billet qui semble avoir été écrit par sa mère. Serait-elle vivante ? Cela semble impossible mais Clothilde en est persuadée et a bien l’intention de découvrir ce qui s’est réellement passé le soir du 23 août 1989…

Souvenez-vous, Maman a tort, le précédent opus de Michel Bussi avait été l’un de mes coups de cœur de 2015, j’ai donc été ravie de recevoir Le temps est assassin et de le glisser dans ma valise de vacances. Un roman qui se passe dans un décor fabuleux et en été, se devait donc être lu, en été au bord de la plage.

SiI comme moi vous n’avez jamais mis les pieds en Corse, ce roman va vous donner envie d’aller la découvrir car Michel Bussi nous délecte de descriptions et nous fait découvrir le mode de vie traditionnel corse.

Outre cet aspect réussi, j’ai beaucoup aimé les incursions dans l’année 1989 avec cette héroïne qui m’a rappelé l’adolescente gothique que j’étais (et oui !), qui écoutait pendant des heures The Cure, Joy Division ou Depeche Mode, j’ai adoré retrouvé mon adolescence par petites touches tout au long du récit d’autant plus qu’elles sonnent toujours justes.

Quant à l’intrigue policière, je l’ai trouvé bien ficelée même si j’ai des réserves sur la fin que j’ai trouvé un petit peu trop tirée par les cheveux, ceci mise à part Michel Bussi multiplie les fausses pistes et on échafaude les théories plus folles pendant plus de 500 pages, l’auteur nous mène presque jusqu’à la fin par le bout du nez et j’adore ça.

Alors certes pour moi, ce nouvel opus n’est pas un coup de cœur mais Le temps est assassin fut une très bonne lecture, un peu longue à se mettre en place mais une fois lancée, elle se révèle très addictive et j’ai littéralement dévoré cette belle brique en 3 jours.

La plume de Michel Bussi est efficace et nous entraine au cœur de la Corse avec des personnages haut en couleurs, notamment Pépé Idrissi, qui fait figure de parrain. Il y a certes quelques facilités et clichés avec les corses qui règlent leurs comptes entre eux, les femmes qui attendent à la cuisine, les gendarmes qui n’osent pas enquêter, etc mais cela ne m’a pas vraiment gênée.

Ces réserves mises à part, Le temps est assassin est un bon thriller qui tient bien en haleine et c’est tout ce qu’on lui demande, je vous le recommande si vous aimez cet auteur.

Un grand merci aux Editions Presse de la Cité pour cette lecture estivale et ce très bon moment de lecture.

Advertisements

17 réflexions sur “Le temps est assassin – Michel Bussi

  1. PHILIPPE D dit :

    J’aime l’auteur, mais je n’ai pas vraiment aimé ce titre que je viens de terminer. Beaucoup trop long et trop lent à mon goût. Je suis plutôt déçu…
    Bon weekend.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s