Le samedi, c’est bibli ! #73

Dernier samedi du mois, une petite virée à la médiathèque s’imposait ce matin car pas moins de quatre réservations m’attendaient bien sagement.

Au menu de cette semaine trois romans et une bande dessinée, et oui comme d’habitude je n’ai pas été raisonnable !

cite-19-zone-blanche-stephane-michaka

Cité 19 zone blanche de Stéphane Michaka. Suite et fin de la duologie dont j’avais lu le premier tome, Ville noire, en décembre dernier, ce fut même ma dernière lecture de l’année 2015, j’ai hâte d’en connaître le dénouement.

Sujet : Faustine, une adolescente d’aujourd’hui, se retrouve brusquement plongée dans le XIXe siècle. Décor grandeur nature ? Voyage dans le temps ? La réalité est bien plus inquiétante…

Tandis qu’elle s’enfonce dans les profondeurs de Cité 19, une ville qui ressemble à s’y méprendre au Paris du Second Empire, Faustine découvre qu’elle n’est pas la seule à vouloir détruire le simulacre.

Mais elle doit faire vite : dans son laboratoire secret, le docteur Zapruder, qui a d’autres projets pour elle, guette le moindre faux pas de l’adolescente…

la-carte-postale-leah-fleming 

La carte postale de Leah Fleming. Il y a près de 4 ans j’avais lu le premier succès de l’auteure L’enfant du Titanic, un roman historique qui m’avait beaucoup plu, j’espère qu’il en sera de même pour son tout nouvel opus.

Sujet : Fin des années 1930. Dans son manoir écossais, la petite Callie mène une vie privilégiée aux côtés de sa tante Phoebe, célèbre actrice londonienne. Mais sa rencontre avec le beau et troublant Toby Lloyd Jones vient tout bouleverser. Fascinée par cet homme d’affaires qui la couvre de bijoux, Callie accepte de le suivre au Caire et de l’épouser. Mais, sous le soleil d’Egypte, un drame se prépare : Callie vient de recroiser, par hasard, le chemin de son amour d’enfance…
Quelques mois plus tard, c’est une femme hagarde et enceinte qui rentre en Angleterre, à l’heure même où résonnent les échos de la Seconde Guerre mondiale…
Début 2000, Australie. Melissa Boyd se voit confier une mission par son père mourant : retrouver cette élégante anglaise qui, près de soixante ans plus tôt, l’a abandonné à une famille de fermiers australiens, alors qu’il n’était qu’un petit garçon. Seul indice : une carte postale signée Caroline Boardman, et ces mots :  » Maman rentrera bientôt.  »

89-mois-caroline-michel

89 mois de Caroline Michel. C’est totalement par hasard que j’ai emprunté ce roman mais il a l’air assez drôle et léger, alors je me suis laissée séduire.

Sujet : J’ai trente-trois ans, ça y est. A quarante ans et des poussières, mon corps sera hors jeu. Il me reste donc sept grosses années pour faire un enfant, soit quatre-vingt-neuf mois. Un chiffre minuscule. A peine deux mille sept cents jours. Que peut-on faire en deux mille sept cents jours ? Rien. J’en ai déjà mis cinq à construire trois meubles Ikea. »

Jeanne, célibataire, contrôleuse de train sur la ligne Paris-Auxerre, n’a qu’une obsession : devenir maman avant que le temps la rattrape. Elle a fait une croix sur le couple, il lui faut simplement un géniteur. Sa décision ne fait pas l’unanimité auprès de ses amis, et, même si parfois elle doute, elle est déterminée à surveiller son cycle, à provoquer les rencontres, à boire des potions magiques et à lever les jambes après chaque rapport, sait-on jamais.

le-bourreau-tome-1-justine-divine-carette-benoit-gabella
Le bourreau tome 1 Justine divine ? de Mathieu Gabella,Julien Carette et Jérôme Benoît. J’avais repéré cette bd lors d’une virée à la librairie, je suis donc plus que ravie d’enfin la lire d’autant que la thématique du bourreau est très intéressante.

Sujet : Paris, dans un Moyen Âge finissant. À l’instant et à l’endroit de son choix, ils viendront tous, pour expier leur crime et mourir par son épée. Les Parisiens l’appellent « l’heure du Bourreau », et nul ne peut y échapper. Car celui qui applique la sentence est invulnérable. Bras armé du Parlement, il incarne une justice de classe qui va soudain vaciller lorsque face à lui se dresse le Bouffon, un saltimbanque capable de détruire toutes ses certitudes.

Les avez-vous lus ? En attendant de vous en reparler, je vous souhaite un bon week-end et de belles lectures !

Publicités

7 réflexions sur “Le samedi, c’est bibli ! #73

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s