Ça ne va pas arranger ma PAL # 47

Septembre s’achève et il en grand temps pour moi de vous dévoiler les petits nouveaux de ma PAL. Et comme septembre rime avec rentrée littéraire, une fois n’est pas coutume, je ne vous présente que mes services presse qui furent nombreux, vous retrouverez mes achats en octobre.

Au menu du jour 18 titres dont 5 déjà lus, ouf, et on commence par une pièce de théâtre hommage à Edmond Rostand : Edmond de Alexis Michalik, une pièce à lire et à voir que je vous recommande chaudement.

On poursuit avec les romans historiques à commencer par Olympe de Hubert de Maximy qui a pour cadre la révolution française et plus particulièrement la Terreur.

J’ai également reçu le dernier roman de Jean-Michel Guenassia que j’ai découvert à cette occasion avec La valse des arbres et du ciel chez Albin Michel qui revient sur l’histoire d’amour entre Vincent Van Gogh et Marguerite Gachet et la mort du peintre. Un joli roman que j’ai beaucoup aimé.

Une nuit, Markovitch de Ayelet Gundar-Goshen chez Presses de la cité revient sur la création de l’état d’Israël et le sauvetage des juifs pendant l’Holocauste, le sujet promet d’être dur mais j’espère qu’il me plaira.

Autre roman historique mais qui a pour décor Loudun au 17è et la fameuse affaire des Possédées que Frédéric Gros retrace pour nous chez Albin Michel, le roman a de bons échos et il a l’air passionnant !

Second guerre mondiale maintenant avec Pechblende de Jean-Yves Lacroix toujours chez Albin Michel qui m’a beaucoup gâté il faut bien le dire qui met en scène un libraire communiste pendant l’Occupation.

Seconde guerre mondiale toujours avec Les élus de Steve Sem-Sandberg chez Robert Laffont avec un sujet qui promet d’être dramatique : le sort des enfants handicapés dans l’Allemagne nazie.

Les romans policiers ensuite avec un polar qui a pour cadre lui aussi la seconde guerre mondiale qui décidément inspire les romanciers avec L’affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe toujours chez Robert Laffont dont j’avais adoré Qui se souvient de Paula ?

Un polar érudit et original que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire : Portrait de groupe avec parapluie de Violette Cabesos chez Albin Michel et que je vous recommande si vous aimez la peinture, il devrait vous plaire autant qu’à moi.

On continue avec Ainsi fleurit le mal de Julia Heaberlin chez Presses de la cité, un polar psychologique américain qui a tout pour me plaire sur le papier, il n’y a plus qu’à comme on dit !

c%cc%a7a-ne-va-pas-arranger-ma-pal-47

Autre roman psychologique : Petits secrets, grands mensonges de Laura Moriarty dont j’avais apprécié le précédent opus Le secret du mari

On poursuit avec un roman qui a pour cadre l’Irlande de la fin des années 60 avec Nora Webster de Colm Toibin chez Robert Laffont qui nous dresse le portrait d’une femme qui renaît de ses cendres, je l’ai globalement apprécié même si j’ai préféré Le testament de Marie du même auteur.

Deux romans avec des thématiques nettement plus contemporaines : le burn-out pour Face à la mer de Françoise Bourdin chez Belfond.

Et l’islamisme radical dans Ce vain combat que tu livres au monde de Fouad Laroui chez Julliard.

On continue avec un autre sujet très sensible à mes yeux puisqu’il concerne les enfants et ici deux frères qui se retrouvent séparés suite au décès de leurs parents : Je m’appelle Léon de Kit de Waal chez Kero.

J’ai retrouvé Amélie Nothomb avec grand plaisir puisque son dernier opus Riquet à la houppe est très réussi que je vous invite à lire que vous soyez fan de la romancière belge ou non !

Et enfin, on termine ce book haul avec deux parutions jeunesse chez Flammarion jeunesse : Un coupable presque parfait de Robin Stevens qui a pour cadre l’Angleterre des années 30.

Et mythologie grecque pour Orphée l’ensorceleur de Martine Laffon, l’objet livre est très réussi, j’espère que le récit l’est tout autant.

En avez-vous lu certains ?

Publicités

14 réflexions sur “Ça ne va pas arranger ma PAL # 47

  1. ducalmelucette dit :

    J’ai eu la chance de lire certains de ces titres (d’autres sont dans ma WL) et concernant « Une nuit, Markovitch », ne t’inquiète pas, on est plutôt dans le contemplatif, et le poétique même. Bonnes lectures !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s