Les ombres de Kerohan – N.M. Zimmermann

À douze ans, Viola a déjà traversé bien des épreuves. Lorsqu’elle est envoyée chez son oncle en Bretagne, avec son frère Sebastian, on lui dit que l’air marin lui fera du bien. Il paraît que son oncle est très riche, qu’il habite un manoir, à Kerohan, et que l’on peut s’y reposer. Se reposer, vraiment ? Certes, le parc est immense, et Viola et Sebastian ont chacun une chambre, mais il n’y a pas grand monde pour prendre soin d’eux. Et qu’est devenue la prétendue fortune de leur oncle ? Le manoir est bien vide et, à Kerohan, Viola et son frère sont des proies faciles pour l’ennui et la solitude. Encore que… Peut-on parler de solitude quand d’étranges silhouettes parcourent les couloirs à la nuit tombée ? Quand Sebastian prétend avoir vu un korrigan ? Quand la salle de musique déserte résonne de la musique d’un piano ? Et que veille sur eux tous l’inquiétant docteur Vesper…heart_4les-ombres-de-kerohan-zimmermann

Paris, sous le Second Empire, Viola et Sebastian Kerohan, respectivement âgés de 12 et 7 ans, viennent de perdre leur maman chéri qui a succombé au terme d’une longue maladie. Leur père, à Londres au moment du décès de son épouse, les envoie chez son frère dans la demeure familiale des Kerohan située en Bretagne, pour une durée indéterminée.

Les enfants, accompagnés de leur gouvernante Marie, prennent pour la première fois le train. A mi-parcours, Marie les laisse comme convenu afin de rejoindre ses nouveaux employeurs et c’est seuls que les enfants font le reste du voyage.

Arrivés à destination, Viola et Sebastian attendent sur le quai la voiture de leur oncle qui ne vient pas, leur parent aurait-il changé d’avis ? Mais heureusement, une voiture arrive enfin pour les emmener jusqu’au manoir. Le bras droit de leur oncle Kerohan, le docteur Vesper, est chargé de les conduire jusqu’à leurs appartements.

L’homme leur paraît inquiétant, tout comme Madame Lebrun, la femme de charge, qui leur apporte leur repas et un vin chaud qu’ils ont ordre de boire avant de dormir. Ils ont aussi interdiction de sortir de leurs chambres jusqu’au lendemain matin.

Après le petit-déjeuner, ils font enfin la connaissance de leur hôte, un vieil homme aux cheveux déjà blanchis et apprennent que leur tante et leur cousine, dont ils ignoraient l’existence, sont malades et qu’ils ne doivent surtout pas aller les voir.

Les jours passent, très monotones, sans voir apparaître leurs parentes. Ont-elles une maladie contagieuse qui les oblige à garder la chambre ?

Mais les enfants restent des enfants, et malgré la peur qui les étreint, ils se mettent en quête de visiter l’immense demeure ainsi que le parc. Le soir venu pourtant, les lieux leur semblent inhospitaliers, d’autant que Sebastian est persuadé qu’un Korrigan vit en-dessous de son lit et qu’il dit voir des fantômes dès la nuit tombée…

Voilà une histoire que j’avais très envie de lire depuis sa parution en début d’année : un récit fantastique en Bretagne et au 19è siècle, voilà qui avait tout pour me plaire.

Avec Les ombres de Kerohan, N.M. Zimmermann que je découvre ici, nous propose un roman angoissant dans la droite lignée des romans gothiques anglais du 19è siècle mais à la sauce bretonne puisqu’il est ici question de légendes celtiques, mystères made in Breizh avec korrigan et ankou à la clé !

L’histoire est assez simple et abordable pour les enfants à partir de 12 ans mais suffisamment rythmée et efficace pour plaire aux adolescents et même aux adultes. Le récit est en effet loin d’être gentillet et sait donner des frissons aux petits comme aux grands.

L’auteure insuffle en effet un vent de mystères à son roman et on se laisse prendre au jeu car tous les éléments sont là pour nous permettre de passer un excellent moment et l’angoisse, bien dosée, monte crescendo pour notre plus grand plaisir.

Manoir isolé, spectres et apparitions, portes qui claquent, personnages on ne peut plus inquiétants, orage et pluie battante, N.M. Zimmermann nous donne à lire un roman gothique convaincant, doublé de réflexions sur le deuil que traversent les jeunes héros que sont Viola et Sebastian, très éprouvés par la mort de leur mère et l’éloignement de leur père, qui se retrouvent isolés dans ce manoir inquiétant.

A l’approche d’Halloween, je vous conseille vivement Les ombres de Kerohan, un roman d’ambiance réussi !

Advertisements

7 réflexions sur “Les ombres de Kerohan – N.M. Zimmermann

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s