La repasseuse – Bénédicte Lapeyre

De sa mère, Mone a appris les gestes minutieux du métier de repasseuse. Manipuler le linge délicat et les fers est une voie toute tracée pour cette jeune femme discrète qui n’a jamais quitté Senlis. Pourtant, Mone sait tout. Elle sait tout grâce au linge qu’on lui apporte chaque jour. Car si les gens parlent, le linge aussi : des problèmes financiers de l’aristocratie aux secrets d’alcôve, l’intimité se dévoile à travers les étoffes. heart_3la-repasseuse-benedicte-lapeyre

Simone, dite Mone, naît en 1900 à Senlis, près de Chantilly. Elle est la seconde fille de Jeanne, une repasseuse et d’un journalier qui va disparaître du jour au lendemain et qu’elles ne reverront plus. Quatre ans plus tôt est née la fille aînée du couple, Marie, décrite comme « pas tout à fait normale » et dont on dirait aujourd’hui qu’elle est autiste.

Mone est une élève brillante qui va obtenir son certificat d’études mais qui va devoir prendre la relève de sa mère et devenir repasseuse à son tour. Méticuleuse et soignée, elle gagne l’estime et la confiance des habituelles clientèles de sa mère et parvient même à étoffer la gamme des services proposés.

Les années s’écoulent heureuses pour les trois femmes jusqu’au jour où le chemin de Mone croise celui d’Etienne, le neveu de leur logeuse. Le jeune homme la courtise mais Mone hésite : doit-elle abandonner sa sœur et sa mère pour vivre sa propre vie ?

Lorsque j’ai vu La repasseuse dans le catalogue des nouveautés d’octobre d’Albin Michel, j’ai beaucoup hésité à le demander. Vous savez comme j’aime les romans historiques mais j’avais peur de m’ennuyer à sa lecture.

Je n’ai point connu l’ennui car le roman est court et l’écriture fluide de Bénédicte Lapeyre est plutôt agréable à lire, mais pour autant ce récit ne m’a pas emballé non plus car la vie de Mone est plate et monotone.

Pendant soixante ans nous suivons une jeune fille puis une femme sage qui n’attend rien de la vie et qui va laisser passer les années sans rien faire de spécial de sa vie ou plutôt sa vie lui convient comme elle est, c’est-à-dire sans relief ni aspérité, elle ne va jamais quitter Senlis et osera à sortir qu’à de rares occasions.

Difficile donc de s’attacher à une telle héroïne, en tout cas pour moi. Ce qui m’a revanche beaucoup intéressé, c’est son métier de repasseuse. Bénédicte Lapeyre a eu raison de se pencher sur ce métier qui en l’apparence n’a pas l’air très intéressant mais qui est révélateur de l’évolution de la femme et de la société au 20è siècle.

Pour moi qui aime beaucoup l’histoire de la femme et de la mode, les passages liés aux tissus, aux étoffes, à la mode de Poiret, de Chanel, de Dior ou de Balenciaga, aux corps des femmes, m’ont plu. Assurément, l’auteure s’est bien documentée et cet aspect du roman est passionnant.

Si l’histoire de Mone m’a laissé de marbre, celle de son métier m’a vivement intéressé et je remercie les éditions Albin Michel de m’avoir permis de lire ce roman et pour leur confiance.

Publicités

10 réflexions sur “La repasseuse – Bénédicte Lapeyre

  1. Bénédicte dit :

    Je trouve la couverture sublime, et le sujet me tenterait bien. Tout comme toi, j’apprécie les romans historiques d’autant plus lorsqu’ils concernent le début du XXème siècle.

  2. laroussebouquine dit :

    J’avais hésité à le demander aussi (surtout parce que mes parents habitent juste à côté 😛 ). Finalement j’ai passé mon chemin car j’ai plein de trucs bien plus urgentes, mais ça me donnait bien envie quand même ! Moi aussi j’avais peur de m’ennuyer en fait

  3. Camille dit :

    Ce bouquin m’intéresse beaucoup pour sa dimension historique ; je travaille sur l’histoire du travail des femmes au XVIIIe siècle alors forcément, le sujet me touche. S’agit-il d’une histoire vraie, inspirée d’une histoire vraie, ou d’une fiction ancrée dans un contexte historique bien documenté ? Le sujet est mené de façon intéressante je trouve, via le métier de repasseuse dont on sait peu de choses. Je suis intriguée, quoique moyennement emballée s’il ne s’y passe que peu de choses..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s