L’oiseau des neiges – Tracy Rees

Lu dans le cadre des challenges  1 pavé par mois et Challenge Cold Winter

challenge-un-pave-par-mois  ColdWinterChallenge4_medium

Janvier 1831. Aurelia Vennaway, huit ans, héritière d’une riche famille aristocratique du comté de Surrey, découvre lors d’une promenade dans les bois du domaine familial un nouveau-né bleu de froid, posé à même la neige. Malgré l’hostilité de ses parents, elle réussit à leur faire recueillir l’enfant, qu’elle baptise Amy Snow.

A ses dix-huit ans, on découvre à Aurelia une maladie qui lui laisse peu de temps à vivre. Elle décide donc de partir en voyage quelques mois. Avant de mourir, elle laisse pour Amy une série de lettres qui vont l’aider à découvrir qui elle est et lui transmettre l’héritage qui lui revient. Amy s’embarque alors pour un périple aux quatre coins de l’Angleterre, avec, à chaque étape, une énigme à résoudre.heart_4l-oiseau-des-neiges-tracy-rees

Hiver 1831, la petite Aurelia Vennaway, jeune héritière de 8 ans, trouve au hasard de sa promenade dans les bois environnants de la propriété familiale, un nouveau-né nu dans le neige.

N’écoutant que son grand cœur, elle ramène l’enfant chez elle à Hatville Court toute bleuie par le froid, sauvant ainsi la vie de la petite fille promise à une mort certaine. Elle lui octroie un prénom et un nom, Amy Snow, et entend bien la garder près d’elle mais sa mère, la belle et élégante Celestina ne veut pas en entendre parler, hors de question que la naissance honteuse du bébé vienne ternir le prestige des Vennaway.

Heureusement pour Aurelia, le pasteur passant par là, convainc Charles son mari et Amy peut rester à l’unique condition : elle ne doit jamais croiser le chemin de Lord et Lady Vennaway.

Les années passent et Aurelia et Amy sont devenues comme des sœurs au grand dam des parents d’Aurelia. La jeune fille souffre de vivre son existence dans une cage dorée vide de sens. Avide de liberté, elle désire s’affranchir des contraintes sociales et tente de se rebeller contre ses parents qui veulent un beau mariage pour leur unique enfant, ce dont la jeune fille ne veut à aucun prix.

C’est alors qu’on lui diagnostique une maladie de cœur et que le docteur déconseille fortement le mariage sous peine d’écourter sa vie. Ses parents qui veulent malgré tout un héritier consentent à la laisser partir trois mois à Londres à condition qu’elle se fiance à son retour.

Aurelia accepte et laisse derrière elle Amy, trop jeune pour la suivre. Seulement, les trois mois passent et Aurelia n’est toujours pas de retour. Une année s’écoule avant que l’héritière ne revienne à Hatville Court.

Il lui reste alors quatre années à vivre jusqu’à ce jour de janvier 1848 où elle s’éteint et laisse une lettre à sa chère Amy, le premier indice d’une chasse au trésor pas comme les autres…

Lorsque j’ai vu cette couverture dans le catalogue des éditions Presses de la cité et que j’ai lu la quatrième de couverture, je n’ai pas hésité une seconde avant de demander à recevoir L’oiseau des neiges de Tracy Rees.

Un destin de femme dans l’Angleterre victorienne avec des secrets de famille, c’est pile tout ce que j’aime et je ressors de cette lecture, totalement conquise !

Cette immersion au cœur du 19è siècle retraçant la très grande amitié liant Aurelia, une jeune aristocrate aussi capricieuse qu’adorable à Amy Snow, une enfant dont les origines obscures lui seront constamment reprochées, se révèle passionnante.

Dans cette société victorienne régie par l’importance de la naissance, les classes et les codes sociaux d’une rigidité extrême, mieux vaut être bien née pour avoir une chance d’exister et d’être respectée même si les mieux nées n’échappent pas à leur condition ni à leurs devoirs.

Tracy Rees parvient à restituer avec aisance cette réalité de l’époque, notamment cette condition féminine, elle montre qu’à cette époque, hors de vie sans mariage et sans enfants. Amy Snow incarne tout ce que rejette la société bien-pensante et puritaine du règne de Victoria.

Les chapitres du roman alternent entre les lettres écrites par Aurelia formant le jeu de pistes, la vie qu’a vécu Amy jusqu’à la mort d’Aurelia racontée comme un journal intime et les épreuves qu’elle affronte durant le jeu de pistes que lui a laissé Aurelia.

Tracy Rees a une écriture fluide et on suit avec plaisir Amy dans son enquête même si j’ai trouvé qu’il y avait un peu trop de longueurs à mon goût, je trouve tout de même ce roman très réussi et captivant.

Un grand merci à Anne et aux Editions Presse de la Cité pour cette très belle lecture, j’ai adoré !

Publicités

11 réflexions sur “L’oiseau des neiges – Tracy Rees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s