Lucille à l’heure gourmande – Gwenaële Barussaud

Lorsque Lucille Bordier revient à Paris en ce mois de septembre 1868, elle éprouve beaucoup de peine à reconnaître Paris. Partout la ville s’illumine, s’agrandit, se dote d’hôtels luxueux, de magasins superbes, de salles de spectacle… Mais Lucille n’a pas le coeur à se réjouir de ces changements. Une saison passée à Dinard, petite cité balnéaire de la côte d’Emeraude, l’a dépossédée de ses illusions et de ses rêves. Séduite puis abandonné par Charles Singleton, un entrepreneur anglais sans scrupule, Lucille a perdu ses ressources et sa place de domestique. Elle peut heureusement compter sur l’amitié de sa soeur Pauline et sur celle de sa tante Victorine qui tient désormais seule le Café Normand, rue d’Enfer. Mais depuis la mort subite de l’oncle Gaston, le café périclite… C’est alors que Lucille a une idée. Pourquoi ne pas transformer le café en un lieu de réunion pour les femmes, une sorte de salon où l’on pourrait boire du thé, déguster des gourmandises et bavarder sans craindre l’oreille indiscrète des domestiques ?heart_5lucille-a-l-heure-gourmande-gwenaelle-barussaud

A seize ans, Lucille Bordier ne veut plus se contenter d’être la femme de chambre de Mathilde de Gisors, une demoiselle du grand monde, dont le père est proche de l’empereur Napoléon III. Elle rêve d’être indépendante, de s’élever socialement et décide de prendre son destin en mains, car, sous le règne de Napoléon III, les opportunités ne manquent pas. Elle décide alors de quitter sa place pour s’associer avec un anglais, qui se révèle être un escroc.

Elle rentre alors à Paris et trouve une place de femme de chambre dans un Palace mais au décès de son oncle, elle convainc sa tante d’ouvrir un café pour dames…

Les lumières de Paris est pour moi une série bonheur, oui un véritable bonheur de lecture que je déguste à chaque fois, à chaque tome, je me délecte de l’histoire contée par Gwenaële Barussaud et surtout de sa plume élégante et raffinée qui m’embarque à chaque fois dans ce fascinant Paris de Napoléon III.

Si vous ne connaissez pas cette romancière ni cette série, je n’ai qu’une chose à vous dire : foncez ! Car si comme moi vous avez aimé Au bonheur des dames, si vous vous délectez à la lecture des romans historiques et si cette période de notre hsitoire vous intéresse, chaque volume des Lumières de Paris va vous plaire : Pauline demoiselle des grands magasins, Juliette la mode au bout des doigts et Lucille à l’heure gourmande.

A chaque tome, son héroïne et son histoire : après Pauline et le grand magasin de L’élégance parisienne d’Aristide Boucicaut, après son amie Juliette férue de mode avec qui on assiste à la naissance de la haute couture, place à Lucille qui nous fait connaître les premiers bains de mer à Dinard mais aussi la création des premiers palaces et celui des salons de thé.

La création de ce lieu typiquement féminin qu’est un salon de thé est un sujet véritablement passionnant et formidablement restitué ici. Comme toujours, Gabrielle Barussaud connaît parfaitement son sujet et sait à merveille nous immerger dans ce Paris foisonnant du règne de Napoléon III qui vit tant de bouleversements.

Au-delà de ce sujet qui pourrait apparaître comme frivole, Gwenaële Barussaud n’a pas son pareil pour décrire le petit monde des domestiques et des employés, mettre en lumière les valeurs de travail, de courage, de fierté, de persévérance, sans oublier de faire connaître aux plus jeunes la place des femmes dans cette société du milieu du 19è régie par les hommes à tous les niveaux et dans toutes les classes sociales.

Outre l’histoire et le contexte, je prend beaucoup de plaisir à lire cette romancière, j’aime son style fluide et dynamique, son vocabulaire riche et recherché, qui font que ce roman, bien que destiné aux adolescentes, est un vrai régal pour l’adulte que je suis.

Cerise sur le gâteau, comme Pauline et Juliette, Lucille est une héroïne bien attachante, courageuse et qui sait saisir des opportunités, on a plaisir à suivre son parcours semé d’embûches et qu’une envie : qu’elle réussisse.

Autre point positif : on retrouve Pauline et Juliette au fil du récit, dans de courtes apparitions certes, mais ces clins d’œil aux deux précédents volumes sont bien amenés et on a plaisir à les retrouver ici.

En résumé, encore un coup de coeur pour ce roman historique pour adolescents mais pas que vous l’aurez compris, totalement réussi, vivement le tome 4 !

Publicités

13 réflexions sur “Lucille à l’heure gourmande – Gwenaële Barussaud

  1. arcanesouvertes dit :

    Je viens tout juste de commencer cette série, avec ce tome-ci justement, et je suis conquise ! Entre une héroïne simplement géniale et qui nous ressemble, et une écriture fluide et maîtrisée, il y avait tout pour me plaire. Je m’étonne même que la série ne soit pas plus connue !

  2. frenchbooklover dit :

    Coup de coeur partagé pour cette série! J’ai trouvé ce tome hyper intéressant, fouillé, plein de rebondissements…Bref, je me suis régalée! Et j’espère vraiment découvrir bientôt la suite!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s