Vincent un saint au temps des mousquetaires – Jean Dufaux & Martin Jamar

En 1643, saint Vincent de Paul était le père Vincent, un prêtre exceptionnel qui battait le pavé de Paris pour aider les plus démunis. Lorsqu’un de ses protégés, Jérôme, se fait assassiner, il décide alors de mener l’enquête. Ses actes de charité et son ouverture d’esprit lui permettent d’interroger tant les marauds que les grands de ce monde.

Paris, 1643. Louis XIII se meurt et le père Vincent de Paul bat comme chaque jour le pavé de la capitale afin de venir en aide aux plus pauvres et à tous ceux qui ont besoin de lui. Ses pas le mènent aujourd’hui chez la marquise de Maignelais, l’une de ses bienfaitrices. L’argent qu’elle confie au saint homme va permettre à une jeune prostituée de s’affranchir de son souteneur.

C’est en effet grâce aux femmes de la grande bourgeoisie et de la noblesse que Vincent de Paul peut faire le bien autour de lui et avec lesquelles il va fonder les Dames de la Charité.

C’est alors qu’il apprend que Jérôme, l’un de ses protégés s’est fait assassiné. Vincent de Paul décide alors de découvrir qui est l’auteur de ce crime…

Avec ce roman graphique, Vincent un saint au temps des mousquetaires, dont la figure centrale est le père Vincent de Paul, Jean Dufaux signe un scénario original autour de cette personnalité incroyable mis en dessins et en couleur Martin Jamar est un prétexte nous permettant un immersion dans le Paris de cette première moitié du 17è siècle.

Quelle bonne idée en effet de mettre en lumière le futur Saint Vincent de Paul, un homme qui fut la conscience de son époque et un soutien sans faille au petit peuple de Paris, sans jugement moral, aidant aussi bien les miséreux, les prostituées et les voleurs.

Une figure incontournable que j’avais aperçu lorsque je m’étais intéressée au Paris des 17è et 18è qui est ici la figure centrale du récit. L’enquête que mène Vincent pour retrouver l’assassin de son protégé nous permettent de prendre connaissance du quotidien de cet homme, infatigable dans ses missions de charité, qui côtoyait les plus humbles comme les plus grands.

J’aurai aimé qu’au-delà de l’enquête, on en sache davantage sur l’homme, sur la création des dames de la charité et la place toute particulière qu’il a offert aux femmes à une époque où elles devaient se cantonner à la sphère privée, on ne les voit pas agir alors qu’en réalité, elles étaient indispensables à la mécanique mise en place par Vincent.

Le récit aurait mérité d’être plus long et détaillé, j’ai trouvé que le sujet était trop survolé mais il n’en reste pas moins agréable à lire et surtout, quel plaisir de cheminer dans un Paris presque totalement disparu depuis Haussmann.

Une bande dessinée qui sort des sentiers battus en nous proposant un instantané d’une grande figure de la charité, tout en tolérance et en bonté et un récit qui permettra, je l’espère, de faire connaître cet homme hors du commun au plus grand nombre, il le mérite tellement !

Publicités

10 réflexions sur “Vincent un saint au temps des mousquetaires – Jean Dufaux & Martin Jamar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s