Astrid Bromure tome 3 Comment épingler l’enfant sauvage

Astrid, petite fille solitaire élevée dans l’hôtel particulier de ses riches parents, est toujours à la recherche de compagnons de jeux. Aussi quand elle entend parler à la radio des enfants sauvages du Gabokonga, ni une ni deux, elle convainc ses parents d’y partir en voyage.

Astrid Bromure s’ennuie ferme dans l’hôtel particulier de ses parents, planté sur le toit d’un des plus hauts gratte-ciels de New-York. Seulement entourée d’adultes, elle rêve d’avoir un petit frère. Malheureusement pour elle, ses parents qui sont pourtant très oisifs se sentent déjà débordés par leur petite fille chérie.

Mais qu’à cela ne tienne, elle n’a pas dit son dernier mot ! Et lorsqu’elle entend dans le poste de radio qu’il y a pléthore d’enfants sauvages abandonnés au Gabokonga, elle convainc son petit monde d’aller y faire un tour grâce au ballon dirigeable paternel.

Arrivée sur place, elle compte bien faire changer ses parents d’avis et recueillir l’un des enfants sauvages…

Souvenez-vous j’avais adoré le tome 1 Comment dézinguer la petite souris ainsi que le tome 2 Comment atomiser les fantômes et je dois bien admettre que le troisième tome est tout aussi réussi et savoureux avec des piques, des gags et des traits d’humour à chaque page et des situations scabreuses pour notre Astrid et sa famille qui se retrouve aux prises avec des pygmées gastronomes, un enfant qui parle l’oiseau et un tigre tapi dans l’ombre.

Ce séjour dans la jungle du Gabokonga sera l’occasion pour Astrid et les siens d’apprendre à côtoyer un autre peuple, de confronter leur culture, leur savoir vivre ou leurs habitudes culinaires avec les habitants locaux… et de tordre le cou à de nombreux préjugés ! Non l’Afrique n’est pas une terre où l’homme blanc peut se servir à loisir et Astrid va recevoir une grande leçon.

Fabrice Parme envoie quelques pics bien sentis à propos de la colonisation et des ravages de l’homme blanc sur le territoire africain et sur sa prétendue « supériorité » à une époque, les années 20, où les occidentaux considéraient l’Afrique comme leur terrain de chasse dans lequel ils pouvaient piller allégrement.

Quant au thème de l’adoption, il reste d’actualité, notamment avec certaines stars américaines qui agrandissent leurs familles avec des enfants venus des quatre coins de l’Afrique noire.

Outre cet humour, j’adore l’atmosphère délicieusement vintage qui se dégage de cette série : le graphisme, les couleurs, la typographie, les décors somptueux, les visages expressifs… l’ensemble du travail éditorial est soigné, ce qui ne m’étonne pas de Rue de Sèvres d’ailleurs qui offre décidément à ses jeunes lecteurs des bandes dessinées réussies tant sur le fond que sur la forme.

Les dialogues de Fabrice Parme sont toujours aussi bons et font mouche à chaque fois par leur drôlerie et leur intelligence. Une série qui ne s’essouffle pas et que je vous recommande chaudement que vous soyez petit ou grand !

Vous l’aurez compris Comment épingler l’enfant sauvage est une bande dessinée loufoque à mettre entre toutes les mains dès 9 ans, et ce n’est pas mon Sami-Chameau qui dira le contraire car il adore aussi, et attend chaque tome avec beaucoup d’impatience ! Comme quoi, Astrid plaît aussi aux garçons…

Un grand merci à Doriane et aux éditions Rue de Sèvres pour ce coup de cœur collégial !

Publicités

9 réflexions sur “Astrid Bromure tome 3 Comment épingler l’enfant sauvage

  1. AnnoyingUnicorn dit :

    Pour ceux qui connaissent, Fabrice Parme a notamment travaillé sur le dessin animé La Famille Pirate, qui est absolument génial et drôle, et que j’ai regardé pendant une bonne partie de mon enfance 😉 D’ailleurs le graphisme ressemble un peu à celui d’Astrid Bromure !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s