La voleuse de robes – Natalie Meg Evans

Lu dans le cadre du challenge  1 pavé par mois

challenge-un-pave-par-mois

Chanel, Hermès, Schiaparelli… Leurs créations enchantent Alix, qui rêve d’intégrer le monde élitiste de la haute couture. Quand son ami Paul lui trouve une place de couturière chez Javier, elle est donc heureuse de faire le grand saut. Sauf que la générosité de Paul n’est pas gratuite. Le prix à payer pour Alix ? Copier les originaux du célèbre styliste pour les revendre sur le marché noir américain.

Alix est bientôt reconnue pour ses talents de couturière et sa créativité, mais plus elle gagne la confiance de Javier et plus lui voler ses créations la déchire. Et quand un beau reporter de guerre dévoile des zones sombres dans le passé de sa famille, c’est toute sa vie qui menace de s’effondrer…

Paris, 1937. Alix Gower est une jeune femme anglaise d’origine française, installée avec sa grand-mère Danielle Lutzman dans la capitale depuis près de deux ans. Les deux femmes de confession juive ont fui la montée du nazisme en Angleterre.

La jeune fille n’a jamais connu sa mère morte en la mettant au monde et a perdu son père contaminé par les gaz de la Grande Guerre alors qu’elle n’avait que cinq ans. Quant à Frau Lutzman, elle est veuve depuis trois décennies, depuis l’assassinat de son mari, artiste peintre.

Alix et Danielle vivent chichement, l’une de son travail de standardiste et l’autre de travaux de couture mais elles peuvent compter sur la protection du comte Jean-Yves de Charembourg, originaire comme elles de Kirchwiller en Alsace et qui a payé la scolarité d’Alix.

Mais Alix a un rêve, pour l’instant inaccessible, devenir styliste ! Aussi, lorsque son ami Paul lui trouve une place de couturière chez Javier, un grand couturier espagnol et la coqueluche du Tout-Paris, elle pense toucher du doigt son rêve. Sauf que la générosité de Paul a un prix : elle doit copier les modèles du célèbre styliste pour les revendre sur le marché noir américain.

C’est alors qu’elle fait la connaissance de Verrian Haviland, un reporter de guerre anglais dont elle tombe amoureuse mais son passé familial refait tout à coup surface et sa grand-mère et elle sont victimes d’agressions…

Vous connaissez mon goût pour la haute couture, je n’ai donc pas hésité à accepter de recevoir La voleuse de robes de Natalie Meg Evans, d’autant que cette histoire a pour décor le Paris des années 30, une période ô combien intéressante. Cette lecture n’a hélas pas été aussi captivante que je l’espérais même si je suis globalement satisfaite de ma lecture.

L’auteure s’est très bien documentée et les pages consacrées à la couture, à la création des robes, aux étoffes et aux défilés sont passionnantes, j’ai adoré tous ces passages comme j’ai aimé l’héroïne de ce roman qui a une grande force de caractère et une volonté de réussite chevillée au corps, Alix est très attachante et le duo qu’elle forme avec sa mémé bien attendrissant.

Pourquoi suis-je donc un peu déçue alors ? La Voleuse de robes nous entraîne dans le cercle très fermé de la haute couture parisienne, entre mousseline et satin de soie, coups de foudre et escroqueries nous dit la quatrième de couverture. Je suis d’accord avec cette phrase mais il y a à mon goût trop de thèmes abordés dans ce roman.

La guerre d’Espagne tout d’abord qui ne m’intéresse pas il faut bien vous l’avouer et dont je ne vois pas bien l’intérêt ici sauf à rallonger inutilement le récit. Certes Verrian est très marqué par ce conflit mais de là à le faire retourner à Guernica et nous abreuver de chapitres entiers dessus…

Il est aussi question de jalousie, de vengeance et de chantage mais on devine dès la première agression qui est le maître chanteur, donc aucun suspens de ce côté-là. L’auteure aborde aussi la paternité, le meurtre, le sexe, la violence conjugale, des histoires d’amour, l’antisémitisme, le marché noir… n’en jetez plus la coupe est pleine et trop c’est trop.

Un roman intéressant et foisonnant mais qui aurait mérité d’être moins long et avec nettement moins de thématiques abordées, restent que les pages sur la mode m’ont séduite et c’est surtout cet aspect qui m’intéressait, je suis donc comme je le disais plus haut, plutôt satisfaite de ma lecture.

Merci aux éditions Nil pour cette lecture et pour leur confiance.

Publicités

7 réflexions sur “La voleuse de robes – Natalie Meg Evans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s