Duchesses rebelles tome 2 La dangereuse amie de la reine – Anne-Marie Desplat-Duc

 Lu dans le cadre de Ma PAL de printemps (5/10)

A la cour de France, Marie-Aimée de Rohan est amie de la reine d’Espagne, Anne. Cette existence de plaisirs et de fêtes aurait pu la satisfaire, mais la duchesse de Chevreuse a un tempérament de feu ! Marie-Aimée ne se sent vivre que si elle anime des complots, si elle colporte des secrets et joue les espionnes… et elle ne va pas s’en priver ! Voici son histoire…

Marie Aimée de Rohan naît au château de Coupvray un beau jour de l’année 1600. Par son père Hercule de Rohan, duc de Montbazon, serviteur zélé du roi Henri IV, elle descend de l’une des plus vieilles familles de l’aristocratie bretonne et se rêve en reine de France lorsque Louis XIII accède au trône.

Làs pour elle, un roi de France se marie par raison d‘état et sa promise est finalement l’infante d’Espagne, Anne. C’est d’ailleurs une double noce qui va unir l’Espagne et la France puisque la sœur cadette de Louis, Elisabeth, épouse quant à elle l’héritier du trône d’Espagne.

Hercule de Rohan lui choisit pour époux le favori du roi, le duc de Luynes, de vingt ans son aîné. Ce mariage la propulse surintendante de la maison de la reine et assouvit ainsi ses désirs de pouvoir.

Mais cette union est de courte durée, le duc succombant à une fièvre pourpre, peu de temps après la naissance de leur fils et Marie Aimée se retrouve en exil. Peu importe, la duchesse ne pleure pas longtemps son mari et épouse quelques mois plus tard, sans même attendre le consentement de Louis XIII, le vieux duc de Chevreuse, Claude de Lorraine.

Son époux persuade le roi de mettre fin à son exil et la voilà de retour au Louvre, près de la reine. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, Anne est enfin grosse en cette année 1623 mais un soir alors qu’elle court dans une salle du Louvre avec Marie-Aimée, elle chute et perd l’enfant qu’elle portait.

La duchesse de Chevreuse est immédiatement exilée, un exil auquel succèderont de nombreux autres car Marie Aimée n’aime pas le cardinal de Richelieu, le tout-puissant premier ministre de Louis XIII, et commence à échafauder des complots pour se débarrasser de lui…

Anne-Marie Desplat-Duc, connue pour sa série Les colombes du roi soleil, s’attaque dans cette série Duchesses rebelles aux héroïnes de la Fronde. Le premier tome était consacré à la Grande Mademoiselle et dans ce second volume, Anne-Marie Desplat-Duc nous dresse le portrait de la duchesse de Chevreuse que je découvre à cette occasion.

Et cette Marie Aimée, quelle femme ! Une femme ambitieuse, éprise de réussite et d’honneur, orgueilleuse, intrigante, qui n’aura de cesse toute sa vie de comploter et de fuir en exil dès lors que ses intrigues seront découvertes par le cardinal de Richelieu d’abord puis par Mazarin ensuite.

Comme pour L’intrépide cousine du roi, sous la plume de l’auteure, c’est Marie Aimée de Rohan qui se raconte depuis son exil, dans La dangereuse amie de la reine, non pas dans son cher château de Dampirerre, mais à Saint Fargeau chez Anne Marie Louise d’Orléans.

Écrit dans le style du 17è siècle, avec le vocabulaire de l’époque, ce roman passionnant à lire, ravira les jeunes lectrices (et les autres) désireuses de s’immerger dans le siècle de Louis XIII essentiellement et notamment dans le sillage de la reine Anne d’Autriche puisque Marie Aimée réussit à devenir la confidente et la grande amie de la reine de France.

J’ai trouvé ce roman très bien documenté et il nous plonge avec une certaine délectation, dans cette cour sous Louis XIII et ses intrigues, ses complots mais aussi dans l’intimité maladroite et gauche du couple royal.

Un roman d’intrigues et d’aventures passionnant et mené tambour battant, porté par une héroïne, sinon attachante du moins très intéressante, qui met en lumière une période historique dominée par la figure du cardinal de Richelieu que l’on ne voit pas si souvent dans les romans, le règne de Louis XIII étant éclipsé par celui de son père Henri IV et surtout celui de son fils Louis XIV.

Un second tome très réussi porté par un joli travail éditorial de Flammarion jeunesse que je remercie pour cette belle lecture et qui nous propose une couverture rock’n’roll en diable avec du orange fluo, des en-tête de chapitre, des hauts et bas de pages à la manière des romans du 17è siècle, qui font de ce roman historique un bel objet livre.

Vous l’aurez compris, je vous recommande cette série et ce roman si vous aimez cette époque, vous ne serez pas déçues !

Publicités

4 réflexions sur “Duchesses rebelles tome 2 La dangereuse amie de la reine – Anne-Marie Desplat-Duc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s