Hors cadre – Stefan Ahnhem

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Près des corps sauvagement mutilés de deux victimes, une photo de leur classe de 3e sur laquelle leur visage a été raturé. Cette classe a aussi été celle de l’inspecteur Fabian Risk de la police de Helsingborg. Pour arrêter la spirale infernale et éviter d’être la prochaine cible, il s’enfonce dans les méandres de son propre passé. Au risque de s’y perdre.

Après une enquête difficile au sein de la police de Stockholm et une liaison qui a failli lui coûter son mariage, Fabian Risk emménage dans la ville dans laquelle il a grandi, Helsingborg.

Alors qu’il prend possession de sa maison en compagnie de sa femme Sonja et de ses enfants Theodor et Matilda, sa nouvelle cheffe de la brigade criminelle sonne à la porte. Un meurtre particulièrement sordide vient d’avoir lieu et Astrid Tuveson souhaite avoir son avis car la victime, à qui on a sectionné les deux jambes, était dans la même classe que Fabian.

L’inspecteur lui révèle que Jörgen Pâlsson était un adolescent violent, qui n’hésitait pas à jouer des coups de pied pour terroriser les plus faibles. Il faisait d’ailleurs la paire avec son meilleur ami Glenn Granqvist, retrouvé mort ensuite, qui se servait de ses poings pour réduire au silence leur cible préférée, Claes Mällvik.

Le souffre-douleur a-t-il décidé de se venger vingt ans plus tard et punir ses bourreaux mais aussi tous ceux qui ont fermé les yeux, élèves et professeurs qui faisaient semblant de ne pas voir le harcèlement dont était victime jour après jour, année après année, l’adolescent ?

Les polars venus du froid connaissent un grand engouement depuis quelques années déjà, et malgré cela, j’ai pour l’instant assez peu lus de romans suédois, norvégiens…

J’avais reçu Hors cadre dès sa sortie, gentiment envoyé par les éditions Albin Michel et depuis près de deux ans, il croupissait dans ma PAL. Heureusement ma copinaute Belette, qui était dans le même cas, m’a proposé de l’en sortir et comme elle a eu raison car ce thriller s’est révélé addictif et très bon.

Et pourtant ce n’était pas très bien parti car le début du roman est éprouvant. Le thème du harcèlement d’enfants en milieu scolaire, la complicité muette des enseignants, la terreur qu’inspirent les instigateurs, les traumatismes à vie des victimes sont vraiment très bien décrits et en tant que maman, c’est un phénomène que l’on redoute beaucoup lorsque nos enfants sont au collège, ce qui est mon cas.

Un thème difficile donc et une première scène de crime particulièrement glauque et sanglante qui ont failli me faire abandonner ma lecture mais j’ai poursuivi et j’ai bien fait, car une fois passé ce cap, j’ai eu du mal à lâcher ma lecture, qui s’est révélée diablement prenante.

Car nos enquêteurs sont pris dans une course contre la montre entre la Suède et le Danemark, sur les pas d’un tueur en série sans pitié qui a décidé d’éliminer toute sa classe de 3è et ceux qui se mettent en travers de son chemin.

Si Stefan Ahnhem n’épargne pas son lecteur, il n’épargne pas non plus son héros et l’oblige à se souvenir de ses années de collège et de sa lâcheté, ce dont il n’a aucune envie ! L’auteur parvient à installer dès le début du roman un climat pesant, une atmosphère angoissante qui mettent mal à l’aise. Le passé de l’inspecteur Risk vient tamponner le présent avec violence et les morts vont hanter les vivants tout au long de l’enquête.

Ahnhem dont c’est ici le premier roman, nous balade, multipliant les fausses pistes, les retournements de situation et les indices qui mettent le doute dans l’esprit de ses lecteurs. L’équipe d’enquêteurs travaillant sur cette enquête est très attachante et j’aurai plaisir à les retrouver si le tome 2 paraît en français.

Un polar suédois efficace et haletant avec un tueur intelligent et machiavélique, une intrigue bien menée du début à la fin et qui met le doigt sur l’un des maux de notre époque : la violence en milieu scolaire et sur les personnes qui détournent les yeux ou qui ne veulent pas voir.

Belette a aimé aussi et vous pouvez retrouver son avis ici.

Un grand merci aux éditions Albin Michel pour cette lecture addictive, j’ai adoré !

Publicités

6 réflexions sur “Hors cadre – Stefan Ahnhem

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s