Le dernier hyver – Fabrice Papillon

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Août 415 après J-C. : La ville d’Alexandrie s’assoupit dans une odeur âcre de chair brûlée. Hypatie, philosophe et mathématicienne d’exception, vient d’être massacrée dans la rue par des hommes en furie, et ses membres en lambeaux se consument dans un brasier avec l’ensemble de ses écrits.
Cet assassinat sauvage amorce un engrenage terrifiant qui, à travers les lieux et les époques, sème la mort sur son passage. Inéluctablement se relaient ceux qui, dans le sillage d’Hypatie, poursuivent son grand œuvre et visent à accomplir son dessein.
Juillet 2018 : Marie, jeune biologiste, stagiaire à la police scientifique, se trouve confrontée à une succession de meurtres effroyables, aux côtés de Marc Brunier, homme étrange et commandant de police de la  » crim  » du Quai des Orfèvres. Peu à peu, l’étudiante découvre que sa propre vie entre en résonance avec ces meurtres.
Est-elle, malgré elle, un maillon de l’histoire amorcée à Alexandrie seize siècles auparavant ? Quel est ce secret transmis par Hypatie et au cœur duquel se retrouve Marie ? L’implacable destin peut-il être contrecarré ou  » le dernier Hyver  » mènera-t-il inéluctablement l’humanité à sa perte ?

Alexandrie, août 415. La grande philosophe et mathématicienne Hypatie vit ses dernières heures. Alors qu’elle se rend à la grande bibliothèque dont elle est la directrice, une poignée de chrétiens, encouragés par leur évêque, la massacrent. Une fois morte, ils la découpent en morceaux, comme une vulgaire viande, et la font brûler sur un bûcher.

Paris, Juillet 2018. Une jeune femme est retrouvée assassinée dans une boutique Hermès. Avant de succomber, elle a été torturée, puis découpée en morceaux et ses membres, brûlés.

Marie, jeune stagiaire à la police scientifique, est appelée sur les lieux. L’enquête a été confiée au commissaire Marc Brunier et à son équipe du 36 quai des orfèvres mais l’étudiante en génétique est dotée d’une solide culture générale et une intelligence particulièrement affûtée qui fascine le policier qui décide de s’adjoindre ses services.

Quel rapport peut-il y avoir entre l’assassinat d’Hypatie d’Alexandrie et celui d’une jeune femme quelques mille cinq cents ans plus tard ?

Le dernier hyver est un thriller scientifique particulièrement efficace qui m’a tenu en haleine du début jusqu’à la fin, jouant sur plusieurs temporalités. Fabrice Papillon situe son récit principal à notre époque mais il nous emmène très régulièrement dans le passé.

C’est ainsi que nous côtoyons Hypathie et Irène Jolliot Curie mais aussi Elisabeth Ière, Léonard de Vinci, Newton, Voltaire, Rosalind Franklin… De grandes figures historiques et scientifiques mondiales mises en lumières ici, certaines m’étaient connues et d’autres pas du tout, notamment Rosalind Franklin, une biologiste moléculaire britannique qui a participé de manière déterminante à la découverte de la structure de l’ADN.

Ce thriller mêle l’histoire, la science et une enquête des plus palpitantes qui se déroule en grande partie dans les sous-sols parisiens (ligne de métro inexploitées, catacombes…). Marie, jeune biologiste, stagiaire à la police scientifique, se retrouve confrontée à des cadavres de femmes mutilées et va au fur et à mesure du récit comprendre qu’elle est liée à ces meurtres d’une manière totalement surprenante.

Une intrigue diabolique, haletante, sans temps mort, avec des scènes qui n’épargnent pas les âmes sensibles. L’être parfait pourrait-il exister ? Un troisième sexe est-il possible ? Un monde avec les femmes aux commandes serait-il vraiment meilleur ?

Fabrice Papillon est journaliste scientifique et on sent bien qu’il maîtrise totalement le sujet de la procréation humaine, du clonage et de l’ADN. Il arrive à nous transmettre son intérêt pour tous ces sujets sans nous noyer sous un langage abscons et sans que ce roman se transforme en vitrine de ses connaissances, ce qui à mon avis n’est pas une mince affaire.

Ce roman m’a vraiment passionné et pourtant ça n’était pas gagné d’avance car je n’ai pas l’âme scientifique ni le goût pour les sciences en général et pourtant Le dernier hyver m’a passionné, fait voyager entre les époques, découvrir des personnalités hors du commun et je me suis vraiment régalé avec cette lecture que je vous conseille vivement.

Un grand merci à l’agence Agnès Chalnot et aux éditions Belfond pour cette lecture palpitante, j’ai adoré !!

Publicités

9 réflexions sur “Le dernier hyver – Fabrice Papillon

  1. DF dit :

    Je l’ai lu l’automne dernier… Il y a du bon dans ce roman, j’ai aussi été généralement captivé, mais quelques éléments m’ont quand même paru un peu « too much ». Cela dit, j’aurai plaisir à relire cet écrivain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s