Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Albums et bd jeunesse’ Category

Emmanuel Lecaye est né le 28 février 1982, sur l’île de la Réunion. Il voyage beaucoup, aime inventer des histoires quelle que soit leur forme (livres, films, chansons). Son premier livre Le bouquet de plumes a été publié en 2001 à l’école des loisirs alors qu’il était encore lycéen. Il publie son premier roman 52nd Street aux Editions de la Martinière en 2014.

C’est un grand arbre dans la forêt qui est la maison de plein d’animaux. Il y a Arthur qui fait de la sculpture, Grégoire qui écrit des histoires, Célestin le médecin…

À l’automne, les feuilles de l’arbre tombent, puis il n’y a plus de feuilles du tout, tous les arbres de la forêt sont nus, c’est bien triste. Les animaux se concertent.

Comment rendre leur arbre plus gai, au milieu de l’hiver, quand la neige a tout recouvert ?

Notre maison d’Emmanuel Lecaye est un livre tout carton que les 2 ans et plus apprécieront beaucoup. Dès que l’on passe le pas de la porte, on découvre, à chaque étage, ses habitants. Tous s’affairent à leur tâche : de la peinture, des gâteaux, de la musique…

J’aime beaucoup les albums d’Emmanuel Lecaye, qui signe ici textes et images, toujours pleins de poésie et de rimes. Ici les enfants découvrent les sympathiques habitants de la maison.

Mais aussi les saisons, à travers cet arbre, bien vert au début, puis qui prend des teintes automnales avant de finir tout nu, l’occasion pour les enfants de retrouver au fil des pages le printemps, l’été, l’automne et l’hiver.

Les illustrations pleine page sont très jolies, hautes en couleurs, toutes simples mais elles font mouche auprès du lectorat visé qui adore les pages pleines de couleurs vives.

Elles viennent souligner les courtes phrases toutes en rimes de cette histoire qui permet d’appréhender les saisons et qui se termine à Noël, l’occasion de clôturer l’année en beauté.

Un grand merci aux éditions L’école des Loisirs pour sa confiance.

Read Full Post »

Alex Sanders est né le 18 août 1964 dans les Pyrénées Orientales. Après avoir suivi des études de cinéma à Bruxelles, il vit et travaille aujourd’hui à Paris. Il n’a jamais cessé de dessiner et de peindre et, depuis 1993, il se consacre aux livres pour enfants.

Le vilain petit loup a trouvé un doudou ! S’il n’est pas à toi ce doudou lapin, le loup aimerait bien le garder pour lui.

Alors quand il entend une petite fille partit à la recherche de son doudou, il se cache, il ne veut pas rendre le doudou !

Attention méchant loup, la petite fille va se fâcher !

Vous le savez si vous me lisez régulièrement, j’adore Alex Sanders ! Et si mes petits lecteurs ont une préférence pour Pop, leur héros préféré, pour ma part j’ai un gros faible pour ce vilain loup qui veut sans cesse manger les enfants.

Avec Pas ton doudou ?, son dernier album, Alex Sanders reprend tous les codes de sa série, et introduit l’objet préféré des enfants : le doudou ! L’occasion pour nous de passer un chouette moment, une fois de plus.

Un grand format, des dessins colorés qui font mouche, quelques lignes de textes au vocabulaire bien adapté à la cible, autant d’atouts pour les enfants dès 2 ans qui en redemandent.

Quel bonheur que ce vilain loup croqueur d’enfants qui nous fait beaucoup rire d’album en album et que l’on fait tourner en bourrique pour le plus grand plaisir des petits !

Les enfants ont beau avoir souvent peur du loup qui veut les croquer, celui-ci leur permet d’apprivoiser cette crainte et les aider à grandir car tout se termine toujours bien et notre loup finit toujours par être puni à la fin de l’histoire.

Un album cartonné et une série à avoir dans sa bibliothèque, pour nous, à chaque lecture, ce sont des éclats de rire garantis.

Un grand merci à l’école des loisirs pour cet album qui rejoint notre collection !

Read Full Post »

Bianca Schulze est née et a grandi à Sydney, en Australie. Elle a créé une revue dédiée à la littérature jeunesse The Children’s Book Review avant de prendre à son tour la plume. Elle vit avec son mari et ses trois enfants, sa plus grande source d’inspiration, près de Boulder, dans le Colorado. Depuis qu’elle est petite, Samara a toujours aimé dessiner. Malheureusement pour ses parents, c’était souvent sur les murs et les meubles… en utilisant le rouge à lèvres de sa mère. Aujourd’hui, le dessin est devenu son métier. Illustratrice et designer indépendante, elle travaille sur différents supports : cartes de vœux, papeterie, livres pour enfants et bien plus encore.

Chut pas un bruit ! Le dragon est enfin au lit, mais attention, au moindre bruit il peut se réveiller  ! Caresse son dos, chante lui une berceuse si il vient à se réveiller.

Tourne très délicatement les pages, calme les chevaliers bruyants, dit «  chut  » doucement. Et si le dragon se réveille, chante-lui une petite chanson.

Chut pas un bruit ! (dragon endormi) est un album absolument épatant que ma petite lectrice de 2 ans et demi adore, au point que je le lui lis au moins deux fois par jour depuis que nous l’avons emprunté à la médiathèque.

Il faut dire qu’outre les illustrations absolument craquantes signées Samary Hardy, pleines de couleurs, nous en mettent plein les mirettes et le texte de Bianca Schulze est très efficace.

L’histoire proposée aux enfants est toute simple, l’important est ailleurs car elle invite les enfants à s’approprier l’album et à agir.

Un livre à secouer, manipuler, caresser, chatouiller… qui permet aux enfants de devenir acteurs de leur lecture et de déjouer les nombreux dangers qui planent sur le sommeil ô combien léger de ce dragon.

J’adore ce genre d’ouvrage amusant avec beaucoup d’interaction et qui accompagne tellement bien les enfants avant leur endormissement, en leur montrant plusieurs manières de faire dormir le dragon.

On chante, on caresse le dos du dragon, on le berce pour qu’il dorme profondément et on fait tout pour que les voisins tapageurs ne le réveillent surtout pas, sinon il faudra tout recommencer !

Une pépite pour laquelle nous avons eu un gros coup de coeur et que je vous recommande chaudement.

Read Full Post »

David McKee est né en 1935 à Devon en Grande-Bretagne. Il fait des études artistiques à la Plymouth Art College. Après avoir été dessinateur de bandes dessinées dans divers journaux anglais, il a très vite trouvé sa voie dans les livres pour enfants qu’il écrit et illustre avec un talent mondialement reconnu.

Elmer et les éléphants se préparent à fêter Noël tous ensemble. Une fois leur sapin décoré et leurs cadeaux emballés, les éléphanteaux attendent avec impatience l’arrivée de Papa Rouge. Mais, cette année, Elmer a une surprise pour eux…

Avec Mon premier Noël avec Elmer, David McKee permet aux petits lecteurs de patienter en attendant Noël en compagnie de leur éléphant préféré.

Notre héros propose à ses jeunes amis de se cacher afin d’apercevoir le Papa rouge mais avant cela, il faut bien sûr aller chercher un sapin, le décorer…

Les fans du sympathique petit éléphant de David McKee, et franchement, qui n’aime pas Elmer ?, vont profiter pleinement de cette histoire de Noël et vont pouvoir s’identifier aux éléphanteaux qui attendent eux aussi Noël et leurs cadeaux..

L’objet livre est très beau puisque sa silhouette s’inspire directement du sapin de Noël et chaque page est un régal pour les yeux, mes petits lecteurs adorent d’ores et déjà cette histoire qui vient enrichir notre bibliothèque spéciale Noël et me la réclament tous les jours, bien joué Elmer !

Le texte est suffisamment court pour ne pas lasser les petits et les illustrations parlent d’elles-mêmes, permettant aux enfants de s’approprier l’histoire très facilement.

Si vous êtes à la recherche d’un album de Noël un peu différent des autres, je ne peux que vous conseiller celui-ci.

Un grand merci aux éditions L’école des loisirs pour cet envoi, il fait le bonheur des petits !

Read Full Post »

Kimiko est née d’une mère japonaise et d’un père français. Elle a principalement vécu en France, mais a souvent passé ses vacances au Japon. Après des études de stylisme à Tokyo, elle a travaillé pour une maison de haute couture à Paris. Puis elle a quitté la mode pour faire des livres pour enfants. 

Regarde, il neige ! Croque-Bisous invite Petite Souris à le rejoindre dehors, c’est tout blanc ! Mais que découvrent-ils dans la neige ? Un cadeau ? Tombé du ciel ? Bizarre…

A quelques jours de Noël, il est plus que temps pour moi de vous proposer des albums de Noël pour vos petits lecteurs : Ho ! Ho ! Ho ! Croque-bisous est le premier d’entre eux.

Kimiko, l’autrice de Minusculette, signe ici les dessins et les textes de ce tout carton aux bouts arrondis, un format parfait pour que les plus petits ne se fassent pas mal et surtout, ils sont hyper costauds et heureusement car ils en voient de toutes les couleurs !

Dans cette histoire toute douce, Croque-bisous et son amie Petite Souris en viennent à prêter main forte au père Noël qui perd des cadeaux au fil de sa tournée, la faute à ses coquins de lutins.

L’ambiance est noëlique à souhait avec ces gros flocons qui emplissent les pages. Le texte est court, idéal pour ne pas lasser les plus petits, la part belle est faite aux dessins très colorés et c’est très bien vu.

Si votre enfant aime les aventures de Croque-bisous, vous pouvez ajouter cette histoire de Noël à sa bibliothèque, pour les autres, ils découvriront ce héros si attachant à la lecture de cet album vraiment de circonstance à quelques jours de Noël.

Un grand merci aux éditions L’école des Loisirs, mes petits lecteurs ont adoré !

Read Full Post »

Le soir de Noël, au pied du sapin, un cadeau attire l’attention de la jeune Marie Stahlbaum. C’est un petit casse-noisette, curieux pantin de bois au regard bienveillant et aux jolies pommettes rouges.

Alors que le reste de la maison s’endort, le monde des jouets s’éveille et une féroce bataille s’engage contre le terrifiant Roi des souris.

Marie prête main forte à Casse-Noisette, qui lui révèle alors la terrible malédiction dont il est l’objet, et que seul un véritable ami pourrait briser.

Mais le Roi des souris n’a pas dit son dernier mot ! N’écoutant que son courage, la petite fille réussira-t-elle à braver chaque piège tendu pour sauver Casse-noisette de ce sortilège ?

Avant d’être un merveilleux ballet signé Tchaïkovsky créé en 1892, Casse-Noisette et le roi des souris est un conte publié en 1816 que l’on doit à un auteur romantique allemand, Ernst Theodor Amadeus Hoffmann mort en 1822, mort dans le dénuement le plus total.

Popularisé par Alexandre Dumas, c’est LE conte de Noël par excellence et un grand classique pas forcément si facile d’accès pour les plus jeunes. Aussi, je trouve que l’adaptation par Natalie Andrewson en bande dessinée est une très bonne idée.

L’autrice et illustratrice américaine revisite ici l’histoire originale d’Hoffmann avec ses princesses malfaisantes et ses folles aventures féériques. Ce récit à la fois fantastique et onirique, fait la part belle à l’amour, aux rêves et au monde de l’enfance.

Le graphique nous propose sans cesse des allers et retours entre l’imaginaire et le réel, les rêves et le quotidien, et respecte vraiment bien le récit originel.

Je trouve les graphismes bien adaptés aux enfants et le parti-pris de l’autrice très moderne est bien vu d’autant qu’il ne dénature pas l’oeuvre d’Hoffmann.

Il y a du rythme, des chapitres pas trop longs qui donnent sans cesse l’envie d’aller plus loin, le langage est celui d’aujourd’hui, à la portée des enfants, tout en étant soutenu.

J’ai bien aimé aussi les couleurs chaudes choisies par Natalie Andrewson et j’ai vraiment passé un bon moment en compagnie de Marie, du Casse-noisette et du parrain Drosselmeyer.

Si vous souhaitez faire connaître ce classique de la littérature jeunesse, je ne peux que vous conseiller cet album qui leur plaira à coup sûr.

Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour leur confiance.

Read Full Post »

Beatrice Blue est une illustratrice canadienne issue de l’animation. Elle travaille régulièrement avec Dreamworks et Nickelodeon. Elle se lance dans l’illustration jeunesse avec Harper Collins et depuis peu avec Little Urban. Il était une fois la corne des licornes est son premier album à destination des enfants. Elle vit actuellement en Espagne avec son mari Dani et son chien Jungle, toujours entourés de grandes aventures et de beaucoup de magie !

Théodore a une passion dans la vie : collectionner les poissons. Il en a de toutes tailles et de toutes couleurs et chaque jour, il ne se lasse pas de les regarder.

Un jour, il repêche un drôle de spécimen qui a l’air bien rare. Mais l’océan a beau lui dire de relâcher ce poisson pas comme les autres, Théodore ne le veut pas.

Mais lorsqu’il voit que sa nouvelle prise semble périr à petit feu, il plonge dans les profondeurs d’un lagon enchanté et découvre le fabuleux secret des sirènes…

Beatrice Blue invite une fois plus ses jeunes lecteurs à découvrir un nouveau secret. Après les dragons et les licornes, place à un autre animal légendaire avec Il était une fois le secret des sirènes.

Dans cet album, l’autrice et illustratrice canadienne pose une question aux enfants : Pourquoi les sirènes ont des écailles ? Et, cerise sur le gâteau, elle ne laisse pas les enfants sans réponse et leur révèle cette énigme jusqu’alors irrésolue !

Illustratrice issue de l’animation chez Dreamworks, elle propose aux petits lecteurs âgés de 3 à 5 ans, une histoire pleine de magie, de paillettes et de sirène : le parfait combo pour Noël !

Magnifiquement illustré avec des touches de lumières, cette histoire est digne des contes de fées avec une histoire pleine de magie et de féérie qui nous donne une explication sur l’origine des sirènes.

Une histoire, qui au-delà de la magie, met l’accent sur la liberté qui est le plus fabuleux des trésors. Elle permet également d’aborder avec les enfants la préservation des océans et des espèces sous-marines qu’il faut protéger.

L’enfant comprend à la lecture de cet album que l’animal a besoin de vivre dans son environnement naturel pour être heureux et en bonne santé. Un bon message à faire passer aux enfants qui ont souvent envie d’avoir un animal sans en mesurer les conséquences.

J’ai adoré les graphismes et les couleurs créés par Beatrice Blue et ce très beau message m’a beaucoup touchée. C’est donc un coup de coeur pour moi et un album que je vous recommande chaudement à glisser sous le sapin de Noël.

Un grand merci aux éditions Little Urban pour cette pépite !

Read Full Post »

Après des études de lettres à la Sorbonne, Anne-Sophie Baumann exerce le métier d’éditrice pour la jeunesse pendant plusieurs années (éditions Nathan, Tourbillon, Gallimard…). Diplômé en 2000 des Arts Décoratifs de la ville, Thomas Baas est illustrateur et affichiste. Il travaille aussi bien pour des maisons d’édition que pour la presse jeunesse.

Le loup vient de dévorer une bonne grosse poulette. Et il serait le plus heureux des loups si une plume n’osait pas le défier ! Oust ! Du balai ! Le loup arrivera-t-il à se débarrasser de cette plume qui le chatouille ? Mystère et boule de gomme…

Il est fou ce loup ! est un album 100% animé et 100% drôle pour les enfants dès 3 ans. Le principe est ultra simple : aider le loup à se débarrasser de cette maudite plume qui le rend fou !

Au fil des pages, les enfants découvrent sa mésaventure et ses multiples tentatives pour tenter de se débarrasser de cette plume qui l’embête.

Anne-Sophie Baumann (textes) et Thomas Baas (dessins) sont aux manettes de cet album dont les enfants sont partie prenante et c’est tout à fait le genre de livre qui plait aux petits car il est intéractif.

Très peu de texte, des couleurs vives et plein d’animations sont les atouts de cet album : les enfants peuvent tirer la langue du loup, fermer ses yeux, le chatouiller… fous rires garantis !

Les images sont tellement parlantes que le texte finalement importe peu, les enfants comprennent très bien l’histoire et s’en emparent en donnant vie au loup et en faisant eux-mêmes les dialogues.

Une bonne idée cadeau à l’approche de Noël et un grand merci aux éditions Nathan pour cet envoi qui fait le bonheur de mes petits lecteurs.

Read Full Post »

Cati Baur est née en 1973 à Genève. Elle a exercé de nombreux métiers : libraire, « blonde de l’accueil », assistante d’édition en bande dessinée… Elle a également tenu un blog de dessin et publié en plus de l’adaptation des Quatre soeurs, deux autres bandes dessinées à ce jour : J’arrête de fumer et Vacances.

Martin, Edwige, Erwan et Fred forment un quatuor uni quoiqu’il arrive. Mais au collège, ils sont loin d’être populaires ! Leurs camarades les trouvent étranges, leurs looks ne sont pas à la mode et leurs centres d’intérêt non plus, ils sont mis à l’index, rejetés et moqués à l’envi.

Ils savaient que ça finirait par arriver un jour… et c’est le plus gentil d’entre eux qui s’est fait tabasser, sans que l’on sache par qui ni pourquoi. Erwan, le bricoleur de la bande se retrouve à l’hôpital et cette injustice les a tous blessés.

Et leur colère débordante les a poussés à agir, à leur manière… forcément particulière.

Cati Baur, habituée des adaptations on ne peut plus réussies de la saga des Quatre soeurs de Malika Ferdjouk, s’attaque cette fois-ci à un court roman de Martin Page avec Le club des inadapté.e.s

Cati Baur scrute le petit monde de Martin Page avec son œil de lynx, son humour et la tendresse de son dessin. L’histoire de ces ados qui ne rentrent pas dans les cases ni dans la norme est touchante et en tant que maman de deux ados j’y ai été sensible.

J’ai beaucoup aimé la solidarité dont ils font preuve, leur gentillesse naturelle et la révolte qui va les habiter suite à l’agression gratuite d’Erwan, un collégien doux et rêveur, qui ne ferait pas de mal à une mouche, tabassé par une bande de lâches.

Les sujets traités ici sont importants et sont bien traités : le harcèlement en premier lieu, thématique centrale du récit, le droit à la singularité, le fait de ne pas vouloir rentrer dans les cases pour être bien vus des autres, l’amitié, la solidarité, le deuil, la dépression, le chômage, les difficultés financières… autant de sujets qui touchent les adolescents et dont il est important de leur parler lorsque l’on est parent.

Mon bémol, c’est que le récit est bien trop court mais c’est l’adaptation d’un roman lui même très court mais je pense qu’il est parfait pour la cible qui est le sien, les jeunes de 11 à 15 ans.

Un album à conseiller aux ados qui trouvent que la vie est nulle, que grandir ça craint, mais qui croient aux super pouvoirs de la solidarité et de l’amitié !

Merci aux éditions Rue de Sèvres pour cette découverte, elle a rejoint la bibliothèque de mes ados qui l’ont beaucoup apprécié !

Read Full Post »

Katerina Gorelik est une illustratrice russe. Juriste de profession, elle a décidé de se consacrer au dessin après la naissance de son premier enfant. Elle a publié de premiers albums remarqués chez Samokat, un excellent éditeur russe, dont les droits ont été vendus au Royaume-Uni, en Chine, en Italie et en France.

Qui n’a jamais été tenté de regarder à travers les fenêtres des autres maisons ? Avec Regarde par la fenêtre, les petits lecteurs dès 2 ans vont pouvoir regarder à travers de nombreuses fenêtres pour découvrir ce qui se cache derrière.

Mais, méfiez-vous ! Les apparences sont parfois trompeuses. Ce que vous apercevrez ne sera peut-être pas ce auquel vous vous attendez.

Que ce soit une gentille grand-mère qui se révèle être une affreuse sorcière qui concocte des potions, un dragon qui fait griller des beignets, un loup qui prend le thé avec grand-mère et le petit chaperon rouge ou encore Madame Cochon qui cuisine de délicieuses tartes aux pommes, l’auteure s’amuse à jouer avec nos peurs en réutilisant et en détournant les créatures les plus effrayantes de l‘imaginaire enfantin.

Grâce à une mise en page qui joue sur la répétition et aux nombreuses découpes, cet album tient sa force de son rythme qui fera frémir les plus petits et fera rire les plus grands !

Mes petits lecteurs et moi avons adoré cet album, les trouvailles de Katerina Gorelik, ses couleurs et ses dessins sont très réussis et font mouche à chaque fois.

Il y a bon nombre de clins d’œil aux contes de fées d’antan et c’est un régal de tourner les pages encore et encore et découvrir les détails de chaque planche.

Chaque nouvelle page amène son lot d’émotions, entre gentils frissons et totale mignonnitude, de quoi dynamiter les peurs et angoisses des enfants.

Si les plus petits se laissent emporter par le livre sans chercher d’interaction, les plus grands pourront essayer de deviner si les apparences sont réellement trompeuses et confronter leurs idées à celles de l’autrice.

Un album pour les 3 ans et plus à lire en toute saison mais le soir d’Halloween, c’est encore mieux !

Un grand merci à Saltimbanque éditions pour cette pépite, j’ai adoré.

Read Full Post »

Older Posts »