Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Albums et bd jeunesse’ Category

Aussi prolifique qu’humoristique, Fanny Joly a publié plus de 400 livres jeunesse dont plus de 6 millions d’exemplaires se sont vendus en France à ce jour. Églantine Ceulemans est illustratrice et autrice jeunesse.

Cet été, les Couzz partent au bord de la mer. Plage, karaoké, glaces… les activités ne manquent pas, mais pas simple de contenter tout le monde.

Rappel à l’ordre de Mamoush : l’essentiel est de passer des vacances ENSEMBLE ! DOnc on n’oublie les écrans et les téléphones portables ! Dac’ à l’unanimité !

La mouette rieuse est le troisième tome de la série Les Couzz, avec Fanny Joly au scénario et Eglantine Ceulemans aux illustrations.

Les couzz, kézako? Une joyeuse tribu de cousins et cousines qui adorent se réunir chez Mamoush, leur formidable grand-mère, toujours prête à faire moults activités avec eux, le tout dans une ambiance toujours drôle et festive.

Dans cette troisième histoire, des thématiques propres aux vacances sont mises en lumière : la séparation avec les parents, le trajet en voiture où le fameux « on n’arrive bientôt ? » tient la vedette, les activités festives, la tolérance, le bien vivre ensemble et un seul mot d’ordre : être toujours tous ensemble et faire plaisir à chacun d’entre eux.

Mamoush, emmène ses cinq petits-enfants en vacances à la mer, dans une résidence de vacances en bord de mer, La mouette rieuse, qui fourmille d’activités. Les fabuleuses illustrations d’Eglantine Ceulemans nous immergent immédiatement dans cette ambiance festive, détendue et ensoleillée que sont les vacances d’été.

Cet album destiné aux 3 / 6 ans nous immerge dans la joie des grandes vacances avec Mamoush, cette grand-mère que nous aimerions tous avoir !

Le scénario est vraiment chouette et les dessins d’Eglantine Ceulemans sont toujours dynamiques, colorés et fourmillant de détails, imprimant une ambiance délicieusement estivale à ce récit.

Je ne peux que vous conseiller cet album en ce début d’été et si vous ne connaissez pas les Couzz, profitez-en pour acquérir aussi Des cadeaux par milliers, un album de Noël écolo et Six Trouilles à découvrir en automne, très réussis aussi.

Un grand merci aux éditions Little Urban pour cette chouette lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Mois anglais 2022

David McKee est né en 1935 à Devon en Grande-Bretagne. Il fait des études artistiques à la Plymouth Art College. Après avoir été dessinateur de bandes dessinées dans divers journaux anglais, il a très vite trouvé sa voie dans les livres pour enfants qu’il écrit et illustre avec un talent mondialement reconnu.

Elmer s’apprête à sortir lorsqu’une maman éléphant lui demande de garder ses petits, Stella et Mel. Et pour que les éléphanteaux passent une bonne nuit, notre héros bariolé les emmène faire une très longue promenade afin qu’ils soient bien fatigués.

Dans la jungle, chaque animal a son histoire du soir préférée et y va de son conseil. Laquelle Elmer va-t-il raconter aux petits éléphants pour qu’ils s’endorment ?

Avec Elmer et l’histoire du soir, nous retrouvons notre pachyderme coloré si gentil et patient. Avec ses petits amis Stella et Mel, il rencontre au fil de leurs pérégrinations, différents animaux qui peuplent la jungle, l’occasion pour les jeunes lecteurs de découvrir ou redécouvrir les lions, singes, serpents, crocodiles…

Tous ces animaux conseillent à Elmer de lire une histoire du soir à Stella et Mel mais Elmer a une autre idée en tête : les fatiguer suffisamment pour qu’ils s’endorment sans qu’il ait besoin de le faire.

Son plan sera-t-il couronné de succès ? Vous le saurez en lisant cet album écrit et dessiné par David McKee.

Le texte est suffisamment court pour être lu aux enfants au coucher sans les lasser et les illustrations colorées et enfantines sont les atouts de cet album qui a bien plu à mes petits lecteurs même si Elmer n’est pas leur héros favori, nous aimons bien lire ses aventures.

Et celle-ci qui fait la part belle à la lecture et au rituel du coucher a fait mouche car mes petits lecteurs sont friands d’histoires à lire avant la sieste ou le dodo du soir. Si vos enfants affectionnent aussi ce rite, je vous encourage à leur faire découvrir cette nouvelle histoire.

Un grand merci aux éditions L’école des Loisirs pour ce joli moment de lecture.

Read Full Post »

Au fil des dix pages qui forment cet album imaginé avec les soigneurs du zoo de Beauval, Bon appétit petit girafon ! invite les tous petits lecteurs à passer une journée avec bébé girafon et sa maman : vivre au sein de son groupe, téter sa maman, boire de l’eau, manger à la cime des arbres, faire la sieste…

Cette collection Kididoc Mes premières histoires animées fait le bonheur des bébés dès six mois, j’en possède plusieurs qui sont manipulés chaque jour par les petites mains de la maison et ils sont sacrément costauds car ils en voient de toutes les couleurs et restent en parfait état.

Les atouts de cette collection et de cet album tout carton sont les dessins ronds qui plaisent aux petits, les couleurs vives, peu de textes et des animations qu’ils adorent.

Monter, descendre, aller à droite ou à gauche à l’aide des tirettes favorisent la motricité fine de bébé, étape essentielle de son développement, le gros point fort de cet album.

Le format de ce tout carton permet une bonne prise en main par l’enfant et ses bouts arrondis, sont pensés pour qu’ils ne se blessent pas et pour qu’il les manipulent sans que forcément l’adulte est besoin d’intervenir.

Les bébés de 6 mois ne peuvent pas trop interagir mais ils adorent regarder les images et toucher les endroits en relief et les plus grands adorent les animer, ils ne s’en lassent jamais !

Une excellente collection qui comprend d’autres des titres axés sur les animaux comme le lion, l’ours, l’abeille, le hibou, le panda, etc, à mettre dans les mains des petits.

Un grand merci aux éditions Nathan pour cet album qui agrandit notre collection et fait la joie des petits.

Read Full Post »

Anaïs Brunet a toujours su qu’écrire et dessiner pour la jeunesse était son rêve, mais elle a pris son temps pour le réaliser. Après des études d’architecture, elle a obtenu l’agrégation d’Arts plastiques. En 2017, elle publie son premier album et aujourd’hui Anaïs se partage entre littérature jeunesse et enseignement.

Lorsqu’un enfant peint toute la journée et se réjouit d’offrir sa toile à son père, il espère bien que son oeuvre sera exposée dans le plus bel endroit de la maison !

Papa, regarde mon tableau ! est un album destiné aux 6 ans et plus. Le sujet peut sembler banal car tous les enfants ont envie que leurs parents admirent leurs dessins, sauf que l’enfant s’appelle Michel Monet et que son père n’est autre que le plus grand peintre impressionniste du XIXe siècle, Claude Monet.

Voici un album qui met en scène une jolie relation père/fils empreinte d’amour, de tendresse et d’humour.

L’auteure, Anaïs Brunet, qui signe texte et illustrations, s’attache à restituer avec minutie, page après page, la merveilleuse maison du maître à Giverny, nous offrant une immersion dans les jardins, la demeure et l’atelier de Claude Monet.

L’album de dimensions généreuses permet à Anaïs Brunet de nous proposer de grandes fresques et montrer ainsi toute l’étendue de son talent.

L’objet livre, une bonne idée de cadeau, est de toute beauté non seulement parce que les illustrations sont magnifiques, pleines d’explosions de couleurs mais aussi parce qu’il propose un savant jeu de découpes de toutes tailles et un grand rabat immergeant encore plus le lecteur dans cet univers artistique.

En suivant Michel qui veut offrir son oeuvre d’art à son papa, on en prend plein les yeux en déambulant dans le jardin, dans les pièces de la maison, dans l’atelier du peintre, afin de trouver L’endroit parfait qui mettra en valeur le dessin de l’enfant, ce qui est chose faite à la toute dernière page.

Un merveilleux album au texte simple mais suffisant, qui rend un très bel hommage au fondateur du courant impressionniste, le célèbre Claude Monet.

Anaïs Brunet a eu une excellente idée car cet album permet de faire connaître le peintre aux enfants et leur faire mettre ainsi un premier pas dans le monde de l’art. En tant qu’adulte et grande admiratrice du peintre, je n’ai pas boudé mon plaisir non plus.

Un grand merci aux éditions Little Urban pour l’envoi de cet album coup de coeur, je vous le conseille vivement !

Read Full Post »

Après un baccalauréat littéraire, Héloïse Solt s’installe à Lyon pour intégrer l’école de dessin Émile Cohl, avec le dessin animé comme spécialité. En 2016, elle réalise un court-métrage intitulé L’homme au parapluie, inspiré d’une nouvelle de Roald Dahl. Elle travaille aujourd’hui sur différentes productions de dessin-animés en tant que dessinatrice de décors.

Il s’agit d’une soirée spéciale puisque les copains et leurs parents viennent dîner à la maison. Sauf que les adultes ne veulent pas des enfants dans leurs pattes et les envoie s’amuser dans une chambre, pour leur plus grand mécontentement.

Alors que les six enfants, trois grands et trois petits, s’ennuient ferme au départ, l’atmosphère se réchauffe lorsque l’une des fillettes s’improvise cuisinière. Elle orchestre alors une recette bien particulière, celle de la choucroute !

Héloïse Solt a créé la recette authentique pour lutter contre l’ennui : La choucroute ! L’ingrédient principal ? L’imagination ! Impossible de résister aux délicieuses inventions des enfants qui débordent d’imagination en l’absence des adultes.

Voici un album frais, léger que les enfants vont pouvoir dévorer sans modération ! Cette histoire est drôle et fleure bon la nostalgie, au temps de ma propre enfance, où les jeux vidéos n’existaient pas et les réseaux sociaux encore moins !

Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre, où pour s’amuser, on inventait des histoires complètement farfelues, comme nos jeunes héros qui se rêvent en aliments –  patate, saucisse, lardon ou chou – pour plonger dans une marmite qui ressemble à une piscine olympique !

J’aime beaucoup le message délivré par cette album : la puissance de l’imaginaire et comment on peut s’amuser grâce à ce pouvoir. Les enfants prennent conscience qu’ils n’ont finalement besoin de rien pour passer un chouette moment ensemble.

La pitrerie règne, les illustrations d’Héloïse Solt sont colorées, pleines de mouvement, une vraie marmite de bonne humeur qui donne le smile.

Un grand merci aux éditions Little Urban pour cette réjouissante lecture.

Read Full Post »

Niki Smith est une auteure de BD basé à Munich. Elle a notamment été selectionnée pour le Lambda Literary Award pour son titre Crossplay.

Après avoir sauvé sa professeure d’art d’un assaillant armé à l’école, Manuel Soto doit faire face au Syndrome Post Traumatique. Pour lutter contre son anxiété, il utilise l’appareil photo de son téléphone portable pour trouver les points d’ancrage qui lui permettent de garder les pieds sur terre.

Ses journées sont monotones et solitaires, jusqu’à ce que dans le cadre d’un projet scolaire, il fasse équipe avec ses camarades de classe, Sebastian et Caysha.

À leur contact, le jeune collégien qui découvre la campagne, s’ouvre à la beauté de la nature et finit par y trouver le réconfort dont il a besoin…

L’espace d’un instant est un roman graphique délicat et généreux dans lequel Niki Smith dépeint avec finesse les sentiments adolescents dans cette vie isolée que leur impose la ruralité.

J’ai été très touchée par ce récit au sujet grave : les fusillades en milieu scolaire. On découvre le jeune Manuel qui a sauvé sa professeur d’arts plastiques de la mort. Témoin et acteur de cet événement dramatique, le jeune adolescent doit continuer à avancer malgré les cauchemars qui le font revivre ce traumatisme.

Epaulé par sa mère et par sa psy, il souffre du syndrome de stress post traumatique et lorsqu’il est envahi par ses angoisses, il prend des photos à l’aide de son smartphone.

Très isolé depuis le drame, il va nouer une solide amitié avec Sebastian et Caysha qui vont le soutenir et et lui faire découvrir la ruralité : Sebastian est le père adoptif d’une vache qu’il rêve de faire concourir et Caysha a des poules d’ornement qui ont déjà remporté plusieurs prix.

Il y a donc un beau message de soutien, de solidarité et d’amitié dans l’entourage de Manuel qui fait chaud au cœur. On le suit sur le chemin de sa guérison et de sa reconstruction, dans les bons moments comme dans les autres. On assiste à ses moments de doutes, à la panique qui l’englobe tout entier, lui, mais aussi ses proches qui ont peur pour lui.

J’ai beaucoup aimé cette histoire très poignante, émouvante et pleine de bienveillance qui met la boule au ventre et qui montre les dégâts psychologiques qu’ont ces tueries de masse dans les lycées américains. Ces trois adolescents sont très attachants, et leurs parents aussi.

J’ai été émue par les illustrations très réussies de Niki Smith qui nous font voir toute l’histoire à travers les yeux du jeune homme. Lorsqu’elle aborde son quotidien, les couleurs sont chaudes mais lorsqu’il est rattrapé par la peur, tout passe en noir et blanc.

Un roman graphique à mettre entre toutes les mains, je vais le faire lire à mes ados qui, j’en suis sûre, trouveront beaucoup d’intérêt à l’histoire de Manuel.

Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour cette très belle lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

Pierrick Bisinski est né à Bruxelles. Il vit et travaille à Paris et en Normandie. Après des études d’art et de cinéma, il découvre la littérature pour la jeunesse avec beaucoup d’appétit ! Il nous propose, avec humour, des histoires pour les petits, séduits par la stylisation joyeuse et tonique de ses papiers découpés. Il se consacre tout spécialement à ce domaine de création parallèlement à d’autres activités telles que la peinture et le pilotage des aéronefs…

Alex Sanders est né le 18 août 1964 dans les Pyrénées Orientales. Après avoir suivi des études de cinéma à Bruxelles, il vit et travaille aujourd’hui à Paris. Il n’a jamais cessé de dessiner et de peindre et, depuis 1993, il se consacre aux livres pour enfants.

Il pleut et la maison de Pop fuit de toutes parts ! Pop et ses amis partent à la recherche d’une nouvelle maison.

Pop aimerait bien cette belle maison en briques rouges, mais elle est occupée par les trois petits cochons. Le tipi orange et vert ferait l’affaire, mais il y a déjà la grande cheffe indienne dedans. Dans l’igloo blanc et bleu Pop trouve qu’il fait trop froid.

Pop va-t-il trouver sa maison idéale ?

Vous le savez déjà si vous êtes fidèle de ce blog, Pop est le héros préféré de mes petits lecteurs et nous guettons la parution de chaque nouvel album avec beaucoup d’impatience.

Aussi, vous ne serez pas surpris.e si je vous dis que Pop et le château des couleurs les a mis en joie et que ce nouvel album est devenu leur préféré !

Il faut dire que c’est toujours très sympa de feuilleter ce type d’album avec les tout petits. La gentillesse et la tendresse des personnages en fait une lecture attrayante et divertissante.

Les personnages richement colorés entourent le plus en couleurs de tous, Pop le dinosaure, excellent personnage pour apprendre le nom des couleurs grâce à ses nombreuses rayures.

Ici, ce qui est très chouette, c’est de pouvoir montrer aux enfants les différents types d’habitations qui existent tout autour du globe et cerise sur le gâteau, ils apprennent aussi à créer des couleurs !

L’histoire de Pierrick Bisinski est, comme toujours, bien pensée, elle fait vivre moult aventures à nos héros colorés qui vont se mettre en quatre pour trouver la maison des rêves de leur dinosaure préféré.

Les illustrations d’Alex Sanders sont comme toujours au top, toutes en rondeurs et hautes en couleur, les enfants adorent et moi aussi.

Vous l’aurez compris, Pop reste le héros par excellence que mes petits lecteurs adorent et il n’est pas prêt d’être détrôné.

Si vos enfants / neveux / nièces / filleul(e)s ne connaissent pas encore cette série, c’est le moment de leur faire découvrir !

Un grand merci à L’école des Loisirs pour cette lecture qui a fait l’unanimité ici.

Read Full Post »

Un lapin qui croque des feuilles de chou, des radis à déterrer, des salades à arroser… Sous le vol des papillons et des abeilles qui butinent de fleur en fleur, les fruits et les légumes sont prêts à être récoltés.

Au fil des dix pages qui forment cet album, Une promenade au potager invite les tous petits lecteurs à une balade poétique à la rencontre des différents animaux qui les traversent : lapins, escargots, papillons, coccinelles, souris, oiseaux, vers de terre, taupes, hérissons, abeilles… mais aussi des fruits et des légumes qui y poussent : salades, radis, épinards, choux fleurs, carottes, navets, tomates, fraises, framboises…

Cette collection Petit Nathan fait le bonheur des bébés dès six mois, j’en possède plusieurs qui sont manipulés chaque jour par les petites mains de la maison et ils sont sacrément costauds car ils en voient de toutes les couleurs et restent en parfait état.

Les atouts de cette collection et de cet album sont les dessins ronds qui plaisent aux petits, les couleurs vives agrémentées ici de paillettes, peu de textes et des animations qu’ils adorent.

Monter, descendre, aller à droite ou à gauche à l’aide des tirettes favorisent la motricité fine de bébé, étape essentielle de son développement, le gros point fort de cet album.

Le format de ce tout carton permet une bonne prise en main par l’enfant et ses bouts arrondis, sont pensés pour qu’ils ne se blessent pas et pour qu’il les manipulent sans que forcément l’adulte est besoin d’intervenir.

Les bébés de 6 mois ne peuvent pas trop interagir mais ils adorent regarder les images, les paillettes et toucher les endroits en relief et les plus grands adorent les animer, ils ne s’en lassent jamais !

Une excellente collection qui comprend d’autres promenades dans la nature ou des titres axés sur les animaux comme le lion, l’ours, l’abeille, le panda, etc, à mettre dans les mains des petits.

Un grand merci aux éditions Nathan pour cette nouvelle pépite, mes petits lecteurs l’adorent !

Read Full Post »

Kate Hindley vit et travaille à Birmingham (tout près d’une chocolaterie !). Après des études dans l’illustration, elle commence à travailler dans l’édition jeunesse et les cartes de voeux. Elle expose ses oeuvres, et notamment des totems, à travers le Royaume-Uni.

Le spectacle de Pina va bientôt commencer, mais les petits lapins de l’opéra ont disparu ! Peux-tu l’aider à les retrouver dans les coins et recoins du théâtre de la rue des Tulipes ?

Rue des Tulipes est une toute nouvelle série d’albums tout carton pour les 2 ans signée de la talentueuse illustratrice anglaise Kate Hindley. Vous le savez, Kate Hindley est devenue pour moi une valeur sûre au rayon des albums jeunesse et dès qu’une publication pointe le bout de son nez, je suis au taquet, d’autant qu’elle fait ici les textes et les dessins.

Et une fois de plus, elle montre ici toute l’étendue de son talent avec Le ballet de Pina. Les petits lecteurs sont invités à aider notre héroïne à retrouver ses danseurs, des lapins trop mignons, dans les moindres recoins du théâtre de la rue des Tulipes. Nous retrouvons les protagonistes découverts dans Le slip de Léon et que l’on retrouvera sans aucun doute dans les futurs albums à paraitre : Marcel, Abélia, Pina, Héloïse…

Ses dessins colorés et rythmés sont reconnaissables au premier coup d’oeil, elle a une façon de croquer les animaux tellement particulière avec sa touche vintage qui n’appartient qu’à elle, je suis fan !

Kate Hindley nous propose ici une adorable invitation à une petite enquête avec une image à soulever à chaque page ! Un livre avec flaps, voilà ce qui plait à coup sûr aux tous petits lecteurs qui adorent tourner les pages et découvrir ce qui se cache dessous.

L’histoire toute simple et amusante est suffisante pour susciter l’intérêt des très jeunes lecteurs dès 2 ans qui adorent lorsque les livres leur proposent des animations.

Une fois de plus, c’est bien joué de la part des éditions Little Urban de varier ses publications en proposant une série épatante pour les plus jeunes. J’en profite pour les remercier pour cet envoi qui fait la joie de mes petits lecteurs !

Read Full Post »

Depuis 15 ans, Olivier Balez navigue entre littérature jeunesse, illustration de presse et bande dessinée : avec Thierry Lenain, il illustre de nombreux livres aux thématiques ancrées dans le réel (Wahid, Lali l’orpheline, Dieu merci…). En bande dessinée, suite à sa collaboration avec Pierre Christin pour la revue XXI, il dessine la biographie de Robert Moses, l’architecte urbaniste de New York pour Glénat, déjà traduit en 345 langues et distribué dans toutes les bonnes librairies de l’univers. Parallèlement à cela, il réalise de nombreuses couvertures de livres et collabore depuis plus de 10 ans pour le journal Le Monde.

A l’école, personne n’aime Nejma. Elle est nulle, méchante, moche et mal habillée. En plus, elle crache par terre. Mais on ne lui dit jamais rien, parce que tout le monde sait qu’il ne faut pas pousser à bout une personne qui n’a rien à perdre.

Aussi, le jour où Jonathan Suyckerbuck, grand amateur de catch, est retrouvé inconscient derrière la porte de la cantine, c’est Nejma qu’on accuse. Elle a beau se défendre, personne ne la croit.

Mais Nejma n’est pas aussi seule qu’elle veut bien le croire. Au tour de son voisin et ami Raja, de faire quelque chose pour Nejma, elle qui l’a toujours protégé.

Babyface est l’adaptation graphique du roman éponyme de Marie Desplechin. « Baby face » c’est le nom que l’on donne aux gentils lors des matchs de catch, un sport qui passionne bon nombre d’élèves de l’école de Nejma.

Nejma, c’est la souffre douleur de l’école et de la classe, prise en grippe par les pions, celle que personne n’aime, que tout le monde évite. On la dénigre, on lui rabâche sans cesse qu’elle est nulle, méchante, grosse…

Nejma est toujours seule à la maison car sa mère qui l’élève seule, travaille dur le soir. Son voisin Freddy, qu’elle rançonne pour son goûter, l’apprécie et veille sur elle, c’est son seul ami. Il voudrait l’aider davantage, ses parents aussi, mais elle refuse toute aide.

Un jour à l’école, Jonathan est retrouvé inconscient, Nejma donne l’alerte et bien entendu devient la coupable idéale pour les surveillants, enseignants et la direction de l’école mais il n’en est rien bien entendu.

Heureusement, Nejma rencontre Isidore, le nouveau gardien du supermarché qui la prend sous son aile et qui lui révêle qu’elle n’est pas grosse, elle est puissante. Cette petite phrase va aider Nejma à changer sa perception d’elle-même, à prendre confiance.

Un album intelligent qui parle de harcèlement scolaire, de la différence, d’intégration, de perception des autres, d’injustice, d’amitié mais aussi du sport et de ses vertus.

J’ai trouvé le graphisme très chouette, il y a une belle utilisation des couleurs, des graphs pour mettre en avant la violence et l’agressivité sans la montrer réellement.

Un album jeunesse avec des thématiques importantes et un message d’espoir pour celles et ceux qui sont confrontés à un quotidien difficile à l’école. A mettre entre toutes les mains !

Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour cette découverte.

Read Full Post »

Older Posts »