Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Albums et bd jeunesse’ Category

Carl Norac écrit des livres pour la jeunesse dont la plupart sont publiés chez Pastel. Certains sont traduits en quinze langues. Les mots doux, illustré par Claude K.Dubois, fut un best-seller aux U.S.A en 1998. Stéphane Poulin vit à Montréal. Illustrateur prolifique, il a collaboré à plus d’une centaine de livres et remporté de nombreux prix nationaux et internationaux.

Joey l’écureuil vit avec sa grande famille dans un grand parc à New York. Rapide et agile, il aime son travail malgré les risques. Car Joey est laveur de vitres et doit prendre bien garde de ne pas se faire dévorer tout cru par le crocodile qui vit dans l’immeuble dont il a la charge !

Du haut des immeubles, Joey rêve de voyages et de mariage avec Léna, son amoureuse. Tous les deux travaillent dur pour que leur rêve devienne réalité mais bien qu’ils s’échinent pour gagner le sou, ils restent désespérement pauvres.

Se laisseront-ils rattraper par les aléas de la vie ou la chance de Lucky Joey finira-t-elle par tourner ?

Le dernier né du talentueux Carl Norac, Lucky Joey, nous entraîne dans un Manhattan idéalisé, façon années 50, où les animaux ont pris la place des hommes comme dans Zootopia.

L’occasion pour son auteur de nous proposer une fable animalière dont il a le secret avec un couple de héros très attachant : Joey et Léna, deux écureils qui travaillent dur pour s’offrir le mariage de leurs rêves.

Mais, bien que Joey se sente chanceux, les tuiles s’enchainent pour nos tourtereaux dans une cité immense où ils sont bien petits pour faire fortune et espérer une vie meilleure.

Heureusement, nous sommes au coeur du rêve américain et la chance finira par leur sourire grâce à leur cher ami Grizzli. L’amitié et l’amour tiennent une grande place dans cette histoire et montre aux enfants qu’il faut croire en leurs rêves et tout faire pour que ceux-ci se réalisent.

Le texte est d’une grande douceur, d’une poésie qui plaira aux petits lecteurs de 5/6 ans et peut tout à fait entrer dans la catégorie des premières lectures à condition d’être accompagné par un adulte car le vocabulaire est plutôt riche et soutenu.

Les illustrations de Stéphane Poulin sont d’une grand douceur et accompagnent merveilleusement bien le texte de Carl Norac et les belles valeurs qu’il prône.

Souvent sur des doubles pages, elles sont un vrai régal pour les yeux. L’illustrateur a utilisé une palette graphique automnale avec des couleurs chaudes (rouge, jaune, brun, ocre, rouille…) et le rendu est vraiment de toute beauté.

De belles valeurs, de sublimes illustrations sont les points forts de cet album que je vous recommande vivement.

Un grand merci à L’école des Loisirs pour cette lecture d’une grande douceur, j’ai adoré !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge

Marie Zimmer est éducatrice spécialisée durant de nombreuses années et passionnée par le théâtre, elle a fait de l’écriture son outil de travail auprès de jeunes en grande difficulté. Lotta est sa première expérience d’écriture BD.

Elena Bia est illustratrice, dessinatrice et enseignante. Son pseudo, Ofride, est une famille d’orchidées. Le terme a été choisi car elle est passionnée par la botanique.

Depuis la mort de sa femme Esther, Olaf, éleveur de rennes en Laponie, vit seul avec ses deux filles de quinze ans, Lotta et Solveig. Bien que jumelles, elles sont pourtant très différentes.

Solveig est d’allure très fragile, mutique, enfermée dans son monde et ne communique quasiment pas avec son entourage. Lotta parle pour deux. Dynamique et déterminée, elle est très attachée à sa sœur et la protège contre les éventuels dangers extérieurs.

Lotta veut devenir chamane. Mais une longue et difficile formation attend l’adolescente qui devra affronter plusieurs dangers. Elle n’espère qu’une chose : entrer en relation avec les esprits et retrouver celui perdu de Solveig.

Arrivera-t-elle à mener à bien sa formation ? Et pourra-t-elle ramener facilement l’esprit perdu de sa sœur ?

Avec Les renards de feu, Marie Zimmer nous invite à suivre le voyage fabuleux de deux sœurs dans les légendes nordiques ! Autant vous le dire tout de suite, j’ai été charmée par cette bande dessinée pour ados, aussi bien par l’histoire que par les graphismes.

Le temps de ma lecture, j’ai été plongée dans une Norvège historique, où les traditions et les esprits sont magnifiquement mis en valeur. Grâce à Lotta, on s’immerge dans le folklore traditionnel, on va à la rencontre des animaux totems, on découvre le quotidien de ce peuple du froid.

L’amour que se portent ces deux soeurs est très touchant et le combat que mène Lotta pour retrouver l’esprit de sa soeur et lui rendre la parole qu’elle a perdu depuis le décès de leur maman.

Elle veut aussi s’affranchir des projets qu’a son père pour elle car Olaf ne veut pas attendre parler de chamanisme, il compte bien obliger sa fille à devenir éleveuse de rennes à son tour. Mais elle a aussi beaucoup de colère qu’elle a bien du mal à canaliser, ce qui n’est pas digne d’une future chamane.

Ce voyage onirique nous offre d’un côté beaucoup de réalisme avec le quotidien des deux soeurs, les traditions… mais il y a aussi un versant fantastique fort lorsque Lotta lâche prise pour aller à la rencontre des animaux du bestiaire nordique afin de trouver son animal totem.

Les couleurs choisies par Ofride dans des tonalités froides et les illustrations qu’elle nous propose sont tout simplement magnifiques et concourent à nous plonger dans cet univers magique.

Un premier tome très réussi, je serai au rendez-vous du prochain opus, il me tarde de retrouver Lotta et Solveig dans leur nouvelle aventure.

Un grand merci aux éditions Jungle pour cette belle lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge

Carys Bexington est née et a grandi dans l’ouest du Dorset. Elle a passé son enfance à grimper à absolument tous les arbres qui entourent la vieille ferme venteuse de la famille, tout en remplissant des tas de carnets d’histoires illustrées de ses aventures. Son amour des textes en rimes, des légendes et pour certains personnages l’ont conduites à écrire La veille de Noël au pays des merveilles.

Kate Hindley vit et travaille à Birmingham (tout près d’une chocolaterie !). Après des études dans l’illustration, elle commence à travailler dans l’édition jeunesse et les cartes de voeux. Elle expose ses oeuvres, et notamment des totems, à travers le Royaume-Uni.

Il y a plusieurs années de cela, le lapin toujours en retard, est arrivé trop tard pour la levée du 24 décembre. La lettre de la gentille princesse de coeur n’est donc pas parvenue au Père Noël, ce qui l’a légèrement aigrie.

Mais cette année, le lapin l’a posté en temps et en heure et voilà le bonhomme en rouge et ses célèbres rennes Tornade, Danseuse, Fringant, Furie, Comète, Cupidon, Eclair et Tonnerre, filent danss la nuit, direction le pays des merveilles !

Ce n’est pas une veille de Noël ordinaire, car en dépit des protestations des rennes et des lutins, le père Noël arrive au pays des merveilles. Celui d’Alice, du Lapin Blanc, du chat du Cheschire et du Chapelier Fou.

Ils ont un cadeau très spécial à livrer à la princesse, devenue entre temps Reine de Coeur. Malheur ! Celle-ci déteste Noël ! et ne cesse d’ordonner « QU’ON LEUR COUPE LA TÊTE SUR-LE-CHAMP ! ».

En ce 24 décembre, à quelques heures seulement de Noël, La veille de Noël au pays des merveilles, est un album particulièrement de circonstance, que je ne pouvais pas manquer de vous présenter car j’ai eu une gros coup de coeur pour lui !

Bien que n’étant pas particulièrement fan de l’univers à la fois onirique et farfelu de Lewis Carroll, j’ai adoré cette histoire qui mixe l’univers du père Noël et celui de la reine du coeur, pour en faire un rendez-vous explosif !

Carys Bexington, qui signe ici son premier album, nous propose une histoire absolument délicieuse et drôle qui fourmille de clins d’oeil au roman victorien et au long métrage de Walt Disney en nous permettant de retrouver les personnages emblématiques de cette histoire (le chapelier fou, le lapin blanc, le chat du Cheschire, la reine de coeur, le lièvre de mars) et en y incorporant le père Noël, ses rennes et ses lutins !

Le mélange des genres et des univers marche formidablement bien, une trouvaille extra qui imprime à cette histoire un humour anglais assumé et une allure folle car la reine de coeur, qui ne peut souffrir Noël, n’a de cesse de poursuivre ce pauvre père Noël de sa rage et de sa haine.

La mise en image de cette histoire est réalisée avec brio par Kate Hindley dont j’admire tant le travail et le talent. Ses dessins colorés à la fois rétros et modernes sont reconnaissables au premier coup d’oeil et servent à merveille le texte de l’autrice.

Un album drôle, caustique, truculent et magique qui m’a totalement séduite, j’espère vous avoir donné envie de le découvrir à votre tour, il devrait plaire aux petits lecteurs dès 4 ans !

Un grand merci aux éditions Little Urban pour ce bel album, sans doute le dernier de l’année !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge

Pierrick Bisinski est né à Bruxelles. Il vit et travaille à Paris et en Normandie. Après des études d’art et de cinéma, il découvre la littérature pour la jeunesse avec beaucoup d’appétit ! Il nous propose, avec humour, des histoires pour les petits, séduits par la stylisation joyeuse et tonique de ses papiers découpés. Il se consacre tout spécialement à ce domaine de création parallèlement à d’autres activités telles que la peinture et le pilotage des aéronefs…

Alex Sanders est né le 18 août 1964 dans les Pyrénées Orientales. Après avoir suivi des études de cinéma à Bruxelles, il vit et travaille aujourd’hui à Paris. Il n’a jamais cessé de dessiner et de peindre et, depuis 1993, il se consacre aux livres pour enfants.

Il neige. Ce qui veut dire que c’est bientôt Noël, explique Pop à ses amis. Les premiers flocons sont là, le sapin de Noël est décoré, les chaussettes suspendues à la cheminée.

Et comme c’est bientôt Noël, Pop décide justement d’aller chez le Père Noël avec tous ses amis afin de lui annoncer en personne qu’ils ont été bien sages.

Habite-t-il dans cette petite maison qu’on voit en haut de la montagne ? Non. Ce ne doit pas être si simple de rencontrer le Père Noël…

Vous le savez si vous me lisez régulièrement, Pop est le héros préféré de mes petits lecteurs qui ne jurent que par lui ! Pas un seul jour ne passe sans qu’ils ne me réclament l’une de ses histoires, autant vous dire que dès que Le Noël de Pop est arrivé dans ma boîte aux lettres, il a fallu le lire tout de suite !

Et comme toujours la magie a opéré : ce nouvel album renferme tout ce que nous aimons avec ce gentil dinosaure : de bons sentiments, de la bienveillance, de l’humour et des animaux !

Ici, ce qui est très sympa, c’est de pouvoir attendre Noël avec Pop et ses amis et de partir avec eux à la recherche du père Noël. Grâce à eux, on rencontre Pierre-Joël le bûcheron du père Noël et ses lutins, on prend le téléphérique, avant de croiser le père Noël en personne, prêt à s’envoler afin de distribuer aux enfants des joujoux par milliers.

Les illustrations d’Alex Sanders sont comme toujours au top, toutes en rondeurs et hautes en couleur, les enfants adorent et moi aussi.

Vous l’aurez compris, Pop reste le héros par excellence que mes petits lecteurs adorent et il n’est pas prêt d’être détrôné. Si vos enfants / neveux / nièces / filleul(e)s ne connaissent pas encore cette série, c’est le moment de leur faire découvrir et pourquoi pas la glisser au pied du sapin !

Un grand merci à L’école des Loisirs pour cette lecture qui a fait l’unanimité ici.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge

Aussi prolifique qu’humoristique, Fanny Joly a publié plus de 400 livres jeunesse dont plus de 6 millions d’exemplaires se sont vendus en France à ce jour. Églantine Ceulemans est illustratrice et autrice jeunesse.

Au début des vacances de Noël, Clément, Odette, Ugo, Zélie et Zak, les couzz, sont réunis chez leur grand-mère adorée Manoush dans sa maison, la Biscornue.

Comme chaque année, les enfants font leur lettre au père Noël, une missive longue comme le bras, dument décorée et l’envoient au père Noël, route du ciel. Mais cette année, le vieux bonhomme en rouge refuse de distribuer des cadeaux pour Noël.

Cette année à Noël, terminé le gaspillage ! La consigne du Père Noël est claire : un seul cadeau sera livré (par enfant sage). Heureusement, Mamoush est là, essuie les larmes, appelle au calme, propose d’aider chaque COUZZ à faire le choix de son MEILLEUR UNIQUE CADEAU !

Des cadeaux par milliers est le premier tome d’une toute nouvelle série chez Little Urban : les Couzz, avec Fanny Joly au scénario et Eglantine Ceulemans aux illustrations.

Les couzz, kézako? Une joyeuse tribu de cousins et cousines qui adorent se réunir chez Mamoush, leur formidable grand-mère. Dans cette première histoire, de belles valeurs sont mises en scène : l’écologie et la préservation de la planète. Et comment ? En disant stop au gaspillage et à la surconsommation, préservant ainsi le dos fragile de ce pauvre père Noël qui parcourt la planète en quelques heures seulement et qui commence sérieusement à fatiguer.

Une belle idée à prôner en cette période de fêtes où la consommation est souvent excessive, sur les tables mais surtout au pied du sapin, une fois le père Noël passé. A croire que les enfants ne seront heureux qu’à la seule condition de crouleer sous les paquets cadeaux, les yeux encore ensommeillés.

Of course les enfants ont tendance à cocher l’intégralité des catalogues de jouets que l’on trouve dans nos boites aux lettres mais pourquoi pas leur proposer cette démarche de Noël écolo ? Les enfants sont souvent plus soucieux que nous de notre planète et peuvent sans doute nous réserver bien des surprises.

Cet album destiné pour les 3 / 6 ans renferme donc un beau message mais aussi de très belles illustrations ! J’ai adoré les dessins d’Eglantine Ceulemans qui sont dynamiques, colorées et fourmillant de détails, imprimant une ambiance douillette à ce récit.

Tous ces messages et l’entraide entre les enfants sont piles dans l’esprit de Noël que j’affectionne et je serai ravie de retrouver les Couzz dans la suite de leurs aventures. Je ne peux que vous conseiller ce Noël écolo rigolo.

Un grand merci aux éditions Little Urban pour cette chouette lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge

On continue le bal des lectures de Noël avec aujourd’hui un recueil de circonstance : 3 histoires de Noël. Dans ce nouvel album de la collection du Père Castor, on retrouve des histoires de Noël incosntournables à lire aux enfants pendant ce temps de l’Avent.

Au menu : trois histoires de neige, de cadeaux et d’ours en peluche pour faire patienter les enfants à l’approche de Noël. Trois histoires réinventées par trois duos différents, une très bonne idée selon moi car cela permet de varier les styles graphiques même si ils sont tous assez vintage.

L’album s’ouvre sur l’histoire la plus célèbre des trois, celle de La légende de Saint Nicolas par Robert Giraud et Julie Waters. C’est une légende qui peut faire peur, Robert Giraud a fait le choix de taire les passages sanglants et terribles.

Les trois frères sont jetés dans un tonneau par l’affreux boucher mais ici point d’enfants en morceaux, ouf ! Les dessins de Julie Waters font la part belle aux couleurs vives et impriment beaucoup de rythme au récit.

L’ours et les trolls de la montagne est un conte scandinave adapté par Albena Ivanovitch-Lair et mis en dessins par Nathalie Ragondet.

Je ne connaisais absolument par cette histoire qui raconte la merveilleuse amitié entre un ours polaire et un adolescent qui vont damer le pion aux trolls qui terrorisent la population le jour de Noël. Les dessins de Nathalie Ragondet sont très lumineux et vraiment beaux.

Quant à Michka signé Marie Colmont pour le texte et Féodor Rojankovsky pour les illustrations, qui clôt le recueil, il s’inspire du folklore russe et nous propose une parenthèse de douceur.

L’ourson en peluche Michka est maltraité par la petite fille à qui il a été offert. Il décide donc de s’échapper et croise sur sa route le renne de Noël qui distribue les cadeaux aux enfants. Michka l’aide dans sa tournée et trouvera une nouvelle maison.

Les trois contes sont très réussis, joliment illustrés et si ma préférence va à Michka pour le texte, j’ai tout de même beaucoup apprécié l’intégralité du recueil, notamment pour ses illustrations qui m’ont vraiment enchanté.

L’écrin est très réussi lui aussi avec cette double couverture brochée et son rabat en forme de sapin, idéal à offrir en cette période de fêtes ! Je vous le recommande si vous souhaitez plonger dans cette magie de Noël avec vos enfants dès 3 ans.

Un grand merci à Flammarion jeunesse pour cette lecture noëlique qui m’en a mis plein les mirettes.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge

Michel Gay n’aime pas les biographies. Disons juste qu’il est né en 1947 à Lyon, en face d’un zoo. Si ses livres plaisent autant aux tout-petits, c’est sans doute parce qu’il les dessine si bien, qu’ils soient humains, pingouins, zèbres, chatons ou loups. Et qu’il les comprend parfaitement. Leurs aventures, leurs préoccupations secrètes, c’est le domaine de prédilection de Michel Gay. Il dessine et comprend les tout-petits comme si un fil télépathique n’avait jamais cessé de le relier à eux.

En cette fin d’automne, les feuilles mortes recouvrent les jardins de Zou et de sa voisine, Elzée. L’hiver est bientôt là, ca sent la neige. D’ailleurs Zou s’imagine chevaucher un scooter des neiges au grand dam de son amie.

Elzée aimerait bien jouer avec lui, mais ils ne sont pas d’accord. Pour Elzée, le tapis de feuilles, c’est la mer. Pour Zou, c’est une route enneigée à déblayer au chasse-neige… vrrroouum !

La dispute menace, arriveront-ils à se mettre d’accord ? Heureusement, le souffleur à feuilles de grand-père va leur donner une bonne idée et les réconcilier !

Ici, nous sommes de grands adeptes de Zou et de ses aventures, c’est bien simple nous avons tous ses albums ! Le Zou de neige, le dernier né de Michel Gay, vient compléter notre collection qui comprend Zou, Les sous de Zou, Le vélo de Zou, Zou a peur et La provision de bisous de Zou.

Cette nouvelle aventure est toute aussi réussie que les précédentes et fait la part belle à l’amitié qui lie les deux petits zèbres : Zou et Elzée, une amitié que l’on avait découverte dans Les sous de Zou.

Le Zou de neige continue donc notre bal des lectures de Noël pour mes petits lecteurs et moi-même qui rythme le temps de l’Avent, avec chaque jour une nouvelle histoire.

Celle-ci est particulièrement de saison puisqu’elle se déroule à la fin de l’automne, lorsque les feuilles sont toutes tombées des arbres et que les premières neiges sont annoncées.

Ici, en Bretagne, point de neige hélas, alors cet album nous permet de toucher le manteau neigeux du doigt de façon virtuelle, à défaut de pouvoir le faire dans la vie réelle.

Nos deux petits héros, au début fâchés, vont finir par partager un chocolat chaud sous la montagne de feuilles et profiter de la neige en transformant le bateau pneumatique d’Elzée en luge et en se lançant des boules à un rythme endiablé.

L’histoire est comme toujours charmante et bien adaptée aux petits lecteurs en vantant les joies simples et les belles valeurs, à l’image de notre héros et des histoires tricotées par Michel Gay.

Si vous ne connaissez pas encore Zou, je vous le recommande vivement, les enfants, dès 2 ans, l’aiment beaucoup !

Un grand merci à L’école des Loisirs pour nous avoir permis d’agrandir notre collection.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge

Rascal est autodidacte ! Après avoir travaillé dans la publicité, réalisé des affiches pour le théâtre, et fait plusieurs métiers, il décide de se consacrer aux livres pour enfants. Il est à la fois auteur et illustrateur mais écrit le plus souvent des histoires pour d’autres artistes. Peter Elliott a publié de nombreux albums dont, notamment, le fameux Poussin noir en collaboration avec son ami Rascal et Far West avec Kitty Crowther.

Demain, c’est déjà Noël ! Il est grand temps pour Grand Chien et Petit Chat d’aller chercher le sapin. Mais cette année, pas question d’acheter le Roi de la forêt en supermarché.

Grand Chien a décidé que pour ce Noël, le sapin ne serait pas en plastique mais en pleine possession de ses aiguilles. Quoi de mieux alors que d’aller le trouver directement dans la forêt ?

Mes beaux sapins de Rascal et Peter Elliott ouvre le bal des albums de Noël, car comme chaque année, je vais vous proposer un album noëlique chaque semaine, lu et répéré par mes soins, et approuvé par les petits lecteurs de la maison.

Dans cet album qui peut faire office de première lecture pour les lecteurs en herbe de six ans, on suit Grand Chien et Petit Chat à la recherche du plus beau des sapins pour décorer leur maison.

L’occasion pour les deux complices de passer une super journée ensemble, car ils vont bien s’amuser sur le chemin de la forêt avec des parties endiablées de boules de neige pour se réchauffer, la réalisation d’un bonhomme de neige pour reposer leurs jambes fatiguées avant de trouver le meilleur des sapins.

Le texte de Rascal fait la part belle aux activités que nous pouvons faire avec les enfants tout au long de l’Avent car ici, nulle question de cadeau, mais un joli message écologique mettant en avant la préservation de la nature et de nos forêts.

Les illustrations de Peter Elliott, très classiques mais ultra mignonnes, sont toutes en rondeurs, avec des touches de couleur crayonnées qui sont du plus bel effet.

Les deux héros sont mignons et sympathiques, leur complicité fait plaisir à voir, les enfants vont vite les adorer et en redemander.

Un album tout en simplicité, au format poche idéal à emmener partout, que je vous recommande si vous souhaitez allier préparation de l’Avent et message écologique.

Un grand merci à L’école des loisirs pour cette chouette découverte !

Read Full Post »

Seaerra Miller est américaine. Elle a étudié l’illustration au Pacific Northwest College of Art de Portland. Diplômée en 2017, elle a d’abord travaillé pour Snapchat avant l’édition jeunesse, elle a notamment illustré les romans adaptés du roman graphique Hilda de Luke Pearson. Mason Mooney est un de ses premiers titres. Quand elle ne dessine pas, elle aime écouter de la musique des années 80 et s’occuper de son vieux chat.

Mason Mooney a pour ambition de devenir le plus prodigieux enquêteur paranormal du monde. Son objectif : prouver qu’il est incomparablement supérieur à ces tocards de la Société du Paranormal et notamment le beau Trent Reilly, l’idole des adolscentes.

Et pour cela, il doit élucider les mystères les plus mystérieux de Grimbook et prouver qu’il a affronté quelques-unes des créatures les plus inquiétantes de la ville.

Le jour où il reçoit un appel à l’aide d’Iris qui habite le manoir hanté de Grimbrook, il comprend qu’il tient enfin l’opportunité de sa vie. Mais Mason est-il vraiment de taille à affronter la terrible malédiction qui menace les occupants de cette maison ?

Enquêteur paranormal certifié est le premier tome de la série signée Seaerra Miller, mettant en scène Mason Mooney, un adolescent depuis toujours versé dans l’occulte et l’étrange.

Ce comic américain ultra coloré, destiné à un jeune public joue avec les codes du genre en revisitant la chasse aux fantômes. Il sera ici question de fraternité et de malédiction avec l’histoire d’Iris bien malmenée par sa soeur aînée June. Et pourtant, la cadette adore sa soeur et va tout mettre en oeuvre pour ne pas être privée d’elle.

L’histoire est menée tambour battant, trop pour moi, je regrette un petit manque de profondeur mais je n’ai pour autant pas boudé mon plaisir. Elle fait la part belle à l’entraide, la générosité, l’humanité et l’altruisme, de belles valeurs qu’il est toujours utile de prôner auprès des enfants et des adolescents.

Mason est un anti-héros franchement pas sympathique au premier abord tant il est égocentrique et imbuvable mais c’est pour mieux cacher ses faiblesses. Son duo avec la gentille et attachante Iris fonctionne super bien et je serai ravie de les retrouver dans de nouvelles aventures.

C’est drôle et piquant, plein de clins d’oeil aux centres d’intérêt des ados. Les dessins sont punchy, fourmillant de détails, avec des mises en pages très variées. L’autrice se joue là aussi des codes en alternant des pages avec des cases, des pleines pages, des bulles, des encadrés… et j’ai vraiment bien aimé cet aspect.

J’avoue que le graphisme terriblement kitsch avec ce héros laid à souhait, n’est pas ma tasse de thé, je préfère des dessins plus élégants mais cela n’enlève rien au talent de Seaerra Miller et surtout, cela plaira sans aucun doute au lectorat auquel cette bd est destinée.

Une lecture en tout cas idéale pour cet automne et pour Halloween que je vous conseille si vous aimez les comics.

Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour la découverte !

Read Full Post »

Emiri Hayashi est diplômée de littérature française de l’université Sophia de Tockyo.

Dans la jungle, petit Jaguar se réveille.Vite, il part retrouver les singes qui se balancent, les toucans et les perroquets qui chantent, mais pas trop fort, car les paresseux dorment encore.

Il se camoufle au milieu des grenouilles, des papillons et des caméléons. Jouer dans la jungle est un peu fatiguant, heureusement c’est l’heure de la sieste avec maman…

Au fil des douze pages qui forment cet album, Regarde dans la jungle invite les tous petits lecteurs à un voyage dans la jungle, en compagnie d’un petit jaguar. Ils y croiseront des singes, un serpent, des toucans, des paresseux, des caméléons, des papillons, des grenouilles, des perroquets et des éléphants.

Cette collection Regarde… chez Petit Nathan fait le bonheur des bébés dès six mois, j’en possède plusieurs qui sont manipulés chaque jour par les petites mains de la maison et ils sont sacrément costauds car ils en voient de toutes les couleurs et restent en parfait état.

Les atouts de cette collection et de cet album sont les dessins ronds qui plaisent aux petits, les couleurs vives agrémentées de paillettes, un texte rimé à la manière d’une comptine.

Le format de ce tout carton permet une bonne prise en main par l’enfant et ses bouts arrondis, sont pensés pour qu’ils ne se blessent pas et pour qu’il les manipulent sans que forcément l’adulte est besoin d’intervenir.

Les bébés de 6 mois ne peuvent bien sûr pas les manipuler ni interagir mais ils adorent regarder les images et toucher les endroits en relief et les plus grands adorent les parcourir encore et encore, ils ne s’en lassent jamais !

Une excellente collection qui comprend d’autres titres qui permettent d’explorer la forêt, le ciel, la nuit, la neige, l’herbe, la mer… à mettre dans les mains des petits.

Un grand merci aux éditions Nathan !

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »