Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Ça ne va pas arranger ma PAL’ Category

L’été n’est pas encore achevé mais la rentrée littéraire est déjà là et avec elle, les petits nouveaux de ma PAL.

Entre services presse et achats, seize nouveaux titres font leur entrée : des polars, des romans contemporains ou historiques principalement, et, cerise sur le gâteau cinq titres de la prochaine rentrée littéraire.

On commence par les polars qui font partie de la rentrée littéraire chez City : Le garçon derrière la porte du norvégien Alex Dahl, un thriller contemporain sur les apparences et les secrets.

Un polar historique maintenant avec Les fantômes du passé de Gaëlle Perrin-Guillet qui va m’emmener dans le Londres de la fin du 19è siècle, les premiers retours sont excellents, j’ai hâte de le découvrir.

On reste à la fin du 19è avec mes deux achats qui rejoignent directement ma PAL spéciale Noël : La disparue de Noël et Un Noël à New York, tous deux signés Anne Perry. J’adore cette auteure mais je n’ai encore jamais lu ses récits de Noël, il est plus que temps que je répare cet oubli.

Cela fait bien longtemps que je n’ai pas lu de Patricia Wentworth, c’est pour cette raison que La dernière demeure a rejoint ma PAL, j’aimerai bien me faire ses œuvres complètes d’ailleurs.

On passe à la jeunesse avec La tête sous l’eau de Olivier Adam qui fait partie de la rentrée littéraire chez Robert Laffont. Un récit sombre et prenant sur une famille qui éclate suite à la disparition de Léa, aussitôt reçu, aussitôt lu, mon avis arrive très vite.

De la bande dessinée maintenant avec deux réceptions de la maison Rue de Sèvres : de la jeunesse avec le quatrième opus de la série Aliénor Mandragore, Le chant des korrigans, toujours signé Séverine Gauthier et Thomas Labourot.

Et au rayon adulte : L’observatrice de Emmanuel Hamon et Damien Vidal. On suit Mathilde, observatrice pour l’OSCE, à Bickkek et à Naryn, pour les premières élections libres au Kirghizistan. Un ouvrage intéressant dont je vous reparle très vite puisque je l’ai déjà lu.

On poursuit avec des romans et tout d’abord ma plus belle lecture de vacances : Les couleurs de la vie de Lorraine Fouchet, un très joli roman, qui bien qu’abordant des thématiques sombres, est plein d’espoir.

On continue avec deux romans des éditions Charleston chinés chez le bouquiniste : Lucia, Lucia de Adriana Trigiani et Le joy luck club de Amy Tran. Le premier a pour cadre New York en 1950 et le second, la communauté chinoise en Amérique. Je ne les avais pas du tout repérés lors de leur parution, j’espère qu’ils me plairont.

Le même jour, je suis tombée sur Vivre vite de Philippe Besson, un roman choral qui retrace la trajectoire de James Dean. J’ai beaucoup aimé ce roman dont je vous ai parlé hier, je vous invite donc à retrouver mon avis ici.

Enfin, dans la boite à livres, j’ai récupéré Les aristos du crime de Bruno Fuligni, un ouvrage historique qui dévoile plus de 60 histoires de crimes commis par des princes, ducs, comtes, marquis, barons et autres chevaliers, et aussi certains aristocrates aux titres très frelatés.

La rentrée littéraire maintenant avec Les heures rouges de Leni Zuma chez Presses de la cité. Une dystopie sur la procréation, dans la droite ligne de La servante écarlate. Là aussi, les avis sont très bons, il me tarde donc de le découvri.

Une saga familiale pour poursuivre : La maison de la falaise de Audrey Perri chez City. Des secrets de famille, un roman qui oscille entre deux époques, le début du 20è et de nos jours. Je ne vous en dis pas plus car vous pourrez lire mon avis dès demain.

Enfin, retour aux années 30 avec 37, étoiles filantes, le dernier Jérôme Attal publié chez Robert Laffont, qui promet de nous mettre dans les pas de Giacometti.

En avez-vous lu certains ?

Read Full Post »

La fin du mois de juillet approche à grand pas et il donc temps pour moi de vous dévoiler les petits nouveaux de ma PAL, un peu moins nombreux que d’habitude mais j’ai tout de même largement de quoi faire !

Entre services presse et achats, seize nouveaux titres font leur entrée : des romans contemporains ou historiques et des polars principalement, et, cerise sur le gâteau trois titres de la prochaine rentrée littéraire.

On commence, une fois n’est pas coutume, pas un classique : Le joueur d’échecs de Stefan Zweig dans l’excellente collection Pavillons Poche de Robert Laffont que j’ai eu le plaisir de recevoir. J’ai tellement aimé La peur que j’ai hâte de découvrir celui-ci !

Deux achats typiquement estivaux, acquis en prévision de mes vacances qui arrivent dans quelques jours : Le tome quatre d’une série que j’adore retrouver à cette période de l’année, Les beaux étés, signée Zidrou et Jordi Lafebre : Le repos du guerrier.

La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane avait été ma première lecture des vacances d’été 2017, je compte bien lire la suite, Les Divines glaces à l’italienne d’Anna, toujours de Abby Clements, dans les mêmes conditions

Une romance toute légère pour poursuivre qui m’a été envoyée par les éditions Calmann Levy : Un karma (presque) parfait de Roxane Dambre. Je ne connais pas l’auteure mais la couverture et la 4è de couverture m’ont tapé dans l’œil, ça m’a suffit pour l’ajouter à ma pal estivale.

Toujours chez Calmann Levy : Un petit carnet rouge de Sofia Lundberg. L’auteure s’est inspirée de la vie de sa tante Doris que l’on va suivre de sa jeunesse jusqu’à l’âge de 96 ans, il m’a l’air passionnant !

On poursuit avec des romans historiques et tout d’abord les trouvailles de la boîte à livres : La scribe de Antonio Garrido qui était sur ma wish list depuis plusieurs années tout comme le suivant : Rouge Brésil de Jean-Christophe Rufin. L’un à pour décor la France de Charlemagne, l’autre la baie de Rio au 16è siècle.

Place aux polars et la dernière trouvaille de la boîte à livres : Fais-le pour maman de François-Xavier Dillard qui a fait beaucoup parler de lui lors de sa sortie, les avis sont plutôt excellents, j’espère être séduite moi aussi.

Direction le Groenland avec Qaanaaq de Mo Malo chez La Martinière qui m’a été envoyé, je n’ai jamais lu de romans qui ont pour cadre cette partie du monde et j’avoue qu’avec les grosses chaleurs de juillet, cette couverture m’a vraiment donné envie de le découvrir.

Toujours chez La Martinière : La maison de Vanessa Savage, c’est titre qui n’est pas encore sorti et que j’ai reçu en ENC, l’ambiance devrait être anxiogène c’est tout ce que je sais.

On continue avec les nouveautés de la Bête Noire chez Robert Laffont : Le deuxième tome des Détectives du Yorshire : Rendez-vous avec le mal de Julia Chapman, le seul que j’ai réussi à lire à ce jour.

Et L’échange de Rebecca Fleet dont j’adore la couverture et qui me tarde de découvrir aussi dans le courant de l’été.

La rentrée littéraire maintenant avec Le dernier bain de Gwenaëlle Barussaud chez Robert Laffont. Vous n’êtes pas sans savoir que j’adore la plume de cette romancière, aussi bien dans la jeunesse que dans l’adulte, et je me réjouis de découvrir son dernier titre à paraître le 22 août.

Camarade papa de Gauz chez La nouvelle Attila, à paraître le 24 août, raconte l’hisoitre d’un jeune garçon immigré aux Pays-Bas et qui à l’occasion d’un voyage en Afrique, histoire de retrouver ses racines, va croiser les traces d’un de ses ancêtres du 19è siècle.

Enfin, Loup et les hommes de Emmanuelle Pirotte chez Le Cherche Midi, à paraître le 23 août, est un voyage aux confins des terres iroquoises en 1663. C’est une sacrée brique mais l’histoire me tente beaucoup.

En avez-vous lu certains ?

Read Full Post »

On se retrouve aujourd’hui pour un book haul car une fois de plus, de nombreux livres ont rejoint mes étagères ces quatre dernières semaines, ma PAL ne connaît jamais la crise, je crois que je vous en livre la preuve chaque mois.

Entre services presse et achats, vingt nouveaux titres font leur entrée, des romans contemporains et historiques principalement.

Heureusement, quelques-uns sont déjà lus, mes avis sont déjà en ligne ou sur le point de l’être, restez connectés comme on dit.

On commence par les romans historiques et tout d’abord Ariane et Juliette de Hubert de Maximy chez Presses de la Cité qui relate l’amitié entre deux jeunes condisciples d’un pensionnat pendant la première guerre mondiale. J’aime beaucoup la couverture et le contexte, autant vous dire qu’il sera au menu de mes prochaines lectures.

Le suivant est déjà lu, c’est même un coup de coeur : L’aile des vierges de Laurence Peyrin chez Calmann-Lévy. Une héroïne forte et féministe, une magnifique histoire d’amour et une atmosphère à la Downton Abbey, il avait tout pour me plaire et ce fut le cas.

Seconde guerre mondiale avec Le tatoueur d’Auschwitz de Heather Morris chez City éditions, basé sur une histoire vraie. Je m’attends à un récit émouvant et éprouvant et j’ai hâte de le découvrir.

On poursuit avec un essai qui promet d’être très intéressant : Les insoumises 18 portraits de femmes exceptionnelles de l’Antiquité à nos jours de Jean Heachler chez Nouveau Monde. J’adore ce genre d’ouvrage qui met en lumière des femmes oubliées de la grande Histoire, c’est actuellement mon livre de chevet et c’est passionnant.

Et pour finir, un achat : L‘arracheuse de dents de Franz-Olivier Giesbert qui raconte l’histoire vraie de Lucile Bradsock, l’une des premières femmes dentistes. Il figurait sur ma WL depuis sa sortie en 2016, je suis ravie qu’il est rejoint ma PAL.

Romans contemporains maintenant et on continue avec mes achats et tout d’abord Et puis, Paulette… de Barbara Constantine, sur ma WL depuis ma lecture de À Mélie sans mélo en 2012 pour lequel j’avais eu un coup de coeur !

En prévision du mois anglais, j’ai acquis Les fabuleuses tribulations d’Arthur Pepper de Phaedra Patrick qui conte le voyage d’un veuf sur les traces de son épouse disparue. C’est la notion de voyage qui m’a interpellé ainsi que la couverture, j’espère avoir le temps de lire bientôt.

Deux lectures feel-good pour continuer, idéales pour l’été et les vacances qui se profilent : En voiture, Simone ! de Aurélie Valognes et Le premier jour du reste de ma vie de Virginie Grimaldi.

Retour aux services presse et un roman italien Guide astrologique des coeurs brisés de Silvia Zucca chez Albin Michel, une romance qui m’a l’air pétillante, j’espère être séduite !

L’été promet d’être breton chez Albin Michel avec le dernier roman de Sophie Tal Men De battre la chamade que j’ai reçu avec un charmant tote bag, c’est le dernier volume de sa trilogie consacrée à une jeune médecin venue faire son internat à Brest.

On continue avec Ton année parfaite de Charlotte Lucas chez Presses de la cité, un feel good book à la couverture charmante et qui met en scène des quadra, enfin !!

J’ai eu la chance de recevoir les trois nouveautés de Nil Editions, les couvertures sont très réussies et donnent envie de ne pas laisser traîner les livres sur les étagères, je me suis donc jetée sur Les dix voeux d’Alfréd de Maude Mihami que j’ai adoré. Il ne me reste donc plus qu’à découvrir Un manoir en Cornouailles de Eva Chase et L’irrésistible histoire du café Myrtille de Mary Simses !

On poursuit avec le dernier Marc Levy, Une fille comme elle ,chez Robert Laffont, on ne présente plus cet auteur dont les romans se vendent comme des petits pains et que je n’ai encore jamais lu, l’histoire a l’air sympa et me permettra de me faire un avis sur l’un de ceux qui vend le plus de livres en France.

Toujours chez Robert Laffont : Le parfum de l’herbe après la pluie de Patrick Jacquemin, un conte initiatique charmant et plaisant à lire.

Un seul polar ce mois-ci venu du froid et plus précisément de Suède : L’île des absents de Caroline Eriksson, il est très court, donc lu très bientôt !

Et pour finir, place à la jeunesse avec Alexandre l’intrépide Dumas de Bertrand Puard chez Hachette qui met en scène le célèbre écrivain au moment de son adolescence. Je vous reparle très vite de ce roman épatant dès la semaine prochaine car il est déjà lu!

Un roman ado pour conclure, le pitch est très intriguant et les retours, très bons : Et ils meurent tous deux à la fin de Adam Silvera chez Robert Laffont, collection R.

En avez-vous lu certains ?

Read Full Post »

Quatre longues semaines se sont déjà écoulées depuis mon dernier book haul et il est plus que temps que je vous présente les derniers arrivés dans ma PAL, une fois de plus très nombreux.

Entre services presse et achats, mes étagères se sont remplis de 22 titres supplémentaires : romans historiques, contemporains et polars principalement.

Heureusement, quelques-uns sont déjà lus, mes avis sont déjà en ligne ou sur le point de l’être, restez connectés comme on dit.

On commence par les romans policiers et les thrillers et tout d’abord par les trois réceptions des éditions Presses de la Cité avec trois titres très différents les uns des autres. Le premier est un polar historique et la suite d’une série mettant en scène Anna Kronberg, le professeur Moriarty et Sherlock Holmes. Le tome 1 m’avait séduite, le second grandement déçue, je mets donc beaucoup d’espoir dans L’héritier de Moriarty de Annelie Wendeberg que je compte lire en juin pendant le mois anglais.

On poursuit avec un thriller psychologique que je n’ai pas du tout aimé et qui m’a beaucoup ennuyé : Je sens grandir ma peur de Iain Reid.

J’ai également eu le plaisir de recevoir le tout nouveau roman de Michel Bussi : Sang famille, c’est un auteur dont j’apprécie la plume et sa couverture très estivale est une vraie invitation à la lecture.

De la part des éditions Robert Laffont, j’ai reçu trois publications de leur excellente collection La bête noire. Tout d’abord un cosy mistery très réussi et que je vous recommande si vous aimez ce genre : Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman, le premier opus de la série Les détectives du Yorkshire.

J’ai enfin eu l’occasion de découvrir Ragdoll de Daniel Cole qui a rencontré un grand succès l’an dernier et qui est maintenant disponible au format poche, un page-turner efficace et qui fait le job même si le dénouement ne m’a pas convaincue. Il me restera à lire sa suite : L’appât, j’ai hâte !

Un achat maintenant : Le livre des Baltimore de Joël Dicker, un auteur que je n’ai pas encore lu bien que L’affaire Harry Quebert soit dans ma PAL depuis un an déjà.

On passe aux romans contemporains et tout d’abord une très jolie lecture, pleine d’émotion et d’espoir : Un jour, un arbre… de Karine Lambert chez Calmann-Lévy, c’est ma découverte de cette auteure et j’ai très envie de sortir vite de ma PAL Eh bien dansons maintenant.

Des éditions City, j’ai reçu deux romances, l’une anglaise et l’autre espagnole, l’une est lue, l’autre non. On commence par Un peu plus que parfait de Louise Pentland qui n’a rien d’original et qui m’a un brin déçue même si j’ai passé un bon moment, je m’attendais à mieux.

Je n’ai donc pas encore découvert Une catastrophe n’arrive jamais seule de Laura Norton, cette romance-ci a l’air plus rock’n roll, j’espère qu’elle saura me séduire davantage

Un achat : La ballade de l’enfant gris de Baptiste Baulieu. Je suis très curieuse de découvrir la plume de cet auteur qui est aussi médecin et qui rencontre un vif succès depuis plusieurs années.

On passe aux romans historiques avec La valse des mouettes de Madeleine Mansiet-Berthaud chez Presses de la cité dont j’avais beaucoup aimé Les nuits blanches de Léna. Celui-ci se passe pendant la seconde guerre mondiale, comme beaucoup de romans qui paraissent en ce moment.

Seconde guerre mondiale toujours avec Un été d’orage de Corinne Javelaud chez City, l’histoire d’une mère et de sa petite fille prises dans la tourmente de la guerre.

Retour au XVIIIè, vous savez que c’est une période que j’affectionne tout particulièrement avec le dernier roman de Catherine Hermary-Vieille : Moi, chevalier d’Eon, espionne du roi chez Albin Michel. Lu aussi et beaucoup aimé comme les autres romans de cette auteure, toujours passionnants et très bien documentés.

Achats maintenant avec le premier roman de Alexandra de Broca, le seul qui me manquait : Monsieur mon amour consacré à la princesse de Lamballe pendant le régime de la Terreur et alors qu’elle est emprisonnée au fond de sa geôle parisienne. Encore une histoire poignante que je vais adorer c’est sûr !

Je vais enfin découvrir la plume de Vanessa Lafaye récemment disparue avec son dernier roman : Les brumes de Key West, une histoire avec des intrigues à la fois dans le présent et le passé.

On poursuit avec un roman qui a connu un grand succès et une adaptation sur grand écran : Une vie entre deux océans de M.L Stedman.

Je n’ai pas vu la série Call the midwife mais Les filles du Nightingale de Donna Douglas était sur ma WL depuis sa parution en grand format, il était temps qu’il rejoigne ma PAL.

J’avais passé un excellent moment avec Par un matin d’automne et Heather Mallender a disparu, je me fais une joie de retrouver Robert Goddard à l’occasion de Sans même un adieu, son dernier roman paru au format poche.

Retour aux services presse avec la jeunesse et un roman qui est un magnifique livre objet : Le wonderling de Mira Bartok chez Robert Laffont dans leur collection R jeunesse, j’espère que le contenu est aussi chouette que la contenant !

Une bande dessinée qui tombe à point : Calpurnia de Daphné Collignon chez Rue de Sèvres. J’adore le travail de cette illustratrice et j’ai lu le roman éponyme le mois dernier, l’histoire est encore fraiche dans ma mémoire, je vais donc pouvoir me rendre compte si cette adaptation est fidèle au roman de Jacqueline Kelly ou pas.

Et pour finir une bande dessinée sur les inégalités entre hommes et femmes que j’ai trouvé très juste : Pourquoi y a-t-il des inégalités entre les hommes et les femmes ? de Soledad Bravi et Dorthotée Werner chez Rue de Sèvres également.

En avez-vous lu certains ?

Read Full Post »

En ce milieu de semaine, je vous propose de découvrir les petits nouveaux de ma PAL, une fois de plus très nombreux, on n’arrête pas une équipe qui gagne et une PAL toujours plus haute.

Une fois encore, j’ai été bien gâtée en services presse mais j’ai également fait quelques achats d’occasion, notamment pour avancer dans quelques sagas.

Au menu de ce mois d’avril pas moins de 22 titres (9 achats et 13 services presse) : des polars, des romans contemporains ou historiques, et quelques lectures jeunesse.

Heureusement quelques-uns de ces titres sont déjà lus et ce sont révélés être de très bonnes lectures, pourvu que ça dure !

Et on attaque dans le vif du sujet avec les polars historiques et tout d’abord Les retournants de Michel Moatti chez H.C Editions, vous connaissez mon intérêt pour la première guerre mondiale, ce roman noir ne pouvait donc pas m’échapper.

Belle Epoque maintenant avec La lettre froissée de Alice Quinn chez City Editions, cette période m’intéresse aussi beaucoup, je suis plus qu’impatiente de découvrir ce titre.

On passe à la seconde guerre mondiale avec Les sanglots de pierre de Dominique Faget chez City Editions, une histoire très réussie et une intrigue menée tambour battant, j’ai adoré.

Deux achats maintenant et tout d’abord La malédiction de la maison Foskett, la seconde enquête du duo atypique Middleton et Grice de M.R.C Kasasian. Je me languissais que ce titre paraisse enfin en français, j’ai donc littéralement sauté dessus lorsque je l’ai vu en librairie !

Je retrouverai avec grand plaisir ce cher Voltaire et la plume délicieuse de Frédéric Lenormand dans Docteur Voltaire et mister Hyde, la sixième enquête du philosophe des Lumières, une série que j’aime beaucoup.

Contemporains à présent avec Toutes blessent la dernière tue de Karine Giebel chez Belfond, reçu avec une sympathique dédicace. Une belle briquasse que j’espère ne pas laisser croupir dans ma PAL d’autant que les avis sont dithyrambiques.

Agatha Raisin est de retour avec Sale temps pour les sorcières et Panique au manoir toujours signés M.C Beaton chez Albin Michel, les tomes 9 et 10 de la série qu’il faut que je m’empresse de lire car les suivants arrivent dès le mois de mai dans toutes les bonnes librairies.

Enfin, un polar mêlant intrigue policière, astronomie et ésotérisme : Là où rien ne meurt de Franck Calderon & Hervé De Moras chez Robert Laffont collection La bête noire. Une intrigue addictive que j’ai trouvé réussie, portée par des personnages attachants.

On passe aux romans contemporains et historiques maintenant avec Tout n’est pas du tout sous contrôle de Sophie Henrionnet, une lecture légère qui promet d’être idéale pour le printemps ou pour l’été.

Toujours au rayon romance : Le prince charmant, c’est vous ! de Isabelle Saporta chez Fayard que j’ai gagné à l’occasion d’un concours sur Instagram, là aussi une comédie que j’espère avoir l’occasion de lire sous le soleil.

On continue avec un roman qui était sur ma wish list depuis sa parution en grand format : La mémoire des embruns de Karen Viggers, j’aime beaucoup les secrets de famille et les histoires qui ont pour cadre une île, celui-ci coche toutes les cases, il devrait me plaire, tout du moins je l’espère.

Changement d’époque et de registre avec la biographie de l’un des voleurs les plus célèbres : Cartouche roi de Paris de Gilles Henry. Les biographies, romans biographiques et essais font partie de mes bonnes résolutions de l’année et mine de rien pour l’instant je m’y tiens en lisant l’un d’entre eux chaque mois.

Retour aux contemporains et aux services presse avec Toi, moi et tout le reste de la britannique Catherine Isaac chez Presses de la cité, il y sera question de paternité et d’infidélité.

A la fois romance et feel good book, Le bonheur arrive toujours sur la pointe des pieds de Tiphaine Hadet chez City Editions fut un très bon moment de lecture grâce à la plume de l’auteur et à l’histoire tantôt drôle tantôt émouvante.

Les années folles maintenant avec Hollywood boulevard de Melanie Benjamin chez Albin Michel qui met en scène une idole du cinéma muet Mary Pickord et la scénariste Frances Marion.

Enfin, une fois n’est pas coutume, un classique : La peur de Stefan Zweig chez Robert Laffont, collection Pavillons poche. Une histoire d’adultère racontée sur un monde thriller, formidable de modernité dans sa narration.

La jeunesse maintenant avec un roman d’aventures, le tome deux de Chasseurs de livres, Le code indéchiffrable, de Jennifer Chambliss chez Robert Laffont toujours, collection R Jeunesse.

Je retrouverai avec plaisir Wiggins dans une nouvelle aventure : Wiggins et les plans de l’inventeur de Béatrice Nicodème. Une série que je lis en duo avec mon Empereur de fils, passionné par Sherlock Holmes.

Retrouvailles également avec les Lulus à l’occasion du tome 4 La déchirure 1917 de Régis Hautière et Hardoc, une série que je partage avec mon Empereur de fils et qui nous plaît beaucoup à tous deux.

Je vais enfin découvrir la série Les enfants de la résistance avec Premières actions de Vincent Dugomier & Benoit Ers, une fois que je serai venue à bout de La guerre des Lulus.

Et pour finir, j’ai eu un coup de cœur pour Comment lyophiliser le monstre du Loch Ness de Fabrice Parme, le quatrième opus de l’excellente série Astrid Bromure à lire dès 8 ans et que je vous recommande vivement !

En avez-vous lu certains ?

Read Full Post »

On se retrouve aujourd’hui pour mon traditionnel book haul mensuel, une PAL toujours plus haut pourrait être ma devise au vu de toutes les entrées de ces dernières semaines. Comme dit mon Sami-Chameau de fils du haut de ses onze ans : « arrête d’acheter des livres sinon tu ne t’en sortiras jamais ! », je sais qu’il a raison mais je ne peux pas m’en empêcher, comme toutes les mordues de lecture je pense.

Au menu de ce mois de mars pas moins de 24 titres (8 achats et 16 services presse) : des polars, des romans contemporains ou historiques, et quelques lectures jeunesse.

On commence par les policiers parus chez Presses de la cité et tout d’abord Péril en mer d’Iroise de Jean-Luc Bannalec. Le commissaire Dupin est de retour et je me réjouis de retrouver cet accro à la caféine et toute son équipe à l’occasion de cette cinquième enquête.

Un thriller nordique pour continuer : Rien de plus grand de Malin Persson Giolito qui démarre par une tuerie de masse dans un lycée huppé de Stockholm.

Un roman écrit à quatre mains maintenant, un thriller signé d’une mère et son fils : Le silence et la fureur de Nathalie Carter et Nicolas d’Estienne d’Orves chez X.O.

On passe aux achats qui sont au nombre de six avec Am Stram Gram de M.J Arlidge, le premier tome de la série consacrée à Helen Grace et qui rencontre un beau succès, j’espère être séduite à mon tour.

Je retrouverai avec plaisir S.J Watson à l’occasion de son second roman : Une autre vie. J’avais beaucoup aimé Avant d’aller dormir et j’espère que ce titre est tout aussi réussi.

J’ai également hâte de retrouver un auteur de thrillers que j’aime beaucoup, Donato Carrisi, à l’occasion de Malefico, second tome des aventures du pénitentier Marco.

Deux polars historiques maintenant, vous savez que j’ai un gros faible pour ce genre et étant une grande passionnée du XVIIIè siècle et de Madame de Pompadour, je ne pouvais pas passer à côté d’Un prince de sang de Olivier Seigneur.

Je n’ai pas pu résister non plus à la très belle couverture de La mille et deuxième nuit de Carole Geneix qui se déroule dans le sillage du grand couturier Paul Poiret !

On passe aux romans historiques maintenant et tout d’abord les trois publications que Presses de la cité m’a envoyé : La vie rêvée de Gabrielle de Lyliane Mosca, qui a pour héroïne la muse des Renoir père et fils. J’adore ce peintre et je suis vraiment curieuse de connaître la vie de cette femme.

19è siècle toujours avec Le chemin des larmes de Christian Laborie qui revient sur les premiers bâtisseurs du chemin de fer, c’est un sujet qui me semble plutôt intéressant et original.

Seconde guerre mondiale enfin pour le dernier roman de Karine Lebert, Les amants de l’été 44, avec une intrigue sur des époques et des secrets de famille je suis friande de l’un et de l’autre comme vous le savez déjà.

Retour au 19è siècle avec La frondeuse de Eric Le Nebour que j’avais repéré dès sa sortie et qui m’a été offert. L’histoire d’une femme qui après le décès accidentel de son mari devient pigiste dans un journal féministe.

Autre portrait de femme, celui de la première femme avocate en France, Jeanne Chauvin : Femme de robe de Michèle Dassas chez Marivole. La vie d’une pionnière, voilà de qui promet d’être très intéressant.

Le mois dernier j’ai beaucoup aimé Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, je vais pouvoir renouer avec un roman du même genre, La chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan chez Albin Michel qui a pour cadre un village anglais pendant la seconde guerre mondiale.

On passe aux romans plus contemporains maintenant avec Le ciel est à nous de Luke Alnutt, un envoi mystère des éditions du Cherche-Midi qui je l’espère sera à mon goût.

Deux nouveautés Albin Michel pour poursuivre et tout d’abord Un mari idéal, le premier roman de Leah McLaren qui nous conte un divorce à l’américaine. Un roman plutôt cynique qui se lit très bien mais qui n’a pas su me toucher.

Le dernier roman de Liane Moriarty est également rentré dans ma PAL : Un peu, beaucoup, à la folie. J’avais bien aimé Le secret du mari, j’espère que celui-ci est tout aussi intéressant.

Une réécriture de Orgueil et préjugés : Un bon parti de Curtis Sittenfeld chez Presses de la cité. Il y a plutôt de bons retours sur cette romance et je suis vraiment curieuse de voir ce que O&P en 2018 peut donner.

Petite déception en revanche pour Là où la vie t’emmène… de Alban Gallée chez City Editions. Le point de départ, une jeune femme qui ne peut quitter ni chose ni personne, avait éveillé ma curiosité, malheureusement je n’ai pas trouvé l’histoire crédible.

J’ai eu la joie de recevoir Les silences d’Amélie Antoine au Livre de poche que l’auteure m’a personnellement envoyé, et que j’avais repéré lors de sa sortie en grand format, je suis ravie de le lire bientôt.

Je vais retrouver avec grand plaisir la plume de Clarisse Sabard avec La plage de la mariée, une lecture que je vais me garder pour cet été, histoire de la déguster pleinement.

Passons à la jeunesse maintenant avec Mémoire à vif d’un poilu de quinze ans signé Arthur Ténor chez Gulf Stream Edition. Vous savez que je m’intéresse particulièrement à la première guerre mondiale, je suis très heureuse d’avoir la possibilité de le lire.

Dans le cadre du programme de 6è de mon Sami-Chameau de fils, j’ai lu Louison et Monsieur Molière de Marie-Christine Helgerson, un court roman historique bien documenté que j’ai trouvé très intéressant pour les 10/12 ans.

Enfin, je vais pouvoir continuer à découvrir les aventures des Lulus avec le troisième tome de La guerre des lulus : Un tas de briques de Régis Hautière et Hardoc.

En avez-vous lu certains ?

Read Full Post »

Second book haul de l’année et on peut dire que décidément ma PAL ne connaît pas la crise car, comme toujours, le butin est conséquent puisque ce sont pas moins de vingt nouveaux titres qui ont rejoint mes étagères. Quinze services presse et cinq achats !

Au menu de ce mois de février des romances, des romans contemporains ou historiques, et quelques polars principalement.

On commence par deux achats et la grosse déception du mois : L’année du flamant rose de Anne de Kinkelin, une romance qui n’a pas su me toucher ni m’intéresser. Et Le don d’Anna de Cecilia Sanmartin, une romancière américaine d’origine cubaine dont je vois souvent passer les titres sur la blogo, j’espère que je serai séduite à mon tour.

On poursuit avec les services presse et tout d’abord La chambre des merveilles de Julien Sandrel chez Calmann-Levy, l’histoire de cet enfant dans le coma va être très émouvante à lire, j’ai hâte de la découvrir.

Et maintenant, une belle brique avec des secrets de famille, vous savez combien j’en suis friande : La dernière confidence d’Hugo Mendoza de l’espagnol Joaquin Camps chez Presse de la Cité.

Toujours chez Presses de la cité, Ce feu qui me dévore de Paul Couturiau dont j’avais beaucoup aimé l’un de ses précédents romans, Je meurs de ce qui vous fait vivre, espérons que son petit dernier soit du même acabit.

On poursuit avec une romance qui fut un excellent moment de lecture : Une minute d’attraction de Carrie Elks, toujours chez Presses de la cité, que je vous conseille si vous aimez ce genre.

Toujours au rayon romance, j’ai reçu des éditions City Rêver n’est pas un vilain défaut de Carole Cerruti, les premiers retours sont excellents, j’espère que je serai emballée à mon tour mais j’aurai l’occasion de vous le dire très vite car c’est ma prochaine lecture.

On continue avec les romans historiques et tout d’abord mes deux achats : La petite copiste de Diderot de Danielle Digne qui a tout pour me plaire sur le papier car il va se dérouler dans le sillage d’un philosophe que j’admire.

Un document consacré à l’histoire de Paris pour poursuivre, Métronome 2 Paris intime au fil de ses rues de Lorànt Deutsch, j’ai appris une foule de choses intéressantes tout en m’amusant car le comédien a beaucoup d’humour, un bon ouvrage de vulgarisation en somme.

Des éditions Julliard j’ai eu le plaisir de recevoir le dernier roman de Jean Teulé, Entrez dans la danse, qui s’empare d’un épisode totalement inconnu de notre histoire et nous ramène cinq cents ans plus tôt à Strasbourg. Le sujet est difficile, les scènes souvent glauques et pourtant je l’ai trouvé passionnant !

Changement d’ambiance avec Un monde à l’autre, le premier tome des Chroniques de St Mary’s chez HC Editions. Il sera question de voyages dans le temps à différents moments de notre histoire mondiale.

Un roman biographique maintenant consacré à Mileva Marić, une physicienne serbe qui fut la première épouse de Albert Einstein : Madame Einstein de Marie Benedict chez Presses de la cité.

Changement d’époque avec Constantinople de Baptiste Touverey chez Robert Laffont qui a pour cadre la capitale de l’empire byzantin au 7è siècle, une période et un contexte que je méconnais totalement.

Place aux polars historiques maintenant avec un achat : Les ombres de Torquay’s Manor de Anne Beddingfeld, j’ai hâte de retrouver Beth Huntley dans le second volume de ses enquêtes.

On poursuit avec les services presse et La vierge blanche de Brière de Béatrice Veney envoyé par les éditions La Geste qui met en scène le commissaire Fleury en Brière au tout début du règne de Louis XVI dont c’est ici le troisième volet de ses aventures. C’est ma lecture en cours, je vous en reparle donc très vite.

Changement d’époque avec Le complot de l’aube dorée de Jean-Luc Aubarbier que m’ont fait parvenir les éditions City. Le quatrième volume d’une série qui a pour héros Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec, deux archéologues et francs-maçons.

On continue avec un thriller très contemporain : La femme à la fenêtre de A.J Finn chez Presses de la cité, les premiers retours sont très bons, j’espère qu’il me plaira aussi.

Des bulles maintenant avec Vies volées de Matz et Mayalen Goust chez Rue de Sèvres qui revient sur la dictature argentine de Pinochet et les vols d’enfants d’opposants.

Toujours chez Rue de Sèvres, je suis plus que ravie d’avoir reçue le quatrième tome de Quatre sœurs Geneviève, l’adaptation du roman éponyme de Malika Ferdjoukh par Cati Baur. J’ai adoré les trois premiers, autant dire que j’ai hâte de me plonger dans ce volume qui clôt la série.

Enfin, je suis joie à l’idée de lire Sauveur et fils saison 4 de Marie-Aude Murail chez Ecole des Loisirs. J’ai eu un coup de cœur pour les trois premiers volumes de la série et je sais que celui-ci ne fera pas exception à la règle.

En avez-vous lu certains ?

Read Full Post »

Older Posts »