Ça ne va pas arranger ma PAL # 66

En ce milieu de semaine, je vous propose de découvrir les petits nouveaux de ma PAL, une fois de plus très nombreux, on n’arrête pas une équipe qui gagne et une PAL toujours plus haute.

Une fois encore, j’ai été bien gâtée en services presse mais j’ai également fait quelques achats d’occasion, notamment pour avancer dans quelques sagas.

Au menu de ce mois d’avril pas moins de 22 titres (9 achats et 13 services presse) : des polars, des romans contemporains ou historiques, et quelques lectures jeunesse.

Heureusement quelques-uns de ces titres sont déjà lus et ce sont révélés être de très bonnes lectures, pourvu que ça dure !

Et on attaque dans le vif du sujet avec les polars historiques et tout d’abord Les retournants de Michel Moatti chez H.C Editions, vous connaissez mon intérêt pour la première guerre mondiale, ce roman noir ne pouvait donc pas m’échapper.

Belle Epoque maintenant avec La lettre froissée de Alice Quinn chez City Editions, cette période m’intéresse aussi beaucoup, je suis plus qu’impatiente de découvrir ce titre.

On passe à la seconde guerre mondiale avec Les sanglots de pierre de Dominique Faget chez City Editions, une histoire très réussie et une intrigue menée tambour battant, j’ai adoré.

Deux achats maintenant et tout d’abord La malédiction de la maison Foskett, la seconde enquête du duo atypique Middleton et Grice de M.R.C Kasasian. Je me languissais que ce titre paraisse enfin en français, j’ai donc littéralement sauté dessus lorsque je l’ai vu en librairie !

Je retrouverai avec grand plaisir ce cher Voltaire et la plume délicieuse de Frédéric Lenormand dans Docteur Voltaire et mister Hyde, la sixième enquête du philosophe des Lumières, une série que j’aime beaucoup.

Contemporains à présent avec Toutes blessent la dernière tue de Karine Giebel chez Belfond, reçu avec une sympathique dédicace. Une belle briquasse que j’espère ne pas laisser croupir dans ma PAL d’autant que les avis sont dithyrambiques.

Agatha Raisin est de retour avec Sale temps pour les sorcières et Panique au manoir toujours signés M.C Beaton chez Albin Michel, les tomes 9 et 10 de la série qu’il faut que je m’empresse de lire car les suivants arrivent dès le mois de mai dans toutes les bonnes librairies.

Enfin, un polar mêlant intrigue policière, astronomie et ésotérisme : Là où rien ne meurt de Franck Calderon & Hervé De Moras chez Robert Laffont collection La bête noire. Une intrigue addictive que j’ai trouvé réussie, portée par des personnages attachants.

On passe aux romans contemporains et historiques maintenant avec Tout n’est pas du tout sous contrôle de Sophie Henrionnet, une lecture légère qui promet d’être idéale pour le printemps ou pour l’été.

Toujours au rayon romance : Le prince charmant, c’est vous ! de Isabelle Saporta chez Fayard que j’ai gagné à l’occasion d’un concours sur Instagram, là aussi une comédie que j’espère avoir l’occasion de lire sous le soleil.

On continue avec un roman qui était sur ma wish list depuis sa parution en grand format : La mémoire des embruns de Karen Viggers, j’aime beaucoup les secrets de famille et les histoires qui ont pour cadre une île, celui-ci coche toutes les cases, il devrait me plaire, tout du moins je l’espère.

Changement d’époque et de registre avec la biographie de l’un des voleurs les plus célèbres : Cartouche roi de Paris de Gilles Henry. Les biographies, romans biographiques et essais font partie de mes bonnes résolutions de l’année et mine de rien pour l’instant je m’y tiens en lisant l’un d’entre eux chaque mois.

Retour aux contemporains et aux services presse avec Toi, moi et tout le reste de la britannique Catherine Isaac chez Presses de la cité, il y sera question de paternité et d’infidélité.

A la fois romance et feel good book, Le bonheur arrive toujours sur la pointe des pieds de Tiphaine Hadet chez City Editions fut un très bon moment de lecture grâce à la plume de l’auteur et à l’histoire tantôt drôle tantôt émouvante.

Les années folles maintenant avec Hollywood boulevard de Melanie Benjamin chez Albin Michel qui met en scène une idole du cinéma muet Mary Pickord et la scénariste Frances Marion.

Enfin, une fois n’est pas coutume, un classique : La peur de Stefan Zweig chez Robert Laffont, collection Pavillons poche. Une histoire d’adultère racontée sur un monde thriller, formidable de modernité dans sa narration.

La jeunesse maintenant avec un roman d’aventures, le tome deux de Chasseurs de livres, Le code indéchiffrable, de Jennifer Chambliss chez Robert Laffont toujours, collection R Jeunesse.

Je retrouverai avec plaisir Wiggins dans une nouvelle aventure : Wiggins et les plans de l’inventeur de Béatrice Nicodème. Une série que je lis en duo avec mon Empereur de fils, passionné par Sherlock Holmes.

Retrouvailles également avec les Lulus à l’occasion du tome 4 La déchirure 1917 de Régis Hautière et Hardoc, une série que je partage avec mon Empereur de fils et qui nous plaît beaucoup à tous deux.

Je vais enfin découvrir la série Les enfants de la résistance avec Premières actions de Vincent Dugomier & Benoit Ers, une fois que je serai venue à bout de La guerre des Lulus.

Et pour finir, j’ai eu un coup de cœur pour Comment lyophiliser le monstre du Loch Ness de Fabrice Parme, le quatrième opus de l’excellente série Astrid Bromure à lire dès 8 ans et que je vous recommande vivement !

En avez-vous lu certains ?

Publicités

Ça ne va pas arranger ma PAL # 65

On se retrouve aujourd’hui pour mon traditionnel book haul mensuel, une PAL toujours plus haut pourrait être ma devise au vu de toutes les entrées de ces dernières semaines. Comme dit mon Sami-Chameau de fils du haut de ses onze ans : « arrête d’acheter des livres sinon tu ne t’en sortiras jamais ! », je sais qu’il a raison mais je ne peux pas m’en empêcher, comme toutes les mordues de lecture je pense.

Au menu de ce mois de mars pas moins de 24 titres (8 achats et 16 services presse) : des polars, des romans contemporains ou historiques, et quelques lectures jeunesse.

On commence par les policiers parus chez Presses de la cité et tout d’abord Péril en mer d’Iroise de Jean-Luc Bannalec. Le commissaire Dupin est de retour et je me réjouis de retrouver cet accro à la caféine et toute son équipe à l’occasion de cette cinquième enquête.

Un thriller nordique pour continuer : Rien de plus grand de Malin Persson Giolito qui démarre par une tuerie de masse dans un lycée huppé de Stockholm.

Un roman écrit à quatre mains maintenant, un thriller signé d’une mère et son fils : Le silence et la fureur de Nathalie Carter et Nicolas d’Estienne d’Orves chez X.O.

On passe aux achats qui sont au nombre de six avec Am Stram Gram de M.J Arlidge, le premier tome de la série consacrée à Helen Grace et qui rencontre un beau succès, j’espère être séduite à mon tour.

Je retrouverai avec plaisir S.J Watson à l’occasion de son second roman : Une autre vie. J’avais beaucoup aimé Avant d’aller dormir et j’espère que ce titre est tout aussi réussi.

J’ai également hâte de retrouver un auteur de thrillers que j’aime beaucoup, Donato Carrisi, à l’occasion de Malefico, second tome des aventures du pénitentier Marco.

Deux polars historiques maintenant, vous savez que j’ai un gros faible pour ce genre et étant une grande passionnée du XVIIIè siècle et de Madame de Pompadour, je ne pouvais pas passer à côté d’Un prince de sang de Olivier Seigneur.

Je n’ai pas pu résister non plus à la très belle couverture de La mille et deuxième nuit de Carole Geneix qui se déroule dans le sillage du grand couturier Paul Poiret !

On passe aux romans historiques maintenant et tout d’abord les trois publications que Presses de la cité m’a envoyé : La vie rêvée de Gabrielle de Lyliane Mosca, qui a pour héroïne la muse des Renoir père et fils. J’adore ce peintre et je suis vraiment curieuse de connaître la vie de cette femme.

19è siècle toujours avec Le chemin des larmes de Christian Laborie qui revient sur les premiers bâtisseurs du chemin de fer, c’est un sujet qui me semble plutôt intéressant et original.

Seconde guerre mondiale enfin pour le dernier roman de Karine Lebert, Les amants de l’été 44, avec une intrigue sur des époques et des secrets de famille je suis friande de l’un et de l’autre comme vous le savez déjà.

Retour au 19è siècle avec La frondeuse de Eric Le Nebour que j’avais repéré dès sa sortie et qui m’a été offert. L’histoire d’une femme qui après le décès accidentel de son mari devient pigiste dans un journal féministe.

Autre portrait de femme, celui de la première femme avocate en France, Jeanne Chauvin : Femme de robe de Michèle Dassas chez Marivole. La vie d’une pionnière, voilà de qui promet d’être très intéressant.

Le mois dernier j’ai beaucoup aimé Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, je vais pouvoir renouer avec un roman du même genre, La chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan chez Albin Michel qui a pour cadre un village anglais pendant la seconde guerre mondiale.

On passe aux romans plus contemporains maintenant avec Le ciel est à nous de Luke Alnutt, un envoi mystère des éditions du Cherche-Midi qui je l’espère sera à mon goût.

Deux nouveautés Albin Michel pour poursuivre et tout d’abord Un mari idéal, le premier roman de Leah McLaren qui nous conte un divorce à l’américaine. Un roman plutôt cynique qui se lit très bien mais qui n’a pas su me toucher.

Le dernier roman de Liane Moriarty est également rentré dans ma PAL : Un peu, beaucoup, à la folie. J’avais bien aimé Le secret du mari, j’espère que celui-ci est tout aussi intéressant.

Une réécriture de Orgueil et préjugés : Un bon parti de Curtis Sittenfeld chez Presses de la cité. Il y a plutôt de bons retours sur cette romance et je suis vraiment curieuse de voir ce que O&P en 2018 peut donner.

Petite déception en revanche pour Là où la vie t’emmène… de Alban Gallée chez City Editions. Le point de départ, une jeune femme qui ne peut quitter ni chose ni personne, avait éveillé ma curiosité, malheureusement je n’ai pas trouvé l’histoire crédible.

J’ai eu la joie de recevoir Les silences d’Amélie Antoine au Livre de poche que l’auteure m’a personnellement envoyé, et que j’avais repéré lors de sa sortie en grand format, je suis ravie de le lire bientôt.

Je vais retrouver avec grand plaisir la plume de Clarisse Sabard avec La plage de la mariée, une lecture que je vais me garder pour cet été, histoire de la déguster pleinement.

Passons à la jeunesse maintenant avec Mémoire à vif d’un poilu de quinze ans signé Arthur Ténor chez Gulf Stream Edition. Vous savez que je m’intéresse particulièrement à la première guerre mondiale, je suis très heureuse d’avoir la possibilité de le lire.

Dans le cadre du programme de 6è de mon Sami-Chameau de fils, j’ai lu Louison et Monsieur Molière de Marie-Christine Helgerson, un court roman historique bien documenté que j’ai trouvé très intéressant pour les 10/12 ans.

Enfin, je vais pouvoir continuer à découvrir les aventures des Lulus avec le troisième tome de La guerre des lulus : Un tas de briques de Régis Hautière et Hardoc.

En avez-vous lu certains ?

Ça ne va pas arranger ma PAL # 64

Second book haul de l’année et on peut dire que décidément ma PAL ne connaît pas la crise car, comme toujours, le butin est conséquent puisque ce sont pas moins de vingt nouveaux titres qui ont rejoint mes étagères. Quinze services presse et cinq achats !

Au menu de ce mois de février des romances, des romans contemporains ou historiques, et quelques polars principalement.

On commence par deux achats et la grosse déception du mois : L’année du flamant rose de Anne de Kinkelin, une romance qui n’a pas su me toucher ni m’intéresser. Et Le don d’Anna de Cecilia Sanmartin, une romancière américaine d’origine cubaine dont je vois souvent passer les titres sur la blogo, j’espère que je serai séduite à mon tour.

On poursuit avec les services presse et tout d’abord La chambre des merveilles de Julien Sandrel chez Calmann-Levy, l’histoire de cet enfant dans le coma va être très émouvante à lire, j’ai hâte de la découvrir.

Et maintenant, une belle brique avec des secrets de famille, vous savez combien j’en suis friande : La dernière confidence d’Hugo Mendoza de l’espagnol Joaquin Camps chez Presse de la Cité.

Toujours chez Presses de la cité, Ce feu qui me dévore de Paul Couturiau dont j’avais beaucoup aimé l’un de ses précédents romans, Je meurs de ce qui vous fait vivre, espérons que son petit dernier soit du même acabit.

On poursuit avec une romance qui fut un excellent moment de lecture : Une minute d’attraction de Carrie Elks, toujours chez Presses de la cité, que je vous conseille si vous aimez ce genre.

Toujours au rayon romance, j’ai reçu des éditions City Rêver n’est pas un vilain défaut de Carole Cerruti, les premiers retours sont excellents, j’espère que je serai emballée à mon tour mais j’aurai l’occasion de vous le dire très vite car c’est ma prochaine lecture.

On continue avec les romans historiques et tout d’abord mes deux achats : La petite copiste de Diderot de Danielle Digne qui a tout pour me plaire sur le papier car il va se dérouler dans le sillage d’un philosophe que j’admire.

Un document consacré à l’histoire de Paris pour poursuivre, Métronome 2 Paris intime au fil de ses rues de Lorànt Deutsch, j’ai appris une foule de choses intéressantes tout en m’amusant car le comédien a beaucoup d’humour, un bon ouvrage de vulgarisation en somme.

Des éditions Julliard j’ai eu le plaisir de recevoir le dernier roman de Jean Teulé, Entrez dans la danse, qui s’empare d’un épisode totalement inconnu de notre histoire et nous ramène cinq cents ans plus tôt à Strasbourg. Le sujet est difficile, les scènes souvent glauques et pourtant je l’ai trouvé passionnant !

Changement d’ambiance avec Un monde à l’autre, le premier tome des Chroniques de St Mary’s chez HC Editions. Il sera question de voyages dans le temps à différents moments de notre histoire mondiale.

Un roman biographique maintenant consacré à Mileva Marić, une physicienne serbe qui fut la première épouse de Albert Einstein : Madame Einstein de Marie Benedict chez Presses de la cité.

Changement d’époque avec Constantinople de Baptiste Touverey chez Robert Laffont qui a pour cadre la capitale de l’empire byzantin au 7è siècle, une période et un contexte que je méconnais totalement.

Place aux polars historiques maintenant avec un achat : Les ombres de Torquay’s Manor de Anne Beddingfeld, j’ai hâte de retrouver Beth Huntley dans le second volume de ses enquêtes.

On poursuit avec les services presse et La vierge blanche de Brière de Béatrice Veney envoyé par les éditions La Geste qui met en scène le commissaire Fleury en Brière au tout début du règne de Louis XVI dont c’est ici le troisième volet de ses aventures. C’est ma lecture en cours, je vous en reparle donc très vite.

Changement d’époque avec Le complot de l’aube dorée de Jean-Luc Aubarbier que m’ont fait parvenir les éditions City. Le quatrième volume d’une série qui a pour héros Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec, deux archéologues et francs-maçons.

On continue avec un thriller très contemporain : La femme à la fenêtre de A.J Finn chez Presses de la cité, les premiers retours sont très bons, j’espère qu’il me plaira aussi.

Des bulles maintenant avec Vies volées de Matz et Mayalen Goust chez Rue de Sèvres qui revient sur la dictature argentine de Pinochet et les vols d’enfants d’opposants.

Toujours chez Rue de Sèvres, je suis plus que ravie d’avoir reçue le quatrième tome de Quatre sœurs Geneviève, l’adaptation du roman éponyme de Malika Ferdjoukh par Cati Baur. J’ai adoré les trois premiers, autant dire que j’ai hâte de me plonger dans ce volume qui clôt la série.

Enfin, je suis joie à l’idée de lire Sauveur et fils saison 4 de Marie-Aude Murail chez Ecole des Loisirs. J’ai eu un coup de cœur pour les trois premiers volumes de la série et je sais que celui-ci ne fera pas exception à la règle.

En avez-vous lu certains ?

Ça ne va pas arranger ma PAL # 63

Un mois s’est déjà écoulé depuis mon précédent book haul, il est donc temps pour moi de vous dévoiler les petits nouveaux de ma PAL, nettement moins nombreux en ce premier mois de l’année, d’autant que j’en ai déjà lus quelques-uns.

Au menu de ce mois de janvier douze nouveaux titres : des romans et de la jeunesse principalement avec neuf services presse et par conséquent trois achats, et on commence tout de suite par deux romans envoyés par les éditions Robert Laffont : Smoke de Dan Vyleta. Une belle brique qui a pour cadre l’Angleterre de la fin du XIXè siècle, le pitch est intéressant mais les avis, loin d’être bons, je me ferai donc ma propre opinion !

La femme qui tuait les hommes, le dernier roman de Eve de Castro, se situe sur deux époques et à deux voix : en 1909 en Russie avec une tueuse et de nos jours avec une vieille dame et un écrivain. Je ressors de cette lecture très partagée car cette lecture fut assez passionnante mais dérangeante aussi, vous pourrez lire mon avis très vite, sans doute dès demain.

Un autre roman historique a rejoint mes étagères : Les derniers jours de l’émerveillement de Graham Moore, qui nous relate la guerre entre Thomas Edison et George Westinghouse que se disputèrent la paternité de l’ampoule. Ce roman me faisait très envie depuis sa parution et lorsque je l’ai trouvé d’occasion, je n’ai pas hésité une seconde !

On passe aux bandes dessinées maintenant avec le quatrième tome des Vieux Fourneaux : La magicienne de Wilfrid Lupano et Paul Cauuet. Comment résister à l’envie de me procurer la suite des aventures de ces papys anars que j’adore ?? Déjà lu, adoré et chroniqué ici.

On change de registre avec une biographie dessinée, celle de Nathalie Lemel, activiste féministe et socialiste du 19è siècle, montée sur les barricades de la Commune, et déportée avec Louise Michel en Nouvelle-Calédonie. Une vie aux services des autres que je vous encourage à découvrir à votre tour grâce à Des graines sur la neige de Roland Michon et Laëtitia Rouxel dont vous pouvez lire mon avis ici.

Place à la jeunesse avec un album maintenant qui me permettra de me familiariser davantage avec l’oeuvre de Jane Austen : Le musée imaginaire de Jane Austen de Fabrice Colin et Nathalie Novi envoyé par les éditions Albin Michel Jeunesse, j’ai hâte de m’y plonger !

Après ma lecture de Une colonne de feu, j’avais très envie de découvrir Ken Follett à travers les romans écrits pour ses enfants. Robert Laffont a eu la gentillesse de m’envoyer les deux parus en français à ce jour : L’appel des étoiles, déjà lu et chroniqué ici et Le mystère du gang masqué. Je dois dire que j’ai trouvé cette première lecture convaincante et la deuxième ne devrait pas traîner dans ma PAL.

Les trois prochains romans me sont parvenus grâce à Albin Michel jeunesse et j’ai vraiment très envie de les découvrir ! On commence par Les extraordinaires tome 1 Les mystères de Londinor de Jennifer Bell, un roman avec de la magie qui j’espère saura me séduire.

En revanche je suis sûre d’aimer L’énigme de la rose écarlate et La cathédrale de la peur, troisième et quatrième volet de la série Sherlock, Lupin et moi. Cet envoi me permet de sortir de ma PAL le second tome qui m’attendait bien sagement, mon Empereur de fils est lui aussi ravi car Sherlock Holmes est son personnage préféré !

Enfin, mon dernier achat a été pour L’agent secret aux pattes de velours de Frauke Scheunemann, le second volet de la série consacrée au chat espion Winston que mon Sami-Chameau et moi-même aimons beaucoup !

Ça ne va pas arranger ma PAL # 62

On se retrouve aujourd’hui, à quelques jours de Noël seulement, pour le dernier book haul de l’année ! Et, comme toujours, le butin est conséquent puisque ce sont pas moins de 20 nouveaux titres qui ont rejoint mes étagères. Peu de services presse en ce dernier mois de l’année et par conséquent, beaucoup d’achats, notamment pour ma PAL spéciale Noël !

Au menu de ce mois de décembre des romances et de la jeunesse principalement avec trois services presse et par conséquent dix-sept achats, heureusement quelques-uns sont d’ores et déjà lus !

On commence par les romans ou recueils achetés pour le Cold Winter challenge et tout d’abord Y aura-t-il trop de neige à Noël ? du collectif TeamRomCom que j’ai déjà lu, ouf ! Des histoires sympathiques et drôles qui ne me laisseront pas un grand souvenir mais qui furent divertissantes.

On poursuit avec une romance dont je n’entends que du bien et qu’il me tarde de commencer : Pas si simple de Lucie Castel, la couverture est trop jolie et j’espère être séduite par le contenu.

Et maintenant, un roman que j’avais repéré l’hiver dernier et que j’ai pu trouver à un prix dérisoire car il est maintenant disponible en poche : Joyeux suicide et bonne année de Sophie de Villenoisy, que je compte bien lire au moment du Nouvel An.

Un court recueil, Le goût de Noël, qui mêle des textes signés Alphonse Allais, Isaac Asimov, Truman Capote, John Cheever, Paul Claudel, Agatha Christie, Roland Dorgelès, Nicolaï Vassilievitch Gogol, Ernst Jünger, Theodor Kröger, Selma Lagerlöf, Thomas Mann, Guy de Maupassant, Armistead Maupin, Henry Murger, Pierre Alexis de Ponson du Terrail, Michel Tremblay… mais qui m’a un peu déçu, je ne vous en dis pas plus, mon avis arrive très vite !

Je retrouverai avec plaisir la plume de Andreï Kourkov avec Surprises de Noël, qui contient trois fables de Noël déjantées.

On poursuit avec un polar historique, premier tome d’une série, qui me tentait depuis longtemps : L’inconnue de Queen’s Gate de Anne Beddingfeld qui met en scène la cuisinière Beth Huntly. C’est ma lecture en cours et pour l’instant j’aime beaucoup !

Toujours au rayon policier mais destiné aux enfants : Fais-moi peur de Malika Ferdjouhk qui m’a été gentiment envoyé par L’école des Loisirs. Un roman très surprenant avec des personnages très attachants, je vous invite à venir lire mon avis dès demain.

On continue dans la jeunesse avec Le noëlosaure de Tom Fletcher que j’ai offert à mon Sami-Chameau pour ses 11 ans début décembre. Il est passionné de dinosaures et la couverture, comme les illustrations internes, sont vraiment très mignonnes. J’ai hâte de me plonger dedans, une fois que mon futur paléontologue l’aura lu !

Toujours de la jeunesse avec Un garçon nommé Noël de Matt Haig, repéré lui aussi l’hiver dernier. J’aime beaucoup les romans qui proposent de nous raconter la naissance du père Noël et je suis très contente d’avoir pu découvrir ce que l’auteure a imaginé cette fois-ci, mon avis arrive très vite.

Et un magnifique album pour les tout-petits : La longue marche des doudous de Claire Clément et Geneviève Godbout pour lequel j’ai eu un coup de cœur. L’histoire et les dessins sont trop beaux pour y résister, si vous avez des petits autour de vous, foncez !!

Maintenant on passe aux livres qui n’ont rien à voir avec Noël et tout d’abord un magnifique ouvrage La fabuleuse histoire des grands magasins de Renée Grimaud, je bavais dessus depuis quelques mois, je me suis dit que je pouvais bien m’octroyer un cadeau de Noël un peu en avance, non ??

Un roman feel-good repéré lui aussi il y a pas mal de temps maintenant : La vie commence à 20h10 de Thomas Raphaël, il a beaucoup de succès sur la blogosphère, j’espère que je serai toute aussi séduite moi aussi.

On poursuit avec une romance couronnée du prix de la meilleure romance de l’année, L’amour à pleines dents de Cali Keys, un roman qui me semble parfait pour le printemps ou l’été.

Une bande dessinée maintenant, une biogaphie retraçant la courte vie d’un peintre que j’aime beaucoup : Gustave Caillebotte Un rupin chez les Rapins de Stéphane Colonnier.

Un polar pour poursuivre qui a pour décor l’ile de Guernesey : La griffe du diable de Lara Dearman et qui m’a été envoyé par les éditions Robert Laffont. Les premiers avis ne sont pas forcément très élogieux mais qu’importe ce titre me tente beaucoup, je me ferai donc ma propre opinion.

Trois classiques maintenant et tout d’abord La poursuite de l’amour de Nancy Mitford, trouvé dans la boite à livres. Une romancière que je n’ai jamais lu, ce sera l’occasion de découvrir sa plume avec ce court roman.

Toujours chez les anglais, une romancière que là non plus je n’ai jamais lu, La ferme de cousine Judith de Stella Gibbons, un titre parfait pour le prochain Mois anglais.

Quelques contes de Hans Christian Andersen, choisis en vue du printemps : L’elfe de la rose. J’espère qu’ils me plairont davantage que La vierge des glaces !

Retour à la jeunesse avec le premier tome de la série de Catherine Cuenca Le mystère de la Tête d’or Le trésor de l’Isle, un roman historique qui a pour cadre le 19è siècle et la ville de Lyon.

Et pour finir, un premier tome là aussi, que j’ai trouvé très réussi : Tom O’Clock le détective du temps Le prisonnier de la Bastille de Sir Steve Stevenson. Un roman qui allie aventures, humour, Histoire de France et voyage dans le temps, idéal pour les 9 / 12 ans !

En avez-vous lu certains ?

Ça ne va pas arranger ma PAL # 61

On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau book haul ! Et oui, comme toujours, ma PAL ne connaît pas la crise et ce sont pas moins de 22 nouveaux titres qui ont rejoint mes étagères. Seuls quatre ont été lus hélas mais le cinquième est en cours, ouf.

Au menu de ce mois de novembre des romans historiques et contemporains, une biographie, de la jeunesse et deux bandes dessinées dont seize services presse ou gains via des concours ou masse critique Babelio et par conséquent six achats et oui je continue à acheter des livres malgré la taille impressionnante de ma PAL !

On commence par les contemporains avec Le sourire des femmes de Nicolas Barreau, récupéré dans une boîte à livres, un roman qui a l’air bien sympathique !

Un roman feel good qui m’a beaucoup plu pour poursuivre : Les coeurs brisés ont la main verte de Abbi Waxman gagné lors d’un concours organisé par les éditions Belfond, qui traite du deuil de très jolie façon, un très bon moment de lecture.

On poursuit avec deux romans envoyés par les éditions Presses de la cité que je n’avais pas sollicité : Nocturne pour Stanislas de Annie Degroote et Les ambitieuses de Stephanie Clifford. Je ne me suis pas penchée sur ces récits, je ne sais donc pas de quoi ils parlent !

Toujours chez Presses de la cité trois romans historiques cette fois-ci et tout d’abord L’autre héritière de Lauren Willig, qui a pour thème la vengeance et pour toile de fond le Londres des années 20. Un roman que j’ai dévoré et que j’ai trouvé bien documenté et passionnant.

Je retrouverai avec plaisir la plume de Françoise Bourdon dans Les chemins de Garance et celle de David Safier dans 28 jours qui traite de la Shoah, un registre bien différent de ses romans humoristiques auxquels il nous avait habitués.

J’ai pu lire dans le cadre des matchs littéraires de PriceMinister le prix Pulitzer : Underground Railroad de Colson Whitehead chez Albin Michel qui m’a laissé une impression mitigée hélas.

Chez Albin Michel toujours, une biographie concernée au fils de la reine Victoria signée Stephen Clarke, Edouard VII un roi anglais made in France, un roi francophile dont je ne sais rien, ce livre tombe donc à pic.

Deux achats maintenant avec L’élégance des veuves de Alice Ferney et Le brouillard tombe sur Deptford de Ann Granger qui me permettra de retrouver Lizzie et Ben dans une nouvelle enquête.

Deux autre polars historiques : Seules les femmes sont éternelles de Frédéric Lenormand chez La Martinière et Maharajah de M.J Carter chez Le Cherche Midi qui est actuellement ma lecture en cours.

Des romans policiers contemporains pour continuer avec deux titres de La bête noire chez Robert Laffont ; Sous son toit de Nicole Neubauer et Le tueur au miroir de Fabio Mitchelli.

Et les deux nouveaux Agatha Raisin chez Albin Michel, A la claire fontaine et Coiffeur pour dames qui me permettront de retrouver les Cotswolds.

Deux bandes dessinées maintenant : Marie-Antoinette la reine fantôme de Annie Goëtzinger et Edouard Manet et Berthe Morisot une passion impressionniste qui retrace l’histoire d’amour entre les deux peintres impressionnistes.

Et pour finir trois romans jeunesse et tout d’abord Miss Charity de Marie-Aude Murail, un grand classique que j’ai hâte de découvrir. On poursuit avec Horizon crash de Scott Westerfeld chez Albin Michel jeunesse. Et enfin un roman historique passionnant qui retrace la jeunesse de Marie Curie et de sa soeur bronia toujours chez Albin Michel jeunesse: Marie et Bronia le pacte des deux soeurs de Natacha Henry.

En avez-vous lu certains ?  

Ça ne va pas arranger ma PAL # 60

 

Quatre semaines se sont déjà écoulées depuis mon précédent book haul, il est donc temps pour moi de vous dévoiler les petits nouveaux de ma PAL, une fois encore très nombreux.

Au menu de ce mois d’octobre des romans, de la jeunesse et une bande dessinée dont douze services presse et par conséquent huit achats et oui je continue à acheter des livres malgré la taille impressionnante de ma PAL !

On commence par les services presses et le plus gros roman reçu ce mois-ci : Une colonne de feu, le dernier roman de Ken Follet envoyé par les éditions Robert Laffont et troisième opus de sa série consacrée à Kingsbridge. Je n’ai lu ni Les piliers de la terre ni Un monde sans fin mais comme ce roman peut se lire indépendamment des autres et j’ai trouvé cette fresque qui court sur cinquante ans absolument passionnante.

Toujours au rayon historique avec Les souffleurs de rêves de Mireille Pluchard chez Presses de la Cité, une saga familiale dans les Cévennes du 17è mettant en scène des souffleurs de verre.

On poursuit avec le premier tome de La galerie des jalousies de Marie-Bernadette Dupuy chez Calmann-Levy qui a pour toile de fond la Vendée des années 20 et les mineurs de fond. C’est ma lecture en cours et pour l’instant elle me plaît beaucoup !

Place à mes achats maintenant avec Toute la lumière que nous ne pouvons voir de Anthony Doerr auréolé du prestigieux prix Pulitzer que j’avais noté dès sa sortie et que j’ai pu trouver d’occasion à un prix dérisoire comme l’ensemble de mes achats.

Vous savez que le sort des poilus m’intéresse beaucoup, j’ai donc jeté mon dévolu sur La danse des vivants de Antoine Rault, repéré là aussi dès sa parution et qu’il me tarde de lire.

Un essai maintenant consacré au féminisme et aux salons du XVIIIè : Ces dames au salon de Anne-Marie Lugan Dardigna qui promet d’être passionnant, en tout cas je l’espère car c’est une thématique qui me passionne.

Un roman contemporain maintenant avec Comment Thomas Leclerc 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l’Eclair et a sauvé le monde.. de Paul Vecco, repéré lui aussi dès sa parution. Vous savez que l’autisme est un sujet qui m’intéresse beaucoup, j’espère que ce roman sera à la hauteur de mes attentes.

Enfin un classique : L’île mystérieuse de Jules Verne. C’est un auteur dont j’aimerai poursuivre la découverte si possible avec mes garçons qui sont également curieux de lire ce titre.

Place aux polars et on commence par les trois romans reçus des éditions Presse de la cité : Les collèges fantômes de Jean d’Aillon, le 17è opus des aventures de Louis Fronsac que j’ai beaucoup aimé. Un roman sans temps mort bien écrit et formidablement documenté qui m’a donné très envie de lire les autres volumes de cette série.

On poursuit avec On la trouvait jolie de Michel Bussi chez Presses de la cité toujours. Chaque parution de cet auteur est un petit évènement et ayant beaucoup aimé ses deux précédents ouvrages, j’espère être une fois de plus conquise !

Un polar canadien maintenant : Le couple d’à côté de Shari Lapena chez Presses de la cité également. Le synopsis rappelle Derrière la haine de Barbara Abel et les avis sont très tranchés, souvent plutôt négatifs, je me ferai donc ma propre opinion.

Des éditions Belfond, j’ai eu le plaisir de recevoir Le dernier hyver de Fabrice Papillon, un roman qui mêle plusieurs époques depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Il m’intrigue beaucoup et j’ai hâte de me plonger dedans.

Mes deux achats maintenant qui sont deux polars historiques. Tout d’abord De mal à personne de Odile Bouhier, le second opus de sa série consacrée au commissaire Kolvert et qui se déroule juste après la première guerre mondiale.

Et Un crocodile sur un banc de sable de Elizabeth Peters mettant en scène l’archéologue Amelia Peabody au cœur de la vallée du Nil, une série dont j’ai entendu beaucoup de bien.

On continue avec une bande dessinée reçue des éditions Rue de Sèvres, la dernière de Jirô Taniguchi, décédé cet hiver : La forêt millénaire.

Place à la jeunesse maintenant avec La noirceur des couleurs de Marco Blasco chez L’école des loisirs, un roman pour les 14 ans et plus à la fois singulier et addictif, un joli moment de lecture.

Toujours chez L’école des Loisirs : Calpurnia de Jacqueline Kelly, un roman qui m’a été plus d’une fois conseillé et qui a l’air très intéressant.

J’ai également reçu le troisième opus de la série de Frigiel et Fluffy : La forêt de Varogg chez Slalom. Mes garçons sont passionnés par cette saga et sont en cours de lecture, pour l’aîné le deuxième tome et pour le cadet ce tome-ci, je suis curieuse de la découvrir à mon tour.

Des éditions Flammarion jeunesse, j’ai eu le plaisir de recevoir Jack et le bureau secret de James R. Hannibal. La couverture est superbe et là aussi les avis sont autant positifs que négatifs, je me ferai donc ma propre opinion.

Enfin mon Sami-Chameau et moi-même avons craqué sur Kenny et le dragon de Tony Di Terlizzi qui raconte l’amitié d’un lapin et d’un dragon dans une édition old school tout à fait charmante.

En avez-vous lu certains ?