Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Littérature américaine’ Category

« Il aura suffi d’un coup de fil et d’un malentendu pour que Willa Drake devienne la grand-mère d’une petite fille de neuf ans qu’elle n’a jamais vu. Avec humour et tendresse, Anne Tyler nous rappelle qu’il n’est jamais trop tard pour choisir sa vie. »

A soixante et un ans ans, Willa Drake mène une existence réglée comme du papier à musique en Arizona. Jusqu’à ce qu’un coup de fil venu de l’autre bout du pays lui apprenne que Denise, la compagne de son fils aîné Sean, a pris une balle perdue devant sa maison de Baltimore.

Callie, la voisine de Denise, l’assure, Cheryl, sa petite-fille, a besoin d’elle de toute urgence ! Willa n’a pas le temps d’en placer une et surtout pas de prévenir Callie que Cheryl n’est pas sa petite-fille.

Mais comme elle n’a rien de mieux à faire et qu’elle rêve de devenir grand-mère, Willa décide de prendre en charge la fillette. Son mari, Peter, un avocat à la retraite qui a bien du mal à raccrocher, l’accompagne…

Avec La danse du temps, Anne Tyler nous propose de retracer la vie de Willa, depuis son enfance entre une mère désaxée et un père trop gentil jusqu’à ses soixante et un ans.

En quelques dates, l’auteure revient sur les évènements marquants dans la vie de son héroïne en s’arrêtant longuement sur cet épisode de Baltimore qui arrive à la moitié du roman.

Je dois dire que si cette lecture fut agréable, elle ne sera pas marquante. Il ne se passe pas grand chose dans la vie de Willa, une héroïne falote, qui laisse les autres décider de sa vie, qui s’excuse presque d’être là.

Sa mère ne s’est pas montrée très maternelle ni gentille envers elle, son premier mari Derek lui a fait arrêter ses études, le second l’appelle Fillette, quant à ses deux fils, ses relations avec eux sont quasi inexistantes.

Willa est en fait transparente, traumatisée par son enfance, coincée entre une mère instable et un père trop accommodant avec son épouse, ce qui l’a incité à choisir un homme stable et sécurisant pour l’accompagner dans sa vie de femme.

Et si Willa peut paraître insipide, je l’ai trouvé pour ma part touchante dans son amour et son intérêt pour les siens, au point de s’effacer, de ne pas écouter ses envies et de ne pas recevoir beaucoup des autres en retour.

Touchante aussi dans sa tolérance, son acceptation des autres quelqu’ils soient, dans son rôle de grand-mère d’adoption pour la petite Cheryl, une enfant particulièrement mûre pour son âge, qui va d’embler éprouver beaucoup d’affection pour elle.

Son séjour à Baltimore va lui permettre de trouver enfin sa place, de se sentir importante, indispensable même, de nouer des liens avec tous les voisins de Denise dans cette banlieue résidentielle middle class.

Dans ce roman d’ambiance, les dialogues sont ciselés, l’humour très présent, l’écriture de Anne Tyler, belle, l’histoire est toute simple mais elle nous fait passer un bon moment. Ne vous attendez toutefois pas à des rebondissements, des secrets de famille… vous seriez déçu(e)s.

Merci aux éditions Phébus et à Babelio pour cette lecture !

Read Full Post »

Marwan, mon cher enfant, je contemple ton profil éclairé par la lune, tes cils que l’on dirait calligraphiés, tes paupières closes dans ton sommeil innocent. Et je te dis : « Donne-moi la main. Tout ira bien. »

Sur une plage éclairée par la lune, un père syrien berce son fils endormi en attendant l’aube et l’arrivée d’un bateau. Il parle à son enfant des longs étés de son enfance, de la ville de Homs animée alors avec ses ruelles bondées, sa mosquée, son église et son grand souk.

Maintenant que le ciel crache des bombes, les obligeant à fuir une cité autrefois paradis terreste, il veut que son fils imagine la beauté de cette ville dont il ne reste désormais que des ruines…

Dans ce très beau livre brillamment illustré par l’artiste londonien Dan Williams, Khaled Hosseini rend hommage aux centaines de milliers de réfugiés qui prennent la mer au péril de leur vie pour fuir la guerre et les persécutions.

L’auteur d’origine afghane, par ailleurs l’un des auteurs les plus lus au monde, est ambassadeur de bonne volonté du HCR, le Haut Commissariat des Nations Unis pour les Réfugiés, et a également créé sa propre fondation qui porte son nom.

Cette organisation à but non lucratif fournit une aide humanitaire au peuple afghan. Ce n’est donc pas une surprise si il nous propose ce texte afin de nous sensibiliser au sort tragique des réfugiés, contraints de fuir leurs terres natales, pour l’Europe, qui apparaît tel un eldorado, mais qui finit par les refouler.

Une prière à la mer a été inspiré par l’histoire d’Alan Kurdi, le petit réfugié syrien de trois ans mort noyé en Méditerranée, en tentant de gagner l’Europe en septembre 2015. Un drame qui ému le monde entier. Malheureusement, au cours de l’année suivante, 4176 autres personnes ont péri ou ont été portées disparues en tentant un voyage similaire.

Ce court texte est dédié aux milliers de réfugiés morts en mer en fuyant la guerre et les persécutions est très émouvant bien sûr, il a pour but de sensibiliser les lecteurs mais aussi apporter une aide concrète aux réfugiés car pour chaque livre vendu, Albin Michel s’est engagé à faire un don de 1€ à La Cimade, une association qui aide les migrants, réfugiés et déplacés, demandeurs d’asile et étrangers en situation irrégulière en France.

Les aquarelles de Dan Williams, tantôt douces, tantôt violentes, servent merveilleusement bien les mots simples mais poignants de Khaled Hosseini, un texte sans fioritures qui prend l’apparence au témoignage et qui nous interpelle forcément.

Une lecture que je vous recommande pour son message et pour son objet livre car le travail de Dan Williams est de toute beauté.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Frances Marion a tout quitté pour suivre sa vocation : écrire des histoires pour un nouvel art, qui consiste à projeter des images en mouvement sur un écran. Mary Pickord est une actrice dont les boucles blondes et la grâce juvénile lui valent déjà le surnom de « La petite fiancée de l’Amérique ». Toutes deux vont nouer une amitié hors norme et participer à cette révolution qu’est la naissance du cinéma. Mais, dans un monde dominé par les hommes, on voit d’un mauvais oeil l’ambition et l’indépendance de ces deux femmes…

Après Les Cygnes de la Cinquième Avenue qui connut un grand succès, Melanie Benjamin troque les années 50 pour les années 10 et 20 et quitte New York pour Los Angeles. La romancière restitue formidablement bien l’atmosphère des premiers studios de cinéma dans Hollywood Boulevard, l’amateurisme et l’effervescence qui y régnait.

Plongée au coeur de l’industrie naissante du septième art, ce roman retrace le destin de deux grandes figures oubliées du cinéma : Mary Pickford et Frances Marion. Mary Pickford fut la première star de cinéma, surnommée la petite fiancée de l’Amérique d’avant et d’après la première guerre mondiale, bien connue pour ses boucles blondes, son allure enfantine et sage. Frances Marion, bien qu’ayant joué dans quelques films entre 1914 et 1916, fut une scénariste de premier plan et la première femme scénariste à avoir reçu un Oscar en 1932 pour le film Le champion.

Avec talent, Melanie Benjamin nous dévoile ces deux personnalités et trajectoires très différentes, nous fait pénétrer au cœur de cette industrie naissance, nous fait assister aux tournages et montages de ces films, nous familiarise avec le début du star système et fait avant tout la part belle aux femmes.

Car si elle s’attache avant tout à nous faire connaître ses deux héroïnes, elle ne nous passe pas sous silence celles qui ont connu la gloire au temps du cinéma muet avant de sombrer dans l’oubli dès l’avènement du parlant.

Et à travers toutes ces femmes, on se rend compte de la précarité, des drames et des injustices auxquelles elles étaient confrontées, à la merci des réalisateurs et des grands manitous des studios, éléments interchangeables de leurs films.

La première à avoir révolutionné le cinéma fut Mary Pickford. Née Gladys Smith, elle travaille dès l’âge de 5 ans au sein de troupes de théâtre de troisième classe sillonnant le pays avant de se tourner vers le cinéma qui payait bien mieux. Elle avait à charge ses frères et sœurs, Lottie et Jack (qui deviendront acteurs aussi) et sa mère Charlotte avec qui elle avait une relation fusionnelle.

Sa grande beauté va faire d’elle la fille Biograph (du nom du studio) que les spectateurs réclamaient sans connaître son nom puisqu’elle n’était pas créditée, ce qui va vite changer en raison de sa popularité.

De 1909 à 1933, elle va être la star de 52 longs-métrages et va devenir l’actrice la mieux payée au monde (10 000 $ par semaine) puis la première femme productrice et distributrice, fondant United Artists avec D. W. Griffith, Charlie Chaplin et Douglas Fairbanks qui va devenir son époux.

En 1914, elle va faire la connaissance de Frances Marion qui va écrire les scénarios de ses plus grands succès en jouant aussi bien des enfants (Pauvre petite fille riche, Le Petit Lord Fauntleroy…) que des jeunes femmes (Le signal de l’amour, Pollyanna…).

L’avènement du parlant et l’arrivée d’un aréopage de jeunes actrices modernes alors qu’elle continue d’arborer une coiffure et des robes victoriennes la poussent vers la sortie mais elle continuera à produire et à distribuer des films pendant deux décennies encore.

Roman à deux voix, on suit parallèlement de 1914 au début des années 30, le parcours de ces deux femmes, leur amitié et leurs trajectoires qui vont finir par se séparer : Pickord déclinant inexorablement victime de son alcoolisme et de son image tandis que Frances va signer ses plus grands succès avec le parlant.

Au-delà de ces portraits de femmes, j’ai appris une foule de choses sur la naissance du cinéma : comment les studios refusaient de créditer leurs acteurs aux génériques de leurs films afin de les sous-payer et de les jeter après usage, comment se faisait le montage (avec une paire de ciseaux et de la colle), comment se tournaient les films…

Autour de ce duo féminin gravite très vite le gratin d’Hollywood, Chaplin, Douglas Fairbanks, Griffith et Mayer constituant, entre autres, les personnages masculins avec lesquels elle vont faire du cinéma une activité essentielle et lucrative.

Ce roman très bien documenté est féministe car il montre le machisme systématique des hommes (magnats des studios comme réalisateurs) qui ne voient pas d’un bon œil des femmes occuper des postes de responsabilité.

Il faudra beaucoup de courage et de caractère à Mary et Frances pour s’imposer dans cette industrie naissante. La romancière ne nous cache rien des promotions canapé (Wenstein n’a rien inventé), de l’homosexualité féminine et masculine des acteurs et actrices qu’on prend bien soin de garder secrets, des grossesses passées sous silence, des idylles arrangées pour promouvoir efficacement les films, etc.

Vous l’aurez compris Hollywood Boulevard a de nombreux atouts et je ne peux que vous inviter à le découvrir à votre tour.

Merci aux éditions Albin Michel pour cette lecture.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Zoey est la soeur de Dalton et la meilleure amie d’Adrian, à qui sa tante Vic voudrait bien la voir mariée. À trente ans à peine, elle a monté sa propre entreprise de traiteur avec son assistante, devenue amie, Sally, qui aime bien Dalton.
Elle n’écoute jamais les conseils de Fran, sa mère, ou de Nana, sa grand-mère adorée, car elle préfère se confier le soir à son chat, Sushi. Sinon, la vie de Zoey
n’est pas compliquée. Encore moins quand elle rencontre Matthew Ziegler, le critique gastronomique le plus influent de New York, un type parfaitement imbuvable qui semble bien décidé à mettre sa cuisine à l’épreuve, jusque dans les moindres détails…

Zoey est une new-yorkaise d’une trentaine d’années à qui sa grand-mère Nana a donné le virus de la cuisine. A la tête de sa petite entreprise de traiteur qui connaît un joli succès, elle est secondée très efficacement par Sally qui est devenue son amie, et qui voudrait bien que sa patronne investisse un peu plus dans la communication.

Célibataire depuis que Spencer l’a quitté pour son ennemie jurée, elle s’est plongée dans le travail même si elle toujours partante pour faire la fête avec son frère Dalton, fraîchement diplômé en droit, son meilleur ami Adrian, pianiste, et Sally.

A l’occasion de la fête en l’honneur de l’anniversaire de mariage de ses parents, Zoey qui y officie en tant que traiteur, fait la connaissance de Matthew Ziegler, le critique gastronomique le plus influent de la grosse pomme avec qui elle a une altercation. Ce qui ne rebute pas le fin gastronome qui lui propose de faire plus ample connaissance…

Voilà bien longtemps que j’avais pas lu de Chick lit et je dois dire que cette comédie cent pour cent new-yorkaise, bien enlevée et pétillante, m’a bien divertie, remplissant ainsi parfaitement son rôle.

Elie Grimes nous propose avec Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent un chassé-croisé amoureux très actuel, avec des dialogues vifs et souvent drôles, rythmé par de nombreux rebondissements et porté par une héroïne au caractère volcanique.

Au-delà de la romance, le récit met en lumière l’amitié que se porte entre eux les différents protagonistes de l’histoire qui gravitent autour de Zoey et notamment son meilleur ami en ec qui sa grande-tante Vic voit un potentiel mari !

Les liens familiaux jouent aussi un rôle majeur, que ce soit entre Zoey et Dalton, Zoey et sa grand-mère avec qui elle est très complice, ou avec ses parents. Zoey, qui vient d’une famille traditionnelle, se sent plus proche de Nana que de sa propre mère très conventionnelle et pour qui les apparences sont importantes, leurs relations sont tendues, chacune restant campée sur ses positions.

Comme dans toute romance, il y a des situations cocasses, des scènes torrides entre Zoey et Matthew et un dénouement attendu même si l’autrice nous ménage quelques surprises. C’est frais, agréable et rempli d’humour. Les personnages sont crédibles et on peut facilement s’identifier et s’attacher à eux.

J’ai bien aimé aussi le contexte new-yorkais : les sorties le soir, le banquet à l’Ambassade, les petites échoppes de quartier…

Alors certes, le roman ne sort pas des sentiers battus et n’est en rien exceptionnel, mais il se révèle vraiment sympathique à lire et j’ai passé un bon moment avec Zoey et tous les autres et ma fois, c’est juste ce qu’on demande à de la chick lit !

Si vous recherchez un roman léger, frais, plein d’humour avec le dépaysement américain en plus, je ne peux que vous inciter à découvrir à votre tour Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent !

Read Full Post »

Dans l’État du Kentucky, au XIXᵉ siècle. Mr Shelby est un riche propriétaire terrien. Chez lui, les esclaves sont traités avec bonté. Cependant, à la suite de mauvaises affaires, il se voit obligé de vendre le meilleur et le plus fidèle d’entre eux, le vieux Tom. Tom, qui s’est résigné à quitter sa famille, rencontre la jeune et sensible Évangeline Saint-Clare, qui incite son père à l’acheter. Un intermède heureux dans sa vie, mais qui sera de courte durée car il va être vendu une nouvelle fois…

Etat du Kentuky, milieu du XIXè siècle. Tom est un esclave noir très pieux au caractère généreux, Elisa, une jeune mulâtresse, mère d’un petit Harry. Leurs maîtres, Mr et Mme Shelby, sont des gens bienveillants, qui traitent leurs esclaves avec humanité.

Mais suite à des mauvais placements, Mr Shelby se décide à vendre Tom et le petit Harry contre l’avis de Mrs Shelby qui refuse de les séparer de leurs familles.

Tom accepte son sort : il est racheté par Mr Saint-Claire, un aristocrate du sud, qui se montre lui aussi bienveillant envers ses esclaves même si il refuse de les affranchir.

Elisa, elle, refuse de se voir enlever son fils et fuit avec lui vers le Canada…

La case de l’oncle Tom fait partie de ces classiques qui ont tendance à croupir dans ma PAL. Véritable plaidoyer contre l’esclavage, ce roman écrit par Harriet Beecher-Stowe est publié en 1852, dix ans avant la guerre de Sécession.

Il a connu un véritable retentissement dans le monde entier et sera le roman le plus vendu au 19è aux Etats-Unis. Abraham Lincoln présentait son auteure comme celle qui avait mis le feu aux poudres entre le nord et le sud, poussant les anti et pro esclavagistes à se faire la guerre.

Harriet Beecher-Stowe était une abolitionniste convaincue et elle va plaider sans relâche la cause des noirs. Dans ce roman, elle met en scène l’oncle Tom, un esclave noir patient et tolérant autour duquel se déroulent les histoires d’autres personnages, aussi bien esclaves que maîtres blancs.

Ce personnage est la perfection incarnée, il a en lui à la fois la sagesse et la bonté et une sacrée foi chevillée au corps. Il est beaucoup question de religion tout au long du récit, cela peut rebuter certains lecteurs, ce qui ne fut pas mon cas même si j’avoue qu’un peu moins de considérations généreuses n’aurait pas nui non plus mais il ne faut pas oublier l’époque à laquelle ce roman a été écrit ni que son auteure était fille et femme de pasteur.

C’est d’ailleurs grâce aux communautés religieuses que la lutte contre l’esclavage s’est construite et notamment que l’underground railroad est né, ce fameux chemin de fer sous-terrain qui aidait les esclaves en fuite à gagner le Canada où l’esclavage avait été aboli !

La case de l’oncle Tom est un roman sentimental qui dépeint la réalité de l’esclavage tout en montrant également que si il est condamnable, tous les maîtres n’étaient pas des tortionnaires et que certains pouvaient traiter leurs esclaves avec une certaine bonté.

Son auteure veut aussi montrer à travers le personnage de Tom que l’amour chrétien peut surmonter une épreuve aussi destructrice que l’esclavage d’êtres humains.

Le roman contribua aussi à la création de nombreux stéréotypes concernant les Noirs, dont beaucoup persistent encore aujourd’hui : par exemple l’oncle Tom, serviteur dévoué et endurant, fidèle à son maître ou sa maîtresse blancs.

Un roman important d’un point de vue historique mais qui a eu moins d’impact sur moi que La colline aux esclaves, véritablement bouleversant. Ma Belette qui m’a accompagnée est sur la même longueur d’ondes, vous pouvez retrouver son avis ici.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Edward Stanton, trente-neuf ans, vit seul dans une petite ville tranquille du Montana. Atteint du syndrome d’Asperger et de trouble obsessionnel compulsif, il suit une routine méticuleusement établie : tous les matins, il note l’heure à laquelle il se réveille (7 h 38), refuse de commencer sa séance de thérapie avant l’heure exacte du rendez-vous (10 heures) et, le soir (à 22 heures), il regarde un épisode de Dragnet, série policière des années soixante.
Lorsqu’une mère et son fils de neuf ans emménagent en face de chez lui, le quotidien bien réglé d’Edward est bouleversé. En l’espace de 600 heures, il s’ouvre à ses nouveaux voisins et tente de se réconcilier avec son père. Découvrant les joies et les peines de l’amitié, Edward devra décider : est-il prêt à quitter sa vie solitaire pour embrasser le monde ?

Edward a 39 ans et vit à Billings dans le Montana. Atteint du syndrome d’Asperger, il souffre de T.O.C et ses journées sont rythmées par une routine qui ne varie jamais : réveil à 7h38, mise à jour de ses données personnelles et de la météo du jour, des menus journaliers indéboulonnables faits de spaghettis et de plats surgelés, et visionnage d’un épisode de sa série préférée à 22 heures.

Sa petite vie bien huilée est bouleversée lorsque Donna emménage en face de sa maison avec son fils Kyle âgé de 9 ans. Au fil des 600 heures qu’ils vont passer ensemble, Edward qui n’a jamais pu nouer aucune relation sociale, va peu à peu mettre une croix sur son emploi du temps rigide et renoncer à sa solitude…

Vous le savez si vous êtes fidèles à ce blog, l’autisme est un sujet qui me touche et m’intéresse beaucoup, c’est pour cette raison que 600 heures dans la vie extraordinaire d’Edward Stanton a atterri dans ma pile à lire et n’a pas eu le temps d’y croupir puisque je l’ai attaqué le lendemain de son achat, chose qui m’arrive de plus en plus rarement vus tous les livres qui attendent bien sagement leur tour sur mes étagères.

Et je ne regrette absolument pas d’avoir craqué sur le premier roman de Craig Lancaster que j’ai dévoré en deux après-midis tant il m’a plu. C’est un roman profondément humain, aussi drôle qu’émouvant, que je vous recommande si le sujet vous intéresse car le syndrome d’Asperger et les troubles obsessionnels compulsifs sont très bien traités ici.

Edward est un héros très attachant et d‘une très grande honnêteté, il n’aime ni les suppositions ni les incertitudes et a besoin d’un routine rassurante pour affronter ses journées.

J’ai beaucoup aimé suivre son évolution, le voir s’ouvrir peu à peu aux autres, se métamorphoser au point de changer ses rituels même si il se heurte à l’incompréhension des autres, autres qu’il ne comprend pas non plus d’ailleurs.

Avant sa rencontre avec Donna, ses seuls échanges étaient ceux avec sa psy, une personne d’un pragmatisme éclairé comme il la définit lui-même, et avec son père, avec qui il a des relations très tendues, au point que son père préfère passer par l’entremise de son avocat pour lui parler !

Lui qui ne travaille pas, n’a pas de hobbies, ne pratique aucun sport, et préfère passer aux caisses automatiques du supermarché afin de n’être pas obligé de faire la conversation à quiconque, lui qui n’a aucune interaction sociale avant sa rencontre avec Donna, va forcer sa nature, fendre l’armure et accepter de faire entrer des personnes dans sa vie.

Craig Lancaster montre bien les difficultés d’Edward à garder un travail, tisser un relationnel amical ou amoureux à cause de la méconnaissance de sa particularité, de sa franchise brute de décoffrage, on mesure bien à cette lecture combien il est difficile de se faire accepter lorsqu’on n’est pas dans la norme et que l’on ne comprend pas les règles sociales.

Un roman sensible et drôle, bien écrit, qui est une ode à la différence et un appel à la tolérance envers celles et ceux qui sont encore trop souvent victimes d’incompréhension, de moqueries voire de harcèlement que sont les autistes.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé 600 heures dans la vie extraordinaire d’Edward Stanton et je vous le recommande vivement si ce sujet vous touche ou vous intéresse !

Read Full Post »

1921. Tom, originaire de Chicago, travaille à l’ossuaire de Verdun. Un jour, il rencontre Sarah, Américaine partie sur les traces de son mari porté disparu. Dans cette petite ville défigurée par l’horreur, les deux déracinés vont vivre la passion la plus forte : celle qui s’épanouit dans l’ombre d’un absent. Des mois plus tard, Tom et Sarah se retrouvent devant un hôpital psychiatrique de Bologne, où un soldat amnésique donne espoir à bon nombre d’endeuillés. Dans l’Italie sous tension, Tom et Sarah font la connaissance de Paul, journaliste autrichien que le cas de l’amnésique intéresse aussi. Chacun d’eux a un secret. 
1950. À Santa Monica, Tom, devenu scénariste, mène une existence paisible mais morne. Lors d’une soirée à Los Angeles, il recroise Paul. Les souvenirs remontent, fulgurants, et brisent avec eux tous les mensonges passés.

1921, Tom est un ancien ambulancier de guerre et travaille désormais à l’ossuaire de Verdun. Un jour, il reçoit en rendez-vous une américaine, Sarah, partie à la recherche de son mari porté disparu.

Tom pense que l’homme est mort mais afin de réconforter sa veuve, il lui confie qu’il a connu le disparu. Cette confession ranime la flamme de l’espoir chez Sarah avec qui il a bientôt une liaison.

Quelques mois plus tard, ils se retrouvent à Bologne, dans un hôpital psychiatrique. Tom, devenu journaliste entre temps, est là pour rencontrer Mr Fairbanks, un amnésique de guerre.

Sarah est persuadé qu’il est en fait son mari tandis que Paul, un journaliste autrichien avec qui ils lient connaissance, croit qu’il s’agit d’un autre homme…

Sur le papier Dans les bras de Verdun avait tout pour me plaire. J’aime beaucoup lire des romans qui se passent pendant ou juste après la première guerre mondiale. Les thèmes de celui-ci : le mensonge, l’amnésie et les traumatismes des tranchées sur les poilus sont bien traités et ne sont pas sans rappeler la pièce de théâtre de Jean Anouilh, Le voyageur sans bagages, pièce que j’avais beaucoup aimé.

Nick Dybek, qui signe ici son second roman, met aussi l’accent sur le traumatisme des familles, désarmées face aux réponses de l’armée, sans sépulture pour enterrer leurs morts, qui battent les cimetières à la recherche des leurs, espérant que leur fils, leur frère ou leur mari soit encore vivant quelque part.

L’auteur s’inspire de faits réels pour bâtir son intrigue, il y eut plusieurs amnésiques dans les différents pays en guerre, réclamés par différentes familles comme étant l’un des leurs. Tout cet aspect est vraiment intéressant et comme je le disais plus haut bien traité par l’auteur.

Là où le bat blesse pour moi c’est le rythme très lent du récit qui fait des va-et-vient entre la guerre en elle-même, l’année 1951 et celle de 1921. Et surtout les personnages auxquels je n’ai su m’attacher à aucun moment de ma lecture. Tout est froid, clinique, distant.

L’histoire d’amour entre Tom et Sarah ne m’a pas intéressé et j’aurai préféré que l’auteur se cantonne à la guerre en elle-même, le courage des soldats et l’après-guerre et à cette année 1921 car pour moi les passages en 1951 n’apportent absolument rien au récit et sont réellement sans intérêt.

Un roman qui se révèle passionnant par son volet historique mais ennuyeux quant à son intrigue en elle-même, un récit qui manque de fluidité et de dynamisme, qui aurait gagné à aborder moins de sujets et à faire l’impasse sur l’histoire d’amour, plutôt sans intérêt finalement.

Un grand merci à Anne et aux éditions Presses de la cité pour leur confiance.

Read Full Post »

Older Posts »