Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Littérature suisse’ Category

Alex Capus est né en Normandie en 1961, d’un père français et d’une mère suisse. Il vit jusqu’à l’âge de cinq ans à Paris, puis part s’installer en Suisse avec sa mère. À Bâle, il étudie la philosophie, l’histoire et l’ethnologie. Alex Capus est l’auteur de romans, nouvelles, romans historiques. Traduite dans de nombreuses langues, son œuvre a été récompensée par le grand prix de Pro Helvetia.

16 avril 1986, le jour des obsèques du grand-père, la famille est en train d’attendre le prêtre dans la cathédrale Notre-Dame de Paris lorsqu’une petite dame énergique s’approche du cercueil, pose un baiser d’adieu sur le front du défunt et, souriant malicieusement en direction de l’assistance, actionne une vieille sonnette de vélo.

Dans les premières rangées, on chuchote. S’agit-il de la fameuse Louise Janvier, le grand amour du grand-père Léon ?

Ils n’avaient pas vingt ans lors de leur rencontre dans un petit village normand vers la fin de la première guerre mondiale. Bientôt séparés par les hasards de l’Histoire et les vents contraires du destin, les deux jeunes gens ne s’oublieront jamais, quelle que soit l’époque traversée, la Première guerre en Normandie, l’entre-deux-guerres à Paris, l’Occupation…

En explorant la vie secrète de son propre grand-père sur plus de quarante ans, Alex Capus, signe avec Léon et Louise, le roman d’un amour plus fort que le tourbillon de la vie et les aléas de l’Histoire.

Léon et Louise n'ont pas vingt ans lorsqu'ils se rencontrent en 1918, dans le petit village de Saint-Luc-sur-Oise. Séparés par un bombardement, les amoureux passeront toute leur vie à se recroiser et à se suivre de loin pour ne pas détruire la famille que Léon aura construite avec Yvonne, persuadé que Louise n’était plus de ce monde.

A travers Léon et Louise, l’auteur nous replonge dans l’Histoire de France de la première moitié du XXè siècle : la Normandie à la fin de la Première Guerre Mondiale, l’entre-deux-guerres, Paris sous l’Occupation, la tentative du préfet de police pour cacher les archives relatives à l’immigration, l’opération de sauvetage de l’or de la République…

Léon et Louise sont deux personnes touchantes dans l'amour indéfectible qu'ils se portent, et la droiture qui les empêchera de briser d'autres vies pour faire la leur ensemble.

Si la guerre les a séparés, Léon et Louise s’aimeront toute leur vie mais parviendront à être heureux l'un sans l'autre, acceptant le sort qui leur est échu sans jamais s'appesantir sur leurs états d'âme.

Pour autant, si ce roman est charmant et bien écrit, l’histoire romantique, je ressors de cette lecture un peu déçue.

J’ai beaucoup aimé la première partie du roman : la rencontre de Léon et Louise, leur quotidien pendant la première guerre mondiale jusqu'à leurs retrouvailles dues au hasard dix ans plus tard à Paris.

La vie à Paris sous l’Occupation m’a aussi intéressée même si elle n’est pas aussi exploitée que je l’aurai souhaité. En revanche, la vie de Louise en Afrique à la même époque m’a ennuyée et j’ai fini par passer les passages qui la concernaient. Autre bémol également : la vie conjugale de Léon et Louise qui m’a très vite lassée.

Un avis en demi teinte pour moi avec une première moitié de roman qui m’a captivée, et vous l’aurez compris, une seconde moitié qui ne m’a pas beaucoup emballée.

Read Full Post »