Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Romans policiers et thrillers’ Category

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois

Après avoir travaillé comme infirmière et secrétaire, Lesley Kara devient professeure puis directrice dans l’enseignement supérieur. Elle vit dans l’Essex, sur la côte nord. La Rumeur, son premier roman, s’est déjà vendu à 300 000 exemplaires au Royaume-Uni.


Après une quinzaine d’années passées à Londres, Joanna est de retour dans sa ville natale. Son fils Alfie était harcelé dans son ancienne école et la jeune mère n’a qu’une idée en tête : qu’il s’intègre au mieux.

Afin de devenir amies avec les autres mamans, Joanna tente de s’intégrer dans les conversions et ne pense pas à mal en répétant, lors de son club de lecture, la rumeur entendue devant les grilles de l’école : Sally McGowan, accusée dans les années 1960 d’avoir poignardé un petit garçon alors qu’elle n’avait que dix ans, serait revenue habiter dans la ville de Flinstead sous une autre identité.

Mais ces quelques mots enflamment la tranquille station balnéaire et ravivent le traumatisme laissé par ce meurtre épouvantable. Pour enrayer cette machine infernale, Joanna ne voit qu’une solution : enquêter pour découvrir la vérité. Mais le danger est déjà si proche…

Avec La rumeur, Lesley Kara s’empare du phénomène de la rumeur : un simple sujet de conversation pour l’héroïne de ce thriller psychologique qui souhaite simplement s’intégrer aux autres mamans et devenir l’une des leurs, va faire vaciller la vie de Joanna et de son petit garçon qui vont devenir la cible de l’ancienne enfant tueuse qui a scandalisé l’Angleterre toute entière dans les années 60.

Et je dois dire que Lesley Kara a réussi son pari en dépit d’un début poussif, j’ai été tenue en haleine jusqu’à la dernière page par ce roman glaçant où règnent paranoïa, suspicion et accusations. C’est bien simple avec ma copinette Belette dont vous pouvez lire l’avis ici, nous avons suspecté à peu près tout le monde.

Elle est malgré tout bien meilleure enquêtrice que moi, car elle a deviné l’identité de Sally alors que moi, pas du tout, j’en suis restée comme deux ronds de flan !

Bien que le rythme soit lent, j’ai apprécié l’atmosphère de cette petite ville balnéaire, lointaine banlieue de Londres, sur fond de morosité économique liée au brexit. Peu à peu, l’angoisse monte, le drame s’installe, la suspicion règne en maître : Joanna ne sait plus qui croire et en qui elle peut avoir confiance.

Réalité ou paranoïa ? Le récit devient peu à peu suffoquant, par petites touches, un échange de regards, un mensonge, ou encore une conversation anodine cache-t-elle un lourd secret ou une inquiétante vérité ?

Le charme immuable de ces petites villes balnéaires et leurs cottages, l’accueil chaleureux des nouveaux arrivants, l’esprit communautaire, l’entraide… tout ici va être mis à mal. Une innocente est vite prise à partie, les réseaux sociaux jettent de l’huile sur le feu avec en point d’orgue une question : la réinsertion d’un tel monstre est-elle possible ? Le mérite-t-elle alors qu’un petit garçon a perdu la vie ?

Il est très facile de s’identifier à Joanna, une maman solo lambda qui tente de trouver des solutions à ses problèmes, et affronte les conséquences tragiques de sa maladresse, qui vont bien vite lui échapper et faire dérailler son quotidien.

Une histoire intéressante et bien menée, avec une angoisse qui monte crescendo et une dernière phrase qui nous laisse K.O debout. Un thriller psychologique vraiment bien fichu que je conseille aux amateurs du genre.

Un grand merci aux éditions Les escales pour cette lecture terriblement addictive !

Read Full Post »

Anne Mahé est professeure d’histoire-géographie, diplômée en histoire de l’université du Texas à Dallas. Aux Éditions L’Harmattan, elle a publié trois romans historiques : Le serment de Thermidor (2017), dont Le mystère de l’auberge des Cygnes est la suite, Beurre salé (2018) et L’étoile boréale (2019).

À Paris, le 3 vendémiaire an IV (25 septembre 1795), quatre hommes ont été empoisonnés à l’auberge des cygnes. Accompagné de son fidèle Bertin, le commissaire Nérac est chargé de l’enquête. Tout désigne le citoyen Pasquier, ce qui semble un peu trop facile pour Nérac.

Cependant, il voit avec angoisse ressurgir le passé de la petite orpheline, Jeanne, que son épouse et lui ont adoptée. Son véritable père, qui n’est point mort mais devenu l’adjoint de Bonaparte, la réclame…

Après les tragédies de la Terreur, de nouveaux riches apparaissent, organisant fêtes, bals et réjouissances. Des banquiers, des fournisseurs aux armées, des hommes politiques y croisent les Merveilleuses tandis que les difficultés économiques plongent une grande partie du peuple dans la pauvreté…

Vous connaissez mon penchant pour les polars historiques, Le mystère de l’auberge des cygnes avait donc tout pour me plaire sur le papier, d’autant que l’intrigue prend vie au coeur du Directoire, une époque que je connais mal mais qui me fascine à travers ses silhouettes que sont les Incroyables et les Merveilleuses.

C’est au cours de cette période tourmentée et foisonnante qu’Anne Mahé met en scène le commissaire Jean Nérac de la section de l’Homme-armé dans cette seconde enquête.

Dommage pour moi qui n’ai pas lu le premier opus car toute l’intrigue familiale repose sur des faits antérieurs dont on ne sait rien, du coup j’ai été un peu perdue et à la peine de savoir qui était qui et je ne me suis attachée à aucun des personnages !

Côté intrigue policière à proprement parler, elle est plutôt intéressante mais mince, peu d’indices, impossible de réellement mener l’enquête aux côtés de nos héros, ce que j’adore faire, et un coupable qui tombe comme un cheveu sur la soupe dans les toutes dernières pages.

La toile historique de fond, en revanche, est de grande qualité, Anne Mahé est historienne et cela se sent. Elle nous fait croiser les reines des Merveilleuses que sont Thérésa Tallien et Joséphine de Beauharnais, nous plonge au coeur de complots monarchistes et babouvistes, nous parle du problème des assignats et de la misère qui règne à la fin de la Révolution.

Cependant, le récit est tellement court, que tout s’enchaîne trop vite. L’Histoire prend trop le pas sur la petite et c’est un peu dommage.

En bref, un bon roman historique mais un polar raté de mon point de vue !

Un grand merci à Babelio et aux éditions de L’Harmattan pour leur confiance.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois 

Née en Angleterre, Julia Chapman a exercé comme professeur d’anglais au Japon, en Australie, aux États-Unis et en France. Elle a même dirigé une auberge dans les Pyrénées avec son mari pendant six ans. Aujourd’hui, elle habite dans les vallons du Yorkshire, dans le nord de l’Angleterre, dont les paysages si typiques lui ont inspiré sa série de romans, Les Détectives du Yorkshire.

Il y a comme un vent de printemps qui souffle sur la petite ville du Yorkshire, Bruncliffe. Mais la belle saison est loin de profiter à tout le monde !

Mêlé à une affaire de meurtre, Samson O’Brien, en délicatesse avec le MET, doit répondre aux questions pressantes de la police qui l’accuse de meurtre et de trafic de drogue.

Et quand son passé est révélé au grand jour, c’est la ville entière qui se ligue contre lui, d’autant que son filleul Nathan Metcalfe, neveu de Delilah et fils de son meilleur ami défunt, est accusé de trafic de Kétamine.

Tel parrain, tel filleul ? Nathan, qui clame pourtant son innocence, décide de fuguer. Dans toute cette agitation, il n’y a que Herriot, le vétérinaire du coin, pour s’inquiéter d’une série de morts inhabituelles au sein de sa clientèle canine : plusieurs chiens ont été empoisonnés.

Il sollicite alors les services de Samson et Delilah, qui vont devoir braver les foudres des habitants pour résoudre ce mystère, retrouver Nathan et l’innocenter des accusations de la police…

Rendez-vous avec le poison est le quatrième tome des Détectives du Yorshire, après Rendez-vous avec le crime et Rendez-vous avec le mal et Rendez-vous avec le mystère, une série de cosy mysteries que j’aime beaucoup.

Et pourtant, faute à une pal titanesque, cela faisait près de deux ans que je n’étais pas retournée à Bruncliffe et quel plaisir de retrouver le Yorkshire, Samson, Delilah, Nathan, Lucy, Joseph, Arty et tous les autres.

Pourquoi ai-je attendu autant avant de retrouver cette série de cosy mystery que j’adore ? Je ne saurai le dire mais quel régal dès les premières pages, au point que j’ai lu les 3/4 de ce roman en une journée, preuve que j’étais en manque !

Comme vous le savez, j’adore ces polars qui ont pour cadre la campagne anglaise et cette jolie couverture signée Emily Sutton donne le ton et surtout très envie de découvrir cette histoire signée Julia Chapman !

Et une fois de plus, je suis loin d’être déçue : les intrigues sont de qualité, l’évolution des personnages est chouette et les personnages sont toujours aussi attachants.

On suit parallèlement plusieurs intrigues : l’empoisonneur de chiens dont je n’ai jamais découvert l’identité car les suspects sont nombreux, le mobile pas si évident que cela à trouver et les indices peu nombreux, bien joué Mrs Chapman ! Mais aussi les filouteries de Rick Procter, un personnage que je déteste et qui fait tout pour saborder la vie de Samson.

J’aime beaucoup l’ambiance de ce petit village de fermiers où tout le monde se connaît et où aucun secret n’est bien gardé, Julia Chapman nous immerge sans problème au cœur du Yorkshire, avec sa campagne verdoyante, ses fermes et ses pubs et j’apprécie d’y retrouver les différents personnages présents au fil des intrigues.

Le style de Julia Chapman est agréable et fluide et si vous aimez les cosy crimes, cette série est faite pour vous car elle comporte tous les ingrédients qui font le sel de ce genre : à savoir un cadre cosy, une bonne enquête, de l’humour et des personnages sympathiques, sans oublier un duo d’enquêteurs original et attachant.

Ma copinaute Belette est sur la même longueur d’ondes, retrouvez son avis ici !

Un grand merci à la collection La bête noire des éditions Robert Laffont pour cette lecture doudou.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois 

Professeur de géographie, Michel Bussi est le 2e auteur français le plus lu en France en 2019 (Palmarès Le Figaro-GFK). Ses ouvrages sont traduits dans 36 pays et trois romans ont été adaptés à la télévision.

2010. Maddi Liberi est médecin généraliste à Saint-Jean-de-Luz et mène une vie comblée avec Esteban, son fils de 10 ans.

Le 21 juin, jour d’anniversaire de son fils, elle le laisse quelques minutes seul sur la plage. Quand elle revient, Esteban a disparu. Elle ne le reverra jamais plus.

21 juin 2020. Maddi a refait sa vie, et revient sur cette plage en pèlerinage. Et, au bord de l’eau, un enfant est là. Même maillot de bain, même taille, même corpulence, même coupe de cheveux.

Elle s’approche. Le temps se fige. C’est Esteban, ou son jumeau parfait. Maddi n’a plus qu’une obsession, savoir qui est cet enfant. Il s’appelle Tom, il vit à Murol en Auvergne et a bientôt 10 ans. Elle prend la décision de quitter la Normandie où elle s’était réfugiée avec Gabriel, et s’y installe.

Plus Maddi espionne Tom, et plus les ressemblances avec Esteban paraissent inexplicables : mêmes passions, mêmes peurs… même tâche de naissance.

Pour elle, pas de doute : Esteban s’est réincarné en Tom et elle en est persuadée, le garçon va devenir la proie du prédateur qui lui a enlevé son fils…

Chaque année, je suis au rendez-vous proposé par Michel Bussi, parfois j’attends quelques semaines avant de le découvrir et parfois pas.

Cette année, je n’ai pu me résoudre à faire patienter Rien ne t’efface dans ma pal et je peux vous dire que j’ai bien fait car ce nouveau cru est très bon.

Sur le thème puissant de la maternité déjà présent dans Maman à tort ou J’ai du rêver trop fort, Michel Bussi nous propose un thriller comme il sait si bien les faire avec une intrigue magistrale, un twist virtuose, du suspens qui monte crescendo, une tension folle et un dénouement 100% Bussi.

L’auteur, à travers son héroïne Maddi, nous interroge : jusqu’où sera-t-elle prête à aller pour découvrir la vérité, et sauver son enfant ? Ou ce garçon qui lui ressemble tant. Ce qu’elle ressent profondément, c’est que Tom est en danger, et qu’elle seule peut le protéger.

Elle, si rationnelle, peut-elle croire à la réincarnation ? Qu’Esteban est devenu Tom ? Et moi, si rationnelle, puis-je le croire ?

Et bien oui ! J’ai absolument tout gobé comme une bleue, épousé la thèse de cette femme, j’ai marché à fond, échafaudé des théories, suspecté à peu près tout le monde et je me suis totalement fourvoyée.

Une fois de plus, Michel Bussi m’a menée par le bout du nez, m’a bernée comme jamais et c’est ce que j’adore avec cet auteur, à chaque fois je suis surprise et épatée par sa virtuosité lorsqu’arrive le point final.

Et ce que j’adore aussi, c’est que c’est terriblement addictif, avec beaucoup de rythme, des rebondissements, des fausses pistes en pagaille et un dénouement qui m’a laissé sans voix.

C’est bien simple, une fois ma lecture entamée, impossible de la lâcher, je voulais trop connaitre le fin mot de l’histoire, j’ai avalé les pages comme une affamée !

Rien ne t’efface sort aujourd’hui, et si comme moi vous aimez cet auteur, vous devez absolument le découvrir !

Merci beaucoup aux éditions Presses de la cité pour ce coup de cœur.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge et du challenge 1 pavé par mois 

Thomas Rydahl et A.J. Kazinski sont deux auteurs danois à succès. La Mort d’une sirène est le fruit de leur première collaboration.

Copenhague, 1834. Le corps mutilé d’Anna, une jeune prostituée est retrouvé dans le port. La jeune femme a subi une mastectomie des deux seins et en est morte.

Molly la soeur de la victime et prostituée aussi, croit pouvoir immédiatement désigner le tueur : Hans Christian Andersen, jeune écrivain en devenir qu’elle a vu quitter la maison de passe la veille.

Ravie de tenir un coupable, la police le jette en cellule dans l’attente de son exécution programmée. Mais grâce à ses relations, Hans Christian obtient d’être libéré pour trois jours, durant lesquels il devra mener ses propres investigations et livrer le véritable meurtrier aux autorités.

Finalement convaincue de son innocence, Molly mène l’enquête avec lui. Leur quête de la vérité les conduira dans les dédales d’une ville ravagée par la pauvreté, les tensions sociales, la corruption et les crimes sordides…

Écrit à quatre mains, La mort d’une sirène est un thriller historique qui offre une version inattendue de la genèse de La Petite Sirène et de La petite fille aux alumettes, avec le célèbre Hans Christian Andersen en enquêteur malgré lui.

Le célèbre conteur danois ayant tenu son journal tout au long de sa vie d’adulte, Thomas Rydalh et A.J Kazinski ont profité d’une année au cours de laquelle Andersen n’a laissé aucune trace pour bâtir leur intrigue. Plutôt bien vu, tout comme faire d’Andersen un enquêteur !

L’intrigue policière ne manque pas d’intérêt car si on connaît d’emblée l’identité de l’assassin, son mobile est plus difficile à trouver et se révèle diablement original et tabou pour l’époque à laquelle se déroule ce récit soit la première moitié du XIXe siècle.

Parallèlement à cette enquête purement policière, les auteurs nous proposent un complot politique qui nous fait entrer à la cour du roi du Danemark.

Vous le savez, le polar historique est un genre dont je suis friande surtout si la toile historique et l’enquête sont de qualité, ce qui est le cas ici.

Mais j’ai tout de même quelques bémols qui ont un peu nuit à ma lecture.

Ce qui m’a en principalement déplu, ce sont les longueurs de ce récit, une centaine de pages de moins auraient donné plus de rythme au récit.

J’ai ressenti vraiment l’effet du roman écrit à quatre mains avec des chapitres dynamiques et passionnants et d’autres plus lents où il ne se passe pas grand chose.

Au niveau des personnages je suis mitigée aussi car si j’ai adoré Molly, jeune femme illettrée mais intelligente, courageuse et pugnace, Andersen fait figure de pleutre, de fou, d’illuminé avec des pages entières où on a l’impression qu’il a clairement fumé la moquette !

Pour résumer, un polar historique original plutôt plaisant à lire. Ma Belette qui m’a accompagnée dans cette lecture ne lui trouve aucune longueur !

Un grand merci aux éditions Robert Laffont pour cette lecture !

Read Full Post »

Maurice Leblanc est né en 1864 à Rouen. Après des études de droit, il se lance dans le journalisme. En 1907 paraît son premier ouvrage « policier » : Arsène Lupin gentleman cambrioleur. Le personnage devient immédiatement populaire et Leblanc en fait le héros d’une longue série d’aventures. Au total trente récits, parmi lesquels Arsène Lupin contre Herlock Sholmès (1908), L’Aiguille creuse (1909), Le Bouchon de cristal (1912), Les Huit Coups de l’horloge (1921), La Cagliostro se venge (1935)… Maurice Leblanc est mort en 1941 à Perpignan.

Vif, audacieux, impertinent, rossant sans arrêt l’inspecteur Ganimard, traînant les cœurs après lui et mettant les rieurs de son côté, se moquant des situations acquises, ridiculisant les bourgeois, portant secours aux faibles, Arsène Lupin, gentleman cambrioleur est un Robin des Bois de la Belle Époque.

Un Robin des Bois bien français : il ne se prend pas trop au sérieux, ses armes les plus meurtrières sont les traits d’esprit ; ce n’est pas un aristocrate qui vit comme un anarchiste mais un anarchiste qui vit comme un aristocrate.

Né en 1907 sous la plume de Maurice Leblanc, Arsène Lupin, n’a pas pris une ride. Il ne vieillira jamais en dépit de son chapeau haut de forme, de sa cape et de son monocle. Pour preuve qu’il est plus que jamais en vogue, la série Lupin avec Omar Sy bat tous les records sur Netflix.

Héros emblématique de la littérature policière à l’instar de Sherlock Holmes et Hercule Poirot, Arsène Lupin a connu de nombreuses adaptations au cinéma et à la télévision, incarné notamment par Romain Duris, Georges Descrieres et François Dunoyer. Et avant de découvrir la nouvelle adaptation signée Netflix, j’ai voulu renouer avec la plume de Maurice Leblanc.

Et quel bonheur que ce premier volume des aventures de ce brave Arsène Lupin gentleman cambrioleur. Au menu de cet opus, neuf histoires variées et d’un faible nombre de pages chacune, parues initialement sous formes de chroniques.

Les intrigues sont classiques et très bien écrites, on s’amuse des multiples péripéties qu’essuie notre héros sous ses nombreux costumes et identités, se tirer d’affaire au moyen de combines toujours admirablement ingénieuses.

On le voit tour à tour faire une croisière, s’évader de prison, cambrioler, se frotter à des espions, duper Ganimard et les juges, c’est un vrai régal ! C’est drôle, brillant, parfois un peu tiré par les cheveux mais quelle parenthèse enchantée que ce monde de la Belle Époque dans lequel Maurice Leblanc nous immerge le temps d’une lecture.

Si vous n’avez encore jamais lu Arsène Lupin, je ne peux que vous recommander de réparer cet oubli en lisant ce premier tome, je vais pour ma part continuer de découvrir ses aventures, enchantée par mes retrouvailles avec le gentleman cambrioleur !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge et du challenge 1 pavé par mois 

Rhys Bowen, auteure best-seller du New York Times, a été nominée dans tous les plus grands prix de romans policiers et en a gagné de nombreux, dont les Agatha et Anthony Awards. Elle a écrit entre autres la série Son Espionne royale, qui se déroule dans les années 30 à Londres, la série Molly Murphy Mysteries, au début du XXe siècle à New York, et la série Constable Evans Mysteries, au pays de Galles. 

Écosse, décembre 1933. Tandis que son cher Darcy se la coule douce en Amérique du Sud pour les fêtes de fin d’année, et que sa mère s’est réfugiée dans le hameau perdu de Tiddleton-under-Lovey en compagnie du drolatique dramaturge Noel Coward, Georgie, elle, se retrouve coincée au château de Rannoch suite à une tempête de neige.

C’est donc pour elle un miracle de Noël lorsqu’on fait appel à ses services pour animer une sauterie entre aristocrates à Tiddleton. Ce paisible village tout droit sorti des pages du Chant de Noël de Dickens connaît hélas une succession de tragiques événements dès l’arrivée de Géorgie.

Après qu’un enquiquineur du coin s’est cassé le cou en tombant d’un arbre, deux autres soi-disant accidents font deux nouvelles victimes… Se pourrait-il qu’un vent mauvais souffle au pays des merveilles ?

Son espionne royale et les douze crimes de Noël est le sixième tome de la série Son espionne royale, consacrée à Lady Georgiana de Glen Garry et Rannoch. Vous le savez, j’affectionne tout particulièrement les polars historiques, les années 20/30 et les cosy mistery, autant vous dire qu’une série qui réunit ces trois éléments ne peut que me séduire !

Comme j’avais beaucoup aimé Son espionne royale mène l’enquête,  Son espionne royale et le mystère bavarois et Son espionne royale et la partie de chasse, je pensais enchaîner naturellement sur les tomes 4 et 5 dans ma pal mais les mois ont passé et je n’ai pu me résoudre à faire patienter ce nouvel opus se passant à Noël et j’ai bien fait car je l’ai adoré !

Roman d’ambiance avant d’être un roman policier à part entière, son auteure, Rhys Bowen, nous plonge avec délice dans la société aristocratique de l’entre-deux-guerres avec réussite car tout au long du récit, j’ai davantage l’impression de lire un récit de cet époque écrit par Angela Thirkell ou de Stella Gibbons qu’un roman historique, un très bon point pour moi.

Georgie est une jeune fille intelligente et attachante, on a plaisir à la voir évoluer au sein de sa famille et dans son cercle d’amis, j’aime aussi beaucoup son grand-père, policier à la retraite qui est vraiment très sympatique et protecteur envers sa petite-fille et Darcy O’Mara, homme charismatique et mystérieux qui fait battre le coeur de notre héroïne, sans oublier Queenie, la bonne impayable de Georgie.

J’ai adoré l’ambiance de campagne anglaise de ce roman, découvrir les coutumes liées à Noël, les jeux et divertissements de la gentrie de cette époque et comme d’habitude, la magie a opéré car je me suis sentie tellement bien dans cette histoire, que je l’ai quitté à regret.

La plume de Rhys Bowen est fluide et enlevée, pleine d’humour, la galerie de personnages qu’elle nous propose est bien intéressante, même si certains sont davantage dessinés que d’autres pour les besoins de l’enquête.

L’intrigue policière est bien ficelée avec des rebondissements et des fausses pistes et j’avoue que l’autrice m’a, une fois encore, bien eue : je n’ai pas été capable de trouver le coupable derrière cette série de meurtres maquillés en accidents ni son mobile et j’ai beaucoup apprécié de m’être fait menée par le bout du nez.

Ce que j’apprécie aussi beaucoup dans cette série ce sont les personnages féminins qui ont des caractères bien trempés : ce sont des femmes fortes, intelligentes et indépendantes, qui savent mener leur barque ! En premier lieu notre héroïne et sa mère.

Vous l’aurez compris, ce tome a comblé toutes mes attentes : une bonne intrigue, de l’humour et une atmosphère cosy, autant d’atouts qui font de ce cosy crime un très bon moment de lecture.

Si vous aimez les ambiances so british, les héroïnes pétillantes et cette période de l’histoire, c’est une série que je vous recommande !

Un grand merci à Filipa et aux éditions Robert Laffont pour cette lecture so british, j’ai adoré !

Read Full Post »

Frédéric Lenormand saupoudre depuis toujours ses intrigues historiques d’un humour savoureux. Auteur des Nouvelles Enquêtes du juge Ti, il a notamment reçu le prix Arsène Lupin et le prix Historia du roman policier historique pour sa série Voltaire mène l’enquête.

Depuis la disparition de son mari, Mme Cottin de Melville se sent menacée : on en veut à sa fortune… et à son pistolet d’or ! La fermière générale s’est fait des ennemis parmi ses collègues alléchés par les revenus des postes qui tombent dans son escarcelle.

Quand elle ne donne pas de bals, Marie-Antoinette commande dans le plus grand secret des enquêtes policières. Mais le devoir la rappelle à l’ordre : il lui faut donner un héritier au royaume de France.

Elle envoie alors au secours de la fermière générale ses fidèles serviteurs de l’ombre : sa modiste Rose Bertin, son coiffeur Léonard…et Axel de Fersen, son amant suédois, beau comme un dieu grec qui ne laissera pas Rose indifférente au grand dam de Léonard qui ne comprend vraiment pas pourquoi l’homme venu du froid plait autant à la gent féminine !

On leur prédit un grand danger. Mais peut-on se fier à un vieux fou qui lit l’avenir dans la poudre de menthe ? Peu importe que Rose et Léonard ne se supportent pas, ils doivent une fois de plus faire contre mauvaise fortune bon cœur pour mettre la main sur celui ou celle qui en veut à Mme Cottin de Melville et démasquer un mystérieux fantôme…

Vous le savez si vous me suivez régulièrement, j’adore les comédies policières de Frédéric Lenormand, grand spécialiste des enquêtes en carrosses, en perruques poudrées et en robes à panier !

Je ne pouvais donc tout simplement pas résister à l’envie de découvrir La femme au pistolet d’or que j’avais trouvé au pied de mon sapin, tant j’avais apprécié les précédents opus d’Au service de Marie-Antoinette : L’enquête du Barry, Pas de répit pour la reine et La mariée était en Rose Bertin.

Et ce nouveau volet ne fait pas exception à la règle, j’ai adoré cette enquête truculente, délicieuse et menée tambour battant, un petit bijou d’humour et d’intelligence.

Pour imaginer ses personnages, l’auteur a pioché dans l’entourage même de Marie-Antoinette, et en premier lieu sa modiste et son coiffeur qui ont réellement existé. Pour la reine, ils ont rivalisé d’imagination et sont restés dans l’histoire de la coiffure et de la mode pour des tenues et des perruques extravagantes et coûteuses !

Leur duo est ici explosif car nos enquêteurs se détestent cordialement et vont sans cesse vouloir se mettre des bâtons dans les roues afin de se damer le pion : Rose est une maniaque de l’organisation, Léonard, un noceur. Rose paye ses dettes, Léonard est d’une ladrerie rare. Rose est courageuse, Léonard peureux. Et j’en passe et des meilleurs.

Ils s’insultent copieusement, se raillent, gaussent de leurs bévues respectives mais ils vont devoir s’entendre pour mener à bien leur mission et retrouver la femme au pistolet d’or.

Le duo est attachant et on a plaisir à les suivre dans les rues et les tavernes de Paris comme dans le sillage de la reine à Versailles. L’auteur a bien travaillé la psychologie de ses personnages et certains passages sont vraiment drôles.

Ils sont bien accompagnés dans leur nouvelle et périlleuse aventure par un acolyte de choc, un suédois bati comme une armoire Ikea, devant lesquels toutes les femmes se pâment, la reine et Rose les premières : Axel de Fersen.

L’intrigue policière est bien menée, les suspects et les fausses pistes sont légion, les clins d’œil à l’Histoire de France, les saillies et les traits d’humour font mouche, les titres des chapitres en sont un bon exemple.

La toile historique est aussi très bien respectée, Frédéric Lenormand connaît très bien le règne de Louis XVI et sous sa plume, on suit les coulisses de la diplomatie, les services secrets, la politique de cette époque et la vie à Versailles.

Comme toujours avec Frédéric Lenormand, cette comédie policière est enlevée, drôle et érudite : une vraie réussite ! J’espère qu’un autre tome arrivera vite car j’ai très envie de retrouver Rose et Léonard dans une nouvelle aventure. Et si vous ne connaissez pas encore cette série, qu’attendez-vous ??

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge

Née en 1936 à Glasgow, M.C. Beaton, après avoir été libraire puis critique de théâtre, journaliste et éditrice, a finalement pris la plume pour devenir un auteur à succès figurant en 2011 et 2012 en troisième position des auteurs les plus lus de Grande-Bretagne. Elle est notamment l’auteure de deux séries de romans policiers best-seller, la saga des Hamish MacBeth et la série des Agatha Raisin.

Lorsqu’Agatha Raisin décide d’organiser le Noël des personnes âgées dans un petit village des Cotswolds, elle ne s’attend pas à ce que la fête tourne au drame.

Les six convives sont enchantés d’être là, l’un d’eux en profite même pour faire du gringue à Agatha, persuadé, malgré ses 90 ans, d’avoir encore tout son charme.

Mais au moment du dessert, le pudding de Noël échappe des mains d’Agatha pour attérir sur le crane du vieux pervers qui rend l’âme aussitôt !

Ni une ni deux, la voilà pourtant avec un cadavre sur les bras, accusée de meurtre ! L’arme du crime ? Le dessert le plus british qui soit : un pudding !

Il faudrait un miracle ou l’intervention du père Noël pour la sortir de ce bourbier. Mais Agatha compte bien pister le vrai coupable…

Le jour de Noël, le temps d’une nouvelle, j’ai étrenné ma liseuse, reçue le matin même, pour retourner à Carsely, le petit village des Cotswolds, cher à notre Agatha Raisin.

Avec Le Noël d’Agatha, M.C Beaton nous propose une histoire très courte mais qui condense tout ce que j’aime dans cette série : l’humour so british qui fait toujours mouche, notre Agatha qui continue ses frasques pour notre plus grand plaisir et l’atmosphère de campagne anglaise toujours aussi sympathique.

Bien sûr, sur un format aussi court, point de développement, peu de suspens et pas d’enquête à proprement parler mais une parenthèse bien sympathique que j’ai savouré le temps d’un tea time de Noël.

Un hors-série gratuit que je conseille surtout à celles et ceux qui ne connaissent pas encore la saga, cette nouvelle vous donnera un aperçu de ce qui vous attend et vous permettra de vous familiariser avec l’ambiance de ce cosy mystery et surtout avec le personnage d’Agatha qui ne plait pas forcément à tout le monde.

Pour ma part, ce pudding presque parfait m’a donné envie de poursuivre cette saga que j’ai un peu laissé de côté cette année, en 2021 il faut absolument que je retourne à Carsely avec Agatha Raisin !

Read Full Post »

Faith Martin, également connue sous son véritable nom, Jacquie Walton, est l’auteure de nombreux romans policiers à succès. Née à Oxford et amoureuse de la campagne anglaise, elle situe nombre de ses romans dans le cadre bucolique de la région oxonienne.

Septembre 1960. Alors que la ville d’Oxford se prépare pour le premier concours de beauté Miss Miel au Old Swan Theatre, une des principales candidates est retrouvée morte. Un suicide, ou l’élimination d’une concurrente gênante ?

Dans cette atmosphère de compétition féroce, la liste des suspects est interminable. Pour mener l’enquête, pas le choix : il faut se fondre dans la masse. Et quand, à son grand embarras, la jeune policière Trudy Loveday se retrouve à intégrer les rangs des prétendantes à la couronne, elle découvre un monde où, en coulisse, tous les coups bas sont permis.

Entre mauvais tours, chantages et duperies, elle et le Dr Clement Ryder doivent rapidement repérer le tueur, avant que l’événement devienne une course mortelle pour remporter le prix…

Vous connaissez mon goût pour les cosy mystery, vous ne serez donc pas étonnée si je vous dis que j’aime beaucoup les enquêtes de Loveday & Ryder. C’est donc tout naturellement qu’après Le corbeau d’Oxford et Un pique-nique presque parfait, j’ai jeté mon dévolu sur le troisème opus dès sa parution : Meurtre en coulisse.

Cette série consacrée à Loveday & Ryder et écrite par Faith Martin met en scène un duo d’enquêteur pas comme les autres formé d’une jeune stagiaire Trudy Loveday qui rêve d’intégrer les rangs de la police en tant qu’enquêtrice à une époque où les femmes policières sont rares ; et de Clement Ryder, un ancien chirurgien devenu coroner depuis qu’il est atteint de Parkinson. Une maladie, dont personne n’est au courant, et que Ryder a de plus en plus de mal à cacher.

Cette nouvelle enquête est très réussie et le temps de ma lecture, j’ai eu l’impression de séjourner à Oxford en 1960 ! L’intrigue policière est classique mais efficace, l’autrice prend son temps pour jeter les bases de son récit, nous présenter les divers personnages. Rien de révolutionnaire mais une ambiance feutrée tellement agréable qu’on se croirait dans une enquête signée Agatha Christie.

Nos héros nous font entrer dans les coulisses de l’élection de Miss Miel et c’est plutôt savoureux de voir cet univers où les coups bas sont permis, pourvu de ceindre la couronne tant désirée !

Même si Faith Martin n’est pas la reine du crime, elle sait bien tricoter ses enquêtes, j’ai soupçonné tout le monde et douté jusqu’à la fin, ne découvrant à aucun moment le mobile du crime, un très bon point pour Mrs Martin.

Ce que j’aime surtout ici c’est le duo d’enquêteurs qui se révèle très attachant. Trudy est une jeune femme naïve mais volontaire, elle veut à tout prix s’intégrer dans un commissariat qui ne prend pas les femmes au sérieux. Elle vient en aide aux victimes et met les coupables derrière les barreaux.

Ryder est très touchant. Atteint de la maladie de Parkinson, un mal tout à fait méconnu en 1960, qu’il cache à son entourage mais qui l’handicape peu à peu, il est très intelligent, bon connaisseur de la nature humaine et aucun détail ne lui échappe.

La plume de l’auteure est fluide et agréable, les chapitres plutôt courts et on arrive vite au point final tant les pages se tournent toutes seules. Les différents protagonistes sont bien dépeints, Faith Martin met l’accent sur la psychologie des personnages et c’est plutôt réussi.

Le suspens est mené jusqu’au bout et je n’ai qu’un bémol à formuler : c’est trop court ! Je serai volontiers restée quelques dizaines de pages de plus avec Trudy et Clement. Vivement le tome 4 ! Belette a beaucoup aimé aussi, son avis ici.


Read Full Post »

Older Posts »